Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Baisse des dotations : dans le grand jeu de dupes de la décentralisation à la française, qui de l’Etat ou des régions est le plus hypocrite ?

L'annonce d'une baisse des dotations a été très mal reçues de la part des collectivités territoriales, régions en tête, alors que la méthode du gouvernement pour obtenir des économies en 2018 est plutôt bienveillante puisqu’il se contente de donner aux élus locaux des objectifs d’évolution de leurs dépenses.

Jeu de dupes

Publié le
Baisse des dotations : dans le grand jeu de dupes de la décentralisation à la française, qui de l’Etat ou des régions est le plus hypocrite ?

Atlantico : L'annonce d'une baisse des dotations a été très mal reçues de la part des collectivités territoriales, régions en tête. Cependant, leurs revendications sont-elles légitimes ? Ne peut-on pas considérer que l'Etat a plutôt bien géré ses dépenses quand les collectivités territoriales les ont vu exploser ?

François Ecalle : Les baisses des dotations de l’Etat qui font hurler les élus locaux (200 M€ en 2017 et 400 M€ en 2018) sont marginales au regard de ses concours financiers aux collectivités locales (54 Md€ en 2016 ; 100 Md€ avec les dégrèvements d’impôts locaux qu’il prend en charge et les recettes fiscales qu’il leur transfère), de la baisse des dotations sur 2013-2017 (plus de 10 Md€) et des économies attendues des collectivités localesd’ici 2022 (13 Md€).

Des économies ont dû être trouvées dans des délais très courts cet été pour respecter nos engagements de réduction du déficit public, donc sans le temps d’une longue concertation. Elles touchent les élus locaux comme bien d’autres acteurs. La méthode du Gouvernement pour obtenir des économies en 2018 est plutôt bienveillante à l’égard des élus locaux puisqu’il se contente de leur donner des objectifs d’évolution de leurs dépenses, la baisse des dotations ne devant intervenir qu’en 2019 s’ils ne les respectent pas. Il prend ainsi le risque d’une augmentation de leurs dépenses excessive par rapport à ses objectifs.

Les dépenses des collectivités locales ont pendant longtemps augmenté plus vite que celles de l’Etat, qui a fait de gros efforts d’économies sur 2008-2012, mais elles ont nettement ralenti depuis 2013. Les collectivités locales ont d’abord réduit leurs investissements puis infléchi leurs dépenses de fonctionnement, qui ont même baissé en valeur en 2016. Cette évolution est bienvenue car ces dépenses étaient trop élevées et elle a été obtenue grâce à la baisse des dotations de l’Etat, qui était et reste nécessaire.

S’agissant des régions, elles ont obtenu que le gouvernement actuel ne revienne pas sur une décision de son prédécesseur qui ne va pas dans ce sens : remplacer une partie des dotations de l’Etat par une fraction du produit de la TVA, ce qui leur garantit une ressource dynamique.

N'est-il cependant pas absurde de vouloir créer des grandes régions et de ne pas leur donner le pouvoir nécessaire, avec des engagements qui semblent aujourd'hui instables et une gestion générale là où les collectivités ont eu des gestions très diverses au cas par cas ? Ne faut-il pas a contrario assumer que la décentralisation n'est pas toujours efficace et que dans les faits toutes les impulsions viennent majoritairement aujourd'hui de Paris ?

Le gouvernement précédent a pris de nombreux engagements incompatibles avec la réduction nécessaire du déficit public, vis-à-vis des élus locaux comme de bien d’autres acteurs, et il faut bien revenir sur certains d’entre eux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 28furka - 30/09/2017 - 13:00 - Signaler un abus la baisse des dotations

    ce n est peut etre pas si mal cela va obliger nos elus a reflechir un peut aux priorités et arreter de jeter l argent par les fenetre pour faire plaisir a Pierre ou a Paul en vue des élections qui approchent.

  • Par Anouman - 30/09/2017 - 14:57 - Signaler un abus Dotations

    Le meilleur moyen de limiter les dépenses publiques c'est de limiter le champ de l'intervention de l'état et des collectivités. Et ce ne sera pas fait avec Macron ni avec la plupart des élus locaux qui n'existent que par la dépense publique: je gaspille donc je suis.

  • Par ajm - 30/09/2017 - 17:56 - Signaler un abus Socialisme municipal.

    L 'etat a mis sur le dos des collectivités locales, en particulier les departements, de nombreuses dépenses sociales: personnes âgées ( APA) , mineurs isolés ( poste qui explose avec l'immigration qui compte de nombreux mineurs ou supposés mineurs), RSA ...Les critères et les montants de ces aides restent cependant entierement fixés par l'état. S'agissant de la péréquation, c'est surtout un encouragement à la.mauvaise gestion, les collectivités démagogues et depensieres qui de surcroît font fuire l'activité et les contribuables "aisés" se faisant financer par les vertueuses et les dynamiques. C'est du socialisme municipal.

  • Par lexxis - 01/10/2017 - 09:12 - Signaler un abus DU GRAND N'IMPORTE QUOI!

    Face aux collectivités territoriales qui ont une stricte obligation d'équilibre budgétaire, l'État donne des leçons et décide de tout avec pour son propre budget un déficit prévisionnel de 83 milliards pour 2018. On présente toujours la limite des 3% du PIB, mais en réalité ce déficit est abyssal puis qu'avec ce trou, ce sont plus de 20% des dépenses qui ne sont pas couvertes et vont donc une fois de plus augmenter la dette. D'autre part, quelle logique y-a-t-il dans nos finances publiques, quand ce sont les collectivités territoriales qui doivent financer avec des indemnisations incertaines et le plus souvent insuffisantes des aides sociales généreusement et souverainement décidées par l'État. Montage typiquement public opaque et injuste où la logique n'a aucune part, qui permet (voire appelle) tous les coups tordus et on ne s'en prive pas!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Ecalle

François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www.fipeco.fr sur les finances publiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€