Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Baron Haussmann : « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie »

Série de l’été : Entretien avec ceux qui ont change le monde : les grands inventeurs de l’histoire. Aujourd'hui le Baron Haussmann.

Atlantico Business

Publié le
Baron Haussmann : « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie »

Georges-Eugène Haussmann est né le 27 mars 1809 et est mort le 11 janvier 1891. Sa carrière administrative le mène, en 1853, sur la route de Napoléon III qui le nomme préfet de Seine de 1853 à 1870. Il s’occupe de la réorganisation urbaine de Paris, cette fameuse campagne  qu’il modifie à plus de 60%. Il est célèbre pour le culte de l’axe et l’esthétique de ses immeubles.

 

Atlantico : Georges-Eugène Haussmann, vous êtes né et mort à Paris. Normal, pour quelqu’un qui aura tant contribué à changer le visage de la capitale.

Georges-Eugène Haussmann : A vrai dire, je suis né à Paris oui, mais dès mes deux ans, mes parents m’ont fait envoyer à la campagne, à Chaville, du côté de Versailles.

Ma santé d’enfant était fragile, avec des symptômes de tuberculose. Il ne faisait pas bon vivre à Paris pour les enfants à cette époque, vous savez. Le taux de mortalité infantile atteignait des sommets. Si je vous disais que sur sept petits-enfants, six pouvaient mourir dans l’année, vous ne me croiriez pas. En vérité, Paris n’était absolument pas un lieu où faire grandir des enfants et ceux-ci étaient généralement envoyés en nourrice, à la campagne. Ce n’était d’ailleurs pas forcément un meilleur traitement pour eux. 

Mais vous, vous êtes baron, vous n’êtes pas né n’importe où. La famille Haussmann était une famille de notables et vous avez eu un parcours plutôt privilégié. 

Georges-Eugène Haussmann : Moi, j’ai eu plus de chance c’est vrai, mes grands-parents vivaient près de Versailles. Mon grand-père vivait bien. Il avait, avec ses frères, monté une manufacture de textiles imprimés, qui ont été très en vogue à la fin du XVIIIème siècle. Ses frères aimaient trop l’Alsace, ils ont envoyé mon grand-père à Versailles, pour gérer le dépôt de toiles qu’ils fournissaient à la cour et les affaires ont continué de bien marcher pendant l’Empire. Mon grand-père avait obtenu une place de commissaire au Directoire. Mais attention, nous ne faisions pas partie du monde des nobles. 

Mes grands parents étaient d’ailleurs bonapartistes, mais ouverts d’esprits. A la fin de l’Empire, ils ont senti que le vent commençait à tourner et m’ont envoyé dans une des meilleures pensions de l’Ancien Régime, celle des Oratoriens, dans le même style que les Jésuites, l’éducation à la religion était très présente, mais on découvrait plein d’autres disciplines, de l’astronomie à la botanique. Je dois dire que les études m’intéressaient.

Henri IV, lycée Condorcet, licence et doctorat de droit. C’est un parcours brillant, on ne peut pas dire que vous soyez un produit hors-système… Si l ‘ENA avait existé, vous y seriez passé.

Georges-Eugène Haussmann : C’était assez classique, comme cursus en somme. Mais hors-système, on ne peut pas dire ça. Car le système à mon époque, voyez-vous, il n’était pas très stable. Pendant mes études, les royalistes étaient revenus, Charles X était au pouvoir, avec une monarchie très fermée. Nous étions protestants, portant un nom à consonance très germanique et je ne suis allé vers le droit que par dépit. A cause de mes parents et grands-parents bonapartistes, je ne pouvais prétendre à intégrer l’armée ou encore la haute fonction publique. Restait le droit et peut-être qu’une carrière de notaire m’aurait plu. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pharamond - 07/08/2018 - 17:45 - Signaler un abus Le moindre coup de pioche...

    Heureusement que le Baron Haussmann n'a pas vécu à notre époque! Le moindre coup de pioche dans ces quartiers aménages,véritables cloaques à l'époque,aurait soulevé l'ire de nombreux comités théodules.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€