Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’agaçant fantasme de l’islamophobie française

L’islamophobie est le grand terme à la mode pour stigmatiser les discours sur la nécessaire acceptation des principes républicains par la minorité musulmane de France. Mettre en garde contre les dérives sectaires, sexistes, radicales, les discours négateurs de nos traditions propagés dans des fractions de plus en plus importantes de la communauté musulmane est encore pire: c’est forcément du racisme social qui est à l’oeuvre, de la xénophobie pure.

Les attaques de la bien-pensance

Publié le
L’agaçant fantasme de l’islamophobie française

L’islamophobie dans le lexique de la stigmatisation

La stigmatisation est une technique d’argumentation bien connue. Au lieu d’aborder les faits et les dires, on préfère prêter à l’interlocuteur une intention négative et discréditer son propos en le plaçant sous une accusation générale qui permet de le rejeter en bloc. L’accusation d’islamophobie procède de ce réflexe, comme l’accusation du complotisme ailleurs, ou de racisme, ou de libéralisme, ou d’antisémitisme, ou d’homophobie.

Il existe, dans le débat public français, une dizaine de mots avec quelques superlatifs pour en qualifier le degré, qui permettent de faire taire les opposants.

C’est le cas du mot " libéralisme ", qui pointe son nez dès que l’on sort d’une apologie bêlante de l’Etat et la fiscalité à tout crin.

Il se décline en ultra-libéralisme ou néo-libéralisme selon les cas. Ces petites cases permettent de condamner sans examen rationnel.

L’islamophobie procède de la même logique. Est islamophobe celui qui pointe les défauts de l’Islam. On se souviendra par exemple de la tempête soulevée à Libération en décembre 2015 par un article considérant que le port de l’abaya par une jeune musulmane dans le métro à Paris constituait une défaite pour le féminisme. Le recours à la stigmatisation est ici inévitable: comme il est évident et rationnel que le port de l’abaya est dégradant pour la femme, seule l’insulte et l’accusation d’hérésie permettent de " traiter " le contradicteur. L’auteur de l’article fut immanquablement traité de raciste.

L’islamophobie et le deux poids deux mesures

L’exemple de l’article sur l’abaya illustre à merveille l’asymétrie de comportement, au sein de la gauche humaniste, vis-à-vis de l’oppression.

Les Français sont quotidiennement assaillis de statistiques sur la discrimination dont les femmes sont victimes en France. Le portrait en creux dessiné du Français est celui d’un horrible macho qui refuse de voir les femmes accéder au pouvoir, qui bat sa femme, la tue, l’exploite, la domine. Il ne viendrait à l’esprit de personne de considérer ce traitement médiatique stéréotypé comme l’expression d’un racisme anti-français.

Ceux qui s’avisent d’aborder le sujet à propos des sociétés musulmanes ou des pratiques musulmanes en France ne bénéficient pas de la même bienveillance. La querelle interminable à propos de Kamel Daoud l’a montré. Oser dire que le traitement de la femme dans le monde musulman n’est pas conforme au principe d’égalité appelle forcément à un procès digne de l’Inquisition.

A titre d’exemple, je lis dans la presse africaine cet article:

Manifestement, nos grands débats sur l’égalité homme-femme et le respect des règles républicaines en France n’ont pas atteint le continent africain.

Il faudra quand même bien qu’on nous explique un jour les raisons pour lesquelles, dans les réflexes de la gauche humaniste, les vérités en-deçà des Pyrénées sont des erreurs au-delà.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 14/03/2016 - 10:29 - Signaler un abus Terme ambigu

    A mon sens, on peut condamner l'islamophobe qui serait contre l'islam et les musulmans mais on comprend l'islamophobe qui est contre les islamistes ... ceux qui veulent que la charia et les hadiths régissent la vie civile.... tout ce verbiage me rappelle cette machination montée par la gauche des années 80 ou toute personne s'interrogeant sur l'immigration était qualifiée de raciste !

  • Par Mario - 14/03/2016 - 13:11 - Signaler un abus je lis un livre sur la pensée

    je lis un livre sur la pensée chinoise et l'auteure évoque les grands courants de pensée. Elle cite le christianisme ,le judaisme, la pensée grecque, bouddhiste , confucius , le marxisme mais nullement l'islam et mahomet. Je pense que cette religion vaincra ou mourra à plus ou moins long terme.

  • Par Outre-Vosges - 14/03/2016 - 19:33 - Signaler un abus Autres temps, autres mensonges

    Ceux qui se déchainent contre l’islamophobie peuvent être classés en deux catégories : ou bien il s’agit de musulmans qui pratiquent la taqiya (le droit de mentir pour le bien de l’islam), ou bien il s’agit de ceux que les communistes appelaient entre eux des « idiots utiles », du genre de Sartre qui ne craignait pas d’affirmer en 1954 : « La liberté de critique est totale en URSS et le citoyen soviétique améliore sans cesse sa condition au sein d'une société en progression continuelle ». Aujourd’hui la mode a changé : ce n’est plus le marxisme qu’on défend mais l’islamisme.

  • Par langue de pivert - 15/03/2016 - 09:46 - Signaler un abus :-(

    Une phobie est une une peur irrationnelle de quelque chose ! Personnellement j'ai pour l'islam du mépris et du dégout (et je sais pourquoi de façon rationnelle) mais pas de peur ! Faut arrêter avec islamophobie !

  • Par Borgowrio - 15/03/2016 - 09:47 - Signaler un abus Incontournable Coran

    Que la solution vienne du monde musulman , j'en doute , vu que le problème vient du monde musulman , justement . L'esprit du Coran ne sera jamais désavoué , même par les musulmans modérés ( gentils )

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€