Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Au soleil et pas cher : retraites à l’étranger, rêve ou mirage ?

Les retraités sont de plus en plus nombreux à aller couler leurs vieux jours au soleil, à l'étranger. Une situation qui pose un certain nombre de problèmes.

Retraites halées

Publié le
Au soleil et pas cher : retraites à l’étranger, rêve ou mirage ?

Atlantico : L'expatriation peut mener à des déceptions, voire des échecs. Quelles sont les principales raisons? Comment l'éviter ?  

Paul Delahoutre : Le cas de figure classique, ce sont des actifs qui ont découvert un pays comme lieu de vacances, dans des conditions de vacances et qui n'ont vu que le plus positif. Une fous à la retraite, ils décident de s'y installer avec cette image et en croyant connaître le pays. Je conseille toujours de commencer par s'y installer quelques mois, voire un an tout en gardant sa situation en France. Pour être sur de son choix, il faut y aller aussi en hiver, prendre les transports collectifs, communiquer avec les gens, vivre le plus possible dans le quotidien.

Les différences culturelles sont parfois importantes, y compris dans un pays européen.

Autre écueil classique : un couple d'expatriés doit partager le même projet et avoir autant envie l'un que l'autre de partir. Partir pour faire plaisir à l'autre sans être convaincu est très risqué et peut causer beaucoup de frustrations, voire de ruptures.  

L'argument du coût de la vie est déterminant, notamment pour la Thaïlande et le Maroc. Est-ce si vrai au Portugal, qui constitue la première destination des retraités?

Au Portugal, c'est de moins en moins vrai, en raison notamment de l'afflux de retraités français! La pression sur l'immobilier est forte et les prix ont augmenté, suscitant aussi l'agacement des habitants, notamment à Lisbonne. Les locaux voient arriver des français plus riches qu'eux, et des retraités ayant un meilleur niveau de vie…une certaine jalousie s'installe, même si la présence des français représente un gain économique aussi.

Au-delà de l'immobilier, les voitures, l'électroménager ou l'habillement sont au même prix qu'en France. On estime tous secteurs confondus que la vie est 20% moins chère, ce qui n'est pas énorme. Les réels gains pour les retraités se situent au niveau des services à la personne, au Maroc ou en Thailande notamment. Une personne à domicile est rémunérée 200 euros par mois (contre 600 au Portugal) et pour une population vieillissante, c'est un élément important.

Vous estimez que 10% environ des retraités expatriés reviennent en France. 10% sont déçus et ne seraient pas partis s’ils avaient su, mais ne reviennent pas car leur situation ne leur permet pas de revenir en France.

C'est une estimation, car les expatriés évitent de parler de ce type d'échec ou de déception. Ceux qui n'ont pas réussi leur installation sont souvent ceux qu'ils l'ont mal préparée, ou qui ont voulu fuir leur vie en France pour diverses raisons…Il ne faut jamais partir pour des motifs flous, une mauvaise situation en France ne sera pas résolue

La santé et l'accès aux soins est une question prioritaire dans l'expatriation des retraités français. Quels sont les éléments à prendre en compte?

L'aspect financier est une question majeure. D'une part il faut avoir conscience de son coût, qui sera nécessairement plus élevé quel que soit le cas de figure que vous choisissez. Garder une mutuelle en France, adhérer à la caisse des français de l'étranger ou prendre des assurances privées,  il y a un surcoût, même dans un pays européen qui a un accord de transfert de sécurité sociale, comme le Portugal. La médecine publique y est moins performante qu'en France, les délais sont plus longs etc. Quant aux pays comme la Thailande (2è destination des retraités français) et le Maroc (3e destination des retraités français), vous êtes soumis à des régimes de mutuelles chères et à des soins très onéreux car effectués dans des cliniques privées.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberdom - 17/05/2018 - 13:32 - Signaler un abus Pas vrai

    Du moment que vous vivez dans un pays de l'Union Européenne et que la CSG CRDS ponctionne votre retraite vous êtes assurés et tout à fait fondés à vous faire soigner en France ou dans tout autre pays de l'Union. Que les bureaucrates de la sécu veuillent vous en empêcher est illégal car contrevenant à liberté de circulation et d'établissement dans l'Union.

  • Par assougoudrel - 17/05/2018 - 13:54 - Signaler un abus C'est vrai

    ce que dit Liberdom. Le fonctionnaire ou assimilé (militaire) paie son impôt en France (Bercy prend son dû avant lui reverser sa pension sur son compte à l'étranger), mais le retraité ne paie plus de CSG, ni CRDS. Dans l'UE, il n'y a aucun problème pour se soigner. Macron et sa bande de mafieux commencent à paniquer en voyant tous ces milliards d'euros qui lui passent sous nez et essaient de dissuader ceux qui hésitent avant de franchir le pas.

  • Par ISABLEUE - 17/05/2018 - 15:35 - Signaler un abus pas mal de retraités qui étaient au Maroc sont

    revenus en Europe en courant, et sont allés au Portugal. Il y a deux sortes de retraités les trés riches et les bas moyens.. Tous en ont ras le bol des racailles (il n'y en as pas au POrtugal !!) les trés riches viennent se faire soigner en France, avec leurs assurances trés chères..... Moi je me verrais bien en Espagne.... ou en Italie... ou plus loin encore..

  • Par ISABLEUE - 17/05/2018 - 15:39 - Signaler un abus de toute façon il y a la Carte de Sécu Européenne

    que l'on peut demander quand on voyage et dont la durée est de deux ans !!

  • Par lepaysan - 17/05/2018 - 17:20 - Signaler un abus Expatrié pendant 25 ans,

    il faut quand même valoriser ce qu l'on a en France. Santé, sécurité, même si on en a tous marre de l'administration qui nous emmerde en permanence. En fait, je pense que beaucoup partent de France pour retrouver un peu de liberté individuelle plus que pour des raisons uniquement économiques.

  • Par kelenborn - 17/05/2018 - 18:34 - Signaler un abus Ouais

    Moi, j'ai une femme slovaque, une maison en Slovaquie, c'est un très beau pays sans migrants ...La médecine est d'excellente qualité puisque je vais faire poser des implants dentaires pour deux fois moins cher (pour mordre les fesses d'Ah2bouh). Et ...on n'a pas la gueule à Bourdin et Elkrieff quand on allume la télé ( en fait remarquez je ne la regarde jamais) alors....j'y pense mais j'ai mes rhododendrons alors....Dis pas Ouf Vangode car ,, même de la bas je te tiendrais à l'oeil !

  • Par jurgio - 17/05/2018 - 19:22 - Signaler un abus Étonnant !

    Je vois souvent des émissions à la télé où nombre de Français se plaignent d'être mal soignés (manque d'hôpitaux performants, de médecins ou d'infirmières) avoir des centres médicaux trop éloignés, etc. La France pays des bons soins, une légende ? Je me demande donc si les soins ne sont pas considérés uniquement sous l'angle parisien ? conséquemment, les « provinciaux » seraient-ils vus comme des expatriés ? À cette lenteur de réforme, les pays voisins ne devraient plus être très loin de nous rattraper, sinon de nous avoir déjà dépassés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Delahoutre

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€