Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abou Moussab al-Suri, le nouveau Ben Laden : le disciple qui pourrait être pire que le maître

La mort de Ben Laden, au lieu de mettre un terme aux agissements d'Al-Qaïda, aurait permis sa restructuration avec à sa tête le surnommé Abou Moussab al-Suri, soit "le Syrien". Le nouveau leader est à l'origine d'une réorganisation structurelle et idéologique du groupe.

Al-Qaïda contre-attaque

Publié le
Abou Moussab al-Suri, le nouveau Ben Laden : le disciple qui pourrait être pire que le maître

Une sculpture de Oussama Ben Laden mort créée par les artistes cubains Manolo Castro, Julio Lorente et Alberto Lorente. Crédit Reuters

Atlantico : La mort d’Oussama Ben Laden le 2 mai 2011 n’a pas décapité l’organisation terroriste Al-Qaïda. De nombreux experts prétendent d’ailleurs qu’elle aurait même permis au groupe de se réorganiser en devenant une menace mondiale plus structurée, avec à sa tête un nouveau dirigeant, Abou Moussab al-Suri. Qui est justement ce nouveau chef ? Est-il le seul leader identifié d’Al-Quaïda et comment expliquer son ascension ?

Alain Rodier : Il est parfaitement exact que la mort de Ben Laden, loin d'affaiblir l'organisation ddjihadiste internationaliste, et semble l'avoir encouragé à poursuivre le combat avec comme nouveau prétexte de venger la mort de son leader devenu un "martyr".

Il est vrai qu'il n'avait pas un rôle opérationnel prépondérant, préférant déléguer le détail des actions à son second, le docteur Ayman Al-Zawahiri et à des responsables locaux ou subalternes.

L'un d'entre eux, le Syrien naturalisé Espagnol par mariage Mustafa Setmariam Nasar(1), alias Abou Moussab al-Suri, alias Omar Abd Al-Hakim qui était un important stratège d’Al-Qaïda, a été libéré par le régime de Bachar el-Assad des prisons d’Alep fin 2011. Au printemps 2013, l’individu est toujours introuvable. Il est possible qu’il ait repris des responsabilités au sein de la nébuleuse terroriste de feu Oussama Ben Laden. Il était connu des services de sécurité espagnols depuis de longues années pour ses convictions islamistes affichées. Déjà en 2003, il était recherché par le juge Baltasar Garzon pour « activités terroristes en liaison avec Al-Qaïda ». Il était cependant considéré, jusqu'aux enquêtes portant sur les attentats de Madrid du 11 mars 2004, comme un « intellectuel propagandiste » mais pas vraiment comme un opérationnel meneur d'hommes.

Au début 2005, le département d'Etat américain a désigné Setmariam Nasar comme étant un des cinq membres les plus dangereux d’Al-Qaïda et a offert une prime de 5 millions de dollars pour tout renseignement permettant sa capture. Parallèlement, il était recherché par Interpol.

Il a été arrêté à Quetta au Pakistan en novembre 2005 puis livré aux Américains qui l’ont envoyé dans une prison secrète de la CIA située à Diego Garcia. Il est possible qu’il ait séjourné à Guantanamo avant d’être rendu au régime syrien car il y était recherché pour son appartenance aux Frères musulmans de Syrie.

Fin 2011, le régime de Bachar el-Assad l’a libéré en signe de « bonne volonté » vis-à-vis d’Al-Qaïda, espérant probablement obtenir des contreparties en retour. Force est de constater que celles-ci ne sont jamais venues. Il est bien loin le temps où le régime de Damas soutenait en sous-main les ddjihadistes internationalistes passés en Irak pour combattre « l'envahisseur » américain.

Une carrière bien remplie

Setmariam Nasar est étudiant à Alep quand il rejoint « l'organisation de l’avant-garde combattante » qui dépend des Frères musulmans qui s’opposent au régime en place à Damas. Cet engagement l’oblige à fuir son pays dans les années 1980 pour rejoindre l’Irak puis la Jordanie. Il appartient alors à l’organisation des Frères musulmans syriens à l’étranger. En 1987, il s'installe à Grenade, en Espagne, où il épouse Elena Moreno (qui se convertit à l’islam) dont il aura 4 enfants. Peu après, il gagne Peshawar où il s’engage dans un des camps dirigés par Abdullah Azzam qui dirige le « bureau d’aide aux moudjahiddines » (MAK). A ce titre, il participe à la fin de la guerre menée en Afghanistan contre les Soviétiques. alEn 1991, il publie un manuel de 900 page intitulé « la révolution islamique en Syrie », document qui rompt avec les thèses des Frères musulmans et qui servira à la conception tactico-idéologique d’Al-Qaïda. Il rencontre pour la première fois Oussama Ben Laden au début des années 1990 alors que ce dernier est l'hôte d'Hassan al-Tourabi au Soudan.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hectori - 19/11/2013 - 12:41 - Signaler un abus excellent article

    Excellent article, fort bien documenté. ça promet pour l'avenir

  • Par smiti - 19/11/2013 - 15:43 - Signaler un abus Je n'ai jamais donné un centime au régime cubain

    C'est pas demain que je commencerai. Il faut boycotter ce régime liberticide et nauséabond pour accélérer la vraie libéralisation du peuple cubain. Halte au tourisme honteux !

  • Par smiti - 19/11/2013 - 15:48 - Signaler un abus Ils n'avaient pas besoin de la mort de Ben laden

    Les islamistes mènent un guerre séculaire contre l'Occident. La mort du sinistre Ben Laden n'est qu'un épiphénomène dans ce mouvement. Notre combat doit être surtout dans nos idées et dans nos têtes, c'est par la lucidité et le courage à voir la réalité en face, que nous pourrons efficacement lutter contre ces crapules sanguinaires. Hélas, quand on observe les analyses de nos gacho/écolos de service sur ce problème, on se dit que c'est pas gagné !

  • Par ISABLEUE - 19/11/2013 - 16:39 - Signaler un abus Le même

    donc, en encore plus laid, si cela était possible...

  • Par lapin - 19/11/2013 - 17:59 - Signaler un abus Les islamistes ont le dos large

    Peut on m'expliquer pourquoi : . la France travaille main dans la main avec les djihadistes les plus extrêmes en Syrie (DGSE notamment), leur fournissant armes et soutien logistique . nos amis du Quatar financent les mêmes en Syrie . les saoudiens financent, et ce depuis des années, les salafistes les plus exaltés, tout en étant main dans la main avec les USA et Israël JM Vernochet a sans doute raison de parler de manip des USA afin de créer et d'entretenir cette nébuleuse terroriste, ce qui leur permet : . de renforcer le flicage de leurs concitoyens (patriot act) . d'être présents au moyen orient (un peu comme les mafieux qui protègent votre boutique)

  • Par mx - 19/11/2013 - 18:53 - Signaler un abus Pourquoi chercher si loin

    Notre trouducman national devrait être en premier plan sur le terrorisme financier.

  • Par Thot7 - 19/11/2013 - 21:28 - Signaler un abus Religion

    Le monothéisme concentre à lui tout seul le plus de morts sur la planète depuis qu'il a été inventé par un homme de pouvoir. Depuis quand déjà ? Ils ne sont même pas d'accord sur sa date de naissance, alors ..... les guerres ne sont pas terminées .....

  • Par ignace - 19/11/2013 - 22:30 - Signaler un abus Que dieu protége les siens.............

    le tri va être long et difficile..........mais dieu a le temps, alors que l'homme est pressé IRAK AFGHANISTAN LYBIE trois croisades pour le bien des peuples et des vendeurs d'armes

  • Par la saucisse intello - 20/11/2013 - 04:15 - Signaler un abus LA solution...........

    La liquidation préventive. Bon, certes il faudra disposer d'un minimum d'éléments probants. Mais nos services de renseignement en savent long comme le bras sur certain(e)s. Dés lors, pas d'hésitation : Une balle dans la courge. Nous n'arriverons à RIEN tant que nous offrirons à ces gens-là la tribune et les garanties de notre justice. Pour erux, une SEULE fin de parcours : Un fond de caniveau par une nuit sans lune.

  • Par Inconnu - 20/11/2013 - 10:55 - Signaler un abus Le coran n'est pas compatible avec le code pénal

    Il contient suffisamment de versets intangibles prônant l'élimination physique violente pour cela. Mais il est encouragé par nos élites mondialistes comme outil politique d'identification et d'asservissement de certains groupes.

  • Par Tonioo - 20/11/2013 - 10:55 - Signaler un abus Et si c'était nous qui avions le pétrole?

    Vous ne pensez pas que les USA nous auraient déjà fait une guéguerre pour tout pomper? Ils nous font déjà la guerre financière, par lobbies eurocrates interposés; ils ne lâcheront l'Europe que lorsqu'elle sera en cendres et pour ça ils ont un bon petit cheval de Troie nommé Hollande, l'apôtre du cosmopolitisme rampant derrière le quel l'industrie et le commerce ne repoussent pas..Et vive l'Europe morte! qui nous coûte 100 milliards d'impôts chaque année.. pour quoi faire ? Pour servir de paillasson à la City et à Wall Street

  • Par Satan - 20/11/2013 - 20:19 - Signaler un abus Le vrai maître du mal c'est Satan!

    Tous ces imposteurs à barbe mal taillées sont des saltinbanque$ ! Et croyez moi que je vais m'en occuper quand ils viendront frapper à ma porte!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr (uniquement en version électronique); en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€