Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Armes contre œuvres d'art volées : la mafia italienne s'allie à l’État Islamique

Deux organisations italiennes du crime organisé sont accusées de trafic d’armes avec des combattants de l’État Islamique, et ce en échange d’œuvres d’art pillées en Libye.

THE DAILY BEAST

Publié le - Mis à jour le 21 Octobre 2016
Armes contre œuvres d'art volées : la mafia italienne s'allie à l’État Islamique

Barbie Latza Nadeau - The Daily Beast

Rome – Une photo floue montre la tête en marbre décapitée d’une statue romaine. L’image fait office de "ticket doré", généralement utilisé dans les meilleures maisons de ventes aux enchères du monde. Il n’y a pas de certificat d’authenticité pour ces œuvres d’art ; juste des plans, constellés de points rouges. Ce n’est pas une vente aux enchères comme les autres. Les plans en question montrent les tombes grecques et romaines qui viennent d’être pillées en Libye. Ces œuvres viennent d’être mises sur le marché par la 'Ndrangheta calabraise, qui travaille en collaboration avec la Camorra napolitaine.

La salle des ventes est une usine de salami appartenant à la mafia dans le sud de l’Italie. Les photos du butin ont été montrées à Domenico Quirico, un journaliste de la Stampa qui enquêtait sous couvert d’une fausse identité, celle d’un collectionneur d’art. Il travaillait avec la Police Italienne du patrimoine, qui essayait de cerner un réseau de trafic d’oeuvres d'art contre armes qui fleurit au sud de l’Italie depuis des mois. La tête en marbre, qui date de l’époque de l’Empire romain, partira pour à peine 66 000 dollars. Une autre statue plus grande et plus ancienne, datant de l'Antiquité grecque, sera vendue pour un million de dollars même si le dealer a confié à Quirico qu’il aurait pu l’avoir pour 880 000 dollars.

Les révélations de Domenico Quirico ont mis au jour un réseau complexe qui travaille apparemment au vu et au su de tout le monde. Les œuvres volées entrent illégalement en Italie sur des navires sous pavillon chinois qui arrivent de Syrte, à destination du port calabrais de Gioia Tauro, de loin le port le plus dangereux du pays. Il est caractérisé par de très nombreuses habitations illégales, et la plupart sont construites avec des containers de navires abandonnés.

C’est ici que la 'Ndrangheta gère le plus grand trafic de médicaments en Europe depuis des années. Lundi dernier, le ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano a confirmé les révélations du reportage de la Stampa, en ajoutant que le gouvernement italien sait qu’un réseau de trafic d’objets d'art finance le terrorisme djihadiste dans la Libye toute proche... "Nous avons étudié le 'PIB de la terreur' et nous savons que l’une de ses composantes est l’œuvre d’art volée", a-t-il déclaré aux journalistes. "Les œuvres d’art volées alimentent les circuits de Daesh et contribuent au PIB de la terreur".

Les gangs italiens acquièrent les œuvres d’art par des djihadistes pilleurs de tombes en Libye, en échange d’une grande variété d’armement qui va de la kalachnikov aux lance-grenades. La Camorra possède ces armes en très grande quantité grâce à ses liens et son trafic de longue date avec la Russie, la Moldavie et l’Ukraine.

Les armes sont soit passées en contrebande en Libye sur les mêmes navires, soit laissées en Europe pour des combattants étrangers qui les récupèrent en Europe. En septembre, la brigade de la police financière italienne a découvert ce qu’elle a appelé "un véritable arsenal de la Camorra" dans une voiture volée abandonnée dans un parking d’une banlieue dure de Naples.

Dans le coffre se trouvaient 8 pistolets, 4 fusils mitrailleurs, un fusil d’assaut et 650 recharges de munitions ainsi que des silencieux pour les armes, le tout réparti dans des sacs de sport. Selon la Police, les numéros de série avaient été effacés de toutes les armes. La voiture abandonnée n’était pas fermée à clé et les armes étaient prêtes à être récupérées par quelqu’un qui les aurait fait entrer plus au nord en Europe.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Barbie Latza Nadeau

Barbie Latza Nadeau, est chef du bureau de Rome pour The Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€