Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les agressions du Nouvel an en Allemagne revues à la hausse : pour vraiment comprendre la nature de ces crimes d'un nouveau genre (et des débats qu'ils soulèvent)

Alors que les agressions de Cologne le 31 décembre concernent finalement une grande partie de l'Allemagne (12 des 16 Länder), ce phénomène remet en cause le relativisme culturel lié au libéralisme et à l'immigration massive.

L'heure du bilan

Publié le
Les agressions du Nouvel an en Allemagne revues à la hausse : pour vraiment comprendre la nature de ces crimes d'un nouveau genre (et des débats qu'ils soulèvent)

Trois semaines après les faits, les interrogations sur les viols collectifs de femmes, commis dans plusieurs villes d’Europe, la nuit du 31 décembre, dont 766 plaintes déposées à ce jour à Cologne, sont levées (1).

Mais il aura fallu attendre plus de dix jours pour qu’enfin le pays le plus touché par le phénomène admette sa particularité, et donne des précisions sur l’identité des agresseurs : "des demandeurs d’asile ou des sans-papiers, originaires du Moyen-Orient et du Maghreb" selon Ralf Jäger, ministre de l'Intérieur de l'Etat de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Enfin, depuis quelques jours, l’ensemble des commentateurs, en France comme en Allemagne, s’accordent à voir dans ces crimes la forme singulière d’agressions sexuelles pratiquées selon un modus operandi particulier appelé "harcèlement sexuel collectif dans des foules".

Comprendre les événements de Cologne et les débats que soulève ce fait divers pourrait-il revenir à se demander si nous avons à faire à un nouveau "fait de société, mondialisé" ?

Car ce genre de crime phallocratique de masse (2) était méconnu avant l’année 2000. Il est révélé, pour la première fois, pendant la révolution égyptienne du Printemps 2011 (3). Et selon de nombreux observateurs, serait corrélé aux développements du fondamentalisme religieux, qui impose, dans les pays de culture islamique, depuis que la religion musulmane y subit la pression des radicalismes islamistes, (4) des interdits sociaux de plus en plus puissants. Une pratique donc, tout aussi nouvelle dans les pays musulmans, de sorte qu’il ne serait peut-être pas irrationnel de se poser la question d’un lien possible avec la pénétration de terroristes, en Europe, via les flots de migrants ?

Ce qui, dans l’affaire de Cologne, s’affiche donc, de prime abord, au regard de l’historien des idées, c’est cette inquiétante nouveauté.

Comme en témoigne, par des mots simples et pourtant riches de sens la conclusion de l’enquête auprès des victimes, menée par la journaliste Annick Cojean : "l’ignominie" de "ce drame du 31 décembre" renvoie à "son incroyable étrangeté" et c’est l'une des raisons pour lesquelles, il ne doit pas être "minimisé". (5)

C’est d’ailleurs la nature inédite des faits qui est à l’origine, en Allemagne comme en France, des débats, et c’est de leur mise en perspective et de leur analyse que je me propose de tirer des réponses aux questions qu’ils soulèvent.

Je laisse de côté le premier aspect politique, lié à la question, certes centrale pour l’Europe du XXIème siècle, d’une immigration devenue massive. L’avènement brutal de l’exode de plus de cinq millions d’individus fuyant la guerre et la misère, en provenance d’un Moyen-Orient en pleine réorganisation politique et territoriale, et l’accueil de plusieurs millions de réfugiés durant l’année 2015, est aussi en soit une situation jusqu’alors inconnue, pour laquelle on a d’ailleurs inventé le mot "migrant". Elle pose la question de leur intégration économique et renvoie au double problème, ingérable depuis l’été dernier, de la construction de l’espace Schengen et des frontières, inexistantes, de l’Europe.

Mais si les événements du 31 décembre questionnent à nouveau l’Europe sur le problème crucial de ses frontières, ça n’est pas tant le point de vue territorial qui m’intéresse que celui des limites intellectuelles et morales du libéralisme. Car l’affaire de Cologne met en cause, d’une manière certes radicale, le relativisme ethnologique et donc culturel qui, depuis les années 60, grignote peu à peu les fondements philosophiques des sociétés démocratiques européennes. On ne sera donc pas étonné de constater que les débats qu’elle produit opposent d’une part, nationalistes de droite et immigrationistes de gauche, et d’autre part, les deux orientations, divergentes en leur fond, du militantisme féministe contemporain, dont l’une, différentialiste, tend à dominer le débat en France, depuis une vingtaine d’années.

Sur la question opposant droite et gauche, dès le lendemain des événements, les propos du ministre de l'Intérieur de l'Etat de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, insistant sur le risque politique et social de stigmatiser des agresseurs "presque exclusivement… d’origine immigrée" ont montré les raisons idéologiques du refus de reconnaître le lien entre la nature des actes et le statut de ceux qui les avaient commis, car précisait-il : "C'est ce que font les charognards de l'extrême-droite".

Nul doute que les origines philosophiques des positions politiques de monsieur Jäger soient à rechercher du côté de la critique antitotalitaire du nazisme, commune à l’ensemble des démocraties européennes, depuis la découverte des horreurs de la Shoah. Mais force est de constater que ces critiques se réduisent aujourd’hui à une idéologie caricaturale, sous la forme d’un antiracisme doctrinal aveuglant, qui du reste, donne sens aux réactions tardives de la police, des politiques et des médias allemands ainsi qu’au débat français actuel.

L’impuissance publique autant que la confusion mentale traduisent, en effet, la puissance absolue d’un tabou en Europe. Né des horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, il interdit de dénoncer, et même parfois de voir, certaines réalités nouvelles.

En France, l’originalité du débat sur les crimes de Cologne, repose de manière plus complexe sur des présupposés idéologiques de type communautariste, réunissant des arguments antiracistes contre l’extrême-droite et les idées d’un néo-féminisme militant de type différentialiste.

Hier, sous le titre "Cologne, le choc des cultures n’explique pas tout", le journal la Croix en offrait une synthèse parfaite, avec des explications mêlant à une lecture antiraciste niant la réalité des inégalités de statut entre hommes et femmes dans les sociétés musulmanes, des assertions néo-féministes édifiantes, selon quoi : "les migrants sont des coupables idéaux, mais la seule certitude est que 98% sont des hommes".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guy_38 - 24/01/2016 - 12:36 - Signaler un abus Combien d'outrages encore à nos valeurs pour changer de logiciel

    Ce jeudi 21 janvier M. François Fillon est l'invité de Jean-Pierre Elkabbach. Je cite JPE: " L'Allemagne + la Scandinavie + la Pologne + la Hongrie sont en train de virer au populisme et à la xénophobie. Que fait t'on d'une Europe qui est en train de se déglinguer. Des dirigeants médiocres pour ne pas dire nuls et en tout cas dépassés" Fin de citation. C'est une question ou une affirmation M. Elkabbach ? Populisme et xénophobie les mots sont dits, comme une évidence. Les peuples d'Europe qui désapprouvent ces migrations incontrôlées de populations à forte concentration islamique, déclineraient vers le populisme et la xénophobie. Les femmes Allemandes, et les familles des victimes des attentats de 2015 apprécieront.

  • Par Olivier62 - 24/01/2016 - 13:09 - Signaler un abus La trouble complaisance des "féministes"

    Vous dites : "Madame de Haas ne redoute pas d’assimiler la "société patriarcale occidentale" dont elle souhaite la ruine, à une "culture du viol"." Tout à fait clair. Les soi-disant "féministes" occidentales, sous couvert de protéger les droits des femmes, n'ont jamais fait en réalité que s'attaquer à la famille et au rôle de la femme comme mère et base de la cellule familiale; mais uniquement dans la société occidentale et chrétienne bien sûr ! Car il ne faut pas s'y tromper : l'objectif réel est bien la destruction de la société occidentale et européenne, et nullement de protéger les femmes. Le silence des milieux "féministes" face aux ignobles agressions de Cologne s'explique alors très bien, car il faudrait remettre en cause l'immigration qui est un des moyens de cette destruction...

  • Par lasenorita - 24/01/2016 - 13:34 - Signaler un abus Les terroristes musulmans.

    Nous ne devons pas laisser entrer chez nous n'importe qui!.....J'ai fuit l'Algérie, en 1957,à cause des musulmans mais ceux-ci m'ont suivie en ''métropole''...Les musulmans voulaient être ''indépendants''... pour obtenir leur ''indépendance''..ils ont éventré des femmes, égorgé des enfants, émasculé des hommes, crucifié nos soldats etc...La ''poseuse de bombes du F.L.N. ''qui a tué et fait souffrir tant de ''civils innocents'' coule des jours heureux, en France, à Toulouse!...Pourquoi ces terroristes musulmans ne sont PAS RESTES chez eux????..Des musulmans qui faisaient partie des ''escadrons de la mort'' du F.L.N .vivent à Nîmes!!...

  • Par Leucate - 24/01/2016 - 14:19 - Signaler un abus Nous y sommes !

    Lénine, Staline, Hitler sont des épouvantails qui ont terrifié les générations précédentes mais ils sont morts ainsi que les idéologies "scientistes" mortifères qu'ils portaient. La parenthèse est fermée et il serait temps de s'occuper des dangers à la fois anciens et modernes qui mettent en danger notre civilisation. L'Islam existait avant les marxistes-léninistes et les nationaux-socialistes. Il est bon de relire de vieux texte nous mettant en garde, dont celui-ci datant de 1899 de Winston Churchill jeune, tiré de son livre "The River War", first edition, Vol. II, pages 248-50 (London : Longmans, Green & Co.,) « Combien effrayantes sont les malédictions que le mahométanisme fait reposer sur ses fidèles ! Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l’homme que la peur de l’eau pour le chien, on y trouve une terrible apathie fataliste. Les effets sont patents dans certains pays. Habitudes imprévoyantes, systèmes agricoles aberrants, lenteur des méthodes commerciales, et insécurité de la propriété se retrouvent partout ou les adeptes du Prophète gouvernent ou vivent. (...)

  • Par Leucate - 24/01/2016 - 14:20 - Signaler un abus Nous y sommes ! (2)

    dignité et de sa sainteté. Le fait que dans la loi mahométane toute femme, qu’elle soit enfant, épouse ou concubine doive appartenir à un homme comme son entière propriété, ne fait que repousser l’extinction totale de l’esclavage au jour où l’Islam aura cessé d’être un pouvoir important parmi les hommes. Certains musulmans peuvent montrer de splendides qualités, mais l’influence de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. Aucune force aussi rétrograde n’existe dans le monde. Loin d’être moribond le mahométanisme est une foi militante et prosélyte. Il s’est déjà répandu partout en Afrique centrale, attirant de courageux guerriers pour chaque avancée et partout où la chrétienté n’est pas protégée par les armes puissantes de la science, science contre laquelle elle a vainement luttée, la civilisation de l’Europe moderne peut s’écrouler, comme s’est écroulée la civilisation de la Rome antique. »

  • Par vangog - 25/01/2016 - 00:36 - Signaler un abus Que font les femens?

    On ne les a pas vues à Cologne, ni à Hamburg, ni à Helsinki, ni à Stuttgart...il eut été intéressant, pourtant, de voir la confrontation migrants-femens nues et fleuries, car elles auraient alors trouvé de véritables justifications à leur comportement hystérique...

  • Par Gordion - 25/01/2016 - 05:54 - Signaler un abus @Leucate

    Merci pour ce rappel littéraire et historique! On savourera aussi les déclarations d'Atatürk sur Mahomet, rapportées en français par J.Benoist-Méchin....elles valent le détour, d'autant qu'elles sont le fait d'un natif musulman!

  • Par lasenorita - 25/01/2016 - 16:58 - Signaler un abus Les musulmans et les femmes.

    La plupart des musulmans n'ont aucune considération pour les femmes!...Récemment, en Algérie, une jeune femme a été écrasée par un automobiliste à qui elle avait refusé ''les avances''....J'ai vécu en Algérie :je ne pouvais sortir seule le soir sans me faire harceler par des musulmans ''en rut''.....Si je m'exposais sur une plage, seule ou avec une amie, nous étions sûres que des musulmans nous gâcheraient notre plaisir de nous reposer au soleil!....J'ai quitté l'Algérie, en 1957,j'ai apprécié de pouvoir sortir seule ,le soir, (à Paris)et de m'exposer au soleil sur une plage ''de la métropole'' car ,à cette époque'' les musulmans n'avaient pas envie de QUITTER ''leur'' pays et nous étions bien tranquilles, en France, sans tous ces musulmans qui nous envahissent maintenant au lieu de RESTER dans ''leur'' pays d'où ils ont chassé les non-musulmans!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies.
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€