Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’avenir de la France se trouve à Londres et non à Berlin

Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.

Disraeli Scanner

Publié le
L’avenir de la France se trouve à Londres et non à Berlin

Mon cher ami, 

Eh bien nous y voilà. Ce fut laborieux mais Theresa May a réussi. Elle a bouclé la première partie des négociations de sortie de l’Union Européenne. Rassurez-vous. Je ne vais pas entamer mon refrain favori, mon pari sur la longévité du Premier ministre britannique. Quel contraste avec la « Dame de fer » en son temps! Theresa May est un roseau. Elle plie mais se redresse toujours. 

Laissez-moi vous dire les conclusions que j’en tire pour votre pays. L’avenir de l’Europe n’est pas, contrairement à ce que rabâchent bien des vieillards de toutes les générations, à la n-ième relance du « moteur franco-allemand ». Ce qu’il nous faut, c’est une nouvelle « Entente Cordiale ». La France a tout à perdre si elle cherche à emprunter encore une fois le chemin plein d’ornières qui mène à Berlin. Elle a beaucoup à gagner si ses dirigeants prennent l’habitude de traverser la Manche plus souvent. 

Le désastre du leadership allemand sur l’Europe

Quel est le résultat de 25 ans d’Europe sur le modèle allemand, imposé grâce au manque de lucidité français?

Une Allemagne forte économiquement mais de plus en plus divisée politiquement; une puissance qui s’est coupée de la Turquie, de la Russie et de la Grande-Bretagne, trois pays sans lesquels il n’y a pas d’équilibre européen, l’histoire nous l’enseigne. L’Allemagne s’est comportée en « Maison de Savoie » à la puissance dix; elle a fait non plus de la seule Italie du Sud a fait de toute la façade méditerranéenne un immense Mezzogiorno, par la faute d’une politique de la monnaie forte inadaptée aux sociétés qui ont dû l’adopter - tout ceci ne présage rien de bon tant  les rois unificateurs de l’Italie ont détruit la substance du Sud avant de plonger leur pays dans la Première Guerre mondiale puis le fascisme. L’Allemagne domine les Balkans mais si les troupes américaines s’en retiraient, la région serait à nouveau à feu et à sang. Je pourrais multiplier les exemples pour illustrer la réalité d’un leadership faible et qui sombre. Après avoir fait de si nombreux dégâts en Europe. 

La France, faute de politique monétaire adaptée, est accablée d’un chômage endémique; le pays évite une situation pire encore en laissant se développer une fiscalité protéiforme, une fonction publique pléthorique, façon de droguer un patient perclus de douleurs. Mais Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande racontent l’histoire d’un long déclin causé par une politique monétaire inadaptée et une logique à la soviétique: plus le patient souffre de la méthode , plus on affirme que c’est parce qu’on n’a pas appliqué cette méthode avec suffisamment de radicalité qu’elle n’a pas marché. Chaque président français depuis quarante ans rajoute une dose de « modèle allemand » avec un effet toujours agravé. La France est à la fois une puissance de l’Europe du Nord et ses classes supérieures participent à, profitent de la construction européenne; mais elle est aussi une puissance de l’Europe du Sud, avec des classes populaires de plus en plus écrasée par des choix politiques qui ne leur conviennent pas - le biais allemand de la construction européenne. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Piwai - 11/12/2017 - 09:52 - Signaler un abus Excellente analyse

    Merci

  • Par Lucus - 11/12/2017 - 12:12 - Signaler un abus Démarchage nauséabond

    Quelle lettre de propagande et récupération ! Maintenant que les britanniques ont quitté le bateau européen, ils n'auront de cesse d'essayer de mettre un coin dans l'entente franco-allemande pour essayer de récupérer une partie de ce qu'ils ont perdu. Voilà bien là le sens de l’intérêt commun anglais ! Tout ce qu'à fait l'Angleterre depuis des siècles n'est tourné que vers leur intérêt propre: Ils n'en ont rien à faire de la France et de l'Europe. Le seul avenir de l'Europe, c'est plus d'Europe, la fin des états nations, l'émergence des "états régions" avec transfert des compétences régaliennes sur l'Europe: Seulement comme cela pourrons nous faire face à la Chine/Russie/USA, et pas avec des petits deals sans lendemain avec une Angleterre qui va se transformer en paradis fiscal pour entreprise mondiale

  • Par assougoudrel - 11/12/2017 - 14:41 - Signaler un abus Faut-il quitter l'ennemi

    d'hier et "ami" d'aujourd'hui pour renouer avec l'ennemi de toujours? L'Angleterre vient de perdre son pôle financier en faveur de la France; il y aura certainement de la rancune dans l'air. Et les migrants de Calais dans tout ça? Beaucoup de questions restent, pour le moment, sans réponse.

  • Par lima59 - 11/12/2017 - 17:27 - Signaler un abus Faute grave

    Malheureusement cela se fera sans Macron. L'Europe, l'euro, nous avaient promis prospérité et emploi. C'est en France qu'il y a 6 million de chômeurs et 9 millions de gens dans la pauvreté.

  • Par Anouman - 11/12/2017 - 20:40 - Signaler un abus GB

    Il y a longtemps que la France aurait du être plus proche de la Grande Bretagne et aussi avoir une attitude aussi réservée vis à vis de l'Europe. Mais en France on ne les aime pas tellement les British on préfère nos "amis" Allemands, allez savoir pourquoi., peut-être par pur masochisme ou volonté d'auto-destruction.

  • Par ajm - 11/12/2017 - 22:30 - Signaler un abus Être un peu Anglais.

    Dans l'histoire, les Britanniques qui sont des marins et commerçants sentant le vent tourner, ont toujours été plus réalistes et clairvoyants que nous. S'agissant des Allemands , ils feront aussi ce qui convient à leurs intérêts sans se soucier de nous. La France doit d'abord compter sur elle-même et arrêter de se payer de mots creux et de slogans droit de l'hommistes infantiles, être de nouveau adulte, un peu Anglais finalement.

  • Par kelenborn - 12/12/2017 - 15:24 - Signaler un abus Vraiment

    Moi qui ne suis jamais avare de méchancetés ( je n'ai besoin d'en convaincre personne ici) et qui prend toujours grand plaisir à lire notre Disralisson ( ah !quand les repas de la semaine ont été faits de mauvaises herbes sylvestres et de pain Jacquet), je me demande si quelquefois notre ami ne fumerait pas quelque chichon...Que l'on n'ait rien à attendre de l'Allemagne c'est clair, de l'Europe, ce l'est encore plus . Le RU a bien quitté le radeau de la méduse que seul Sylvestre continue à prendre pour un Titanic qui aurait fait route vers le sud...mais, dans ces considérations diplomatiques, je ne vois guère posées les questions essentielles. Qu'est-ce que Macroléon III a connu de l'Angleterre: le bref temps qui suivit son abdication! Quant à Macroléon le quatrième du nom ? Il faut qu'il demande à Goldorak!!! Ou à Mutti Ferkel qui lui fait de si bon cookies !

  • Par kelenborn - 12/12/2017 - 15:28 - Signaler un abus Lucus -

    Ah oui surement....une Europe à 27 où la langue officielle est....l'anglais!!!! Tu ne serais pas un peu nostalgique de ces temps coloniaux des fois!!! Faut descendre de ta chaise à porteurs!

  • Par AUSTRAL98 - 13/12/2017 - 00:15 - Signaler un abus Et Paris

    L'avenir de la France se trouvera à Paris lorsque les français éliront un vrai défenseur de leurs intérêts, c'est pas demain la veille. Pour paraphraser H16, ce pays est foutu.

  • Par hermet - 13/12/2017 - 09:34 - Signaler un abus ok sauf la démographie

    Il est évident que les Français feraient mieux de regarder vers Londres (c'est d'ailleurs ce qu'ils font, il y a bien plus de Français outre manche qu'outre Rhin), mais d'une part la France est morte et ne se relèvera pas, et sur la démographie les Brit ne sont pas mieux que les Français voir même les Allemands.

  • Par A M A - 13/12/2017 - 10:07 - Signaler un abus Jamais dans l'histoire, les

    Jamais dans l'histoire, les relations de la France et de l'Allemagne, toujours conflictuelles dans le fond , n'ont été heureuses. Mais il faut s'acharner à les amplifier jusqu'à ce que leur nature passe de la cohabitation "finassière" à la Bismarck, à la domination germanique. Avec la grand rivale de la France qu'est la Grande Bretagne, les intérêts coloniaux et navals sont souvent divergents, mais l'hostilité n'est pas la recherche fondamentale de la suprématie et ses relations avec l'Allemagne ont rarement pris une autre allure qu'un rapport de force naval. C'est à se demander si le Brexit n'est pas motivé en partie par un refus britannique de tomber sous la tutelle allemande en se laissant aller à la facilité du confort d'une Europe dominée par un IV°Reich. Un jour, quittant ses faux-frères européens, la France penaude reviendra vers ses cousins britanniques

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Disraeli Scanner

Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de Londres" signées par un homonyme du grand homme d'Etat.  L'intérêt des informations et des analyses a néanmoins convaincus  l'historien Edouard Husson de publier les textes reçus au moment où se dessine, en France et dans le monde, un nouveau clivage politique, entre "conservateurs" et "libéraux". Peut être suivi aussi sur @Disraeli1874

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€