Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avis aux amateurs des RTT, l’expérience suédoise de la semaine de 30 heures est officiellement un échec, et voilà ce qui s’est passé

La Suède a expérimenté sur deux ans le projet des journées de travail de six heures quotidiennes. Les coûts engendrés ont dépassé les bénéfices,ce qui a mis un terme à l'expérience. En France, cela devrait mettre un terme aux espoirs d'une partie de la gauche qui tente d'imposer une semaine de travail à trente-deux heure

Faux-espoirs

Publié le - Mis à jour le 6 Janvier 2017
Avis aux amateurs des RTT, l’expérience suédoise de la semaine de 30 heures est officiellement un échec, et voilà ce qui s’est passé

Atlantico : La Suède a mené une expérimentation sur les temps de travail de 6h par jour pendant deux ans. Elle a finalement arrêté cette expérimentation car les coûts ont dépassé les bénéfices. Quels sont les enseignements que nous pouvons tirer de cette expérience ? 

Pierre-François Gouiffès : Tout d’abord la situation de l’emploi est très différente en Suède dont le taux de chômage est inférieur de trois points à celui de la France (6,9 % contre 9,7% selon Eurostat), ce qui permet au pays d’être beaucoup plus proche que nous du plein emploi.

Donc on s’affranchit dès le départ du débat pâtissier français sur le découpage en davantage de parts d’un gâteau travail d’une quantité fixe.

Les différents tests menés sur la semaine de six heures en Suède sont en revanche intéressants en ce qu’ils reflètent différents débats sociétaux, économiques voire managériaux : quel équilibre entre vie privée et vie professionnelle (1% des Suédois travaillent plus que 50 heures par semaine contre 13 % en moyenne dans l’OCDE) ? Est-on individuellement ou collectivement plus productifs en travaillant moins d’heures ? Comment adapter les politiques publiques pour concilier performance économique et bien être ? Les expérimentations font de ce fait l’objet de l’attention de nombreux observateurs internationaux.

Bertrand Martinot : Dans un environnement où les conditions de travail, voire les formes du travail, changent radicalement, la question d’une norme nationale du temps de travail devient chaque jour moins pertinente. Pourquoi 35 heures ou pourquoi 39 ? Et pourquoi une norme hebdomadaire ?

Pour ce qui est la santé et des conditions de travail, d’autres facteurs sont plus importants que de savoir si l’on travaille 35 ou 39 heures ! Les risques se sont souvent déportés du nombre d’heures de travail vers l’intensité du travail, le stress, le mauvais management, la pression du client, le risque de perte d’emploi… Les questions d’organisation du travail et de management sont cruciales dans une économie tertiaire. On pourrait étendre le problème à d’autres sujets que la durée hebdomadaire. Par exemple, quitter son lieu de travail à 16 h mais retravailler chez soi de 21h à 23h est (en théorie… !) interdit par le code du travail, car vous avez le droit à 11 heures de repos minimum par 24 heures. Et pourtant, cela peut très bien correspondre à une organisation de vie optimale pour le salarié, tout en étant acceptable par l’entreprise.   

Dans quelles mesures ces enseignements pourraient-êtres appliqués aux secteurs de l'emploi en France ? 

Pierre-François Gouiffès : Le projet suédois présente une dimension exceptionnellement exotique " vue de France ", à savoir le recours à l’expérimentation : les Suédois testent à une échelle modeste mais pertinente un dispositif très structurant sur le plan économique et sociétal et analysent dans un débat public ouvert les enseignements qu’on peut en tirer. Hélas en France et pour le moment, il y a encore un fort blocage sur l’expérimentation : le droit à l’expérimentation est certes apparu lors de la réforme constitutionnelle de 2003 (article 72 alinéa 4 de la Constitution) mais avec un encadrement tel qu’il n’est que très rarement mis en œuvre, et surtout pas pour des politiques publiques majeures par exemple dans le champ de l’emploi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 05/01/2017 - 10:26 - Signaler un abus Imbecillité persistante

    Il est évident que la durée du travail doit être déterminée par négociation entre l'entreprise et ses salariés. Au passage, A. Sauvy qui qualifia la règle obligatoire de la semaine de 40 h de plus grosse erreur depuis la révocation de l'Edit de Nantes, était SOCIALISTE

  • Par clint - 05/01/2017 - 21:21 - Signaler un abus Vous dites RTT : mais avec Fillon elles disparaitront de facto !

    A partir du moment où un supprime les 35H on supprime de facto les RTT, les heures sup, etc . Si je ne me trompe pas c'est ce que Fillon fera par ordonnance pendant les tous premiers mois !! Bon comme il est chrétien il va peut-être remettre le repos dominicale obligatoire !

  • Par vangog - 05/01/2017 - 21:32 - Signaler un abus Les apprentis-sorciers de la sociologie aimeraient refaire

    le monde à l'image de leurs fantasmes putrides...ces navets n'ont toujours pas compris que les expérimentations n'étaient intéressantes qu'en science vivante, pas en sociologie morte...

  • Par assougoudrel - 06/01/2017 - 05:57 - Signaler un abus Hé! Atlantico!

    Il y a quelqu'un chez vous qui s'amuse à effacer mes commentaires qui ne sont pas plus virulents que d'autres. Je me souviens d'un dénommé "Arvensis" (il vous fait peur?) qui avait écrit qu'il me collerait à la culotte, car mes propos sont terrible. Je commence à en avoir plein le "tchu". Vous me désabonner et on en reste là.

  • Par Ganesha - 06/01/2017 - 08:02 - Signaler un abus Assougoudrel

    Assougoudrel, le premier commentaire qui disparaît, c'est habituel… C'est un stagiaire négligent ! Écrivez vos commentaires dans un document Word, que vous sauvegardez. Cela permet aussi de faire des ''copié-collé'' pour répondre aux trolls qui répètent éternellement le même argument...

  • Par Ganesha - 06/01/2017 - 08:17 - Signaler un abus Bruit de couloir ?

    Titre mensonger, pour un article minable : on ne nous explique absolument pas pourquoi cela aurait été un échec. Les auteurs ne font que répéter un ''on-dit'', un ''bruit de couloir'' ? ''Il paraîtrait que c'est un échec'' ? L'article de référence ne serait pas encore traduit du suédois...

  • Par borissm - 06/01/2017 - 08:30 - Signaler un abus Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice,

    propose 32 heures (ce qu'elle doit estimer comme un sommet indépassable, vu le boulot qu'elle a accompli dans la vie). Mais pourquoi 32 ? Pourquoi 22 ? Ou 12 ? Voire zéro ?? Ça aurait de la gueule !

  • Par odelaf - 06/01/2017 - 15:44 - Signaler un abus D'ailleurs

    0 heures cela s'appelle le revenu universel !!!!!

  • Par kelenborn - 06/01/2017 - 17:01 - Signaler un abus Oui totalement creux

    Comme le note Ganesha, aucune explication mais des péroraisons. Au demeurant, il faut être mité par le féminardisme comme l'est la société suédoise pour inventer un tel truc!: 6 heures/jour pour que le mec fasse la vaisselle? Ce n'est donc pas la durée journalière ni même hebdomadaire du travail qui importe, mais il faut sans doute raisonner sur une durée annuelle ou mensuelle. Ce qui est certain, en revanche c'est que d'une part la baisse de la durée du travail s'accompagne d'une hausse de la productivité, qu'il est illusoire de penser qu'une hausse de sa durée accroîtrait la compétitivité et que la désindustrialisation est bien plus due aux normes diverses et variées au premier rand desquelles les normes environnementales et sanitaires (tout le politiquement correct déversé par l'UE) Quand on entend ce pauvre Fillon expliquer qu'un fonctionnaire doit travailler plus, il faudrait QU4IL DISE à quoi cela peut servir que l'employé municipal de Sablé qu'il a embauché mais qui ne sert à rien passe plus de temps sur son ordi à "faire des cocottes en papier"! Et ça enseigne à Sciences Po! Bon c'est vrai que c'était..sciences po

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié "Margaret Thatcher face aux mineurs" (Privat, 2007), "Réformes: mission impossible ?" (Documentation française, 2010) et "L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française" (Documentation française, 2013). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Bertrand Martinot

Bertrand Martinot est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€