Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bérézina pour la gauche aux législatives partielles : des résultats qui préfigurent 2017 ?

La droite a remporté trois législatives partielles, ce dimanche 20 mars, dans l’Aisne, le Nord et les Yvelines, dont deux en duel face au Front national (FN), après la déroute des candidats de gauche au premier tour.

De mauvais augure

Publié le
Bérézina pour la gauche aux législatives partielles : des résultats qui préfigurent 2017 ?

Xavier Bertrand a quitté son siège député au profit de la présidence de la région Hauts de France. Crédit Reuters

Le résultat était attendu. Dans le contexte politique actuel, que des circonscriptions de droite, dont les députés démissionnaires pour cause de cumul des mandats, sont sortis victorieux d'un précédent scrutin, - celui des régionales, restent à droite, relève de la logique. Les successeurs de Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Gérald Darmanin étaient largement favoris avant le premier tour de dimanche dernier. Ce que l'on attendait, dans ces scrutins où la participation a été particulièrement faible, c'était le score que réaliseraient les candidats PS et ceux du Front National.

La situation est différente entre les Hauts de France, (anciennement Nord-Pas-de-Calais-Picardie, et l'Ile de France : dans les Yvelines, Pascal Thévenot, qui avait recueilli 46,05% au premier tour s'est retrouvé face à un adversaire PS (- qui a réalisé le score famélique de 12,98%),au second. Ce dimanche 20 mars, le candidat LR a réuni 72,4% face à son adversaire PS, Tristan Jacques qui a bénéficié d'un sursaut de la gauche dans son ensemble, en rassemblant 37,6% des voix sur son nom. Dans cette circonscription le Front National n'avait pas été mesure de se maintenir au second tour. En revanche, dans les Hauts de France, c'est face à des candidates FN que les deux vainqueurs du scrutin de dimanche, Vincent Ledoux dans le Nord et Julien Dive dans l'Aisne, ont gagné. Que ce soit dans la dixième circonscription du Nord, rendue vacante à la suite de démission de Gérald Darmanin devenu vice-président de la région, ou dans la deuxième de l'Aisne où Xavier Bertrand quittait son siège député au profit de la présidence de la région Hauts de France, le PS a été éliminé le 13 mars et n'a pu qu'appeler à faire barrage au Front National pour le second tour. Circonstance aggravante pour le PS, dans la 10e circonscription du Nord, il était arrivé en tête au premier tour en 2012 avec plus de 30% des voix ! Si les deux candidates du Parti de Marine Le Pen n'égalisent pas le score de leur parti aux régionales de décembre dernier, (la liste FN avait réuni plus de 40% des suffrages au premier tour), les performances du Front National sont cependant en hausse par rapport aux législatives de 2012. Dans la 10e circonscription du Nord ,il progresse de plus de dix points par rapport à ce scrutin et dans l'Aisne, où le parti a conquis des cantons l'an dernier, il est passé avec Sylvie Saillard de 16,29% en 2012 à 28,79% des voix  en 2016, ce que les dirigeants du Parti n'ont pas manqué de souligner après la publication des résultats. Dans cette région, où la Gauche arrivée troisième aux régionales, s'est purement et simplement retirée pour faire barrage au Front National, celui-ci fait désormais figure de principal opposant à la droite. La situation est similaire en PACA, où la Gauche a préféré se retirer avant le second tour des régionales pour empêcher l'élection de Marion Maréchal Le Pen, et permettre l'élection de la liste LR-UDI conduite par Christian Estrosi.

Dans ce contexte particulièrement sombre pour le parti de François Hollande, Manuel Valls participait à la Fête de la Rose à Wattrelos, dans le département du Nord, une manifestation qui s'est déroulée en l'absence de la maire de Lille, Martine Aubry, en rupture politique avec la ligne suivie par le Premier Ministre. Tenant d'une gauche réaliste, et assumant les réformes, dont celle de la loi Travail à l'origine de la fracture définitive au sein de la gauche traditionnelle, le premier Ministre a lancé une mise en garde "contre cette tentation mortelle de tirer contre son propre camp. La situation est bien trop grave", a-t-il déclaré (- visant naturellement Martine Aubry et les Frondeurs du PS), appelant à " bâtir cette maison commune de tous les progressistes qui donne toute sa force à la gauche réformatrice" et à ne pas se" réfugier dans le confort de l'opposition" et à ne pas écouter " ceux qui disent que la gauche au pouvoir a perdu son âme". Des propos difficiles à entendre pour ceux qui voient s'écrouler un système dans lequel ils ont grandi et que leurs dirigeants n'ont pas su remettre en question pendant des années. Tous les revirements sont toujours possibles en matière électorale mais on voit comment la maison dont rêve le premier Ministre et la gauche " progressiste" pourrait être édifiée en quelques mois, sur les bases d'une maison en train de tomber en ruines alors qu'elle aurait besoin de fondations solides. Pour construire il faut un plan. On en est seulement au projet, et celui ci est encore imprécis. Ici et là, on se met à rêver de recomposition du paysage politique .Mais quant à savoir à quoi celui ci ressemblera l'année prochaine .Bien malin celui qui est aujourd'hui en mesure de le prédire. La Droite s'apprête à ramasser la mise. A gauche, avant de voir la construction d'une maison commune, il faudra probablement passer pas le stade des bungalows individuels, témoins du fractionnement, et qui sont peu résistants en cas de tempête électorale !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 21/03/2016 - 09:10 - Signaler un abus Bientôt plus que 2 partis principaux en France

    Le LR à droite, si ce n'est pas Juppé, et un parti de gauche le FN de par sa politique économique de gauche. On n'est vraiment pas gâté, si seulement MMLP prenait la présidence du FN nous pourrions éviter de voter à gauche ou à gauche. J'oubliais un 3 ème parti va faire une puissante percée comme en Belgique; le parti de la charia, c'est une question de temps mais le jour où il sortira fera un score énorme surtout vu la progression du nombre de musulmans en France.

  • Par vangog - 21/03/2016 - 09:40 - Signaler un abus Pourquoi évoquer continuellement les vaincus?

    La gauche, on connaît! Car cela fait quarante ans qu'elle pourrit la France de l'intérieur, susurrant aux Medias consanguins ce qu'ils doivent régurgiter au bas-peuple, et influençant les politiciens sans conviction de droite...si Atlantico avait eu le courage de s'opposer à la dictature de la pensée unique, il nous aurait gratifié d'une analyse ( même ironique, on accepte...) sur cette progression fulgurante du Front National de dix et douze points dans le Nord et dans l'Aisne...et il aurait expliqué pourquoi, dorénavant, les candidats de droite archaïque ne pourraient être élus qu'avec les voix de la gauche paléolithique...s'il avait eu du courage!

  • Par Borgowrio - 21/03/2016 - 10:06 - Signaler un abus Avis de tempête au FN , coup de barre à droite

    Nul doute que le FN va prendre quelques distances avec Philoupot . Son score est quand même décevant , la direction gauchisante de ce dernier commence à faire des dégâts . Pourtant, une très belle prestation De Madame Maréchal Le Pen sur BFMTV qui sans désavouer Sa tante , a habilement souligné que le programme du FN n'était pas si mélenchoniste que ça ...

  • Par Outre-Vosges - 21/03/2016 - 16:05 - Signaler un abus Rectification

    Ce n’est pas la droite mais l’UMPS, c’est-à-dire la gauche (proclamée ou masquée) qui a remporté toutes les élections législatives partielles. Je ne juge que par les actes et je constate que c’est Giscard et son complice Chirac qui, en 1974, ont instauré le regroupement familial et c’est Mitterrand qui, en 1981, a régularisé tous les illégaux, créant un formidable appel d’air qui a réussi malheureusement. Comptons sur les vainqueurs de 2017 pour continuer la même politique.

  • Par jurgio - 21/03/2016 - 17:17 - Signaler un abus La Bérézina n'est même pas une bonne nouvelle de la Gauche

    car les militants socialistes pourront marcher sur les cadavres pour passer.

  • Par Deudeuche - 21/03/2016 - 20:01 - Signaler un abus la Berezina

    c'est le passage in extremis de la grande armée en 1812. Ca veut dire que in extremis la gauche va survivre à travers un clone, Juppé? ce qui serait souhaitable serait plutôt une bataille d'anéantissement final genre Waterloo! La France d'après 2017 un truc encore appelé "droite" au pouvoir avec le FN en opposition, et la gauche en parc à thème au format minigolf.

  • Par kaprate - 21/03/2016 - 21:21 - Signaler un abus @Deudeuche

    Waterloo pour la gauche en 2017? Je signe! Et j'irai visiter le parc Hollande miniature... :-)

  • Par Liberte5 - 21/03/2016 - 22:12 - Signaler un abus C'est l'autre gauche, qu'on appelle la droite, qui a gagné.

    Mais au bout du compte c'est toujours la France qui décline, et ce sont les Français qui restent les perdants.Bien d'accord avec @Borgowrio, Marion MLP à fait une excellente prestation sur BFM TV. Habile, elle a marqué de façon subtile son approche plus libérale de l’économie.F Philippot n'a pas du apprécier, la tante non plus.

  • Par Le gorille - 22/03/2016 - 23:25 - Signaler un abus Pas d'enseignement à en tirer !

    Ces cantons étaient à Droite avant ? La belle affaire ! Ce n'est donc pas la Bérézina pour la Gauche ! L'information eût été que ces cantons de Gauche soient passés à la Droite. Ce n'est pas le cas : aucun enseignement à en tirer. Un peu de sérieux, SVP !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires "Femme députée, un homme comme les autres ?" (2014) et "Bruno Le Maire, l'Affranchi" (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€