Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 29 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bertin Nahum, français et 4ème entrepreneur le plus révolutionnaire du monde : "L'innovation ne naît pas de l'assistance de l'Etat"

Patron de Medtech, une PME montpelliéraine d'assistance robotique à la chirurgie, Bertin Nahum a eu récemment la surprise d'être classé 4ème entrepreneur high-tech le plus révolutionnaire du monde par le magazine canadien Discovery Series.

Franchouillard Valley

Publié le

Atlantico : Patron de Medtech, une PME montpelliéraine d'assistance robotique à la chirurgie, vous avez créé la surprise en étant classé 4ème entrepreneur le plus révolutionnaire au monde derrière les Américains Steve Jobs, Mark Zuckerberg et James Cameron. Avant de lancer votre entreprise, vous avez travaillé dans plusieurs hôpitaux français. Quel a été le déclencheur ?

Bertin Nahum : J’ai eu la chance d’occuper plusieurs postes de terrain (notamment en bloc opératoire) où j’ai pu former des chirurgiens à l’usage et à l’entretien de machines médicales. J’ai pu ainsi expérimenter personnellement les difficultés auxquelles étaient parfois confrontées les équipes chirurgicales, ce qui m’a fourni un certain nombre d’idées qui pourraient résoudre leurs problèmes au quotidien. Sans cette expérience pratique, je n’aurais pas pu, je pense, mettre au point un robot comme Rosa. Ce lien entre ingénieurs et praticiens n’est, hélas, pas toujours optimal en France, malgré une sincère volonté d’améliorer les choses.

Votre robot Rosa a rencontré plusieurs difficultés sur le marché français, quelle a été la cause de ce retard à l’allumage ?

La première expérience de Rosa avec le monde médical ne fût pas vraiment heureuse. Notre robot a premièrement été testé dans un CHU du sud de la France, en coopération avec des équipes chirurgicales, notre société se faisant un point d’honneur à mettre au point ses inventions en collaboration avec leurs utilisateurs potentiels. Une fois que le développement de notre robot s’est retrouvé suffisamment avancé, une série d’opérations concluantes a pu avoir lieu dans le CHU en question. Il a ensuite fallu promouvoir nos résultats, ce qui passait entre autres par le soutien des voyages des chirurgiens dans des congrès, notamment outre-Atlantique. A un certain point, il a bien fallu aborder la question de l’achat de cette machine, qui était jusque-là prêtée. Nous avons donc déposé une demande de financement au Conseil général concerné, et cette demande fût validée. Nous avons appris quelques jours plus tard que le CHU avait finalement décidé d’utiliser ces fonds pour acheter le produit d’une société anglaise... Cet épisode est selon moi un épisode parmi d'autres qui révèle la réticence du marché français à soutenir ses propres produits.

En quoi les marchés étrangers ont-ils été plus accueillants que le marché français ?

Je dirais que l’avantage que l’on retrouve aux Etats-Unis, en Asie ou au Moyen-Orient est le fait que nos interlocuteurs finissent par s’affranchir de notre origine, qui l’on est d’où l’on vient, pour se concentrer uniquement sur la qualité de nos produits ainsi que sur notre capacité à le distribuer. C’est souvent plus rare de retrouver cette attitude en France, où l’on a de véritables difficultés à être pris au sérieux en tant que jeune entreprise innovante, les clients potentiels préférant investir dans des produits commercialisés par les grandes entreprises américaines, jugées plus sûres. Il y a en France une véritable désillusion des innovateurs quand il s’agit de conquérir le marché domestique, qui est pourtant censé être le terrain d’essai des sociétés technologiques. Pour résoudre (en partie) ce problème, beaucoup de professionnels du secteur appellent à la création d’un « Business Act » à la française, qui pour l’instant est resté lettre morte.

Quelles seraient vos suggestions pour débrider l'innovation en France, alors que l'on sait que depuis une dizaine d'années, les contributeurs « traditionnels » de la production scientifique mondiale (Etats-Unis, Japon, et Union Européenne) voient leur part de publications diminuer au détriment des pays émergents, notamment asiatiques.

De mon point de vue, je pense que l’on a une approche de l’accompagnement et du soutien des entreprises innovantes qui est une forme d’assistance, basée sur l’octroi de subventions. Ce système n’est évidemment pas mauvais en soi, un soutien financier étant toujours appréciable, mais selon moi l’approche n’est fondamentalement pas la bonne. J’estime que les pouvoirs publics nous assisteraient mieux s’ils favorisaient l’entrée des entreprises innovantes sur les marchés, en les rendant plus visibles, donc plus crédibles vis-à-vis des éventuels acheteurs. Au lieu de soutenir les entreprises par le bas, comme c’est le cas aujourd’hui, elle ferait donc mieux de les soutenir par le haut.

Un exemple très concret de ce problème est le fonctionnement d’Oséo : lorsqu’une société comme la mienne cherche à développer un programme de recherche, la seule aide qui est proposée est d’ordre financière. Ce système pousse ainsi beaucoup de sociétés à consacrer énormément de temps et d’énergie à la « chasse aux subventions », au lieu de se focaliser sur leurs projets et leurs relations commerciales. Oséo serait à mon avis bien plus utile si elle repérait nos potentiels clients en bout de chaîne, et qu’elle leur allouait directement les subventions qui nous sont normalement destinées. Cette méthode serait selon moi un excellent tremplin pour des structures innovantes qui sont aujourd’hui, on le sait, à la peine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Tenco - 27/10/2012 - 11:02 - Signaler un abus Discovery Series

    Bonjour, Les journalistes de ce site pourraient-ils nous informer sur ce magazine canadien Discovery Series. Je ne suis pas parvenu à le trouver sur internet y compris en consultant des moteurs de recherche étrangers. Si un lecteur d'Atlantico a des informations, je suis intéressé aussi bien sûr. Merci d'avance.

  • Par Roccodu92 - 27/10/2012 - 11:12 - Signaler un abus les chiffres

    Medtech, qui a fêté son dixième anniversaire en juillet 2012, emploie aujourd'hui 20 salariés pour un chiffre d'affaire de 2 millions d'euros en mars 2012. c'est la réussite à la française. on est reconnu mais on gagne peanuts...

  • Par Ravidelacreche - 27/10/2012 - 11:15 - Signaler un abus http://discovermagazine.com/

    May be ? :o)

  • Par Tenco - 27/10/2012 - 13:14 - Signaler un abus merci Ravidelacreche (super

    merci Ravidelacreche (super le pseudo !), je suis allé sur le site de Discover magazine qui est effectivement consacré à la science mais je n'ai pas trouvé le numéro consacré à ce classement. Je n'ai peut-être pas regardé où il fallait. C'est toutefois étonnant de voir ce classement où se trouve des sociétés hyper médiatiques et une petite PME qui crée des robots très sophistiqués pour les opérations chirurgicales. C'est bizarre. A creuser je pense. Si d'autres lecteurs peuvent nous aider ...

  • Par HdT - 27/10/2012 - 19:30 - Signaler un abus @ Tenco, le dernier lien...

    http://www.lafranceestunechance.fr/2012/10/un-francais-parmi-les-4-entrepreneurs-high-tech-les-plus-revolutionnaires/ ---------- http://www.ladepeche.fr/article/2012/10/23/1472337-qui-est-ce-francais-4eme-entrepreneur-high-tech-le-plus-revolutionnaire-du-monde.html ---------- http://www.newfund.fr/files/The%2010%20Most%20Revolutionary%20HighTech%20Entrepreneurs%20Discovery%20Series%20Sept%2012.pdf

  • Par Tenco - 27/10/2012 - 21:25 - Signaler un abus Discovery series

    merci HdT, je suis aussi allé voir les éditions Scholastic, éditeur canadien qui existe en effet mais dont le site internet ne parle pas du tout d'un magazine ayant établit le classement. Le mystère reste entier. Si quelqu'un peut aider ? les journaliste d'Atlantico ?

  • Par FIGAROCB - 28/10/2012 - 07:59 - Signaler un abus BRAVO A CET ENTREPRENEUR !

    Voilà un véritable entrepreneur, de plus, c'est un libéral ce qui améliore encore plus son état d'esprit. Oui, il est contre les subventions étatiques : les entrepreneurs, les entreprises, ne veulent pas de subventions, mais ne pas être soumis à tout un tas de tracas administratifs inventés par des fonctionnaires en mal de trouver du "travail" à faire, ne pas être soumis à tout un tas de taxes et d'impôts de toutes sortes. Laissons nos entrepreneurs libres de bien entreprendre, pas de subventions mais des charges moins lourdes : cela coûtera moins cher aux contribuables et permettra également de faire des économies de fonctionnaires d'où une baisse des dépenses de l'état. Tout le monde s'y retrouverait, bien entendu, tout cela sans la CGT et autre syndicat rétrograde !

  • Par jerem - 28/10/2012 - 16:53 - Signaler un abus chapeau l'artiste et honte au CHU

    felicitations à l'entrepreneur et longue route

  • Par Atlantico - Rédaction - 29/10/2012 - 10:19 - Signaler un abus @Tenco @HdT

    Bonjour, J'arrive un peu en retard mais voilà l'information demandée : L'étude en question est disponible (mais elle est payante) sur le site de Scholastic : http://education.scholastic.ca/product/9781770582620 Un abstract consacré à Bertin Nahum est de son côté disponible là : http://www.newfund.fr/files/The%2010%20Most%20Revolutionary%20HighTech%20Entrepreneurs%20Discovery%20Series%20Sept%2012.pdf Bonne journée !

  • Par Atlantico - Rédaction - 29/10/2012 - 10:24 - Signaler un abus @Tenco @HdT

    Et pour ceux qui n'arrivent pas à cliquer sur mon lien à rallonge > http://bit.ly/Tjcg7I

  • Par Tenco - 29/10/2012 - 20:59 - Signaler un abus Merci pour le lien. J'avais

    Merci pour le lien. J'avais aussi trouvé ce document sur le site de Medtech la société de Bertin Nahum. France 2 a consacré à Bertin Nahum un sujet de son journal de 20 heures ce soir. Vendredi soir c'était sur France 3 et TF1 aussi a diffusé un sujet. Je leur souhaite de se développer rapidement. J'aurais quand même aimé en savoir plus sur ce classement . J'ai quand même l"impression que les noms de Stece Jobs et Zuckerberg ont été mis là pour déclencher un buzz médiatique. On ne trouve rien sur ce magazine Discovery Series qui serait lié à l'éditeur Scholastic sur lequel il y aussi très peu d'informations. Je pense qu'Atlantico pourrait nous en dire plus sur ce classement.

  • Par GregdeGland - 31/10/2012 - 11:08 - Signaler un abus Discovery Series

    Tenco, Une recherche sur Google.com à l'aide des mots clés "The 10 Discovery Series" permet de retrouver la source de ce "magazine scientifique"... Il s'agit d'une publication destinée aux enfants d'école primaire canadiens. Ils ont aussi publié: THE 10 COOLEST MOVES TO STAY FIT THE 10 WACKIEST GAMES THE 10 UNLUCKIEST TEAMS IN SPORTS A quand le prochain article basé sur un classement d'Astrapi?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertin Nahum

Bertin Nahum est PDG de Medtech, il est l’inventeur du robot Rosa, dont l’utilisation a permis des opérations sur le cerveau impensables auparavant. Ce robot est aujourd’hui utilisé dans une quinzaine de centres médicaux à travers le monde notamment à Cleveland, Montréal, Paris, Strasbourg, Rome et Pékin.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€