Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bien avant l'affaire Penelope, comment "l'irrespectueux" François Fillon s'était mis à dos toute la "Sarkozie"

François Fillon pensait déjouer les pronostics et l’emporter lors du sprint final. Mais éliminé dès le premier tour de la présidentielle, il précipite dans sa chute tous ceux qui, dans son camp, l’ont soutenu bon gré mal gré. Extrait de "François Fillon, les coulisses d'une défaite", de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié aux Editions de l'Archipel (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Bien avant l'affaire Penelope, comment "l'irrespectueux" François Fillon s'était mis à dos toute la "Sarkozie"

Nicolas Sarkozy est parfois vulgaire. Certains s’en souviennent encore. Il reste pourtant un homme très attaché aux convenances. Il tique lorsqu’on ne lui donne pas du « monsieur le président ». Et observe toujours très attentivement les vêtements de son interlocuteur, sans se priver de moqueries lorsqu’ils lui semblent négligés.

En cette fin d’année, Nicolas Sarkozy considère que François Fillon lui manque de respect. Après sa défaite, il a « offert » une consigne de vote sans tergiverser et apporté ses troupes sur un plateau à son ancien « collaborateur ». François Fillon l’a bien appelé. Mais il a tardé à aller le remercier en personne. Un rendez-vous, d’abord prévu en décembre, a été reporté plusieurs fois. Un détail d’agenda pour les fillonistes. Un crime de lèse-majesté pour les sarkozystes. De sa retraite, Nicolas Sarkozy fulmine.

Après des vacances en Thaïlande, il se plaint devant son entourage du manque de considération de François Fillon. Il aimerait aussi que certains de ses anciens proches soient mieux traités.

Les langues commencent à se délier au cours des déjeuners avec les fidèles de l’ancien chef de l’État. « Pour une armée en déroute, nous sommes plus nombreux que l’armée officielle », prévient Pierre Charon, éternel porte-flingue de l’ex-président. Les proches de Nicolas Sarkozy se focalisent sur quelques cas concrets : leur patron n’a pas apprécié de voir Frédéric Péchenard, l’ancien patron de la police, écarté du poste de directeur général du parti. Le licenciement prévu de son ancien collaborateur, Éric Schahl, l’irrite également.

Une autre bataille se joue dans la Sarkozie en ruines : qui brandira l’héritage politique du vaincu de la primaire ? Fin décembre, Laurent Wauquiez s’affi rme de plus en plus. Vexé d’avoir été mis au placard par Fillon, il met ses pas dans ceux de l’ancien chef de l’État : « Sur l’énergie et les valeurs, j’assume quelque part d’être le premier héritier de Nicolas Sarkozy. Sa force était de pouvoir parler aux classes moyennes, aux catégories populaires, aux ouvriers et aux petits retraités sans se laisser enfermer dans la droite conservatrice. Moi non plus, je ne veux pas d’une droite des élites. » Avant de mettre en garde François Fillon : « Si la droite perd sa fibre populaire, elle ne peut pas gagner, je veillerai personnellement à ce que cette flamme ne s’éteigne pas. Je ne laisserai pas la droite se rétrécir, c’est un des écueils de cette campagne».

Gérald Darmanin s’oppose à cette captation : « Parmi les héritiers de Sarkozy, il y a ceux qui veulent incarner une droite populaire en poursuivant le clivage sur l’identité. C’est une erreur. Il faut le faire en analysant la situation d’un point de vue social. » Même s’ils s’avancent divisés, les sarkozystes se rejoignent sur un point : ils méprisent Fillon, cet ancien homme de l’ombre devenu chef. Malgré sa nette victoire à la primaire, ils le considèrent comme un homme sans troupes, incapable de mener un combat présidentiel. Pendant l’hiver, ils seront les premiers à critiquer le programme : trop austère, trop rigoriste, pas assez généreux à l’égard des travailleurs et des classes populaires. Leurs critiques vont commencer à fissurer l’unité de la droite, avant même que l’affaire Penelope ne vienne tout fracasser.

Les prémices de cette fronde sont déjà à l’oeuvre en cette fin d’année. Il suffit d’écouter Brice Hortefeux : « François Fillon a su incarner le bon sens et la droite des valeurs lors de cette primaire. Mais il lui manque la dimension populaire. Il lui appartiendra de la conquérir, notamment sur la sécurité et sur l’immigration, s’il veut aller plus loin1. » Jour après jour, le sarkozysme survit, il ne se dilue pas dans le fillonisme. Dans son coin, Christian Estrosi tâche d’organiser un petit-déjeuner des sarkozystes. Il est débranché au dernier moment par Hortefeux, qui ne veut pas se faire dépouiller du rôle de gardien du temple par le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Mais le rendez-vous n’est que remis à plus tard.

Le plus remarquable dans cette bataille larvée est que François Fillon ne voit rien venir. Un peu avant Noël, il prend enfin rendez-vous avec Nicolas Sarkozy, qu’il a laissé ruminer sans raison valable. Comme pour mieux savourer sa revanche. L’ancien Premier ministre est un orgueilleux. Distant et secret dans son rapport aux autres, il peut être très maladroit dans la gestion psychologique des ego, une donnée à prendre en compte pour mener une campagne présidentielle jusqu’à l’Élysée. À cette occasion, certains commencent à réactiver un reproche qui a accompagné François Fillon pendant toute sa carrière politique : il n’a pas de sens politique, il est malhabile et ne sait pas faire fructifier ses victoires. « J’attends qu’il soit un peu plus dans la merde pour nous appeler », confie Pierre Charon, qui ne croit pas si bien dire.

Extrait de "François Fillon, les coulisses d'une défaite", de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié aux Editions de l'Archipel

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerreba - 13/05/2017 - 11:18 - Signaler un abus VAE VICTIS

    Après coup tout semble évident ! François Fillon n'était pas parfait ! Et les autres ? Décidément je suis un électeur de droite déçu !! Je reste dans ma famille mais elle doit se ressaisir . A bon entendeur salut !

  • Par clint - 13/05/2017 - 13:33 - Signaler un abus Et dire que j'ai voté pour ce personnage que je "hais" !

    C'était mon adieux à la droite radicalisée qu'est devenu LR. J'espère que de défaites en défaites des hens comme Gérald Darmanin referont de la droite une droite populaire !

  • Par mahesa - 13/05/2017 - 15:13 - Signaler un abus Nous avons 5 ans pour le regretter

    Ce parti, aujourd'hui LR, est un véritable panier de crabes, où tout se joue en courbettes et couteau dans le dos, et Sarko mais avant lui Juppe, en ont fait le haut lieu de la culture des ego. Fillon tranchait au milieu, en effet peu porté aux révérences et autres salamalecqs. Il aurait dû être plus vigilant, e t plus féroce aussi. Rien à foutre de la cour à Sarko, ni toute cette bande de vieux cons-nes dont aucun n'est irréprochable, peu s'en faut. La vérité sortira du puits... Et la France sera dans le mur en attendant.

  • Par Lazydoc - 13/05/2017 - 15:44 - Signaler un abus Darmanin, Apparu, NKM, Dati,…

    Des gens qui donnent envie de se battre pour eux! Non, je plaisante!

  • Par raslacoiffe - 13/05/2017 - 18:03 - Signaler un abus Bizarre!!!

    Bizarre le calendrier de publication de tous ces livres écrits par des journalistes de gauche à charge contre les Républicains. Aucun lien bien sûr avec les législatives de Juin!!!

  • Par Nemrod07 - 13/05/2017 - 18:12 - Signaler un abus Bizarre, bizarre !!!

    J'ai soutenu Fillon mais je ne lui pardonne pas d'avoir appelé à voter pour Macron à 20 h et 5 minutes. Ma droite n'existe plus, j'ai voté MLP par vengeance du coup monté contre Fillon mais j'appelle de mes vœux le retour d'une vraie droite sans quoi nous serons nombreux à rejoindre définitivement le FN. C'est pas moi qui ai changé c'est la droite qui s'est centrisee. Les LR doivent mettre la barre à droite et vite.

  • Par Atlantica75000 - 13/05/2017 - 19:07 - Signaler un abus à Clint

    Connaissez-vous vraiment Darmanin qui cultive un clientélisme écoeurant. Contrairement à ce qu'il dit penser, le social ne suffit pas alors que des abymes culturels s'ouvrent à la vitesse de la démographie galopante de immigrés. Vivez-vous à Paris ? Je n'ai rien de commun avec tous ces politiques déconnectés. Il a fallu que Lellouche dise qu'il ne se représentait pas pour oser annoncer où on en est sur ce point (cf. émission sur France 5). C'est dire la pression quo existe dans le part Les Républicains. Alors qu'on sait qu'il est définitivement trop tard et que Macron nous précipitera encore plus vite dans la catastrophe.

  • Par Atlantica75000 - 13/05/2017 - 19:16 - Signaler un abus Lâcheté 2.0

    Attaché aux convenances" Mais j'hallucine ! Ce type a accordé le statut de département à Mayotte pour glaner quelques voix qu'il n'a pas eues. On est inondé de migrants venant de Libye, avec la complicité de Bruxelles (lorsqu'on doit se défendre, on se fout de l'autorisation de l'ONU !), parce qu'il voulait se rattraper de sa passivité en Tunisie. Non, Sarko n'est définitivement pas un homme d'Etat. Quant au pauvre Juppé, il croit rajeunir en adaptant les "adaptations raisonnables" du Canada et s'entoure de gens troubles tels l'imam qui a été décoré de la Légion d'honneur (oups !) et qui maîtrise la takkya de main de maître. Honte à tous ces politiques de droite qui tels Estrosi ou le maire du Havre sont prêts à sacrifier notre culture (il est "généreux" avec les islamistes de sa ville)

  • Par 28furka - 13/05/2017 - 21:45 - Signaler un abus sarkozy et compagnie

    vous auriez eu les couilles d appliquer le programme de 2007 jusqu au bout vous repassiez haut la main en 2012 . alors vos lecons pour Fillon vous vous les mettez au cul . bandes d etrons la loyaute ca vous parles? je ne pense pas . estrosi ,le maire, Sarkozy, juppe ,darmanin, ON TIRE LA CHASSE D EAU et ca isentira moins mauvais.

  • Par g16 - 13/05/2017 - 23:07 - Signaler un abus Vus les déboires de Fillon,

    Vus les déboires de Fillon, les désillusions de Dupont Aignan, et le vide chez Marine le Pen, il est souhaitable qu'un nouveau leader vienne organiser l'union de la droite, comme Mitterrand avait construit l'union de la gauche, cela ne l'avait pas gêné d'y coller les communistes. Le parti centriste de Macron nous intéresse, mais on n'y croit pas trop, c'est du Lecanuet et on n'aime pas voir Bayrou à toutes les sauces, ça énerve les électeurs. On regrette quand même Sarkozy battu en 2012, on ne serait pas arrivé en décadence à ce point là.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/05/2017 - 23:38 - Signaler un abus Merci qui ?..... Merci Flamby !

    Je m'en veux tellement d'avoir sous-estimé le "menteur à teinture".... J'ai honte d'avoir pensé que ce genre de type ne servait à rien........ Ce gars est un pur génie, il a tout simplement réussi à faire exploser ce que les français détestaient le plus......les partis politiques. Il mérite le Panthéon et l'histoire reconnaîtra ses mérites pour avoir fait péter la 5 ème république. Gràce à lui on ne reverra plus, Sarko, Fillon....ni Valls, Hamon etc......mais aussi Marine, Phillipot, Ducongnangnan.......Il ne restera que Mélanchouille pour nous régaler encore quelques années et nous ramener pour finir ses potes Islamogauchistes en 2022.....

  • Par clclo - 14/05/2017 - 10:48 - Signaler un abus fillon

    Est un jaloux sournois combinard et menteur Son orgueil et sa jalousie son manque de chaleur et de charisme l'ont perdu Cet homme ne sait pas se battre sauf en cachant son poignard Dommage il à prouve qu'il est un perdant

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 14/05/2017 - 13:40 - Signaler un abus Il va nous manquer Flamby....

    ..bon c'est vrai qu'on va pas être dépaysé question couple, puisqu' Emmanuel a l'âge de Julie, et François l'âge de Brigitte....le compte est bon ! d''ici à ce qu'ils nous fassent "un tir croisé" sociétal et républicain, y a pas loin !

  • Par lafronde - 15/05/2017 - 07:38 - Signaler un abus Une hirondelle primaire ne fait pas le printemps républicain.

    La critique sarkozyste d'un programme Fillon élitiste est la même que la critique antisociale colportée par la Presse progressiste. Fillon avait un programme le plus social qui soit, mais PAR le TRAVAIL ! Donc l'Entreprise et une fiscalité compétitive et non confiscatoire. Fillon a fait 20%, comme Chirac en 2002. L'UMP a eu une décennie (comme Mitterrand) pour marquer la politique française, et lui rendre sa Liberté. Elle ne l'a pas fait : lé régime est resté social-démocrate et la Presse, progressiste. C'est faute de chaine et de Rédaction conservatrice et libérale dans la Presse audiovisuele que l'opposition de Droite a été inaudible durant le quinquennat échu, campagne électorale LR comprise. Maintenant que le FN dépasse 20%, il n'est pas certain que le Centre droit qu'est LR puisse jamais le dépasser. LR doit donc se muer de parti présidentiel perdant en parti parlementaire gagnant ! Et c'est possible ! LR pourrait devenir le parti de la Liberté, de la subsidiarité, et de la Tradition. Pour cela laisser aller tous les progressistes, qu'ils soient de l'UDI ou de chez LR vers Macron, à qui l'on doit cette clarification idéologique, finalement salutaire.

  • Par lafronde - 15/05/2017 - 07:52 - Signaler un abus Revenir au calendier électoral parlementaire d'avant 2002 !

    Puisque cette élection présidentielle a été manipulée, les élections Législatives doivent la remplacer comme élection politique de référence, et advenir en premier lors de la fin du quinquennat. Personne ne peut manipuler à grande échelle l'élection Législative où l'élu est proche de l'électeur. La prochaine Assemblée Nationale peut très bien prendre par elle-même cette initiative, il suffit qu'il y ait une Majorité parlementaire conservatrice. Pour l'élection présidentielle échue, il y a eu trois dysfonctionnements : la Presse, notamment audiovisuelle a pris parti contre un candidat et pour un autre. Le président sortant n'a pas garanti les Institutions ni les Libertés publiques. Le CSA a laissé faire une campagne partisane par les Rédactions. Le PNF a trouvé opportun de poursuivre le candidat d'opposition durant la campagne. La première chose que pourrait faire une Majorité LR est de dissoudre le CSA, et d'organiser la Presse audiovisuelle selon l'Art. 34 de notre Constitution : liberté, pluralisme et indépendance des medias. MM les parlementaires LR, sur quelle fréquence puis-je recevoir une chaine TV ou Radio Conservatrice ou Libérale ?

  • Par Frangipanier123Paris - 16/05/2017 - 10:27 - Signaler un abus Je seconde le propos de "Nemrod07"

    Par Nemrod07 - 13/05/2017 - 18:12 - Signaler un abus Bizarre, bizarre !!! J'ai soutenu Fillon mais je ne lui pardonne pas d'avoir appelé à voter pour Macron à 20 h et 5 minutes. Ma droite n'existe plus, j'ai voté MLP par vengeance du coup monté contre Fillon mais j'appelle de mes vœux le retour d'une vraie droite sans quoi nous serons nombreux à rejoindre définitivement le FN. C'est pas moi qui ai changé c'est la droite qui s'est centrisee. Les LR doivent mettre la barre à droite et vite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Matthieu Goar

Matthieu Goar est journaliste politique au quotidien Le Monde.

Voir la bio en entier

Alexandre Lemarié

Alexandre Lemarié est journaliste au service politique du quotidien Le Monde.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€