Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 29 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’apocalypse par les GPS nous guette (et la menace dépasse de très loin le fait de se perdre sur un chemin sans issue…)

Le GPS est loin de ne servir qu'à la géolocalisation : une partie considérable de nos appareils en dépend désormais largement. La mise hors-circuit de tous les GPS mondiaux pourrait constituer un véritable scénario catastrophe.

Chaos total

Publié le - Mis à jour le 18 Janvier 2017
L’apocalypse par les GPS nous guette (et la menace dépasse de très loin le fait de se perdre sur un chemin sans issue…)

Plus de GPS : la fin d'un monde ? Crédit Pixabay - Hucky

Atlantico : Fin janvier 2016, le système GPS mondial a connu une situation presque inédite et s'est temporairement déconnecté. Les conséquences ont été multiples et dispersées partout sur la surface du globe. Dans quelle mesure une déconnexion plus longue du système GPS pourrait-elle impacter un pays comme la France ? Quel en serait l'impact réel ?

Michel Nesterenko : C'est un système électronique utilisé dans tous les pays de la planète qui est concerné. Un dysfonctionnement grave affectera tous les pays sans discrimination y compris le pays émetteur s'il s'agit d'une attaque informatique.

Même le hackeur sera affecté très rapidement et rendu inopérant.

L'impact réel sera un chaos temporaire de courte durée, c'est-à-dire quelques jours au plus. Tous les pans de la société humaine seront affectés plus ou moins et au bout de deux ou trois jours les dysfonctionnement seront sporadiques. Il est peu probable que tout s'arrête car les systèmes informatiques, plus ou moins complexes, seront affectés de manière différente en fonction de leur version et de la date de mise en service. Dans certains secteurs comme par exemple pour les avions dans l'aéronautique, il existe des systèmes de plateformes inertielles (pas de GPS) ou radio-électriques d'ancienne génération qui ne seront pas affectés et qui permettront de naviguer comme par le passé. 

La désorganisation produite par les pannes électroniques aura un impact économique de grande ampleur. Peu de secteurs ne seront pas affectés. Le retour à la normale économique prendra plusieurs mois. 

Quelles peuvent-être les raisons d'une telle déconnexion systémique ? Les risques d'attaques numériques visant à mettre un pays comme la France à genoux sont-ils réels ?

Seuls trois pays ont vraiment les moyens de produire de telles pannes sur commande. Ce sont en tout premiers les Etats-Unis, puis la Russie et la Chine. Aucun de ces pays ne tenterait une telle attaque car ses propres armées seraient substantiellement neutralisées du fait de leur grande dépendance sur les satellites et les systèmes GPS.

Le président Obama vient de nous en donner l'exemple, quand après avoir publiquement menacé la Russie d'une telle attaque, il fut immédiatement forcé d'oublier sa menace face aux conseils des experts militaires. Si une telle attaque américaine avait lieu, c'est l'Europe et la France qui auraient payé le prix fort car les systèmes russes essentiels sont largement protégés. Et pourtant, ni le président Hollande ni la chancelière Merkel n'ont réagi.

Ce n'est pas là un type d'attaque affectionné par les terroristes car ce n'est pas glorieux. De plus, une telle attaque demande des années de préparation et beaucoup de moyens financiers. Il est beaucoup plus simple et peu coûteux de conduire un camion volé sur un trottoir ou dans un marché. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par edac44 - 23/12/2016 - 12:02 - Signaler un abus Voilà pourquoi les GPS ne sauront jamais faire la cuisine !...

    Qu'ils soient américains (GPS), soviétique (Glonas), chinois (BeiDou) ou européen (Galiléo), leur fonction première est de piloter un missile porteur d'une charge nucléaire sur le tronche de son (putain de) voisin, qu'il soit à votre frontière ou de l'autre coté de la planète. Leur seconde fonction est de piloter des engins terrestres ou aériens pour en faire autant !... Vu le prix de ces systèmes, on s'est enfin décidés à les utiliser à des fins plus pacifiques et rémunératrices aussi. Ouf !... Et là, on rentre aussi dans une nouvelle guerre mais économique celle-là !... Un secteur d'avenir pourrait être l

  • Par edac44 - 23/12/2016 - 12:11 - Signaler un abus Voilà pourquoi les GPS (suite)

    Un secteur d'avenir pourrait être et sera probablement la régulation du trafic aérien partout dans le monde sans contrôle sol, soit de substantielles économies dans le transport aérien avant la génération des prochains avions sans pilote, et pourquoi pas le transport maritime avec des bateaux sans équipage. Cela existe déjà pour les machines agricoles aux US et au stade expérimental pour les voitures. En résumé, de juteux débouchés qu'une panne intentionnelle de ces systèmes rendraient caduques !... Heureusement, pour les marins et les pilotes qui savent encre naviguer à l'ancienne, il existe toujours ce bon vieux sextant, un bon chrono, des tables de logs et les recueils d'éphémérides nautiques pour se déplacer mais surement pas un mètre près !...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Nesterenko

Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€