Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bien que “l’état d'urgence soit devenu aujourd'hui le lot de tous”, les Juifs de France sont face au grand désarroi

La France commémore ce samedi les attentats de janvier, dont celui contre l'hyper casher où des juifs ont été tués parce qu'ils étaient juifs sur le sol français.

Commémorations

Publié le
Bien que “l’état d'urgence soit devenu aujourd'hui le lot de tous”, les Juifs de France sont face au grand désarroi

Quelle est l'importance de ces commémorations  ?

La France a été endeuillée toute entière lors des attentats de janvier dernier, et le Crif a appelé à un rassemblement unitaire ce samedi soir devant l'hypercacher de la porte de Vincennes en hommage aux victimes des 7-8 et 9 janvier 2015, aux I7 victimes de ces tueries. Les responsables des institutions juives se sont d'ailleus rendus mercredi aux cérémonies qui ont eu lieu devant Charlie. J'ai gardé le souvenir pour ma part d'une soirée bouleversante qui s'était tenue à la synagogue de la victoire, le soir du 11 janvier.

Beaucoup de larmes et d'émotion quand les I7 bougies ont été allumées en mémoire des victimes toutes confondues, journalistes, policiers, otages juifs. Avec cette dernière bougie allumée par deux femmes, une juive et une musulmane, Eva Sandler et Latifa Ibn Ziaten,unies dans l'affliction ( mères toutes deux de victimes de l'attentat de Toulouse en 2012). Aujourd'hui, chacun en a conscience, nul n'est plus désormais à l'abri.

 

Qu'en est-il un an plus tard après les attentats du 13 novembre ?

Nous avons signé, avec mon frère Victor, un livre qui s'intitule "Le grand désarroi" et qui est une enquête d'un an qui part des attentats de janvier et se termine par l'attentat du 13 novembre. Ce que nous avons perçu, c'est que si nous sommes partis d'un trouble qui était propre au judaïsme, ce malaise au fur et à mesure de notre enquête s'est étendu à la société tout entière.  Les juifs ne sont plus ciblés seuls, ils sont parfois ciblés seuls et parfois avec d'autres. Ca ne diminue pas pour autant l'ampleur du désarroi. Il y a un terrorisme qui tue dans les rues de Paris et qui ne fait pas de quartiers. A-t-on pris la mesure du phénomène? Accepte-t-on de nommer les choses et de dire la réalité de ce qui se passe sans lui substituer immédiatement un discours sur cette réalité? Pas partout, pas à tous les échelons, mais les choses évoluent.

 

Lors de l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic Raymond barre, alors Premier ministre, avait distinguer les Israélites qui se rendaient prier des Français innocents qui traversaient la rue. Pensez-vous que les attentas contre l’hyper-casher renvoient également les citoyens juifs à leur confession?

Certains se redécouvrent juifs bien entendu, ou sont renvoyés à leur confession. Les mesures de sécurité autour des lieux juifs - qui existaient avant le I3 novembre - accroissent bien entendu ce sentiment que la vie juive doit se pratiquer aujourd'hui à l'ombre de l'armée. Bien entendu, ces mesures sont necessaires, elles sont acceptées, elles rassurent d'une certaine manière. Et en même temps, cet homme à Nice, religieux, qui nous explique que ses enfants vont à l'école protégés par des militaires, revoient des militaires à la sortie de l'école et les retrouvent le samedi. "Ce n'est pas comme cela que j'ai grandi, et je ne souhaite pas cela pour mes enfants!" dit-il. On peut le comprendre, même si cet état d'urgence est devenu aujourd'hui le lot de tous.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par N.K. - 09/01/2016 - 13:40 - Signaler un abus Alya

    Pourquoi fallait-il abandonner la Terre Promise? Les anglais étaient gentils et l'Empire Ottoman plus que tolérant. Les Romains laissaient faire. La diaspora date de bien avant "notre ère" et la destruction du temple... Vocation d’omniprésence? Vie peu confortable dans le désert de Judée? Attirance de Marseille et du pourtour méditerranéen? Souhaitons que cette nouvelle alya réussisse en nombre et en qualité!!!

  • Par pale rider - 09/01/2016 - 14:46 - Signaler un abus A la fois les juifs de France ont

    Majoritairement vote depuis des décennies à gauche , approuvant à fond l immigration d origine musulmane .... Les bras m en tombent .

  • Par Marie-E - 09/01/2016 - 16:27 - Signaler un abus A Pale rider

    Idem pour les juifs aux Usa majoritairement derrière Obama qui a defendu les Frères Musulmans eb Egypte

  • Par fanfoué - 09/01/2016 - 19:51 - Signaler un abus On s'est trompé de cible

    Pendant des années, on nous a rabâché que l'ennemi des juifs de France, c'était l'extrême droite. Même si il y avait quelques "nazillons" dans leurs rangs, ils n'étaient pas vraiment dangereux. J'ai été au Liban à la fin des années 70 et j'ai compris à ce moment la, que le nouvel ennemi des Juifs serait l'Islam.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Salomon Malka

Salomon Malka, a longtemps été directeur de RCJ (Radio de la Communauté Juive) avant de diriger la revue L'Arche. Il a publié de nombreux ouvrages, dont chez Albin Michel Levinas, la vie et la trace(2005), et Jésus rendu aux siens (repris en poche 2012).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€