Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attentats de Barcelone : ce qu’a découvert l’enquête 2 mois après

Le 17 août dernier, 15 personnes sont mortes, renversées par une camionnette sur l'allée centrale piétonne de la Rambla, à Barcelone.

Echec local, échec européen

Publié le
Attentats de Barcelone : ce qu’a découvert l’enquête 2 mois après
Deux mois après les attentats de Catalogne (Barcelone, Cambrils, 17 et 18 août, 16 morts, 130 blessés par véhicule-bélier), où en est l'enquête ? Ecoutons des officiels et experts espagnols au cœur des investigations, qui dénoncent clairement deux sérieux échecs : 
 
- celui du système espagnol/catalan de détection des menaces djihadies ; le ministre de l'Intérieur espagnol l'avoue : la cellule "a réussi à échapper au contrôle des menaces potentielles",
- et celui, pire encore, de la coordination antiterroriste de l'Union européenne (UE). 
Voyons ces deux points tour à tour.
 
LA CELLULE TERRORISTE - formée (classiquement) de deux cercles concentriques : un noyau central de 12 individus (tous morts ou sous main de justice), jeunes marocains de 17 à 24 ans, plus un gourou sur lequel nous reviendrons ; un second cercle logistique (fourniture de bonbonnes de gaz et précurseurs d'explosifs, véhicules, faux papiers, etc.), trois individus déjà repérés, dont deux arrêtés à ce jour au Maroc.
 
LE GOUROU, ABDELBAKI ES-SATY - retour à l'attentat de mars 2004 à Madrid (gare d'Atocha, 191 morts) ; l'Espagne découvre le terrorisme djihadi. En 2005, un noyau terroriste (le "Groupe de Vilanova"), est repéré à la mosquée al-Forkan de Vilanova I La Geltru (en Catalogne déjà). Son imam, Mohamed Mrabet Fashi, militant du Groupe islamique combattant marocain, recrute des djihadis pour des opérations-suicide en Irak. Dans ses papiers (voici douze ans...) des éléments sur Abdelbaki es-Saty, suspect d'opérer la logistique de réseaux djihadis en Espagne et en Europe (nous soulignons) ; Il est mis sur écoutes de 2005 à 2006, sans résultats. En janvier 2010, es-Saty rentre du Maroc et est arrêté avec 12 kilos de cannabis dans sa voiture. Dès lors il est incarcéré jusqu'en 2014 à Castellon (Espagne) où il est proche du Marocain Rachid Aglif, co-auteur de l'attentat d'Atocha, qui y purge 18 ans de prison. Sorti en 2014, es-Saty loge chez Mrabet Fashi puis arrive à Ripoll en 2015. Solitaire, discret - et plus du tout surveillé - il recrute des jeunes d'une ville où "personne ne le connaissait".
 
CATALOGNE, LE LAXISME - Catalogne, 268 mosquées déclarées, plus ou moins surveillées ; Ripoll (100 km. au nord de Barcelone), "des rues qui n'avaient jusqu'alors vu un uniforme" (14 policiers pour 11 000 habitants, dont quelque 700 Marocains).
 
DÉTECTION PRÉCOCE, L'ÉCHEC - Les terroristes amassent 120 à 150 bonbonnes de gaz ; 500 litres d'acétone ; 340 litres de peroxyde d'hydrogène, de quoi fabriquer 100 kilos de TATP (triperoxyde de triacétone) effarante quantité d'un célèbre explosif islamiste, d'usage produit (et parfois trouvé lors d'enquêtes) par kilos. Ce (fort instable) TATP explose dans une maison squattée d'Alcanar (Catalogne) le 16 août à 23h30. Or nul dans la police régionale ne flaire les prémisses ratés d'une imminente attaque. D'autant moins que la police catalane dit avoir ignoré le passé terroriste d'es-Saty (tué dans l'explosion).
 
DÉTECTION DU NOYAU TERRORISTE, L'ÉCHEC ENCORE - classique encore : trois mois avant les attentats, l'un des terroristes abattu par un policier à Cambrils le 18 août, fait encore la fête ; un copain le décrit comme saoul à tomber. Arrive le Ramadan (26 mai, 24 juin 2017) : les futurs terroristes jouent moins au foot... ne parlent plus de femmes, voitures ou jeux vidéos ; plus de musique sur leurs portables. L'un d'eux dit à un ami qu'il a trouvé "la vérité", quand d'autres restent "égarés dans le monde occidental". Un autre proche : "depuis qu'ils ont fait le Ramadan, je les ai vus porter des vêtements de musulmans. Tout le monde... Je ne les avais jamais vus habillés comme ça... Avant, ils avaient des vêtements normaux...". Or dans Ripoll nul n'a rien dit ni averti : l'"omerta".
 
GRAVES QUESTIONS EN SUSPENS - [Les terroristes] "voiture, appartement, argent, ils avaient tout, ils vivaient bien" : travail salarié ou trafics divers ? On ne sait encore trop.
- Préparatifs des attentats : les terroristes tenaient une comptabilité précise, avec notes de frais : pour qui ? A quel usage ?
- 2014-2016 : es-Saty circule en France et en Belgique (il est repéré à Vilvorde). Décembre 2016, juillet et août 2017 : des djihadis de Ripoll viennent (au moins) trois fois à Paris. En août passé, 2000 km. en 48 h. : tout cela, pourquoi ?
 
L'ÉCHEC EUROPÉEN - Résumons : un djhadi acharné depuis 12 ans au moins... pur hybride terreur-crime (trafiquant de drogue) et d'autant plus dangereux ; individu lié aux auteurs de l'attentat le plus meurtrier commis en Europe (191 morts, 1800 blessés) ; accumulant sans encombre assez d'explosifs pour détruire les grands monuments de Barcelone et circulant impunément d'Espagne en France et en Belgique - n'oublions pas le Maroc. Tel est Abdelbaki es-Saty, émir terroriste de Ripoll. Or que dit après l'attentat le coordinateur de l'UE, M. Gilles de Kerchove ? "La cellule était peu formée". Que lui faut-il ? Et que d'incompétence.
 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 30/10/2017 - 08:24 - Signaler un abus C'est la même chose en France

    Echec européen en effet total

  • Par J'accuse - 30/10/2017 - 09:15 - Signaler un abus Incompétence, inefficacité, irresponsablité, impunité

    Tant que les élus et les hauts fonctionnaires responsables de la sécurité ne seront pas sanctionnés pour leurs incuries et leurs fautes, ça continuera comme ça. Aucune condamnation pour l'attentat de Nice (86 morts et je ne sais combien de blessés), alors qu'il était facilement évitable. Mais nous vivons en aristocratie, et les "élites" qui nous gouvernent sont au-dessus des lois.

  • Par vangog - 30/10/2017 - 09:28 - Signaler un abus « Travail salarié ou trafics divers »?...

    « On ne sait pas encore! »...c’est extraordinaire comme l’Espagne, à l’égal de la France gauchiste, a du mal à se renseigner sur la façon de vivre de ses immigrés...Comment peut-on espérer en savoir plus de communautés fréquentant assidûment des mosquées salafistes, si les fonctionnaires de l’état ne savent même pas s’ils ont un « travail salarié ou non »?...

  • Par Marie-E - 30/10/2017 - 10:37 - Signaler un abus effectivement

    il ne faut pas oublier que quelques temps avant l'attentat, les Catalans avaient critiqué les touristes trop nombreux et voulaient accueillir les bras ouverts les migrants. De plus ils ne voulaient pas faire confiance au gouvernement central car espagnol. Je me permettrai de conseiller aux Catalans de mieux voter la prochaine fois plutôt que d'élire des gauchos bisounours.

  • Par Atlante13 - 30/10/2017 - 11:41 - Signaler un abus Un moment je me suis demandé

    si on parlait de l'Espagne ou de la France. En tout état de cause, l'auteur de l'article, ou les enquêteurs , oublient de parler des liens très étroits entre Podemos et les islamistes, et de la main-mise de l'extrême-gauche catalane sur la police catalane, comme cela a été déclaré par les manifestants espagnols ce dimanche. Ce n'est pas surprenant que ces terroristes se soient sentis si tranquilles en Catalogne où le communisme reste très ancré encore.

  • Par jerome69 - 30/10/2017 - 15:57 - Signaler un abus Principe de précaution

    ON l'applique rapidement pour un peu tout mais là ...rien, tous ces enfoirés n'avaient rien à faire en Europe et aurait du être expulsé vers le maroc des les premiers liens islamistes Quand je vois qu un auteur d 'attentat n est pas emprisonné à vie , 18 ans surement réduit à moins... Là bas aussi les juges ont du sang d'innocent sur les mains

  • Par OLYTTEUS - 30/10/2017 - 19:59 - Signaler un abus Continuités mortelles

    Les djihadistes profitent de l’islamophilie des gauches au pouvoir en Catalogne. Ajoutez à cela l’incompétence et ce sont des dizaines de morts... Comme en France...

  • Par pierre de robion - 30/10/2017 - 23:26 - Signaler un abus Fais ce que tu peux!

    Nombre de juges et de policiers connaissent les solutions, mais comme on ne peut avoir à la fois dans ce monde impitoyable la SECURITE et la LIBERTE TOTALE, il faut faire des choix Et nos dirigeants préfèrent, pour être agréables à tous les lobbies "gôchistes" et "DDLHommistes", sacrifier des vies plutôt que de limiter quelque peu nos allers-venues! C'est un choix, mais qui choisit les responsables politiques? En France en Espagne ou ailleurs?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€