Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nous, économistes non partisans,
souhaitons éviter un programme
socialiste destructeur

L'appel de 21 signataires qui s'engagent en tant qu'économistes professionnels et qui n'appartiennent à aucun parti politique

Experts

Publié le

Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d'inciter tout le monde à l'effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d'utiliser au mieux les ressources. Le socialisme n'a jamais réussi, sous sa forme extrême - le communisme - comme sous sa forme plus modérée – la social-démocratie.

Il est en effet incontestable que la prospérité est étroitement corrélée au degré de liberté économique.

Comment peut-on encore, au XXIème siècle, après des décennies et des siècles de réflexion et d'expériences, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science ? Comment peut-on croire que l'Etat peut manipuler l'économie comme le ferait un conducteur de locomotive en poussant quelques manettes ? Comment peut-on imaginer qu'il suffirait de fabriquer ex nihilo des unités monétaires irréelles pour que les hommes se mettent à produire plus ? Comment croire qu'un Etat peut promouvoir la croissance par le seul fait qu'il dépense plus, sans se rendre compte qu'il prélève par l'impôt ou par l'emprunt les ressources nécessaires à ses gaspillages et à ses dépenses démagogiques?

La croissance ne se décrète pas, elle est le résultat non planifiable des décisions et des actes innombrables d'individus capables d'efforts et d'imagination. Mais pour cela il est indispensable de ne pas freiner leurs élans par des contraintes règlementaires paralysantes ou des impôts spoliateurs. C'est dire que la politique socialiste qu'un François Hollande ferait si, malheureusement, il accédait au pouvoir suprême, avec le soutien de ses alliés inévitables - communistes et écologistes - ne pourrait produire que la stagnation économique, un chômage et une pauvreté accrus, un endettement public insupportable.

Il est tragique qu'on puisse penser qu'on va améliorer le sort de certains en punissant et en spoliant les autres. Nous sommes tous solidaires dans une société humaine et il est dans l'intérêt de tous d'inciter chacun à donner le meilleur de lui-même. La France souffre depuis des décennies d'une faible croissance, d'un chômage élevé, mais aussi du manque d'espoir qui frappe en particulier les plus jeunes. Malheureusement, nous ne sommes pas sortis du socialisme, des étatistes de droite ayant succédé aux étatistes de gauche. Pour rendre l'espoir aux Français il n'y a qu'une solution : sortir du socialisme. Y rentrer plus profondément ne pourrait être qu'une funeste erreur…

 

Les signataires s'engagent en tant qu'économistes professionnels et n'appartiennent à aucun parti politique

Florin Aftalion (ESSEC), Charles Arnoux (Univ. Aix-Marseille), Jacques Bichot (Univ.Lyon-3), Gérard Bramoullé (Univ. Aix-Marseille), Jean Pierre Centi (Univ. Aix-Marseille), Liliane Debroas (Univ. Aix-Marseille), André Foursans (ESSEC), Georges Gallais-Hamonno (Univ. Orléans), Jacques Garello (Univ. Aix-Marseille), Guido Hülsmann (Univ. Angers), Georges Lane (Univ. Paris-Dauphine), Jacques Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Jean-Didier Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Bertrand Lemennicier (Univ. Paris-2-Assas), Henri Lepage (Institut Turgot), Jean-Yves Naudet (Univ. Aix-Marseille), Patrice Poncet (ESSEC), Alain Redslob (Univ. Paris-2-Assas) Pascal Salin (Univ. Paris-Dauphine), Anne Tassy (Univ. Aix-Marseille), Alain Wolfelsperger (Science-Po Paris)

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 03/05/2012 - 10:44 - Signaler un abus Joli texte

    Mais entre la gestion socialiste de l'UE, la (futur?) gestion socialiste de la France et le neuro, pour être funeste, ça va être funeste.

  • Par ropib - 03/05/2012 - 10:56 - Signaler un abus non partisans ?

    Ce n'est pas parce qu'on met l'étiquette "pragmatique" qu'on l'est. Les recettes des monétaristes ont été mises en application, non seulement elles n'ont pas permis de résoudre la crise mais elles en sont même à l'origine. Ce serait une bonne chose que ces économistes en reviennent un peu à une méthodologie scientifique. De toutes façons, que ce soit avec Sarkozy ou Hollande, la réalité va nous rattraper. La question est de savoir avec quelle violence ce sera. On peut voter Sarkozy, par contre il faut absolument dégager ces zigotos.

  • Par laurentso - 03/05/2012 - 11:03 - Signaler un abus Ah bon, non partisans ?

    "La croissance ne se décrète pas, elle est le résultat non planifiable des décisions et des actes innombrables d'individus capables d'efforts et d'imagination." Comment des économistes, fussent-ils libéraux, peuvent encore dire une ânerie pareille, en 2012 ? Ils en sont encore aux marchés parfaits, à la main invisible qui régule tout, aux anticipations exactes et toutes les fadaises qui ont conduit au capitalisme financier débridé, au remplacement des décideurs économiques par des mathématiciens faisant tourner leur modèle de "théorie des jeux", lesquels ont conduit à la crise des subprimes, entre autres catastrophes. La croissance ne se décrète pas, mais elle s'encourage vivement, et surement pas en laissant tout faire, en laissant tout passer.

  • Par laurentso - 03/05/2012 - 11:04 - Signaler un abus Vive Pareto !

    "Il est tragique qu'on puisse penser qu'on va améliorer le sort de certains en punissant et en spoliant les autres." Donc laissons sans broncher Maurice Levy empocher 16 millions d'euros tandis que 40% de la masse salariale de Publicis est composée de stagiaires. Youpi !

  • Par ricouti - 03/05/2012 - 11:24 - Signaler un abus Economistes non partisans !

    Economistes non partisans ! quelle rigolade ! Quand on sait qu'à part quelques exceptions , ils sont tous de droite . Mais la liste en fin d'article est une excellente occasion de rappeler qu'ils sont quasiment tous profs d'université, cad bénéficiant d'un statut proche de la fonction publique , cad bien à l'abri du secteur marchand. Ce qui leur donne pleinement autorité pour faire la leçon à ceux qui y travaillent. A noter deux absents dans la liste d'Atlantico , ils se sont désistés ? Bernard Belloc (conseiller de Sarkozy) et Dominique Roux (pere de valerie Precresse). Non partisans, bien sûrs. -

  • Par a.l.l. - 03/05/2012 - 12:34 - Signaler un abus Belle phrase

    "Comment peut-on imaginer qu'il suffirait de fabriquer ex nihilo des unités monétaires irréelles pour que les hommes se mettent à produire plus ?" C'est si limpide que ça en devient beau.

  • Par Olivier Braun - 03/05/2012 - 13:34 - Signaler un abus Sauf erreur

    de ma part, M. Bramoullé est un élu du CNI. L'appel est bon, nonobstant les idéologues qui pensent que libéralisme implique concurrence parfaite, etc.. Cela montre qu'ils ne connaissent pas le libéralisme ni l'économie.

  • Par luchon - 03/05/2012 - 18:13 - Signaler un abus bon on a compris ..................

    des économistes indépendantd (ha ha hha..) nous prédisent le chaos ce n'est pas la 1ere ni la derniere seulement ils ne voient le monde qu'à travers leur petit bout de la lorgnette

  • Par Ludo1963 - 03/05/2012 - 18:39 - Signaler un abus au contraire, il faut souhaiter la victoire d'Hollandreou

    Car c'est seulement aux commandes, dans une situation de crise (contrairement aux périodes d'impunité Mitterrand Chirac Jospin) que Flamby prouvera par les actes que son programme n'est que démagogie et incompétence. Tant qu'il n'y sera pas les medias, de gauche à quelques exceptions près, trouveront toujours toutes les excuses à ce guignol, et enfonceront Sarko. Flamby élu, la gauche au pouvoir, je leur donne environ un an pour que nos prêteurs lui remontent les cales. Là il implosera , sera obligé de dissoudre l'assemblée. la droite repassera mais pas comme si Sarko était reélu (imaginez la "résistance nationale" des bobos et cocos si sarko gagnait). Là ce sera fini les bobards, ce sera les réformes à coups de pieds dans le cul. A l'italienne, 30 ans de démagogie seront rattrapées en 3 ou 4 ans. Mise à la niche des syndicats trotskistes. Cerise sur le gâteau : la gauche perdra dans la foulée tous ses mandtas locaux. et on reconnaîtra, à posteriori, le mérite de Sarko (comme Schröder aujourd'hui) Alors, chers économistes, ne croyez vous pas que Flamby, malgré lui, précipitera la purge de cette pensée trotsko-bobo qui mine la France depuis plus de 30 ans ?

  • Par yvesdemars - 03/05/2012 - 19:25 - Signaler un abus marxistes toujours de droite et de gauche

    si l'Etat pouvait créer la croissance l'Union Soviétique existerait encore et aurait le niveau de vie le plus élevé au monde. Y en a marre de cette pensée unique qui attribue la crise à l'ultra libéralisme. regardez comment la Suède ou la NZ sont sorties d'une situation de faillite en démantelant des services publics surchargés de fonctionnaire et en libéralisant l'éducation, la santé etc ... et ont connu un redressement remarquable ... en dévaluant aussi leur monnaie Créer de la croissance en augmentant les dépenses publiques et en restant dans l'Euro est impossible. La sanction des marchés tombera immédiatement.

  • Par vangog - 03/05/2012 - 20:56 - Signaler un abus La France a besoin d'une 3ème piqure de rappel du vaccin

    Socialo-communiste. Même en Espagne, où pourtant l'ineptie socialiste a multiplié le chomage par 240% et la dette presque d'autant, on nous dit que ce n'est pas la faute de Tapazéro mais de la crise financière. En France, par contre, pas un tel naufrage, pas de crise, mais une responsabilité à 100% pour Sarko!... Les pauvres Européens naïfs du sud de l'Europe sont encore soumis à cet enfumage médiatique à deux vitesses selon que les gouvernements sont libéraux ou gauchistes et ils continuent à voter pour ceux qui leur mettent la tête sous l'eau depuis trente ans. Il n'y a rien d'autre à faire qu'à espérer qu'une troisième piqure de rappel du vaccin Socialo-communiste sera suffisant pour éviter le naufrage du hollandais volant et de son navire.

  • Par Koba53 - 03/05/2012 - 21:39 - Signaler un abus yvesdemars

    La croissance économique de l'Union Soviétique étais plus importante que celles des Etats-Unis, elle ne sais écrouler qu'avec l'introduction de mesure économique libéral de Gorbatchev et Eltsine. Et en effet seuls les interventions étatiques ont permis de relancer la croissance,l'histoire nous l'a prouver.

  • Par Equilibre - 03/05/2012 - 22:06 - Signaler un abus @Koba53

    T'as l'air bien au courant, toi. Dis moi, j'ai connu quelques russes et c'est marrant, mais ta version est un chouiaa différente de la tienne. En plus, j'ai lu quelques livres d'histoire. Avant, t'étais rédacteur à la Pravda, non? Allez, avoue, ré-écrire l'histoire, c'était ton travail. En tout cas merci. J'ai bien rigolé. Sans être forcément d'accord avec yvesdemars, j'aimerai bien savoir où et quand l'histoire a prouvé. PS: évite les USA, L'Allemagne et même la France avant la seconde guerre mondiale. PS2 : Prends un exemple ne datant pas plus de, aller 40 - 50 ans. Merci d'avance

  • Par RF - 03/05/2012 - 22:29 - Signaler un abus Ça va mal finir

    Toute politique dépensière qui augmenterait le poids de la dette serait irresponsable et nous rendrait encore plus dépendants de l'extérieur et plus vulnérables vis à vis des marchés. Nous avons atteint la limite du raisonnable et les agences de notation nous l'ont fait savoir. Un plan de rigueur courageux est donc nécessaire pour éviter le pire en commençant bien sur par l'adoption de la règle d'or et une bonne cure d'amaigrissement de la fonction publique superflue. Hollande n'en veut pas. Il veut même alourdir le poids de l'état. Le modèle social français coûte déjà trop cher et il faudra l'adapter à la réalité économique et aux prévisions socio-démographiques. Sans croissance et création de richesse nous ne pourrons pas conserver notre modèle social tel qu'il est. La création de richesse est surtout l'affaire des entrepreneurs, pas de l'Etat, et nécessite l'accès plus facile au crédit, la baisse du coût du travail, la reforme du droit du travail, des syndicats responsables et la réhabilitation de la notion de profit sans lequel le processus de création de richesse ne peut pas se faire. Il ne fait guère de doute que le programme de Hollande n'est pas dans cette logique.

  • Par ricouti - 04/05/2012 - 01:28 - Signaler un abus @ludo1963 : super! je

    @ludo1963 : super! je préconise l'instauration de camps de rééducation par le (vrai) travail. Exécution des récalcitrants , une balle dans la tête facturée à la famille. Ah ils vont en chier, c'est moi qui vous le dit. Notez que les excellents contacts de L' UMP avec le PC chinois vont enfin servir à quelque chose: ils vont nous faire bénéficier de leur savoir.

  • Par dolp - 04/05/2012 - 01:53 - Signaler un abus En fait c'est que l'ESSEC et L'univ. d'Aix marseille

    ce truc mdr

  • Par Septentrionale - 04/05/2012 - 09:52 - Signaler un abus @koba53

    elle est bien bonne celle-là! les cocos seront toujours les rois dans la volonté de trafiquer l'Histoire comme ils essuyaient dans le sang,pour faire disparaître les visages des photographies, par l'assassinat de la moindre divergence au parti

  • Par Koba53 - 04/05/2012 - 10:50 - Signaler un abus Quel est donc votre intérêt

    Quel est donc votre intérêt de nier l'histoire?Vous souhaiter rester libéraux en vous aveuglants en refusant d'accepter les faits historique.@Equilibre votre ami russe probablement imaginaire dois fortement méconnaitre son pays ou vous l'avez mal compris,la croissance économique importante de l'URSS laissais penser a ses dirigeants qu'elle permettrais de rattraper les États Unis.Pensant tous accélérer les nouveaux dirigeants soviétiques ont introduits des mesures libérales qui n'ont eu pour effet que de casser l'économie du pays.Si vous méconnaiser l'histoire abstenez vous d'écrire que je la ré-écris.

  • Par liberalourien - 06/05/2012 - 10:28 - Signaler un abus quelle droite ?

    D'accord avec les principes de ce texte, mais pas d'accord avec la méthode. Regardez quel est notre pays : l'association "liberté chérie" moribonde, le parti libéral-démocrate microscopique, les régions, les départements, les grandes villes contrôlés par la gauche. Non, la France est un pays à 80% socialo-communiste. La droite n'existe pas. Quelle droite ? Celle qui a formé un gouvernement avec des ténors socialistes ? Celle qui a promis tant et n'a produit que des réformettes ? Celle qui nous accable d'impôts sans réduire les dépenses ? Celle qui fabrique 5 lois de finances rectificatives, toutes à notre détriment ? Celle qui est incapable de mater les récidivistes ? Celle qui est submergée par l'immigration ? Non, cette fausse droite, tellement proche des socialo-communistes, empêchons là de nous nuire. Je souscris à l'argument de @Ludo1963 : vite Hollande pour accentuer la faillite et changer les mentalités. Si les mentalités ne changent pas ? Alors, mon argument des 80% de la population gauchiste est validé et tout est parfait car le pouvoir ne provient pas de la violence mais des urnes. Dans ce cas, il est logique que le président et l'assemblée soient communistes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

L'appel des 21

21 signataires qui s'engagent en tant qu'économistes professionnels et qui n'appartiennent à aucun parti politique.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€