Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Agriculture : les dérives du principe de précaution

Quand on évoque ce fameux "principe de précaution", il convient de commencer par comprendre la diversité des points de vue et des intérêts, et de se demander "qui veut se protéger de quoi"…

A toutes les sauces

Publié le
Agriculture : les dérives du principe de précaution

Nous mettons le fameux "principe de précaution" à toutes les sauces. En matière agricole en particulier, certains l’évoquent pour tenter d’interdire les OGM, et aussi les pesticides. Tentons de mieux comprendre de quoi il s’agit… Pour cela, commençons par nous interroger : qui parle ? Au nom de quels intérêts ? De quoi veut-il se protéger ?

Les "écolos-bios" craignent le cancer, les malformations congénitales, l’infertilité, Alzheimer, Parkinson, des modifications génétiques, une baisse du système immunitaire, etc. Plus la mort de poissons, crustacés, oiseaux et insectes pollinisateurs. Un véritable musée des horreurs ! Et, logiquement, ils demandent, par principe, l’interdiction pure et simple "des" OGM et de nombreux pesticides, à commencer par le glyphosate (Roundup), le principal herbicide, et les néonicotinoïdes, des insecticides très employés.

Voir par exemple le rapport de Greenpeace : Santé, les pesticides sèment le trouble ou les travaux de l’association Générations futures.

Lors du "Grenelle de l’environnement", la confrontation des points de vue a conduit à afficher la volonté commune d’une baisse progressive, mais néanmoins rapide : -50 % de pesticides en 10 ans, à échéance de 2018, objectif finalement repoussé à 2025… Du coup, les pressions pour l’interdiction pure et simple de ces produits s’accentuent, par précaution.

Maintenant, mettons-nous dans la tête d’un agriculteur utilisateur régulier de pesticides. Pour lui, la première application du principe de précaution consiste à s’acheter un masque, des lunettes, des gants et une combinaison pour manipuler ces produits, car, bien évidement, s’ils sont dangereux, c’est surtout à forte dose, quand on remplit la cuve de son pulvérisateur. Une fois qu’il a fortement dilué tout ça, il a tendance à estimer que les précautions ont été prises, et que le produit a cessé d’être réellement dangereux ! Ce qui n’est pas vrai naturellement, mais il est incontestablement beaucoup moins dangereux.

Et du coup, pour lui, le principe de précaution consiste surtout à anticiper ses problèmes à lui. Et à donc souvent traiter ses champs régulièrement, par précaution, car les maladies, les insectes prédateurs ou les mauvaises herbes pourraient bien arriver et mettre à mal sa récolte. Et, trop souvent, il force un peu sur les doses, tout autant par précaution ! Les incidents climatiques, de plus en plus nombreux, l’y incitent : songeons que les rendements de blés en France ont reculé de trente ans en 2016 à cause d’un printemps pourri. En conséquence, pour de nombreux agriculteurs, il convient d’abord, et en premier lieu, de se protéger de la faillite en assurant la récolte, coûte que coûte.

C’est dans la même logique que de nombreux agriculteurs militent pour repousser l’échéance de telle ou telle interdiction en disant qu’ils "n’ont pas d’autre solution" dans le cas des espéces qu’ils cultivent. Le principe de précaution consisterait, là, à dire que si on veut continuer à manger des carottes ou des cerises, il faut quand même continuer à traiter quelques années, jusqu’à ce qu’on trouve d’autres pesticides autorisés… ou alors importer des productions d’autres pays où la législation ou le contrôle sont moins exigeants !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ermonty - 20/03/2017 - 10:59 - Signaler un abus Oui, mais on reste sur sa faim

    Bon article qui montre bien la complexité du problème. Cependant cela reste de l'analytique "superficiel" sans réflexion de fonds sur les solution. C'est vrai qu'en théorie on" pourrait diminuer en moyenne de 30 % l’usage des pesticides" sauf qu'une majorité des agriculteurs français n'a pas la formation, le temps ni l’énergie de complétement se "réinventer" à une époque où ils sont à bout, déboussolés et étranglés par un système qui n'est même plus capable de régler les échéances de la PAC (cf aides bio, Mae non encore payées, ATR en retard de plusieurs mois,etc..) et où les prix sont entièrement contrôlés/manipulés soit par la grande distribution soit par les bourses de denrées agricoles. On voit bien là l'intellectualisme hors-sol,grande spécialité des élites françaises mais on attends toujours le sens du terrain et des actions efficaces et utiles.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Parmentier

Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéroManger tous et bien et Nourrir l’humanité. Aujourd’hui, il est conférencier et tient un blog nourrir-manger.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€