Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Andrej Babis, le milliardaire populiste tchèque qui pourrait vite devenir le nouveau caillou dans la chaussure de l’Europe

Le bal des populistes est loin d'être terminé en Europe. Le prochain qui risque de faire parler de lui s'appelle Andrej Babis et est candidat à l'élection présidentielle tchèque.

Encore un

Publié le
Andrej Babis, le milliardaire populiste tchèque qui pourrait vite devenir le nouveau caillou dans la chaussure de l’Europe

Atlantico : L'élection présidentielle tchèque, qui se tiendra en janvier 2018 devrait voir un nouveau candidat "populiste" faire parler de lui. Andrej Babis, un magnat de la presse millionnaire devenu ministre des Finances (et révoqué), que l'on compare souvent à Donald Trump ou Silvio Berlusconi, semble en bonne position. Après la victoire de l'ÖVP certainement allié au FPÖ en Autriche et les bons résultats de l'AfD en Allemagne, l'Europe "populiste" devient-elle une menace pour l'unité de l'Europe comme l'affirme le Washington Post ?

Florent Parmentier : Il faut observer que les trois cas observés témoignent d’un essor général des populistes sur le continent européen, mais également de la diversité des réactions face à des systèmes établis. 

En effet, les contestataires autrichiens ou allemands ne sont pas portés par des milliardaires, quand Andrej Babis représente la deuxième fortune du pays. Comme pour les autres pays du groupe de Visegrad, la candidature de Babis s’inscrit de fait dans le « post-post-communisme », le post-communisme ayant été caractérisé par cette période des années 1990 et 2000 pendant laquelle l’impératif politique d’intégration au sein de l’OTAN et de l’UE l’avait emporté sur toute autre considération. Moins de 15 ans après l’élargissement de l’Union européenne, on peut effectivement dresser le constat d’un affaiblissement de ces valeurs, sans pour autant considéré que l’Europe Centrale porte seule ces valeurs en elle (l’Europe de l’Ouest ayant ses propres démons populistes). 

Comme je l’avais avancé dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit (Paris, Presses de Sciences Po, 2014), il ne faut pas considérer la transition démocratique à laquelle nous avions insisté au cours des années 1990 et 2000 comme un résultat irréversible ; plutôt que de transition, il faut parler d’un « chemin » plus heurté qu’il n’y paraît. De manière parallèle, nous ne vivons pas dans une transition vers la démocratie illibérale ; toutes les démocraties européennes ont sécrété leurs propres anticorps contre les dérives autoritaires. Il n’y a rien d’inéluctable dans la vague qui vient. 

Cyrille Bret : l’internationale des populistes n’existe pas encore. En Europe, les partis considérés comme populistes restent hétérogènes. Dans les Etats l’Europe centrale et orientale anciennement démocraties populaires sous le contrôle soviétique, les partis sont aujourd’hui unis par la méfiance à l’égard des tendances fédéralistes bruxelloises, l’hostilité aux migrations et à l’islam ou encore par les revendications de « petits pays » à l’égard du couple franco-allemand. La République tchèque en général et Andrej Babis en particulier s’inscrivent dans cette mouvance. Avec la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, elle consolide la coopération au sein du V4 ou « groupe de Visegrad » pour porter ces messages dans les institutions européennes. Toutefois, si certaines thématiques sont communes, des divergences sont manifestes. Ainsi, l’attitude à l’égard de la Russie n’est pas la même en Pologne et en Hongrie. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 19/10/2017 - 12:12 - Signaler un abus Dominus Babiscum ....

    Encore un os dans les pattes à Macron ..... Visegradement votre !

  • Par vangog - 19/10/2017 - 13:28 - Signaler un abus Eh oui! L'islam, c'est le chaos!

    Cette religion est trop archaïque et mélange trop le politique et le religieux pour s'intégrer à l'Occident. Les bisounours qui écrivent cet article n'ont pas encore compris cela et s'étonnent benoîtement de la différence de perception, pour "l'homme de la rue tchèque" entre des immigrés de l'est et des immigrés musulmans...Alors, comme ils ne comprennent pas, ils mettent ça dans la case fourre-tout de ce qui leur est incompris: "populisme"...mais ne parviennent pas à expliquer ce qui paraît pourtant simple à une majorité d'hommes...des cas d'espèce, ces deux analystes!

  • Par cloette - 19/10/2017 - 14:02 - Signaler un abus Tant mieux

    Plus il y a de petits ( ou gros) cailloux ,mieux c'est .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Parmentier

Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective et est vice-président de Global Variations, un think tank travaillant sur les effets géostratégiques des innovations disruptives.

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

Voir la bio en entier

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€