Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Allemagne a non seulement bénéficié de la crise mais en a été aussi largement à l'origine

L'économiste Richard Koo estime que la crise en Europe a commencé avec un plan de sauvetage de l'Allemagne par la Banque centrale européenne, ce qui a notamment permis au pays d'exporter plus facilement ses produits au reste des Etats européens qui s'endettaient pour les acheter.

Fautive ?

Publié le
L'Allemagne a non seulement bénéficié de la crise mais en a été aussi largement à l'origine

L'économiste Richard Koo estime que l'Allemagne aurait en fait été en grande partie à l'origine de la crise de la zone euro. Crédit Reuters

Et si l'Allemagne était responsable de la crise actuelle de la zone euro ? Pure folie ? Pas selon Richard Koo, économiste au Nomura Research Institute. D'après lui, c'est en fait en partie de la faute de l'Allemagne si l'Espagne, la Grèce, l'Italie, l'Irlande ou encore le Portugal ont des problèmes aujourd'hui. Il explique en effet dans une note publiée en juin que les difficultés de l'Allemagne après la réunification dans les années 1990 et celles suivant l'introduction de la monnaie unique ont crée le climat pour les "booms" qui ont fini par paralyser les économies des pays de la zone euro.

Après l'euphorie de la réunification et à l'aube des bulles technologiques et des télécoms, qui ont particulièrement touché l'Allemagne, les Allemands se sont retrouvés avec des factures considérables et une stagnation de leur économie. Le gouvernement allemand ne pouvait pas fournir une stimulation suffisante ; la limitation à 3% des déficits fixée par le traité de Maastricht l'en interdisait en effet. La Banque centrale européenne s'est alors servie de mesures monétaires particulièrement lâches pour stimuler l'économie, en maintenant notamment des taux d'intérêt très bas.

Richard Koo déclare ainsi : "En 2005, j'ai dit à un haut fonctionnaire de la BCE qu'il était injuste, pour sauver l'Allemagne, d'obliger d'autres pays à renforcer leurs économies avec une politique monétaire lâche, sans pour autant demander à l'Allemagne, qui avait finalement exagéré avec la bulle (technologique), un programme de relance budgétaire. L'employé avait alors répondu que c'est ce que signifiait avoir une monnaie unique : Comme on ne pouvait pas accorder à l'Allemagne une exception sur la relance budgétaire, la seule option restait de relever toute la région avec cette politique monétaire".

Problème : Cette politique de la BCE – garder des taux d'intérêts très bas –  a entrainé un boom des investissements mais aussi une bulle immobilière. Les pays périphériques ont alors enregistré des déficits commerciaux importants, comblés par les exportations allemandes, ce qui a d'ailleurs permis à l'Allemagne de se relever du marasme dans lequel elle était.

Richard Koo précise que "les pays du sud de l'Europe, qui n'avaient pas participé à la bulle, pouvaient se vanter d'économies fortes et d'un secteur privé robuste. La politique des taux à 2% de la BCE a donc conduit à une forte croissance de la masse monétaire, qui a à son tour alimenté la croissance économique et les bulles immobilières. Les salaires et les prix ont alors augmenté… laissant ces pays moins compétitifs en comparaison de l'Allemagne. En résumé, La politique de taux très faibles de la BCE a eu peu d'impact en Allemagne, mais elle n'était pas non plus suffisante pour d'autres pays de la zone euro. Et cela a entraîné des taux très différents d'inflation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 25/06/2012 - 17:06 - Signaler un abus Nomura Research Institute

    からの提言や調査・レポート、商品サービス、ITソリューション事例、IR情報、採用情報、CSR情報などを掲載してい ...Et pis c'est tout ! :o)

  • Par Equilibre - 25/06/2012 - 17:30 - Signaler un abus Oui et non, cause et conséquence,OH Réveillez-vous

    C'est le neuro qui a induit cette situation. Je ne dis pas que . Article d'Olivier Berruyer, de gauche, pro-fédéraliste, qui est déjà intervenu ici: http://www.les-crises.fr/la-roulette-belge/ "...Ne blâmons pas les Allemands – chaque pays utilise au mieux ses avantages compétitifs, et disposer d’une population besogneuse et soumise en est un. Cette stratégie n’a rien de nouveau ; ce qui l’est, c’est qu’a disparu à cause de l’euro le frein naturel de ces déséquilibres : l’épuisement des réserves de change qui conduisait à une dévaluation..." Lire l'article en entier, c'est intéressant de lire ce qu'il écrit de la part d'un fédéraliste convaincu. Le NEURO a cassé les équilibres et les moyens naturels d'y remédier, en clair. Je le répète, l'UERSS et le NEURO sont des idéologies. Ces machins ne sont pas de l'économie. La fédéralisation ne changera rien, hormis quelques mois de répit (et encore) pour couvrir le tout. Et, reste une question: QUI va payer et combien? Celle-là, elle n'est pas prête d'être résolue.

  • Par Equilibre - 25/06/2012 - 17:34 - Signaler un abus @Ravidelacreche

    璃园排版 !

  • Par Ravidelacreche - 25/06/2012 - 18:47 - Signaler un abus Mais non @Equilibre

    敬語は人間のなんらかの意味の上下関係の認識を表現する語彙の体系である :o))

  • Par vangog - 25/06/2012 - 21:04 - Signaler un abus Koo pas très clair!...

    Pourquoi les pays sudistes sont-ils plus touchés par les pays nordiques de ce qu'il nomme "une cause germanique à la crise"?... L'explication de Koo ne vaut pas moins que l'explication de ceux qui accusent les banques et la finance mondiale d'être à l'origine de la crise: A part satisfaire l'ego de leur ringardise idéologique, ils n'expliquent rien... Mais on s’aperçoit maintenant d'une réalité que les plus lucides avaient entrevus: la crise des subprimes n'a été qu'un épiphénomène révélateur (et finalement heureux...) de la crise des dettes, bulles immobilières et autres politiques social-démagogiques qui auraient emmené l’Europe au fond du gouffre de façon certaine si les subprimes ne l'avaient révélé... Dans le même ordre d'idées, l'Allemagne a peut-être révélé un peu plus tôt la crise de la dette Européenne qui, sans elle, aurait sombré encore plus bas...

  • Par jerem - 25/06/2012 - 22:17 - Signaler un abus faut pas non plus pousser !!!

    politique des taux bas de la BCE : on a reve au la bce de trichet etait toujours taxée de ne pas baisser assez son taux directeur comme les etats unis. quant aux exportations allemandes, leur part dans les exconomies européennes n'est elle pas tombée a 40%? Et ras le bol des tableaux bidons avec des bases 100 bien choisies . En 2000 le taux horaire de la maind'oeuvre allemande etait largement supérieur a celui de la france(par exemple) . Donc présenter des jolies courbes avec +22 pour l'allemagne et +44% pour la france .... c'est d'une malhonnetete intellectuelle tres poussée. les cout horaires sont aujourd'hui quasiment a l'identique, avec une productivite par heur supérieur pour la france de 15% sur l'allemagne (cf etude rexecode - proche medef)

  • Par caton l'ancien - 25/06/2012 - 22:43 - Signaler un abus Les animaux malades de la peste!...

    Décidément, il faut relire La Fontaine ! Tout le monde s'y est mis pour jeter l'argent par les fenêtres mais maintenant que l'hiver est venu, il faut bien trouver un coupable à la situation générée pendant trois décennies par des gouvernements keynésiens et laxistes. Pendant ce temps, L'Allemagne s'est serrée la ceinture, a fait des réformes drastiques (par des socialistes...) et est devenue la plus compétitive de toute l'Europe (avec d'autres d'ailleurs comme la Pologne, la Filnlande, la Suède, les Pays-Bas, l'Autriche,...). C'est l'ineptie de nos dirigeants et leur absence totale de vison stratégique à long terme qui est seule responsable de nos malheurs. Arrêtons de chercher le bouc émissaire ou le baudet à sacrifier et retroussons nous plutôt les manches. Mais en sommes-nous seulement encore capables ?

  • Par Equilibre - 25/06/2012 - 22:48 - Signaler un abus @ vangog

    Euh, je le trouve clair. -"La politique des taux à 2% de la BCE a donc conduit à une forte croissance de la masse monétaire, qui a à son tour alimenté la croissance économique et les bulles immobilières. Les salaires et les prix ont alors augmenté… laissant ces pays moins compétitifs en comparaison de l'Allemagne" -bulles immobilières (Espagne) -des taux d'intérêt très bas.->des déficits commerciaux importants, comblés par les exportations allemandes Parce que le neuro, c'est le mark. Evite de penser neuro, pense mark, franc, pesetas ET inflation différente suivant les pays-> "Et cela a entraîné des taux très différents d'inflation entre les pays pour une monnaie UNIQUE-> perte de compétitivité pour tous par rapport au Mark (le neuro en fait). Adaptation de l'allemagne-> hausse limitée des salaires + mesures budgétaires et structurelles Adaptation des autres pays->Elle n'a pas eu lieu. Autre vision dans la même "veine": http://www.les-crises.fr/la-roulette-belge/ Sur la propension à l'inflation des différents pays: http://www.manifestepourundebatsurlelibreechange.eu/appel-aux-gouvernements-dun-groupe-dexperts-economiques-francais-et-allemands-reunis-a-dusseldorf-27-avril-2012/

  • Par Seb Per - 26/06/2012 - 07:29 - Signaler un abus le problème

    c'est que Europe ou pas euro ou pas, on ne voit pas ce qui aurait pu modifier cette évolution. Les dévaluations soi disant "compétitives" ne font que décaler le problème dans le temps et à un niveau plus bas, comme si on essayait de se raccrocher dans.sa chute à des branches sans cesse plus basses. La seule façon de sortir de cette spirale infernale est de reconstruire des activités dégageant de la valeur ajoutée réelle. Mais problème ça prend du temps.

  • Par konstanz - 26/06/2012 - 08:15 - Signaler un abus Une théorie qui ne tient pas

    et d'ailleurs trouver un bouc émissaire ne nous sortira pas du bourbier dans lequel nous sommes. Relevons plutôt nos manches! On écrit un peu trop que l'Allemagne a mangé la laine sur le dos des pays du sud! Ah bon? Et qui nous empêchait de suivre - A L EPOQUE - l'exemple de l'Allemagne? Etre compétitif, cela passe entre autres par travailler 40h au lieu de 35, une retraite à 65 au lieu de 60 etc..

  • Par brennec - 26/06/2012 - 09:07 - Signaler un abus Bon sang mais c'est bien sur!

    Bon sang mais c'est bien sur! C'est parcequ'il y a de bons élèves qu'on peut voir qu'il y en a de mauvais. La politique de taux bas n'a pas mis l'allemagne a genoux? c'est peut être parce que le gouvernement allemand est plus malin que les autres, non? Sans vouloir systématiquement porter aux nues l

  • Par brennec - 26/06/2012 - 09:09 - Signaler un abus sorry, gros doigts!

    oups.. sans vouloir systématiquement porter aux nues la politique allemande qui n'est pas exempte de critiques, on est bien obligé de dénigrer systématiquement la politique des gouvernements endettés pour lesquels il n'y a pas un seul point positif.

  • Par Vincennes - 26/06/2012 - 10:19 - Signaler un abus C'est quoi cet article...digne du Nle Obs......mauvaise propande

    socialo-socialiste omni présente sur les médias. J'ai lu que pas mal de dirigeants recontrés par Hollande, lui avaient conseillé, à mots couverts (il doit être vert de rage), "de prendre Sarko comme modèle de gouvernance".....lui qui a hérité du laxisme de Mitterand (sui dépensait sans compter) puis de Chichi pendant que l'Allemagne se serrait la ceinture. La

  • Par DarkMatter - 26/06/2012 - 10:23 - Signaler un abus Atlantico?

    Il y a, depuis quelques temps, de plus en plus d'articles assez étranges sur Atlantico. Un paquet de contributions pseudo-critiques sur l'Allemagne - ouh la vilaine - et d'autres salves indirectement sympathiques avec la nouvelle pensée nationaliste - Buisson a tout compris voyons, surtout quand il conseille des menaces sur Schengen. Bref, j'avoue avoir du mal ces dernieres semaines à retrouver l'essence libérale de ce site...libéralisme qui fait que je suis plutôt enclin à remercier l'Allemagne de faire un minimum barrage au keynésianisme sauvage habituel et à ne pas supporter que l'UMP s'éloigne toujours et encore de cette conception pour pencher vers l'inverse: nationalisme à deux francs, interventionisme débridé...

  • Par Vincennes - 26/06/2012 - 10:36 - Signaler un abus @Darkmarker.....comme vous j'ai cette impression étrange

    qu'Atlantico à "changé son fusil d'épaule" où a été obligé de le changer!! à suivre de près ce que va devenir le Figaro (bête noire d'Hollande) abonnons nous et zappons le genre d'émission comme Calvi (en enregistrant)....... qui vendredi clamait qu'Hollande avait remporté avec Brio plusieurs victoires?? ils se foutent de nous sur les chaines publiques car où sont les victoires de m.petites blagues? qui s'est fait mettre à l'index pour avoir fromenter un "plan" contre A.Merkel!!! J'ai, de suite, écri à Thuillier car ras le bol de tous ces journaleux qui n'en ont que le nom

  • Par DarkMatter - 26/06/2012 - 13:34 - Signaler un abus @Vincennes ...tout à fait.

    Et j'ajoute - concernant toujours Atlantico - une 3ème série d'articles sur le thème: "on va tous mourir". Encore un énième article sur la mort de l'Europe d'ailleurs...entre le sensationnel à la Paris Match et les articles gaucho....il est en effet bon de se demander si il n'y a pas eu du changement chez Atlantico ces dernières semaines....

  • Par roudoudou - 26/06/2012 - 22:33 - Signaler un abus Ben voyons !

    Allez, les méchants, c'est les Allemands, ça nous manquait ce genre d'ânerie ! Les Allemands travaillent, pas nous. Ils reculent l'âge de la retraite, pas nous. Ils ont un outil industriel performant, pas nous. Ils ont utilisé leur dette pour investir,pas nous. Ils valorisent les métiers manuels et forment leurs jeunes, pas nous. Mais c'est sûr, tout est de leur faute !

  • Par vangog - 27/06/2012 - 23:09 - Signaler un abus @equilibre Je ne comprends toujours pas pourquoi une

    même cause, qui serait selon Koo la politique des taux à 2% de la BCE , appliquée à tous les pays Européens de façon quasi identique avant la crise, conduirait certains pays sudistes à augmenter leurs salaires et leurs prix, alors que d'autres, comme les Allemands, appliquent des accords syndicaux de baisses de salaires parfois, et des prix maitrisés; Je ne comprends pas non plus que certains pays comme l'Espagne choisisse la fuite en avant dans le "tout immobilier", ou que la Grèce choisisse le "tout fonction publique", là où d'autres pays anticipent les crises (les pays du nord en général) font des réformes structurelles et diversifient leur économie. Quand vous dites que "tous les pays ont un déficit de compétitivité avec l’Allemagne", il serait plus juste de parler d'un déficit de compétitivité entre nordistes et sudistes, car ils sont les seuls à appeler à l'aide! Et on ne peut demander à l'Allemagne de "perdre sa compétitivité pour se mettre au niveau de médiocrité des pays sudistes. Encore une fois, demander à l'Allemagne de payer pour son "surplus de compétitivité" (ce qui est un comble, en soi!), ne résoudrait pas le problème du tonneau des danaïdes des pays sudistes!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€