Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bijoutier tueur : entre Far West et état de droit, quelle place pour la légitime défense ?

Un bijoutier parisien a été mis en examen pour homicide volontaire et placé sous contrôle judiciaire pour avoir riposté contre un malfaiteur armé qui voulait cambrioler sa boutique, la semaine dernière.

Shérififi

Publié le

Au moment où la peine de mort décline très sensiblement aux Etats-Unis, aussi bien pour des motifs éthiques que financiers (Le Figaro), une affaire récente en France a mis en évidence une nouvelle fois les difficultés tenant à l’appréciation de la légitime défense. Un bijoutier parisien, dans le 7ème arrondissement, a en effet été mis en examen pour homicide volontaire et placé sous contrôle judiciaire le 21 juillet, à la suite de la mort en riposte d’un malfaiteur armé atteint au thorax et à la hanche.

L’information étant en cours, on ne peut préjuger la décision finale qui admettra peut-être la validité de la thèse de la légitime défense.
Reste que la qualification de meurtre initialement retenue ne laisse pas d’étonner avec la présomption d’intention homicide supposée quand le crime de coups mortels aurait pu sembler plus justement imputé.

Les premiers éléments font apparaître en effet que celui-ci a été menacé, conduit dans son arrière-boutique. Il résiste quand son agresseur veut lui attacher les mains. Ce dernier prend le dessus et pointe, avec encore plus d’intimidation, son arme sur le bijoutier qui, en ayant placé une - légalement détenue - dans sa poche lors de l’entrée de l’inconnu dans sa boutique, s’en saisit alors et tire à plusieurs reprises sur ce dernier (Le Parisien). Selon l’excellent avocat du mis en examen, celui-ci ne comprend pas pourquoi il a été « braqué » et les circonstances ayant abouti à cette mort. Il s’émeut d’être ainsi « montré du doigt par la justice ».

Il convient de souligner aussi que le bijoutier avait déjà été victime de braquages, en 1978 et 1979, dans le 13ème arrondissement et que, lors du deuxième, il avait blessé l’un de ses agresseurs qui lui avait tiré dessus. Une réflexion plus large, dépassant cette tragédie ayant causé la mort d’un homme de 52 ans, Mahjoub Ainani, seulement connu pour recel en 2009, serait pertinente sur la notion de légitime défense.

J’ai l’impression que pour éviter, et à bon droit, les dérives d’une société qui livrée à elle-même ressemblerait au Far West, on tombe à rebours dans une sorte de juridisme qui ne tient absolument pas compte de la réalité, des menaces, des agressions, des armes, de l’angoisse et du caractère scandaleusement intrusif de la malfaisance dans des lieux dont la vocation est d’urbanité et de tranquillité. Ce qui m’est toujours apparu très sujet à caution dans les discours légalistes et dans l’interprétation parfois trop abstraite de la loi tient à l’exigence de proportion qui voudrait contraindre en permanence l’agressé à une maîtrise rationnelle d’un drame qu’il subit et éprouve à cause de la responsabilité exclusive de l’agresseur. Il y a une profonde absurdité à mettre en parallèle sur un plateau de la balance le crime, le délit et leurs terribles imprévisibilités et sur l’autre un impossible sens de la mesure.

Entre le Far West et l’Etat de droit, il y a place pour un humanisme qui subtilement ne viendrait pas au secours des transgresseurs, mais favoriserait la défense sociale.

Cet article a été publié précédemment sur le blog de Philippe Bilger

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sam84 - 28/07/2012 - 12:44 - Signaler un abus Allez jusqu'au bout Mr Bilger

    Vous qui connaissez les arcanes de la justice ,vous savez très bien pourquoi nous en sommes la (et las) Alors allez y la société vous remerciera Bon il vrai que vos confrères vont se déchainer et ma foi il faut beaucoup de courage pour sortir de la pensée dominante

  • Par benj117 - 28/07/2012 - 14:04 - Signaler un abus c'est de la faute du bijoutier!

    en taule et pas de pitié, non mais, pour qui se prend-t-il ce bijoutier, Batman???? Majouhb se pointe, l'agresse, le menace de mort, et bien le bijoutier, il ferme sa gueule, et il lui donne tout son fric, puis c'est tout, comme ça, on en parle plus!! Le bijoutier ne sera pas accusé de meutre, et Majoubh, il sera tranquille pépere, a depenser le fric qu'il aura dument merité!

  • Par Ravidelacreche - 28/07/2012 - 14:23 - Signaler un abus humanisme ?!

    C'est de la faute de l'éducation nationale ! L'agresseur n'a pas assez étudié Voltaire et pis c'est tout !

  • Par de Winecki - 28/07/2012 - 14:24 - Signaler un abus Si nous vivions vraiment en démocratie

    Dans un cas pareil, c'est à un jury populaire qu'on devrait laisser le soin de décider si l'accusé doit être soumis à un contrôle judiciaire, et non à des juges soucieux de leur carrière et qui visent avant tout à ne pas déplaire à Mme Taubira.

  • Par AntiDemago - 28/07/2012 - 14:25 - Signaler un abus ETAT de DROIT

    Jolie formule, bon slogan. En y ajoutant "et de DEVOIRS" nous pourrions nous mouvoir vers l' EQUILIBRE, c'est à dire vers la JUSTICE. Bin c'est loupé. L'enseignement et la formation des magistrats est au coeur du problème du mode de fonctionnement (disfonctionnement) et dérive de la justice à la française. Le DROIT, étranger au simple BON SENS perd de sa légitimité, et se dévalorise quant il est interprêté dans........tous les sens, selon chacun, faillibles humanoïdes. En conclusion, la caractéristique principale du Droit, c'est qu'il est....Tordu. Le peuple pense à l'inverse de ceux qui sont censés dire la justice en son nom. Sur un air de Rapp: "Partant de là, les magistrats sont illégitimes".

  • Par Le barreur - 28/07/2012 - 16:05 - Signaler un abus Droits de l'homme.

    Pourquoi les champions des droits de l'homme, toujours prets à dénoncer les conditions d'arrestation ou de détention des malfaiteurs, ne se sentent pas concernés par la détention d'un honnete homme qui n'a fait que se défendre ?

  • Par chnipe - 28/07/2012 - 17:43 - Signaler un abus Non mais c'est vrai ça !

    Ce pauvre Mahjoub Ainani effectue honnêtement son métier de délinquant et voilà t'y pas qu'un odieux facho, nazi, collabo refuse sa prestation. Mais où va t'on ? En plus, il n'y a même pas une marche blanche (pour Mahjoub Ainani) / des témoignages de proches désespérés affirmant (sur le coran) à un journaliste (complice) que Mahjoub Ainani était un mec honnête, loyal et droit / et enfin quelques associatifs exprimant leur inquiétude sur le retour de la bête immonde. Tout se perd mon pauvre Monsieur. J'espère que nos politiques sauront remettre de l'ordre et condamner ce nervis à la plus lourde peine possible. Je dis nos hommes politiques, car il est évident qu'en l'état, il ne sera pas condamné, le jury populaire (la populace quoi ?) le gracierais assurément. Il faut vite introduire le délit de légitime défense !

  • Par jirem - 28/07/2012 - 18:14 - Signaler un abus c est la faute de l etat...

    voila ce qui arrive et aarivera encore... lorsque l etat ne joue pas son role protecteur...

  • Par Paul Emiste - 28/07/2012 - 18:20 - Signaler un abus Ouaip...

    Il aurait dû tirer au 45 ACP, une seule balle aurait suffi, ainsi il aurait pu parler de simple reflex, mais là avec deux balles tirées nos humanistes de service vont s´acharner sur le pauvre bijoutier.

  • Par boblecler - 28/07/2012 - 18:23 - Signaler un abus Vous savez aussi bien que moi

    Vous savez aussi bien que moi que la défense des biens est prévue par le code pénale et la légitime défense s'y applique. Aussi le bijoutier pourra-t'il se défendre devant la justice et sera relaxé. Qu'on arrête de nous sortir des sornettes pour augmenter l'audience du site

  • Par GBCKT - 28/07/2012 - 18:48 - Signaler un abus L'expérience de la peur

    Le magistrat dit le droit. A t-il expérimenté la situation? Il m'est arrivé lors d'une agression d'expérimenter le rasoir que l'on vous place soudainement sur la gorge en vous immobilisant tête maintenue en extension corps immobilisé, plus tard j'ai croisé le regard de l'homme qui tentait de me tuer, j'ai aussi connu le dévissage en montagne. Je peux vous assurer que lors de l'accident de sport votre attitude n'est pas la même bien que vous cherchiez aussi à survivre. De plus il ne faudrait pas oublier que le métier de voyou comporte des risques.

  • Par tympan - 28/07/2012 - 21:17 - Signaler un abus Avenir

    Si à l'avenir la police et surtout la justice ne font rien pour enrayer la délinquances ,il pourrait naître une forme d'auto défense . Il faut savoir que les citoyens en ont marre de se faire voler ou même dépouiller du fruits de leur travail et que la justice ne condamne d'aucune façon significative ces délinquants ,qui sont souvent pris pour des victimes non solvables . La vache a lait c'est le travailleur , qui paie a tous les coups .

  • Par Salvatore Migondis - 29/07/2012 - 02:01 - Signaler un abus Lavage de cerveau..?

    « Un bijoutier parisien, [..] a été mis en examen pour homicide volontaire et placé sous contrôle judiciaire » Je crois me souvenir que quand on arrête un malfrat qui assassine à tout va, les médias prennent des gants et le qualifient de "meurtrier présumé". Pourquoi ce titre.. "Bijoutier tueur".. qui laisse imaginer au tout venant que nous avons ici affaire à un maniaque de la gâchette.. violent récidiviste.. plusieurs fois condamné pour meurtre.. etc. ?? Alors que la lecture de l'article indique qu'il s'agit tout simplement d'un Français courageux..?

  • Par Decebal - 29/07/2012 - 02:14 - Signaler un abus CHAPEAU Mr BILGER

    Cela fait du bien d'entendre au moins une voix, d'un magistrat qui a encore le sens commun. Ces faits ou la victime est plus embêter que le voleur sont la résultante de 40 ans de politique idiote. Le plis gênant est que cela donne raison au FN, il est paradoxale, en France, que l'on pousse les honnêtes gens vers l'extrémisme . Qui semble être le dernier recours dans ce pays a la lâcheté institutionnalisée, ultime solution de nos élites a bout de souffle. Dans cette tragique histoire a l'heure ou en France , seuls les sociopathes bénéficient de l'empathie et du soutient des médias: je pense a ce bijoutier et sa famille dont la vie va être bouleverse.

  • Par Carcajou - 29/07/2012 - 07:28 - Signaler un abus Rupture de contrat

    Bon, l'autre blaireau de juge, le cul confortablement calé dans son fauteuil et dans son slip de soie, met le bijoutier en examen pour homicide volontaire. Si le récit de l'article est réel, la légitime défense est avérée. Juge, j'ai renoncé à me faire justice parce que l’État m'a dit " Il faut être raisonnable, œil pour œil, dent pour dent" puis l’État m'a dit: "J'assure votre sécurité et en échange, vous ne rendez plus la justice, je m'en charge". Soit, ai-je répondu au 2 propositions au nom de la civilisation. Si aujourd'hui, en tant que juge qui pète dans la soie, vous rompez unilatéralement le contrat qui me lie à l’État, je le considérerais comme nul et non avenu et je reprendrais mon droit de me faire justice y compris contre les alliés de mes agresseurs.

  • Par lambertine - 01/08/2012 - 11:07 - Signaler un abus Bin justement...

    ... de Wineki, si ce type passe en justice (ce qui n'est pas dit) c'est bien qu'il soit inculpé de meurtre, parce qu'il passera d'office devant un jury populaire. Au passage, Mr. Le Barreur, le bijoutier n'est détenu nulle part. Alors, pour se sentir concerné par sa détention... Paul Emiste... Cinq balles, pas deux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de " la France en miettes" aux éditions Fayard.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€