Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les talibans se mettent-ils
à la politique ?

Dans le cadre des négociations entre les talibans et les États-Unis, un bureau de représentation taliban a été établi au Qatar mercredi. L'ouverture de ce bureau témoigne-t-elle d'une volonté d'aller vers un processus de paix ou simplement d’une manœuvre tactique ?

Homo politicus

Publié le

Atlantico : Dans le cadre des négociations entre les talibans et les États-Unis, un bureau de représentation taliban a été établi au Qatar mercredi. Quel sera le rôle de ce bureau ?

Mathieu Guidère : Ce bureau sera essentiellement un "bureau de liaison politique" entre les talibans et les Américains. On voit mal les représentants des deux parties poursuivre leurs rencontres en Afghanistan pendant que les opérations militaires continuent. Au cours des derniers mois, les contacts menés sur le terrain ont montré à quel point il était difficile d’envisager des négociations en bonne et due forme sur le sol afghan. D’autant plus que le gouvernement de Kaboul n’était pas partie prenante à ces négociations et cherchait même à les torpiller pour demeurer le seul interlocuteur des Américains.

Le fait de déterritorialiser les négociations présente un double avantage : d’une part, il assure une plus grande sécurité aux représentants des deux parties ; d’autre part, il réduit la pression du terrain et des opérations militaires en cours pour qu’elles ne pèsent pas d’un poids démesuré sur les négociateurs. Bref, cela permet de déconnecter le temps diplomatique du temps militaire. Ce bureau représente ainsi une sorte de "sas de décompression" pour permettre à toutes les parties de sortir en douceur du bourbier afghan.

Est-ce le symbole d’un véritable engagement dans le processus de paix en direction de l’Otan et de Kaboul ?

C’est d’abord un geste fort et inédit pour les deux parties. Les talibans comme les Américains ont toujours refusé la négociation, chacun étant convaincu qu’il finira par l’emporter militairement. Au bout de dix ans de conflit, voici venue l’heure de la négociation comme un choix de raison fait de part et d’autre.

À ce stade, il est difficile et prématuré de dire s’il s’agit ou non d’un engagement sincère et véritable en faveur de la paix. Aucune des parties n’a vraiment confiance en l’autre, étant donné le passif accumulé au cours de la dernière décennie. C’est pourquoi, chacune veut passer à tout prix par l’intermédiation qatarie, et se retrouve sur un terrain neutre pour régler divers aspects politiques et même pratiques.

Est-ce la reconnaissance du mouvement taliban comme force politique ?

Mieux que la reconnaissance des talibans comme force politique, c’est la consécration de la mouvance comme seul interlocuteur valable en Afghanistan au bout de dix ans de guerre. Il est vrai que les talibans ont démontré une capacité de résilience et d’adaptation hors normes. Ils ont surtout réussi à rallier une grande partie de la population à l’idée qu’il ne peut y avoir de paix durable en Afghanistan sans eux.

Le changement de stratégie américaine ne fait que prendre en compte cette réalité : c’est une décision pragmatique qui arrive à un moment favorable pour les deux belligérants. Il ne faut pas oublier que les récents bouleversements dans le monde arabe et bien au-delà ont poussé bon nombre de mouvements islamistes, y compris parmi les plus radicaux, à revoir leur stratégie à la fois à l’égard des régimes politiques en place et à l’égard des puissances occidentales, à commencer par les États-Unis.

Au vu de ces bouleversements, les talibans apparaissent aujourd’hui comme un interlocuteur possible, au même titre que d’autres mouvements islamistes, mais sous certaines conditions qui ont été d’ailleurs clairement posées par les Américains : arrêt des attaques contre les civils, rupture de tout lien avec Al-Qaïda, acceptation du processus politique et de la constitution afghane.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par romainF - 08/01/2012 - 13:50 - Signaler un abus Humour

    Nous allons donc négocier notre statut de carpette avec des égorgeurs d'apostats à l islam, et des lapideurs de femmes adultères. Franchement il va falloir renouveler nos élites rapidement avec des gens sérieux.

  • Par Le gorille - 09/01/2012 - 05:02 - Signaler un abus La Suisse Qatarie

    Excellente évolution diplomatique : seule une négociation en territoire neutre, sous la médiation d'un pays tiers fera aboutir les choses. La paix ne doit pas être ici comprise comme dictat à une carpette. C'est autrement plus sérieux. La Suisse, Genève, a déjà joué ce rôle. J'apprends que le Qatar a l'agrément des parties. Un seul souhait : qu'Afghans et Occident trouvent la paix des braves.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Guidère

Mathieu Guidère est islamologue et spécialiste de veille stratégique. Il est  Professeur des Universités et Directeur de Recherches

Grand connaisseur du monde arabe et du terrorisme, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le Choc des révolutions arabes (Autrement, 2011) et de Les Nouveaux Terroristes (Ed Autrement, sept 2010).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€