Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Areva : les leçons à tirer d'un fiasco industriel qui menace jusqu'à EDF

Le ministre de l'Economie a dénoncé la gestion "scandaleuse" des "deniers publics" par le groupe, fleuron de l'industrie française.

Dominos

Publié le
Areva : les leçons à tirer d'un fiasco industriel qui menace jusqu'à EDF

Le nouveau Ministre de l’Economie, sans doute éloigné un temps des dossiers industriels, s’indigne sur le dossier Areva de la "gestion indigente des deniers publics." On ne peut que lui donner raison quand il compare l’impasse budgétaire actuelle avec les apports à réaliser …sans espoirs démesurés d’efficacité ! Mais il n’est pas si facile d’analyser les causes du mal et surtout d’y porter remède sauf à élargir le champ de réflexions en prenant de la hauteur par rapport à la simple gestion en parlant à la fois mauvaises habitudes et stratégie.

Pourquoi en sommes-nous venus à cette catastrophe technique, industrielle et financière ? En grande partie à cause de l’incompétence de l’Etat, incapable de prendre depuis vingt ans des décisions conséquentes et de choisir des dirigeants performants ! Manque de vision, manque de stratégie, erreurs de castings, abus de postures et de communications trompeuses, tout a conduit, et encore récemment à cette mauvaise utilisation de l’argent public. S’étant appuyé pendant l’après-guerre sur des Grands Corps de l’Etat, ingénieurs des Mines et Inspecteurs des Finances, et avec succès en ce qui concerne l’énergie, la collectivité nationale a cru pouvoir poursuivre avec le même type d’hommes, mais les temps avaient changé et il fallait des profils plus pointus,  moins conformistes, plus portés sur le risque, plus « techniques » , alors que ceux qui arrivaient se faisaient généralistes, arrogants et « communicants ». Ils, ou elles, se considéraient comme « sachant » et ils n’avaient plus l’aptitude de leurs anciens d’écouter tous les corps de métiers qui concouraient à bâtir l’édifice d’ensemble.Notre échec collectif est donc d’abord celui d’une caste, et c’est ce que j’appelle des « mauvaises habitudes ».

 

Plutôt que d’exiger une stratégie long terme avec des constructions de réacteurs échelonnées et donc un appareil industriel en fonctionnement régulier, les responsables de la filière nucléaire ont accepté un sommeil long, une veille inactive et douloureuse qui a conduit à l’extinction de certaines compétences et à la disparition de la motivation. Le virage du numérique, pris chez nos concurrents, en particulier russes, a été non seulement raté chez nous, mais ignoré ! Ce n’est pas la seule cause de nos échecs, mais c’est la principale et elle  exige de nous une transformation profonde de l’intégralité de notre potentiel industriel et de nos organisations. L’argent demandé pour combler les trous n’intègre pas encore cette dimension fondamentale qui conduit non à des sous-traitances après appels d’offres dispendieux en argent et en temps  mais à des partenariats choisis et désirés . Dans le monde de l’énergie, aussi, on est en train de changer de monde.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/07/2017 - 10:57 - Signaler un abus Trop irresponsables pour être

    Trop irresponsables pour être compétants.. C'est le drame de cette société française fonctionnarisée, héritée de Colbert. Dans cette société, le capitalisme d'état met entre les mains de polytechnicien et d'enarques de belles entreprises qu'ils s'ingénient à couler. Les boites privées ne sont pas à l'abri car il est de bon ton d'avoir un PDG disposant d'un bon carnet d'adresse, ça protège des aléas, mais pas des disparitions..........cf toutes les boites du cac 40 aujourd'hui disparues, coulées par l'incompétence de leur dirigeant dont aucun n'a jamais été inquiété par la justice....... Solidarité entre fonctionnaires oblige !!

  • Par Montagne fm - 15/07/2017 - 11:08 - Signaler un abus C'est l’hôpital qui se fout de la charité!

    Monsieur Le Floch Pringent a été l'un des fossoyeurs d'ELF qui a du être absorbé par son concurrent Total en raison de la gabegie qu'il avait institué au sein de ce groupe public. AREVA a été victime de ce même genre de dirigeant qui se croient tout permis et infaillible (Anne Lauvergeon). Il est resté égal à lui même, incompétent mais satisfait de lui même et il pontifie en donnant des leçons à tout le monde

  • Par Gregory Lamotte - 15/07/2017 - 17:38 - Signaler un abus Changeons de logiciel

    Cette tribune commence bien avec son diagnostic, mais fait rapidement une sortie de route au niveau des préconisations. Le monde de l'énergie à changé. Le Nucléaire, la séquestration du co2, le charbon, .. sont des technologies à l'agonie. Toutes les entreprises au monde sur ces segments sont au bord du gouffre. Le seul moyen pour EDF d'éviter le dépôt de bilan pour insolvabilité c'est de prendre le chemin de la décentralisation de la production d'énergie. Basculer donc vers 100% renouvelable et la digitalisation de l'énergie via l'autoconsommation. Mais ce virage va être difficile sans changer le logiciel. Donc le plus probable pour sauver EDF sera de nationaliser ce qui coûte (nucleaire) et de privatiser ce qui rapporte (renouvelables et services). Au final c'est le contribuable qui va payer cette dérive. ..comme toujours.

  • Par vangog - 15/07/2017 - 20:47 - Signaler un abus "Redonner confiance à la filière nucleaire"...

    Oh ben c'est certain! Ce n'est pas avec un Nicolas Hulot qui souhaite fermer 17 réacteurs et abandonner, à terme, le nucléaire, que les jeunes ingénieurs vont se précipiter sur cette filière...il faut être cohérent, là! Anne Lauvergeon a été commanditée par la gauche archaïque pour saper la filière nucléaire, et elle a réussi son objectif. Passer après le socialisme, c'est comme passer après une chute de grêlons...tout est à reconstruire!

  • Par jipebe29 - 17/07/2017 - 19:04 - Signaler un abus Les EnR ? un gouffre financier pour les ménages...

    Analysons ce que veut Hulot. 17 réacteurs x 900MW x 365j x 24h x 0,75 (facteur de charge)=100 TWh. Supposons que les 2/3 de ces 100 TWh soient produits par l’éolien. Il faudrait donc multiplier la production de l’éolien par 3 et celle du solaire par 4, ce qui est utopique en 8 ans. 1 éolienne de 2 MW produit 3504 MWh/an (facteur de charge 20%). Il faudrait donc 19 121 éoliennes nouvelles, donc 26 121 éoliennes sur notre pays. Pauvre France... La taxe CSPE est de 5 Md€ en 2016 pour 29 TWh de production des EnR. La production d’EnR sera de 129 TWh au total (100 + 29) soit un total multiplié par 4,5 et donc la taxe CSPE va se monter à 5 x 4,5 = 22,5 Md€/an, sur une durée de 20 ans, soit 450 Md€ à la charge des contribuables. Sans compter le coût des investissements annexes (transformateurs, ligne HT, smart grids, centrales thermiques de soutien, ...). Le coût du grand carénage du nucléaire est négligeable par rapport à ce montant pharaonique. https://www.contrepoints.org/2017/07/13/294701-hulot-nucleaire-ideologue-pouvoir?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=3bd2d8ea5f-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=e

  • Par jipebe29 - 17/07/2017 - 19:13 - Signaler un abus Vive le CO2, gaz de la Vie sur notre planète !

    Il serait temps de dire urbi et orbi que le CO2 n’est PAS un polluant, et que son action présumée sur la température est une hypothèse « idéologique » qui n’est pas scientifiquement prouvée, d’autant que cette hypothèse bafoue les lois de la physique. Sans CO2, pas de photosynthèse, pas de Vie sur Terre. Et comment croire à l'alarmisme climatique qui se focalise sur le CO2 émis par l'homme, alors qu'il n'est que de 4 – 5 % environ du total des émissions, selon le rapport AR5 du GIEC, figure 6.1 http://imagesia.com/echanges-co2_10hg0 (information capitale mise sous le tapis par le résumé pour es décideurs et la propagande réchauffiste) ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989-1993), de Gaz de France (1993-1996), puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997-2003).

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de La bataille de l'industrie aux éditions Jacques-Marie Laffont.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€