Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alerte à la déflation : pourquoi les 0% d'inflation de l'année 2015 doivent être lus entre les lignes car ils indiquent une (légère) amélioration de la situation économique

Malgré l'annonce par l'INSEE de la parfaite stabilité des prix pour l'année 2015, l'analyse des différentes composantes de l'indice permet de mettre en avant la régression de la menace déflationniste qui pesait sur le pays fin 2014.

C'est pas ce que tu crois

Publié le
Alerte à la déflation : pourquoi les 0% d'inflation de l'année 2015 doivent être lus entre les lignes car ils indiquent une (légère) amélioration de la situation économique

Ce 13 janvier 2015, L'INSEE publiait les chiffres de l'inflation de l'année 2015, et ceux-ci ont été stables, soit 0% de progression sur les douze derniers mois. Un résultat qui traduit un fléchissement de la pression sur les prix rapport à l'année 2014 (+0.5%) et à l'année 2013 (+0.9%). Ainsi, la menace déflationniste qui avait pu être identifiée par le gouvernement lors de l'année 2014, ne serait toujours pas éradiquée. Pourtant, en regardant les chiffres de plus près, il apparaît que cette crainte, bien qu'encore présente, est en cours de régression.

Afin de démontrer la dissipation progressive de cette menace déflationniste, il reste utile de définir clairement les composantes de l'inflation. Ceci afin de distinguer les éléments qui traduisent une véritable menace de ceux qui relèvent plus du contexte extérieur. En règle générale, le calcul de la hausse des prix a pour objectif de renseigner sur ce que subit réellement le consommateur. L'ensemble des biens et services consommés sont analysés. Or, les évolutions de prix peuvent avoir différentes causes, bonnes ou mauvaises, et il devient alors périlleux de déterminer si la stabilité des prix est une bonne ou une mauvaise chose.

Dans l'objectif de se détourner de cet écueil, il est alors pertinent de s'éloigner de la réalité vécue par le consommateur pour s'attacher à l'observation d'une évolution des prix reposant sur le seul contexte économique du pays. En l'occurrence, Il s'agit de produire un indice des prix permettant de refléter la confrontation entre offre et demande sur le territoire. Si la demande est forte, mettant en avant un contexte économique favorable et une pression à la hausse sur les prix, l'indice progressera. Inversement, en cas de situation de faible activité, la pression sur les prix sera faible, voire négative, ce qui aura pour effet de produire une baisse de l'indice en question. Et cette sous-catégorie d'inflation est dénommée "inflation sous-jacente", et définie comme suit par l'INSEE :

"L'indice d'inflation sous-jacente est un indice désaisonnalisé qui permet de dégager une tendance de fond de l'évolution des prix. Il traduit l'évolution profonde des coûts de production et la confrontation de l'offre et de la demande (…). L'inflation sous-jacente est ainsi plus adaptée à une analyse des tensions inflationnistes, car moins perturbée par des phénomènes exogènes." La construction de cet indice repose sur l'exfiltration des variables les plus volatiles (comme le pétrole) et sur une correction des mesures fiscales prises par le gouvernement.

Reste à observer l'évolution de l'inflation sous-jacente afin de déterminer si l'état de la situation économique, c’est-à-dire la demande :

Indice d'inflation sous-jacente. INSEE. Evolution annuelle en %.2013-2015

Cliquez pour agrandir

Alors que la période 2013 et 2014 est témoin d'une baisse significative de l'indice, signifiant une chute de l'activité au sein de l'économie française, la fin de l'année 2014 marque une rupture de la tendance. Entre les mois de novembre 2014 et de décembre 2015, l'inflation sous-jacente est passée du seuil de -0.15% à 0.78%. La demande, bien qu'encore atone, est donc en progression. De la même façon, et si celles-ci sont également insuffisantes, les créations d'emplois ayant eu lieu au cours de cette même année 2015 en sont une autre preuve.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cancans - 15/01/2016 - 13:03 - Signaler un abus Cancans

    Pourtantle le prix du gaz Butane qui alimente ma chaudière ne diminue pas !

  • Par Olivier K. - 16/01/2016 - 00:58 - Signaler un abus Merci pour ces explications :)

    Merci pour ces explications :)

  • Par elvin - 16/01/2016 - 09:47 - Signaler un abus une bonne suprise

    Il y a un peu de vrai dans cette analyse. C'est déjà un progrès par rapport aix articles précédents de NG.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€