Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Armer les Français face au changement du monde : pourquoi l’essence du macronisme oublie un pan entier de notre nouvelle réalité

Dimanche soir lors de son intervention sur TF1, Emmanuel Macron est revenu sur l’ADN de sa vision pour la France :"La société change, je ne vais pas vous protéger contre ce changement, mais vous armer pour y faire face". Problème, à supposer que tout le monde bénéficie d’une formation optimale, y aura-t-il assez d’emplois pour tous ?

Trou de mémoire

Publié le
Armer les Français face au changement du monde : pourquoi l’essence du macronisme oublie un pan entier  de notre nouvelle réalité

Atlantico : En insistant sur son binôme "libérer-protéger" lors de son discours dimanche, Emmanuel Macron a clairement défini son angle d'attaque pour ce quinquennat. Il s'agit pour lui de demander aux Français d'"accepter le changement" social et économique et de donner en retour des armes aux Français pour se défendre contre les bouleversements que ces changements impliquent. Cette intention, aussi louable soit-elle d'un point de vue micro-économique, prend-elle suffisamment en compte des grands enjeux macro-économiques tel que la robotisation et l'augmentation des emplois-non qualifiés ?

Ou l'évolution de l'euro, du prix des matières premières ou encore de la nomination du remplaçant de Yellen ?

 

​​Nicolas Goetzmann : L'intervention du chef de l'État a pu mettre en évidence une rupture d'équilibre manifeste entre un "sur" traitement des questions microéconomiques, et une quasi absence de traitement des problématiques macroéconomiques, ce qui peut se mesurer par l'absence de toute référence à la stratégie économique européenne dans ses réponses. Pourtant, en effet, le destin économique du pays dépend avant toute autre considération du destin de la zone euro, et de la stratégie poursuivie par les européens au niveau global. Mais de cela, il n'a pas été question. Ce qui en fait de cette interview une intervention hors sol.

 

Ainsi, lorsque l'on parle de chômage sans même évoquer la problématique de la politique monétaire, il est peu probable d'obtenir un résultat satisfaisant. Et comme cela est indiqué dans votre question, le niveau de l'euro, qui dépend de la politique de la BCE, peut effacer en quelques minutes les effets attendus de telle ou telle réforme touchant à la "compétitivité" menée au niveau national. Cela n'est en réalité pas réellement surprenant, parce que les prédécesseurs d'Emmanuel Macron ont suivi ce même chemin d'ignorer les sujets de tendances globales, ou de macroéconomie, mais il est dès lors évident que le "nouveau monde" promis par Emmanuel Macron est en réalité parfaitement conforme à l'ancien.

 

Et cette négation des enjeux d'importance se vérifie également, il est vrai, par le possible remplacement de Janet Yellen à la tête de la FED. Notamment si Kevin Warsh, pressenti pour le poste, venait à l'obtenir. Les effets, négatifs sans doute, seraient alors bien plus lourds à porter pour l'économie européenne et française que les considérations nationales évoquées dans cette interview. Ce qui révèle tout de même d'une vraie absence de stratégie globale de la part de l'Élysée du point de vue économique. En l'occurrence, l'enjeu serait quand même de faire face à une possible réduction de la demande américaine, ce qui est de la plus haute importance pour l'Union européenne, qui se devrait alors de compenser cette perte.

 

Concernant les tendances lourdes que représentent la robotisation, l'automatisation, et l''augmentation des emplois non qualifiés, ces questions n'ont été traitées que sous l'angle de la "formation". Mais non pas de la formation dans un sens global, prenant en compte les enjeux de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, mais plus simplement en traitant de la formation des personnes actuellement au chômage. Or, les travaux les plus récents relatifs à ces problématiques indiquent que la meilleure protection contre l'automatisation se trouve dans la créativité. La réflexion concernant l'éducation devrait ainsi se concentrer sur cet aspect, plutôt que de voir l'apprentissage comme une solution répondant aux enjeux du monde actuel, même s'il peut s'agir d'un appui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/10/2017 - 08:18 - Signaler un abus Et Oui! La créativité...

    C'est la notion essentielle qui manque au "schéma" Macronienne, cortical complexe. L'intuition créatrice est le mécanisme numéro un que réclamera aux jeunes le nouveau monde, et elle est à l'opposé du processus décisionnel Macronienne, complexe, contradictoire, et limite dans l'espace et le temps. Macron est excellent pour faire le constat d'échec de quarante années de gauchisme et pour mettre le nez des Français dans leur pipi (et voilà pourquoi couine Melenchouille...), mais il est incapable d'anticiper l'avenir de façon créative. Seul un homme libre le peut! Mais Macron est englué dans toutes les vieilles compromissions de la gauche: avec le capitalisme de connivence, avec la finance mondialiste, avec les syndicats archaïques mafieux, avec les associations rétrogrades, avec les centristes-girouettes...bon! Il s'est déjà libéré du boulet de Bayrou...saura-y-il s'est libérée du reste pour avancer, l'esprit libre?...

  • Par cloette - 17/10/2017 - 10:51 - Signaler un abus Tout à fait d'accord avec le commentaire de Vangog.

    Bravo !

  • Par Ganesha - 17/10/2017 - 11:25 - Signaler un abus Télé-évangeliste du Libéralisme

    Macron est un gourou médiatique, comparable aux télé-évangélistes américains, qui essaie de propager l'ineptie du Capitalisme Mondialiste Libéral ! Il voudrait faire croire à chaque français qu'il va effectivement devenir un gagnant du gros lot du Lotto ! Que chaque citoyen de notre pays va, dans un avenir proche, créer sa start-up informatique et devenir millionnaire ! Macron se dit : ''Plus c'est gros, et mieux cela passe'' ! Mais, nous ne sommes pas aussi ''nuls'' que notre président le pense et un tel niveau d'absurdité ne résistera pas très longtemps !

  • Par chenko - 17/10/2017 - 13:32 - Signaler un abus Un problème dans les raisonnements précédents

    c'est qu'affirmer que nous sommes dans un monde capitaliste (les pub de noel sont arrivée !!!) et indiquer que l'administration n'a pas vocation à faire preuve de créativité sont des constats sans contre proposition. Le monde et les mentalités étant ce qu'ils sont, comment peux-t-on le changer ? Personne n'aime le changement brutal, donc proposer une révolution c'est condamner la France à une explosion de colère de tous contre tous. Le plus grave c'est que ce faisant les premières victimes seront les pauvres (parce que sans moyen de défense). Je pense au contraire, qu'un gros travail de pédagogie reste à faire et que Macron malgré toute la volonté qu'il peut avoir ne sera qu'une étape... Après, comme je dis souvent, le pire arrivera toujours assez tôt !

  • Par ajm - 17/10/2017 - 15:15 - Signaler un abus Le monde ne s'adaptera pas à la France.

    De toute façon, Macron ou pas, ce n'est pas le monde qui va s'adapter à la France et à ses habitants. Certains pays , grands, moyens et petits s'adaptent mieux que nous. Leurs dirigeants nationaux et locaux ne font pas de grands discours maïs agissent pour créer l'environnement le plus efficace. Il faut aussi faire passer tout le secteur étatique et public dans l'ère du changement .On constate en effet qu'en France c'est le secteur privé qui , face à la concurrence, se restructure le plus, le secteur public se contentant de gérer les rabots budgétaires ( pas partout ) sans remettre en cause son organisation et sa gestion archaïque du personnel.

  • Par gerint - 17/10/2017 - 23:05 - Signaler un abus Je n’ai pas besoin de Macron

    Pour me dire ce que j’ai à faire et choisir à ma place. Qu’il aille au diable.

  • Par Totor Furibard - 18/10/2017 - 08:44 - Signaler un abus Très bon analyse de Nicolas Goetzmann

    Mr Macron, (comme ses deux prédécesseurs) n'a hélas ni la carrure ni la formation, ni la compétence, ni la volonté de traiter le problème au niveau Macro-économique (et donc largement Européen), alors que comme Mr Goetzmann le dit, la politique (et la conjoncture) Européenne peuvent rayer des milliards d'économie générées avec des larmes et au prix d'une lourde récession. Ce n'est pas sa formation de Banquier: l'école de l'égoïsme et du parasitage qui vont l'aider ici. On constate de plus chez Mr Macron l'arrogance de "Mr je sais tout" qui s'amplifie de jours en jours et qui nous promet le pire. Mais comme je dis tout le temps, pour réformer l'Euro, il faut commencer par menacer sérieusement d'en sortir, sinon, c'est comnme pisser dans un violon ...

  • Par cloette - 18/10/2017 - 09:48 - Signaler un abus Tout à fait

    Totor Furibard a bien cerné la situation actuelle .

  • Par gerint - 18/10/2017 - 12:09 - Signaler un abus Aussi furibard que Totor

    Je répète que ce petit connard archi-prétentieux n'a pas à avoir comme objectif d'imposer son point de vue de sous-fifre des banques à tout un peuple en voulant le "transformer" à sa main en voulant imposer sa manière de voir. Il se prend pour la lumière

  • Par cloette - 18/10/2017 - 18:53 - Signaler un abus il se prend pour la lumière

    juste pour le roi des Dieux Jupiter.

  • Par vangog - 18/10/2017 - 22:30 - Signaler un abus @cloette il va se brûler à la lumière de la vérité...

    comme Icare!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€