Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aides au développement en Afrique : les actes d'Emmanuel Macron ont-ils été conformes à sa parole ?

En marge de l'Assemblée générale des Nations-Unies, Emmanuel Macron a pu participé au Goalkeepers 2018, organisé par la Fondation Gates, et a pu plaider à cette occasion en faveur de plus d'investissement en faveur du développement en Afrique tout en indiquant " Si nous nous contentons seulement de faire des discours chaque année, nous n’avancerons jamais ".

Action politique et solidarité

Publié le
Aides au développement en Afrique : les actes d'Emmanuel Macron ont-ils été conformes à sa parole ?

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Alors que vous indiquiez en 2017, dans une interview donnée au Point, que l'aide bilatérale de la France n'était que de 200 millions d'euro pour un total de 16 pays, "dont beaucoup sont situées hors d'Afrique", cette situation a-t-elle changé ?  

 
Serge Michailof : La situation a effectivement significativement changé depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron. Mais il faut tout d’abord être plus précis car les chiffres qui circulent donnent lieu à énormément de confusion. Permettez moi un petit rappel. L’aide publique au développement dont le montant oscille pour la France entre 8 et 10 milliards d’euros par an correspond non à des versements effectifs aux pays en développement, mais aux dépenses qui, dans notre budget, peuvent selon les règles de l’OCDE, être imputées à l’aide.
C’est le cas par exemple de certaines annulations de dettes, ou des frais engagés par la France pour accueillir des étudiants étrangers, ce qui explique que la Chine qui nous envoie beaucoup d’étudiants, apparait comme un bénéficiaire significatif de notre aide… 
 
Mais notre effort budgétaire effectif n’est que d’environ 2,4 milliards ce qui est important mais ne représente qu’un montant très inférieur à l’effort par exemple consenti par l’Allemagne ou la Grande Bretagne. Une majorité de ces 2,4 milliards est allouée à des organisations multilatérales (Banque mondiale, Union Européenne etc); l’autre partie est affectée à notre aide bilatérale. Les ressources affectées à notre aide bilatérale ont de multiples usages, mais une part sert à bonifier des crédits consentis par l’AFD dont l’activité globale dépasse 12 milliards d’euros, mais pour la quasi totalité ce sont des prêts. Une autre  part permet à l’AFD de consentir des dons destinés à financer des projets dans les pays les plus pauvres. Cette part est longtemps restée d’un montant parfaitement ridicule de 200 millions pour les besoins de 16 pays dits “prioritaires”; et c’est ce montant que je citais dans cet article du point. Sur ce montant les pays du G5 Sahel ne recevaient en moyenne qu’environ 80 millions d’euros par an. 
 
Au total ces choix budgétaires francais anciens permettaient à nos amis britanniques et allemands et aux spécialistes du monde entier de se moquer gentiment de nous, en soulignant que l’aide française oubliait les pays pauvres et se focalisait sur les pays émergents et à revenu intermédiaire. Elle permettait également à tous les observateurs attentifs de s’étonner de l’absence de l’aide française sur don au Sahel, alors que plus de 4000 de nos soldats y risquent leur vie, sachant que faire des prêts à ces pays qui ne peuvent même pas financer régulièrement les salaires de leurs fonctionnaires n’a guère de sens car il faudra bien tot ou tard les annuler. 
 
Alors que l’administration  Hollande est restée sourde vis à vis de toutes ces critiques et s’est finalement centrée sur une approche essentiellement  militaire du problème sahélien, le president Macron a dès l’été 2017 marqué qu’il était très sensible à cette question et le CICID de février 2018 a acté que l’envelopppe de dons de 200 millions serait portée à 1 milliards d’euros dès 2019 ce qui constitue un effort budgétaire tout à fait remarquable dans cette période difficile.
 
 
Sur ce milliard la France  privilégiera  le Sahel, et aussi des operations de cofinancement avec d’autres bailleurs tels la Banque Mondiale, l’Allemagne etc ceci dans le cadre de “l’Alliance pour le Sahel” également lancée par le Pt Macron. Le résultat est qu’au lieu d’intervenir dans les pays du Sahel avec des montants ridicules de l’ordre de 10 ou 15 million d’euros de dons par an pour financer des miniprojets sans impact significatifs, la France sera désormais capable de participer à des programmes de grande ampleur qui déjà sont en préparation.
 
Je suis actuellement à Washington pour des conférences diverses et je peux déjà dire de mes entretiens depuis 2 semaines que cette décision a été saluée à la Banque mondiale qui apprécie les compétences techniques sur le Sahel des experts français tant de l’AFD que des centres de recherche et des ONG qui actuellement ne disposaient que de ressources symboliques.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Kreuzer - 29/09/2018 - 06:57 - Signaler un abus Une aide à fonds perdus. Lire Bernard LUGAN.

    Votre conclusion dit l'essentiel: les milliards d'aide européenne engloutis en Afrique, sont détournés par des dirigeants corrompus. Les guerres tribales empêchent toute stabilité. Pire: l'explosion démographique dans les pays les plus pauvres (comme le Niger) interdisent d'imaginer que des "aides au développement", dans ces régions qui ne brillent pas par leur créativité , soient la solution. Un effet pervers de la culpabilité des Européens, vis à vis de ce continent, est l'entreprise de délestation démographique de masses de "migrants" vers l'UE. Cela ne résout aucun problème: ni économique, ni politique ( voir les élections, dans ces pays-là: la prochaine se tenant au Congo, la veille de Noël), ni démographique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Michailof

Chercheur à l’Iris, enseignant à Sciences Po et conseiller de plusieurs gouvernements, Serge Michailof a été l’un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l’Agence française de développement (Afd). Il est notamment l'auteur du livre Africanistan - L'Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? (Fayard, 2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€