Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommes-nous capables de renoncer aux progrès de la science quand ils ont un coût humain ?

Google Glasses, PMA, cellules souches, euthanasie... La société occidentale s'interroge de plus en plus sur le bien-fondé de certaines avancées scientifiques. Et si l'idée de progrès, sacralisée par les Lumières, ne faisait plus aujourd'hui consensus ? Deuxième épisode de la série "Tous allergiques aux limites ?".

Tous allergiques aux limites ?

Publié le - Mis à jour le 30 Juin 2013
Sommes-nous capables de renoncer aux progrès de la science quand ils ont un coût humain ?

Une équipe de chercheurs est parvenue, pour la toute première fois en mai dernier, à cloner une cellule souche humaine. Crédit Reuters

Atlantico : Les récentes évolutions de la robotique et de la génétique, en nous affranchissant progressivement des contraintes de la nature, nous amènent à reconsidérer notre conception même de l'humanité. Peut-on dire que nous soyons prêts aujourd'hui à relever les défis éthiques qui sont posés par la science ?

Pierre Le Coz : C'est une question vertigineuse... Je commencerais par faire la différence entre la « science » en tant que telle, qui est fondée sur ces beaux principes que sont la contemplation, la recherche de la vérité, le désintéressement ; et les « applications techniques » de la science qui peuvent effectivement générer des polémiques.

Pour revenir à votre question, il est vrai néanmoins que des problèmes d'éthique finissent par se poser dès que l'on atteint un certain degré de connaissance, les doutes actuels sur les possibilités de la génétique en étant une bonne illustration.

Pendant des décennies, on a pu considérer que les avancées techniques ne remettaient pas fondamentalement en cause le progrès éthique, ce n'est effectivement plus aussi simple aujourd'hui. Prenons par exemple la transplantation d'organes, progrès qui a permis de sauver des vies et que l'on considère souvent comme l'un des plus grands acquis du XXe siècle. On remarque aujourd'hui que l'augmentation massive des listes d'attentes a néanmoins provoqué l'élargissement des donneurs potentiels aux vivants (ce qui pose le problème de la propriété de son corps, NDLR) ainsi que l'émergence à une échelle internationale de cette économie souterraine qu'est le trafic d'organes, dont les conséquences sont parfois tragiques.

Nous vivons depuis le XVIIe siècle dans une culture de l'émancipation qui nous a affranchi des traditions et des contraintes de la nature, mais cette émancipation semble s'être retournée contre nous depuis la fin du XXe siècle. La liberté, qui était jusque là une valeur sacrée, est ainsi devenue une forme d'idéologie allergique aux questionnements éthiques, comme on a pu le voir lors des derniers débats de société. Nous sommes, depuis, emportés dans une sorte de processus aveugle qu'il apparaît difficile de contrôler. Ainsi, la popularisation des mères porteuses me semble inéluctable, bien que le sujet continue de faire débat. Il suffit de voir les projets qui sont menés par des agences comme l'AMP (Agence de la biomédecine, NDLR) pour s'en convaincre.

De nombreux comités d'éthique existent aujourd'hui à l'échelle nationale et internationale. Doit-on institutionnaliser ces derniers pour les adapter au "tout-technologique" dans lequel nous entrons ?

Axel Kahn : Un comité d’éthique ne doit pas devenir, selon mes convictions, un comité normatif qui serait contradictoire à l’esprit des démocraties modernes. L’existence d’une autorité morale et éthique légitime est en effet contradictoire avec la logique de consultation populaire qui structure nos régimes politiques et emprunter une telle voie serait contre-productive dans les faits. Les comités d’éthiques doivent donc garder leur caractère consultatif pour ne pas devenir un repère des grands prêtres de la loi d’Etat. Le rôle de ces organes est d’éclairer la complexité de tel ou tel phénomène mais en aucun cas de décider, action qui revient au peuple et aux représentants politique par définition.

Pierre Le Coz : Je pense que ces comités doivent se cantonner au rôle consultatif qui est le leur. L'idée d'un ensemble de sages et d'experts définissant le bien, le mal, le juste et l'injuste serait plus inquiétante qu'autre chose. Je crois davantage au concept d'états-généraux de la bio-éthique, bien que ce principe ne soit hélas pas appliqué. Dans une loi datant de 2011, il était en effet prévu que l'on ne pourrait forger une loi bio-éthique sans convoquer au préalable ces fameux états-généraux, qui se sont déjà tenus en 2010 un peu partout dans l’hexagone. Malgré certaines limites, cette initiative s'est révélée extrêmement saine dans le sens ou cela permet de déférer à la société civile les questionnements éthiques, plutôt que d'en faire une affaire de lobbies et de pressions idéologiques comme c'est le cas actuellement.

Il est selon moi de très bon augure d'obliger les parlementaires à passer par le peuple pour décider de mesures aussi importantes, mais on note qu’apparemment ce ne sera pas le cas sur la question de la PMA. Montesquieu disait qu'il ne fallait "légiférer qu'avec une main tremblante" et l'on remarque que ce principe de précaution n'a pas tellement cours aujourd'hui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gliocyte - 11/06/2013 - 08:21 - Signaler un abus Légiférer?

    Non. S'en remettre à l'opinion par le référendum, oui. "Je connais quelqu'un qui a plus d'esprit que Napoléon, que Voltaire, que tous les ministres passés, présents et futurs: C'est l'Opinion" (Talleyrand). Le problème du trans-humanisme n'a pas été abordé, c'est pourtant le vrai "enjeu" de demain. A quand un article sur ce sujet?

  • Par amike - 11/06/2013 - 08:26 - Signaler un abus Les comités d’éthiques doivent garder leur caractère consultatif

    Ainsi, ils sont plus facilement manipulables, leurs membres n'ayant pas la responsabilité de leurs propositions. --- Pour eux, on définit la cible, on s'assure d'une composition très orientée, et on complète l'avis par voie réglementaire selon qu'on veut un résultat, ou pas.

  • Par carredas - 11/06/2013 - 08:48 - Signaler un abus La PMA et l'éthique...

    Un mot pour rappeler que M.Axel Kahn fût l'auteur d'un flamboyant point Godwin en comparant le meeting de N.Sarkozy au Trocadéro, à Nuremberg et ses foules hitléro/fanatisées... Les scientifiques ne sont donc à l'abri d'aucune faiblesse humaine, ce qui permet toute réserve sur leurs positions. La PMA est un bon sujet d'étude et de réflexion sur l'éthique face au progrès médical et sur le progrès médical face aux revendications individuelles. La PMA a permis aux couples stériles d'avoir un enfant grâce à la fécondation in vitro, elle a supprimé la frustration. La fécondation in vitro a permis aux couples dont l'homme était stérile d'avoir un enfant grâce au don de sperme. La fécondation in vitro a permis aux femmes qui voulaient un enfant en s'affranchissant au maximum du père biologique d'avoir un enfant "sans père" Le progrès technique permet donc qu'un enfant soit conçu en occultant délibérément son père biologique pour satisfaire une envie d'enfant d'un couple ou d'une personne. L'envie d'enfant légitime-t-elle tout le processus ? L'enfant est-il un objet de désir ou un sujet ? Qui porte la parole de l'enfant non conçu ? Peut-on en débattre sans être taxé d'homophobie ?

  • Par Ravidelacreche - 11/06/2013 - 09:33 - Signaler un abus coût humain ?

    L’éthique c'est moi !...Selon nos débatteurs.

  • Par gliocyte - 11/06/2013 - 09:48 - Signaler un abus Comité d'éthique?

    Qu'est-ce que l'éthique, sinon la morale? En quoi des spécialistes sont-ils plus habilités, parce qu'ils sont estampillés experts par la voie universitaire à être meilleurs qu'une personne lambda? C'est le référendum qui, en réunissant toutes les morales individuelles, a le plus de légitimité à trancher sur des questions éthiques. J'ai dans mon cursus du "subir" une formation à l'éthique. C'est la première fois où je me suis demandé si je parlais la même langue que ces experts.Leurs discours étaient incompréhensibles du début jusqu'à la fin, ce que je leur ai fait remarqué. Cela m'a valu de la part du Professeur en charge de la chaire d'éthique une demande de quitter les lieux (en me proposant quand même le remboursement de mes frais). On ne plaisante pas avec la "morale" dans cette sphère dite "haute" mais surtout hautaine. Je ne l'ai pas fait, d'autant que j'étais soutenu par les autres "élèves" et ai validé mon cursus, haut la main, au grand dam de ce prof. Alors les experts en la matière...

  • Par Anemone - 11/06/2013 - 09:54 - Signaler un abus ????

    "Google Glasses, PMA, cellules souches, euthanasie... La société occidentale commence à s'interroger sérieusement sur le bien-fondé de certaines avancées scientifiques. " . Si l'euthanasie est une avancée scientifique, alors, nous sommes sauvés de la décadence...(humour) . Je fais partie d'un Comité d'Ethique. Dire que ceux ci n'ont que voix consultative est une vérité (c'est d'ailleurs, au niveau législatif, la norme : Loi Léonetti en particulier);: Je trouve dommageable à notre époque de décrépitude morale, que la loi, fut elle démocratiquement votée (il faudrait d'abord se pencher sur ces votes "démocratiques) après un bourrage de crâne médiatiquement orchestré, ne puisse être obligatoirement amendée par un Comité d'Ethique, (gendre Conseil Constitutionnel), garant d'une vraie "humanitude". . Quand je vois les lois qui devraient être clouées sur le mur du SM, qui légalisent adoption plénière, bientôt PMA et GPA pour tous, euthanasie pour tous (ouf, le régime des retraites sera bientôt en équilibre), ça me fait frémir en pensant que certains appellent ça un "progrès" ou une avancée scientifique.

  • Par Anemone - 11/06/2013 - 10:03 - Signaler un abus tentative de réponse

    [Par gliocyte - 11/06/2013 - 09:48 - Signaler un abus Comité d'éthique? Qu'est-ce que l'éthique, sinon la morale?] . Non si vous lisez Ricoeur et Lévinas, ce n'est pas tout à fait cela. Il y a d'abord une réflexion éthique (philosophique, puis de cela est issue la morale, de la morale sont issues les lois, et pour adoucir ces lois, nous devons remettre de l'éthique dans l'utilisation de ces lois. . Le triangle éthique de ricoeur est la définition la+ belle de l'étique que je connaisse. (vous devez savoir que la déf de l'éthique diverge, selon les auteirs et les époques, d' Aristote à Kant). . Pour Ricoeur, l'éthique transcende la morale et pousse l’homme vers la reconnaissance de la LIBERTE du JE, qui donne à son tour la liberté au TU (l’Autre avec un grand A), Je et TU reconnaissant le IL, c’est à dire la société. . S'agissant de l'éthique médicale, il s'agit en fait d'une démarche éthique, quasi scientifique, prenant en compte de façon la + neutre possible (d'où l('intérêt d'être une équipe) tous les éléments biologiques, physiologiques (eh oui!) , spirituels, sociaux et psychologiques! . Nous sommes loin du lobbying de Khan et con- sort!

  • Par gliocyte - 11/06/2013 - 10:24 - Signaler un abus Hum, hum

    @Anémone. Je suis d'accord avec vous quand vous soulevez l'absurdité des lois et leurs dangers. Maintenant déclarer que les comités d'Ethique sont une réponse au problème, je n'en suis pas convaincu. Quand on évoque le pouvoir transcendantal de l'éthique, je frémis. Dès qu'un terme évoque la supériorité, je doute. Votre "Je, Tu, Il" à la mode éthique devient déjà profondément indigeste. Je préfère l'humble "Nous".

  • Par Champignac - 11/06/2013 - 10:56 - Signaler un abus progrès de la science. Les anciens avaient des éléments réponse.

    Au XXème siècle, on a juste oublié le vieux proverbe : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme", rappelé par Rabelais, mais qui est bien antérieur à son époque. On a même crû pouvoir s'affranchir des contraintes de la nature, oubliant un deuxième proverbe du XVIIème siècle si je ne m'abuse : "on ne commande à la nature qu'en lui obéissant". On a bien sûr ignoré celui de Saint Exupéry : « on n’hérite pas de la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants ». Evidemment, tout cela nous vaut aujourd’hui quelques coups de bâtons. Cordialement Champignac

  • Par Anemone - 11/06/2013 - 11:25 - Signaler un abus @Gliocyte

    Pour moi et pour ceux que je côtoie, JE + TU + IL = NOUS. . pas très mathématique, mais vrai lorsqu'on a un peu d'humanitude, (concept qui ne me satisfait pas entièrement, mais qui est, tout compte fait une approche valable en soins) . Le Comité d'Ethique est Une réponse, effectivement. Je n'ai pas écrit LA réponse! . il me semble nécessaire qu'il puisse y avoir un Comité qui, comme le CC, puisse permettre d'avoir des garde-fous aux absurdités mégalomaniaques des apprentis sorciers qui sont les vedettes de nos temps "modernes", parce qu'ils ont des lobbies puissants au niveau financier (en réf à Bergé ou à Roméro, pour ne donner que deux exemples franco-français). . Ensuite, à voir comment ne pas les rendre tous puissants, je vous l'accorde! . Lorsque je vois la nullité du CC dans l'affaire du mariage pour tous, je me demande si la neutralité a été de mise. -- La bêtise, ça c'est certain, l'achat des voix -promesse de postes, primes,..- sans doute possible. -- La neutralité et la réflexion éthique morale et scientifique, c'est autre chose!

  • Par cloette - 11/06/2013 - 11:40 - Signaler un abus le vrai enjeu

    pourquoi tourner autour du pot, le vrai problème étant celui du transhumanisme, suivi du posthumanisme : Cet enjeu concerne donc les humains eux mêmes ,c'est à dire les peuples !

  • Par Le gorille - 11/06/2013 - 11:46 - Signaler un abus PMA : du juste emploi !

    @carredas - 11/06/2013 - 08:48 Pour la PMA, d'un emploi juste, on passe à des usages contraires à la morale. Alors, faire une loi qui encadre ? La récente loi du mariage unisexe apporte une note de désespoir, sans oublier que l'on s'ingénie souvent à tourner la loi.

  • Par Le gorille - 11/06/2013 - 11:52 - Signaler un abus Foin des -ismes !

    Transhumanisme, posthumanisme.... manifestement l'orgueil humain est sans limites... et ce que j'en lis fait froid dans le dos d'expériences envisageables !

  • Par gliocyte - 11/06/2013 - 12:05 - Signaler un abus Ps

    Le référendum, oui et je le répète. Maintenant comme la voix du peuple est muselée à tous niveaux, une loi sans avis éthique est encore plus dangereuse dans ses conséquences que sans avis, si on en tient un minimum compte. Si on me demande si je préfère une jambe cassée que les deux, je répondrai une mais ce que je voudrais surtout c'est qu'aucune ne soit cassée.

  • Par Ravidelacreche - 11/06/2013 - 12:36 - Signaler un abus @anemone

    Vous n'auriez pas "mélangé"...un peu...coût humain et droit humain :o)

  • Par cloette - 11/06/2013 - 12:40 - Signaler un abus c'est prévu

    @le gorille c'est prévu pour vers 2050 , et ce sera forcément qq chose de totalitaire !

  • Par Guff - 11/06/2013 - 13:28 - Signaler un abus Sylex m'était conté.

    L'invention du coup de poing en sylex taillé fut une incroyable avancée de l'humanité. Hélas cela se révéla une arme meurtrière. Umberto Ecco nous le rappela naguère.

  • Par Cap2006 - 11/06/2013 - 13:43 - Signaler un abus @Carredas et Gorille

    La PMA/GPA est un progrès pour contrer la dure loi de la nature... pour les couples heteros dont l'un des membres serait stérile... et si je vous comprends bien, serait un dévoiement dans le cas d'un couple homosexuel ou d'une femme célibataire... Dans les 3 cas, il me semble que l'envie d'enfant est aussi comparable que légitime ( au moins du point de vue des intéressés) Vous semblez le condamner au nom de l'enfant à venir ... moi je me réjouis pour lui... de faire parti d'un projet de vie familial, d'un engagement fort à l'accompagner tout au long de son enfance pour faire de lui un adulte le plus épanoui possible. A moins de considérer qu'une personne seule ou qu'un couple homo ne soient pas capable d'élever un enfant, et d'en faire un adulte au moins aussi équilibré que ceux qui naissent dans une famille biologique.. Le premier des droits de l'enfant, c'est celui de naitre... et si les techniques permettent à des couples exclus de ce projet familial de l'accorder... et bien tant mieux...

  • Par cloette - 11/06/2013 - 14:06 - Signaler un abus l'enjeu

    @cap2006 Ce n'est pas permettre à un enfant de naitre par le désir de tout un chacun ! C'est tout le contraire ,c'est changer la nature de la procréation pour qu'elle soit contrôlée par "l'Etat" . C'est logique si l'homme doit vivre 200 ans ! C'est un eugénisme totalitaire ,inégalitaire, qui est à craindre, le meilleur des mondes en effet !

  • Par carredas - 11/06/2013 - 16:08 - Signaler un abus @Cap2006

    "...Le premier des droits de l'enfant, c'est celui de naitre..." Désolée, je trouve cette affirmation absurde. Est-ce en lien avec l'Eglise Catholique qui s'oppose à la contraception comme à l'avortement ou bien est-ce une position qui vous est personnelle ? Si j'ai fait un parallèle entre le couple stérile qui bénéficie de la FIV, du couple stérile qui bénéficie de la FIV avec donneur de sperme ( ou donneuse d'ovocyte ou les deux ) et d'une femme seule qui bénéficie des mêmes procédés, ce n'est pas pour démontrer un "dévoiement" en fonction de l'orientation sexuelle du ou de la bénéficiaire, c'est pour attirer l'attention sur le champ d'action de la PMA qui s'est élargi considérablement sans qu'à un moment quelconque la population ait été associée à une réflexion sur son bienfondé. Ce sont les médecins pionniers en la matière qui ont crée leur propre éthique, mais ils ne sont pas plus compétents que d'autres en la matière. Je pose des questions, je n'y réponds pas. Je trouve cependant que vous balayez rapidement le droit d'un enfant à connaître sa filiation au profit des seuls adultes dont la capacité à être ou non de bons parents n'est pas en cause.

  • Par Bcool - 11/06/2013 - 16:53 - Signaler un abus Les pieds dans le plat

    Imaginez "un couple" formé par un frère et une soeur en mal d'avoir eu si peu de frères ou de soeurs se ferait prélever ce qu'il faut, et via une GPA (quand même, il reste des réminiscences de civilisation pour ne pas donner dans l'inceste) pour concrétiser leur "projet". Est ce éthique ? au nom de quoi dirions nous que cela ne l'est pas ? Le propre de cette plaie d'enfer c'est que, quelque soit les limites que l'on imposera, il y en aura toujours qui se sentiront frustrés de ne pas allez au delà. Là est le problème. C'est pas un problème de projet "familial" ou d'égalité. Fixez la limite sur autoroute à 160 km/h, les flash crépiteront encore... Alors, jusqu'où la descente ?

  • Par Ravidelacreche - 11/06/2013 - 17:40 - Signaler un abus A vos copies :o)

    Je suis sursitaire, âgé de 24 ans, et je suis marié à une veuve de 44 ans, laquelle a une fille qui en a 25. Mon père a épousé cette fille. A cette heure, mon père est donc devenu mon gendre, puisqu'il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu'elle est la femme de mon père. Ma femme et moi avons eu en Janvier dernier un fils. Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père. En conséquence, mon oncle, puisqu'il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc mon oncle. La femme de mon père a eu à Noël un garçon qui est à la fois mon frère puisqu'il est le fils de mon père, et mon petit-fils puisqu'il est le fils de la fille de ma femme. Je suis ainsi le frère de mon petit-fils, et comme le mari de la mère d'une personne est le père de celle-ci, il s'avère que je suis le père de ma femme, et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père.

  • Par Anemone - 11/06/2013 - 20:19 - Signaler un abus @ravidela crèche

    Hélas, ne savez vous pas que le cout est inclus dans l'éthique? . Genre : ce traitement, très cher, justifie t-il qu'on l'utilise pour X? . C'est ainsi! cela fait AUSSI partie de la démarche éthique ;-)

  • Par Le gorille - 12/06/2013 - 06:04 - Signaler un abus Le fondement du mariage

    Le grand hic dans toutes ces discussions, c'est le point de départ et la finalité. On discute plus ou moins technique, on séquence le raisonnement, on le borne. Résultat : on reste totalement hors des clous de la perpective simplement humaine, globale. Et on aboutit automatiquement à l'Erreur, en l'occurrence la chosification de l'homme, plus précisément de l'enfant. Dans toutes ces discussionson, on transforme l'homme en simple cobaye de laboratoire... au profit de qui ? Quant à l'enfant... Cloette fait bien de nous éclairer sur l'avenir épouvantable qui l'attend !

  • Par armoric2 - 12/06/2013 - 09:30 - Signaler un abus les mères porteuses

    bonjour moi je ne suis pas contre la recherche et les nouvelles technologie bien loin de la, je suis a 100 pour 100 pour , par contre ce qui me precupe et je ne suis pas parti prenant, j'aurais une question a poser, sachant que ce bebe as passe une partie de son temps dans le ventre d'une femme , qui serait suposé etre sa mere qui aurai eut le sein, et qui dans son moi a lui doit la prendre pour sa mere legitime ,habitué pendant un certain temps a son cocon, au moment de sortir et d’être envoyé a des gens qu'il ne connait pas, qu'est ce que ce bébé peut ressentir en lui, même avec la chaleur de ses nouveaux parent ,je dit bien nouveau parent, car pour moi la vraie mère, c'est celle qui l'as enfanté, qui lui as prodigué tout ces soins, qui a veillé sur lui pendant tout le temps , alors dites moi ce que peut ressentir ce bébé qui d’après certains médecins et je crois qu'a l'heure actuelle cela est prouve que ce bébé comprend ce qui se passe merci de m'avoir lu

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Le Coz - Axel Kahn

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€