Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 17 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Activités extra-scolaires : comment trouver le bon équilibre pour que vos enfants ne se transforment pas en patates de canapé tout en ne les dégoûtant pas en les forçant

Les parents ont plutôt intérêt à faire en sorte que leurs enfants participent à des activités extra scolaires. C'est le meilleur moyen pour qu'ils puissent s'épanouir. Attention cependant à ne pas les pousser, cela peut s'avérer contre productif pour le bien être des enfants.

Question d'éducation

Publié le
Activités extra-scolaires : comment trouver le bon équilibre pour que vos enfants ne se transforment pas en patates de canapé tout en ne les dégoûtant pas en les forçant

Atlantico : Quels sont les bons réflexes que les parents doivent adopter pour que leurs enfants ne restent pas inactif à la maison, le tout, sans les dégoûter de toutes activités extra scolaires ? Quelles sont les nuances à apporter en fonction que l'enfant ait 3/4 ans, 8/9 ans ou 13/14 ans ? 

Pascal Anger : Les parents doivent parler avec leurs enfants et les professeurs des activités pratiqués, de l'implication de leurs enfants, de la motivation qu'ils montrent et de l'envie dont ils font preuve. Les parents doivent être lucides sur ce que fait l’enfant, si l’activité lui plaît, s’il le fait juste pour le faire ou s’il n'y trouve aucun intérêt. S’il n’y trouve pas d’intérêt, ce n’est pas grave. Il ne faut pas forcer un enfant à faire une activité extra scolaire mais il faut chercher à l’initier, lui faire découvrir différents types d'activités dont les différents sports ou les arts.

Il faut leur permettre d’essayer différentes choses. Si un enfant recherche une activité plutôt individuelle que collective, il faut le respecter. Après il faut s'adapter à l’emploi du temps de l’enfant. Cela ne doit pas lui prendre tout son temps. Les plus petits n'ont pas une capacité de concentration qui leur permette de prolonger les activités. Ils faut ménager leur temps de repos sans quoi ils pourraient être surmenés. Les parents doivent d'abord stimuler leurs enfants en choisissant avec eux des activités qui leurs plaisent. L'enfant ne doit surtout pas faire de caprices, qu'il veuille essayer une activité et qu'il l'abandonne tout de suite après. Inscrire ses enfants à une activité implique pour les parents de remplir des démarches, payer des frais d'inscription. Il faut également que les parents, les accompagnent, assistent aux événements proposés dans le cadre de l'activité, (matchs, concerts…). Cela prend du temps qu'il faut accorder à ses enfants. Les enfants ne peuvent pas faire tout ce qu'ils veulent. Pour les plus petits, il faut laisser aller les enfants vers des éveils. Les plus grands peuvent choisir des activités qui leurs plaisent. L'écueil a éviter, c'est de forcer un enfant sur une activité. Si l'un des parents aime la danse, le football ou autre, s'il rêvait de percer dans ce milieu mais qu'il n'a pas réussi, il ne doit pas tout faire pour que l'enfant réussisse à sa place. Certains parents, à l'inverse, sont tentés d'interdire certaines activités au vu de certaines considérations sociales comme un garçon qui voudrait faire de la dance. L'enfant doit aller là ou il a envie d'aller.

Quels sont les intérêts pour le développement personnel de l'enfant de lui faire découvrir ces différentes activités extra scolaires, qu'elles soient sportives ou artistiques ? 

L'un des bénéfices pour l'enfant sera de pouvoir se confronter aux autres, découvrir la vie en communauté dans un aspect moins contraignant que le milieu scolaire. Ils pourront interagir avec les autres, se confronter à la réalité, de se dépenser, de pouvoir être plus libre dans son corps. Il va découvrir l'implication, les rapports de force au sein d'une équipe, selon des règles. 

Les parents doivent encourager leurs enfants. Après ce sont les enfants qui diront s'ils ont des réserves concernant certaines activités. 

Peut-il y avoir des dangers à trop vouloir pousser son enfant à la pratique d'une activité qu'il n'apprécie pas ? 

Nous parlions des parents qui forcent leurs enfants sur certaines activités. Le risque serait que l'enfant soit dégoûté de ces activités. Il ne voudra plus jouer de son instrument par exemple. Cela ne va pas être positif parce qu'il va aller à reculons. 

​Certains enfants développeront un absence de paroles et ne sauront pas exprimer le refus qu'il éprouvent à pratiquer une activité. L'enfant va se fermer et pourrait avoir des phobies voire même des maladies psychosomatiques. Il est essentiel de communiquer avec son enfant, qu'il puisse exprimer ses craintes, ses désirs et ce qu'il ressent. Il faut l'accompagner dans les projet qu'il pourrait vouloir mettre en place.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 23/09/2017 - 22:04 - Signaler un abus Activités

    "un garçon qui voudrait faire de la dance.". On pourrait lui faire faire de l'orthographe française à la place?

  • Par emcé - 24/09/2017 - 08:23 - Signaler un abus Blablabla

    Il a été payé le gars pour enfiler ces perles ?

  • Par emcé - 24/09/2017 - 08:24 - Signaler un abus Blablabla

    Il a été payé le gars pour enfiler ces perles ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Anger

Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.

Il est également chargé de cours à Paris VII. 

Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€