Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alstom, le cri de révolte du mouton noir des industriels français : "Résistez !"

Loïk le-Floch Prigent, ancien président de Rhône-Poulenc, Elf, Gaz de France et de la SNCF pousse un cri de colère et d'alerte sur la gestion du dossier Alstom. Il préconise un audit de la situation économique, financière, commerciale et sociale de l'entreprise et souhaite mobiliser les grands industriels et les pouvoirs publics français pour préserver l'indépendance énergétique et l’intérêt supérieur de la France.

Tribune

Publié le
Alstom, le cri de révolte du mouton noir des industriels français : "Résistez !"

La gestion du dossier Alstom est catastrophique.  Crédit Reuters

Comment, en pleine campagne électorale européenne vient-on démontrer l’impossibilité d’une entente franco-allemande ! On ne pouvait trouver pire moment pour qu'un industriel français découvre ainsi "l’Amérique salvatrice".

Et, face à ce paradoxe, comment expliquer l’attitude des différents protagonistes du "dossier Alstom " ? A commencer par les chefs d'entreprises. Pourquoi les "capitaines d'industries à la française" ne s’expriment-ils pas sur le cas Alstom ? Par manque d'intérêt ? Par peur ? Dans tous les cas, leur silence est assourdissant !

Pourquoi laissent-ils la place à tout ce que compte la France de commentateurs qui s’y donnent à cœur joie -  avec leur haute compétence auto-proclamée - pour expliquer au peuple français ébahi que l'avenir d'un fleuron industriel de 93 000 salariés doit passer en un week-end au prédateur américain ou bien à l’ogre allemand !

Dans "Tintin au pays de l’or noir", les Dupont et Dupond sont perdus dans le désert et tournent en rond. Soudain, les deux personnages découvrent la trace de leurs propres pneus et se croient sauvés. Pire ! A mesure qu’ils tournent, ils découvrent toujours davantage de traces de pneus. De la même façon, les commentateurs du dossier Alstom découvrent depuis quelques jours l’écho de leurs propres propos et, faute de démentis, se prennent à penser qu’ils sont sauvés.

Autre attitude pour le moins étrange, celle du PDG d’Alstom Patrick Kron. La gestion despotique est parfaitement acceptable pour autant qu'elle n'est pas synonyme d’absence d'écoute et de décisions non expliquées. Une entreprise industrielle, ce sont des hommes et des femmes compétents et motivés, cadres, ouvriers et employés, au service d’une stratégie. Cette stratégie permet de vendre les produits adaptés aux marchés, des points de vue technique, industriel et économique : la meilleure qualité au meilleur prix, en conservant les marges permettant d’investir sur l’avenir. Par conséquent, le rôle du chef d’entreprise est d’une part de faire adhérer au diagnostic de la situation de l’entreprise et d’autre part de faire comprendre sa vision de l’avenir. 

En prenant ces principes qui sont ceux de toutes les entreprises qui ont réussi, on peut dire que ce qui est arrivé ces derniers jours à Alstom est une horreur !

En ce qui concerne le diagnostic émis par le PDG - et qui est le détonateur de son action - il y a la pression sur le marché européen de l’énergie, "plusieurs grands électriciens européens ont ainsi déprécié des milliards d’euros d’actifs …équipements que nous avons livrés", la montée en puissance des concurrents asiatiques et enfin l’accompagnement financier demandé par les clients, une "stratégie autonome est devenue risquée et dangereuse" !

Y'a pas le feu !

Et voilà ! La messe est dite. Patrick Kron explique qu’il a rencontré  le président de General Electric le 23 avril et qu’ils ont ensemble "trouvé une solution à des sujets fondamentaux" en vendant  plus de 70% de d’Alstom à GE. Pourtant, dans le même temps Patrick Kron reconnait "qu’il n’y a pas le feu à la maison Alstom" et que son avenir à court terme n’est pas menacé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par courageux_anonyme - 02/05/2014 - 12:50 - Signaler un abus Le Floch-Prigent est un type bien.

    Le Floch-Prigent est un type bien, un meneur d'hommes exceptionnel, mais dans son analyse, il oublie un élément essentiel : le propriétaire d'une entreprise c'est l'actionnaire. Ou alors la propriété privée a déjà disparu en France. Le sujet me parait plus complexe qu'il n'apparait dans sa synthèse. Les ressources humaines de l'entreprise sont le facteur déterminant comme il l'écrit, mais la pièce se joue avec 4 personnages : Le client Le propriétaire Les salariés Les dirigeants. Les figurants habituels, le politicard alla Montebourg et le banquier, ne jouent qu'à la marge. Le cas Alstom est tragique. En tout cas, Le Floch-Prigent mérite la direction d'une entreprise. Des individus de ce calibre ne courent pas les rues.

  • Par Pourquoi-pas31 - 02/05/2014 - 12:58 - Signaler un abus Le Floch-Prigent a eu deux problèmes dans sa vie

    1 : il a rencontré F Mitterrand 2 : il a rencontré Éva Joly

  • Par LeditGaga - 02/05/2014 - 12:59 - Signaler un abus Amusant !

    Ce gars est un ancien président de Rhône-Poulenc, Elf, Gaz de France et de la SNCF... ce qui veut dire qu'il n'a jamais pu rester en place et surtout que, chaque fois qu'il a sévi dans une grosse entreprise, on lui a rapidement découvert un remplaçant plus compétent... dont acte !

  • Par Baskerville - 02/05/2014 - 13:11 - Signaler un abus Capitaines d'industrie ?

    Tiens, revoilà Le Floch ! Ce... fleuron du management français vient nous donner quelques leçons de stratégie. Pourquoi pas ? On attend impatiemment les tribunes de Bernard Tapie et de Jean-Marie Messier. Au même moment, cet excellent journal de Suisse romande qu'est "Le Temps" nous gratifie d'une interview de Xavier Fontanet, qui a effectué un parcours sans faute à la tête d'Essilor, magnifique société qui n'a jamais eu besoin de subventions. Chacun ses choix.

  • Par Max68 - 02/05/2014 - 13:35 - Signaler un abus "Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003."

    Mouai... Les faits : Dans le cadre du procès Roland Dumas/Christine Deviers-Joncour, Loïk Le Floch-Prigent a été condamné en appel le 29 janvier 2003 à 30 mois de prison ferme et deux millions de francs d'amende. Il est incarcéré à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) le 31 janvier 2003. Dans le cadre de l'affaire Elf, il a été condamné par trois fois notamment pour abus de biens sociaux. Il est écroué le 4 juillet 1996 et se trouve soumis à six mois de prison préventive jusqu'au 23 décembre 1996, date de sa libération sous caution de 500 000 F. Le 12 novembre 2003, il est condamné à cinq ans de prison ferme et 375 000 euros d'amende. Il est remis en liberté le 8 avril 2004 pour raisons de santé. En mai 2007, il a été condamné à 15 mois avec sursis dans le dernier volet judiciaire de l'affaire Elf : un système d’emploi fictifs mis en place en Suisse au début des années 19902. Roger Quignot, juge d'application des peines (JAP) de Paris, a ordonné le 12 juin 2007 son retour en détention. Libéré en 2005, il n'aurait pas respecté les obligations de son contrôle judiciaire. Le 21 janvier 2010, la Cour de cassation ordonne son incarcération pour six mois.

  • Par Max68 - 02/05/2014 - 13:39 - Signaler un abus Il serait plus crédible...

    ... en conseiller pour les hors la loi qui veulent échapper aux peines !

  • Par Rouvre - 02/05/2014 - 13:48 - Signaler un abus Clair et courageux

    Ce Monsieur a quelques casseroles, certes, mais pas celle d'avoir fait X ou l'ENA comme Bilger, Kron, Rodier, Dollé, Lafont, et autres fossoyeurs de l'industrie française ... Il a manifestement, aujourd'hui, une liberté de parole qui lui permet de dire ce que de nombreux analystes pensent tout bas. Moi contribuable, je n'accepterai pas que les efforts consentis il y a quelques années pour redresser ALSTOM bénéficient à quelques mafieux (X, ENA) endoctrinés ou arrosés par des officines anglo-saxonnes (ie Cabinet de conseil dits "en stratégie") ps: On a le sentiment, en lisant les commentaires, que le service de presse de Kron est à l’œuvre ...

  • Par MauvaiseFoi - 02/05/2014 - 14:27 - Signaler un abus LLFP

    Il est sorti de prison ?

  • Par Benvoyons - 02/05/2014 - 14:33 - Signaler un abus Amusant notre Loïk Le Floch-Prigent !!!

    Alstom 98000 employés, oui bien sur ,mais 18000 en France. GE représente 11000 employés en France. Donc suivant son raisonnement et bien GE devrait fermer ses sites en France. Bravo l'Artiste, encore un intermittent du spectacle économique Français.

  • Par esurlo - 02/05/2014 - 14:58 - Signaler un abus Il est facile de dénigrer ..

    ..la personne de Le Floch . Oui . Mais ce qu'il dit dans ce texte est estimable et bienvenu , meme si sa concrétisation semble peu probable , vu l'état moral et technique de nos divers dirigeants.. ........................

  • Par la saucisse intello - 02/05/2014 - 15:21 - Signaler un abus Tiens, mon portrait..............

    De Floch-Prigent a sauté. J'en suis trés heureux. Ca signifie qu'une fois de plus, j'avais tapé juste. Mais peut-être mes allusions aux guérini, à pasqua, à pierre bergé.........qui sait ?

  • Par Jean-Pierre - 02/05/2014 - 15:24 - Signaler un abus Je m'sens tout bizarre....

    . .... quand un repris de justice notoire de l'époque Miterrand, un type qui a trempé dans de sordides affaires tout au long de sa carrière, se met à donner des leçons de morale aux gens qui ne pensent pas ou n'agissent pas comme lui... . Voyons Loïk, François Le Miteux est mort, et nous ne sommes plus en 1983, réveilles toi ! .

  • Par Varennes - 02/05/2014 - 15:25 - Signaler un abus Je l'ai sévi

    Lçou il est passé, comme Attila, l'herbe ne repousse plus. Alors ses conseils!!!! Je ne parlerai pas des casseroles qu'il a aux fesses. La plupart des posts l'ont souligné.Mais, en tant que gestionnaire d'une grande Entreprise, je ne prendrai qu'un seul exemple. Il est à l'origine du départ à la retraite des cadres de la SNCF à 55 ans au lieu de 60 ans et même plus, en ayant publié un oukase, disant que l'ensemble des cadres de l'Entreprise devait être renouvelé, pour mauvaise gestion. Résultat, tous les cadres de l'Entreprise subissaient des pressions énormes pour demander leur retraite à 55 ans J'utilise volontairement l'imparfait, car j'ignore si cette pratique sévit encore. PS :Il est resté 6 mois pour ensuite faire un tour à Fleury Mérogis, ou à Fresnes.

  • Par pemmore - 02/05/2014 - 15:45 - Signaler un abus Article intéressant qui ouvre une fenêtre sur,

    la possible voir probable totale incompétance de son pdg. Ou comment brader une entreprise au carnet de commandes bien rempli sur des estimations bien peu optimistes. Et les actionnaires qui ne font qu'un derrière.

  • Par Fan2Bastiat - 02/05/2014 - 15:46 - Signaler un abus J'ai déjà rencontré des

    J'ai déjà rencontré des français; la France, jamais. Alors "l'intérêt supérieur de la France", je ne sais pas ce que c'est .

  • Par taramis - 02/05/2014 - 16:14 - Signaler un abus ANALYSE DE LOIK LE FLOCH PRIGENT

    @Atlantico.Le 1er est avril est passé depuis longtemps.Tout en m'abstenant de faire des commentaires sur sa carriére judiciaire,j'aurais pu en faire de trés détaillés sur celle industrielle qui peut s'apparenter,pour résumer, à celle d'Attila.En mille caractéres c'est impossible.Je préfére croire que c'est une blague.

  • Par le Gône - 02/05/2014 - 16:19 - Signaler un abus @pemmore

    cher "spécialiste" es'gestion, deux choses comptent dans une entreprise c'est la "trésorerie"..et "la productivité" le reste c'est des discours a la mord moi le machin., alors même avec un carnet de commandes pour 20 ans..si vous n'avez pas ces "deux" élément vous n'avez qu'a fermer ou vendre !.l'auteur de l'article n'a jamais été qu'un "employé" des entreprises d’état..alors son avis tout le monde s'en fout ! quand aux politiques socialistes ils ont jamais travaillés de leur vis et savent même pas comment ca marche une entreprise!!...Alsthom a été sauvé in extremis en 2008 je crois..mais c'est clair que cette boite est foutue...alors pleurez et dites merci a GE qui elle a de la trésorerie et génère de la marge!!

  • Par Animal Electeur - 02/05/2014 - 18:26 - Signaler un abus Ca ne nous regarde pas.

    Il s'agit d'une entreprise privée, dont on peut raisonnablement penser que le patron n'a plus 5 ans. Alstom fait un choix qu'il pense être le bon pour son avenir. Point. Maintenant pouvons-nous nous préoccuper de la relance de notre économie ?

  • Par humhum - 02/05/2014 - 18:56 - Signaler un abus Bien d'accord avec Le Floch-Prigent

    Après PSA, Club-Med, Lafarge, voici le tour d'Alstom tranché en 1 semaine. Quand tout le CAC40 sera relocalisé à l'étranger, que restera-t-il pour les cadres et employés/ouvriers français ? -Pourquoi la Caisse des Dépôts ne fait rien ? -Pourquoi P.Kron est-il si pressé de vendre Alstom ? combien recevra-t-il des Américains pour ce beau geste ? Quoiqu'il en soit, la politique des dernières années qui consiste à essorer les entreprises et les actionnaires, avec un euro fort, fragilise notre économie et satisfait nos "élites" facilement recasables à l'étranger ... pauvre pays !

  • Par ankou666 - 02/05/2014 - 19:54 - Signaler un abus @ humhum :

    Vous devriez vous renseigner sur Le Floch-Prigent avant de le prendre en exemple en disant qu'il a raison ! Ce type est un couleur d'entreprise et de sabreur d'employés, c'est loin d’être une référence. Avant de critiquer P.Kron, renseignez-vous sur l'entreprise Alstom ; il n'y a pas beaucoup de choix pour qu'elle puisse continuer de vivre sans trop de casse sociale. Mais pour ça, il faut se renseigner et non boire les propos de – je sais rien, mais je dirai tout –. Montebourg aboie, aboie, et puis après ? Après rien ! Il retourne à la niche auprès de son maître. Qu’est-il à part aboyer ? Qu'a-t-il fait depuis qu'il est sorti de ses études ? Nous avons de nombreuses entreprises qui sont dans le cas d’Alstom, mais beaucoup ne sont pas aussi connues et sont dans une merde noire sans savoir comment s'en sortir ! @ courageux anonyme : Il mérite de retourner en taule ! Là d'où il n'aurait jamais dû sortir.

  • Par zoe intergalactique - 02/05/2014 - 21:24 - Signaler un abus Les Etats Unis

    finiront par avoir toutes les cartes en main pour diriger le monde occidental et davantage asservir les peuples. Comment se fait-il que l'on n'ait aucun mal à se séparer de son entreprise et des technologies qui l'accompagnent, Que va-t-il nous rester? Il semblerait que beaucoup d'entre nous soient tombés sur la tête; La fierté, l'honneur et l'indépendance pour notre FRANCE semblent ne plus être de mise!

  • Par DES VESSIES POUR DES LANTERNES - 02/05/2014 - 22:27 - Signaler un abus sursaut national à espérer

    Mr Le Floch qu'un pdg ait un comportement despotique est totalement inadmissible mais malheureusement courant et voilà où celà a mené vivendi , arcelor ,péchiney, thomson, peugeot renault orange..... surtout en terme d'emplois ! actionnaires d'alstom ne vendez pas et l'Etat doit racheter la part de Bouygues (au prix où ça lui a été vendu) afin de mener une politique industrielle cohérente Il y a des compétences en France et des gens qui veulent travailler .

  • Par Democrator - 03/05/2014 - 00:18 - Signaler un abus Le meilleur de tous les commentaires...

    ... est (palme d'or) : "l'Etat doit racheter la part de Bouygues (au prix où ça lui a été vendu) afin de mener une politique industrielle cohérente"... L'Etat... mener une politique industrielle cohérente ! Je la relis encore et encore et j'arrête le prozac que je prends depuis Hollande Président, tant je suis mort de rire ! Pour le reste... 1/ Etait-il utile de prendre le pognon des contribuables pour insulfer 800M€ chez Peugeot, sachant que la famille avait parfaitement les moyens de le faire, mais voilà qu'elle préfère investir ailleurs, histoire de gagner plus, et tant elle croit à l'avenir de cette entreprise "familiale" ! Mais pour raisons idéologiques, il fallait faire croire que PSA restait "français"... Rappelons que Jaguar (et Land Rover) rachetés par Tata se portent comme des charmes, que l'usine Jaguar de Solihull est agrandie et embauche, donc sans délocalisation. Quand à Volvo, désormais chinois, il revit aussi, et sans casse sociale, se porte comme un charme... Alors, une "politique industrielle cohérente" c'est d'abord que cette famille de profiteurs incompétents, sans aucune vision stratégique, rendent les 800M€ ponctionnés pour raisons idéologiques.

  • Par Democrator - 03/05/2014 - 00:35 - Signaler un abus Quand à Loïc...

    A été, à profité (comme beaucoup), a été puni (largement à tort et beaucoup par acharnement), a payé (largement trop quand on pense à toutes les ordures mises en orbite par Mitterrand). Humainement, je pense que le type est bien. Professionnellement, c'est une autre histoire... Maintenant, à plus de 70 ans, c'est un peu comme MAM à 67 ans qui envisage un mandat de 5 ans (donc 72 ans en fin de mandat) à la sortie), ou le scandale Jack Lang à 74 ans à la tête de l'IMA... Peut-être qu'il y a des gens plus en phase avec leur époque... Dans le privé, on est senior à 46 ans... Quand à Hollande, il a un avantage : il n'a jamais dépassé le stade de l'adolescence. Toujours à faire des fugues en scooter, des (bonnes ?) blagues qui ne font rire que lui, et jusqu'à pousser la plaisanterie en posant pour une photo officielle devant le drapeau des pays bas (connus sous le nom de Hollande) ! Ah ce pitre ! On se demande par qui il a pu être élu... Mais... il n'y a plus grand monde pour dire "j'ai voté Hollande" ! Et vraiment, on se demande pourquoi tant de déni...

  • Par slv - 03/05/2014 - 01:16 - Signaler un abus Capitalisme?

    M. Le Floch-Prigent aime tendrement le capitalisme d'Etat et de copinage, c'est celui qui lui donne cette assurance de faire payer les investissements et les pertes aux contribuables, de parler au nom de la Fraaaaance et de son intérêt, enfin le sien, pas celui des Français.

  • Par ELLENEUQ - 03/05/2014 - 08:14 - Signaler un abus Ouais

    Mais ma génération aime mieux les américains que les teutons qui nous ont valu quelques millions de morts et qui continuent à nous faire crever à petit feu. Le Floch n'a qu'a continuer à dialoguer avec sa copine Eva Joly !

  • Par gile - 03/05/2014 - 09:23 - Signaler un abus A prendre et à laisser

    A prendre il y a le parallèle que LFP fait entre les commentateurs et les dupont et dupont de tintin. A laisser il y a tout le reste. D'abord sur la capacité d'alstom à pérenniser son activité énergie. Il faut rappeler en effet qu'en 2003/2004 déjà, alstom avait connu une crise qui avait nécessité de la part de l'Etat une prise de contrôle partielle de l'entreprise. 10 ans plus tard, rebelote, voilà l'entreprise encore en situation de crise prochaine. Manifestement, il y a une impossibilité pour alstom à pérenniser son activité énergie face à des concurrents mastodontes que sont GE et siemens, et face à de prochains autres concurrents qui fourbissent leurs armes en asie. Et cette fois ci, les dirigeants et actionnaires ont décidé de trancher dans le vif. Ensuite, le cas GE. LFP le reconnaît lui-même. GE France exporte 90 % de sa production. C'est là la preuve qu'il se trouve bien à belfort et qu'il n'y a aucune raison de douter de son intention de pérenniser, à belfort, le pôle énergie d'alstom qu'il propose d'acquérir. Enfin, j'ai lu les critiques de LFP, mais je n'ai pas vu de propositions précises. Juste des considérations générales.

  • Par boblecler - 03/05/2014 - 10:10 - Signaler un abus tableau de fond

    En France 4320 milliards d'Epargne placée à 98 % d'obligations et de dérivées, des sociétés européennes endettées à 66% des sociétés américaines endettées à 34 %. Des banquiers européens qui refusent les conglomérats.

  • Par Patricemarie - 03/05/2014 - 10:13 - Signaler un abus Maintenant on sait pour Loïk Le Floch-Prigent a été viré,

    emprisonné, humilié et détruit. C'est parcequ'il ne cire pas les pompes des américains comme le font aujourd'hui toutes les hiérarchies des entreprises françaises .

  • Par LLFP - 03/05/2014 - 13:57 - Signaler un abus Pour celles et ceux qui ont aimé

    Je vous invite à vérifier la santé réelle de Général Electric et Siemens qui ont eu 4 Présidents en 4 ans !!!

  • Par Anguerrand - 03/05/2014 - 16:58 - Signaler un abus Alstom n'a pas de trésorerie suffisante

    pour pérenniser son activité sur 50 ans , délais nécessaire pour les clients des centrales pour réparer ou remplacer leur turbine Alstom.( durée de vie d´unecentrale) C'est ce doute qui a fait que quand Alstom vend 10 turbines, GE en vend 150, sa trésorerie est très importante. De plus son activité n'entre pas en concurrence avec Alstom en Europe, ce qui n'est pas le cas de Siemens, qui ne rêve que d'éliminer un conçurent. Le choix des dirigeants d'Alstom semble crédibles contrairement aux politiques et à Montebourg qui ne connaissent rien à l'entreprise et qui oublient que ces entreprises sont prives. Que pensent les investisseurs étrangers potentiels des signaux lancés par Montebourg qui veut une économie dirigée par l'état? Ces signaux négatifs n'ont pas fini de faire du mal à la France.

  • Par DES VESSIES POUR DES LANTERNES - 03/05/2014 - 21:31 - Signaler un abus @ democrator

    L'Etat doit mener une poltique industrielle cohérente serait son devoir mais depuis 30 ans ce n'est pas le cas Et c'est vrai que c'est un gros mot pour nos zélites ni coupables ni responsables. Tata et Geely n'ont pas délocalisé ce qui démontre bien que les délocalisations ne sont pas l'alpha et l'oméga . RDV dans 5 ans pour savoir si Volvo et Land Rover créent des emplois en Suède et en UK En tous cas ce n'est pas le cas de Péchiney ,Arcelor, des filières electronique ,chantiers navals ,textile.ciment bientôt ...... Et c'est vrai qu'il y a beaucoup de coups de pied au cul qui se sont perdus en multi-retraites chapeau parachute doré !

  • Par Jaca10 - 03/05/2014 - 23:33 - Signaler un abus À quoi ça sert le nationalisme industriel ?

    On a vu avec PECHINEY et ARCELOR ou menait le manque de nationalisme industriel ... Les États-Unis, le pays du capitalisme et de la libre concurrence par excellence, n'aime pas trop qu'on touche au contrôle de ses entreprises. Le Made in USA a de plus en plus la côte, et Barack Obama a remis au goût du jour une loi datant de la Grande Dépression de 1933, le fameux « Buy American Act », pour relancer l'économie américaine. On est patriote ou on ne l'est pas ! Reprendre le capital d'une entreprise par l'Etat, n'est-ce pas ce que les Américains "grands apôtres du libre-échange" ont fait pour redresser GM ? Au lieu de céder une grande part du contrôle aux Chinois comme nous l'avons stupidement fait pour PSA ...

  • Par beaumarchais - 04/05/2014 - 12:37 - Signaler un abus On pourrait ajouter

    que la transition énergétique que l'on met en place, grâce à nos écolos- bobo n'est guère favorable à Alstom . Finie l’Énergie thermique , vive les moulins à vent et les cocottes minutes On n'a plus besoin de turbines , on achète des panneaux solaires et des éoliennes à la chine . Alors , Alstom vend son département énergie ! . C'est ça la France , sous l'emprise des idées fumeuses de Ecolo !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble puis directeur de cabinet du ministre de l'industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989 - 1993), de Gaz de France (1993 - 1996) puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997 - 2003).

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de "La bataille de l'industrie" aux éditions Jacques-Marie Laffont.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€