Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

40 ans de vie politique et un champ de ruines à gauche

Vaincu par son impopularité, débordé par les ambitions affichées de ses anciens ministres, François Hollande a annoncé jeudi soir qu'il ne sollicitera pas un deuxième mandat. Une décision dont la gauche aura beaucoup de mal à se relever.

Le jour d'après

Publié le
40 ans de vie politique et un champ de ruines à gauche

Franchement, on ne s'y attendait pas. Pas aussi soudainement, pas comme ça .François Hollande a pris tout le monde de court en annonçant à la télévision qu'il ne sollicitera pas un deuxième mandat. Lui que l'on qualifiait de "culbuto", tant il réussissait toujours à se sortir des imbroglios les plus compliqués pour rebondir avant 2012, a calé à l'Elysée. Incapable de puiser la force, l'énergie, pour bâtir un nouveau projet et repartir à la conquête des Français. Vaincu par son impopularité, débordé par les ambitions affichées de ses anciens ministres Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron, Benoît Hamon auxquels viendra bientôt se joindre le chef du gouvernement, Manuel Valls.

Car cette annonce marque aussi le début de la fin d'un psychodrame à la tête de l'Etat entre le président de la République et son Premier ministre, ouvertement candidat à la candidature. François Hollande n'a-t-il pas" eu de bol" à propos de l'inversion du chômage, comme il l'a confié aux auteurs d'un des innombrables ouvrages de confidences parus depuis la rentrée 2015?  Ou bien doit-il renoncer parce qu'il n'a pas annoncé et suivi une ligne politique claire, tant pendant la campagne électorale de 2012 qu'au cours de son mandat ? Elu il y a cinq ans  sur une thématique de gauche "mon ennemi c'est la finance" et la promesse de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d'euros, François Hollande a rapidement changé de braquet pour revenir à une ligne sociale-démocrate plus favorable aux entreprises, afin de  faire baisser le chômage record et permettre à 'économie française de retrouver de la compétitivité. Moyennant quoi sa majorité s'est fracturée pour ne jamais se resouder. Le CICE d'un côté, la complémentaire santé pour tous de l’autre. Absence de ligne claire disent ses détracteurs, sauvegarde du modèle social français, plaideront en vain ses défenseurs, de moins en nombreux aujourd’hui, mais qui le regretteront peut être demain.

>>>> A LIRE AUSSI :  EN DIRECT : François Hollande ne sera pas candidat à sa réélection

Dans son discours d'annonce, François Hollande a égrainé le bilan  de son action : la réforme territoriale, la fin du cumul des mandats, la transparence de la vie politique et la  lutte contre le réchauffement climatique, et la cohésion nationale maintenue sous la menace terroriste. Si ce dernier point ne peut être contesté, aucune réforme n'a fait l'unanimité et chacune a d'une manière ou d'une autre, bousculé la majorité. Celle, inaboutie, de la déchéance de la nationale "le seul regret" de François Hollande, l'a définitivement fracturée. Aujourd'hui François Hollande ne "peut se résoudre à la dispersion de la gauche, à son éclatement". C'est pourtant déjà le cas. La majorité a éclaté dès le début du quinquennat en se déchirant sur le traité européen. Aujourd'hui les communistes sont derrière Jean-Luc Mélenchon. Les Radicaux de gauche font cavalier seul, les écologistes sont divisés entre gauchistes et modérés. Au PS, Arnaud Montebourg est lui aussi écartelé entre un discours pro-entreprise et la lutte contre la mondialisation, Benoît Hamon se positionne à gauche, et Manuel Valls qui incarne une ligne plus autoritaire aura du mal à rassembler, même s'il espère incarner la relève. François Hollande "animé que par l’intérêt supérieur du pays" qu'il a "servi avec honnêteté" (-qualité  que nul ne conteste), renonce donc à briguer un second mandat. En espérant que son action sera gravée dans la postérité et que son action sera reconnue et saluée un jour. Comme l'a été celle du chancelier allemand Gehrard Schroeder, souvent cité comme exemple, battu au terme de son second mandat, mais dont les réformes sont à l'origine de la prospérité de l'Allemagne d’aujourd’hui.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par superliberal - 02/12/2016 - 08:22 - Signaler un abus Y a pas que la gauche qui est en ruine...

    Dans la rôle de la victime collatérale: la France !!!

  • Par tubixray - 02/12/2016 - 08:52 - Signaler un abus Des ruines ???

    Pour la gauche de gouvernement certes mais alors rappelons que les médias, la "culture", l'enseignement, le milieu associatif, les syndicats sont noyautés par une gauche militante qui ne cesse de façonner la France selon ses dogmes "progressistes" ... Le danger est là ... Souhaitons que F. Fillon, s'il est élu, nettoie les écuries d'Augias.

  • Par borissm - 02/12/2016 - 08:59 - Signaler un abus Un pays "qu'il a servi avec honnêteté",

    écrit Mme Hausser ? Il s'est beaucoup plus servi lui-même (ainsi que ses maîtresses et ses copains du parti) qu'il n'a servi le pays-- sinon ça se saurait. Quant à l'honnêteté, le dernier politique honnête est mort avec De Gaulle. Et ça remonte à 1970.

  • Par Alain Proviste - 02/12/2016 - 09:31 - Signaler un abus Un éclair de lucidité

    Il ne se représente pas parce qu'il a finalement compris qu'il allait se ridiculiser. Il serait naïf de croire en la prise en compte de l'intérêt supérieur du pays. Son bilan est mauvais mais c'est normal : de mauvais remèdes appliqués suite à un mauvais diagnostic + clientélisme forcené + aveuglement idéologique + petits calculs politiciens incessants = un très mauvais président. D'autre part qu'est-ce que c'est que cette photo ? Ou j'ai l'esprit mal placé ?

  • Par Wortstein - 02/12/2016 - 09:48 - Signaler un abus cette photo

    est un doigt d'honneur à la France qui trime pour engraisser ces enc.lés au pouvoir. Je leur souhaite de disparaître un à un le plus douloureusement possible.

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 10:54 - Signaler un abus Grand Nettoyage

    Nous sommes en période de ''Grand Nettoyage''. Les Socialauds, moitié du cartel Capitaliste libéral qui dirige tous les pays d'Europe depuis trente ans, viennent de disparaître dans la poubelle de l'Histoire. Mais la benne à ordure reste grande ouverte et il y a largement de la place pour se débarrasser également de leur éternels partenaires, les Ripoublicains.

  • Par Yves3531 - 02/12/2016 - 10:58 - Signaler un abus Une journaliste du système...

    un président honnête - une comparaison avec G. Schroeder - ... il faut vraiment avoir été biberonné au lait fétide de la propagande du système national socialiste et sa nomenklatura pour oser raconter pareilles inepties...

  • Par Yves3531 - 02/12/2016 - 11:01 - Signaler un abus Quant à son avatar marxoïde désaxé...

    qui hante comme un malheureux ce site en déversant son mal être ...

  • Par vangog - 02/12/2016 - 11:27 - Signaler un abus Si, si, on s'y attendait...

    déjà, il y a un an, j'avais prévu que Flamby-le-menteur servait de lièvre à Valls-la-führer. Les patriotes vont partir à l'attaque du petit fasciste espagnol qui hait le tiers des Français, représentés par le Front National, parti démocratique qui a du mouron à se faire, si cet espagnol haineux arrive au pouvoir de la France...

  • Par ikaris - 02/12/2016 - 11:37 - Signaler un abus Toumou 1er encensé

    Non mais on croirait rêver avec le ton bienveillant de l'article et ses 2 dernières phrases sont carrément une outrance à notre intelligence. Ce type termine à 10% d'intention de vote, je crois que c'est suffisamment éloquent.

  • Par OLYTTEUS - 02/12/2016 - 13:19 - Signaler un abus Critique de Mme Hauser

    La journaliste dans ses dernières phrases parle de l'espoir de Hollande sans dire que c'est le sien. On a le droit d'être primaire mais pour défaut de lecture ou de compréhension ou d'honnêteté intellectuelle,c'est nul.

  • Par lepaysan - 02/12/2016 - 14:40 - Signaler un abus Hollande ne pouvait pas réussir

    Il a été élu pour faire une politique collectiviste de gauche alors que les français veulent de la liberté et la France a besoin de libéralisme.

  • Par lepaysan - 02/12/2016 - 14:43 - Signaler un abus Après la claque que lui a donné Obama

    Obama venu e Europe dire adieu a Merkel et n'est pas venu a Paris,ni un coup de tel a Hollande, Humiliation suprême

  • Par Lafayette 68 - 02/12/2016 - 15:04 - Signaler un abus "intérêt supérieur du pays"

    la bonne petite ( et dernière) blague de Hollande...

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 15:12 - Signaler un abus Résumé historique

    Comment les livres d'histoire décriront-ils les douze dernières années que vient de vivre l'Europe ? Je pense que nous disposons de suffisamment de recul pour donner une réponse simple et claire : pouvoir absolu d'Angela Merkel, qui a emmené notre continent dans un gouffre de malheur et de désunion. La seule question que je me pose, c'est la connaissance que François Hollande pouvait avoir de la situation réelle, le jour de son discours du Bourget. En tout cas, les autres chefs d'État européens ont dû le mettre au courant dès leur première réunion à Bruxelles. Le rôle qui s'offrait alors à lui était celui du petit général français Charles de Gaulle, le 18 Juin 1940 à Londres. Pourquoi s'est il effondré ? Pourquoi n'a-t-il pas démissionné, ou dissout l'Assemblée après un ou deux ans ? A-t-il estimé que la colère des français n'était pas encore suffisamment forte ? Il a préféré, comme Pétain, se vautrer dans la kollaboration la plus infamante. Si François Hollande pouvait vraiment nous exprimer aujourd'hui sa pensée, il nous dirait : français, élisez Marine Le Pen ! C'est une extrême urgence !

  • Par zouk - 02/12/2016 - 16:13 - Signaler un abus Champ de ruines à gauche

    Si seulement cela pouvait ouvrir les yeux de l'immense masse des rêveurs romantiques de la gauche. 40 an pour déboucher sur un champ de ruines, cela devrait être éloquent!

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 17:44 - Signaler un abus Zouk 40 ans de droite, 20 ans de gauche !

    Zouk, j'ai déjà souvent remarqué que vous n'avez qu'une relation très approximative avec la vérité et la réalité. En 2017, la Cinquième République aura 60 ans. Durant cette période, la France aura été gouvernée pendant 40 ans par des premiers ministres de droite et 20 ans par des premiers ministres de gauche : 10 ans sous Mitterrand, 5 ans sous Chirac et 5 ans sous Hollande. Dites-moi si je me trompe !

  • Par langue de pivert - 02/12/2016 - 17:59 - Signaler un abus

    §§§ Aujourd'hui François Hollande ne "peut se résoudre à la dispersion de la gauche, à son éclatement". §§§ Cette phrase résume à elle seule ce que tout le monde avait compris depuis longtemps : il n'a jamais été le président de tous les Français mais seulement celui de la gauche en général et du P.S. en particulier ! Sont électorat de cocus l'a quand même élu ! Il ne faudrait pas qu'ils l'oublient ! Et ils osent se plaindre ? Si ils voulaient de la gauche pure et dure ils avaient Aubry et Montebourg. Ils ont nommé Hollande qui a fait du Hollande. C'est à dire de la synthèse à deux balles pour faire plaisir à tout le monde ; des zigzags ; nommer n'importe qui pour faire n'importe quoi ; de la navigation à vue ; il s'est trompé sur tout ! Lui le "stratège avec toujours un coup d'avance" comme le nommaient ses groupies plumitives. Un coup de quoi ? Moi je n'ai jamais vu en lui qu'un paumé entré à l’Élysée par hasard et par ruse. Avec la complicité de la maffia (merdias, assoc's pourries, syndicats vérolés) il a fini par ce convaincre qu'il suffisait de virer Sarko et qu'il se vautre 5 ans dans un fauteuil ! Un quinquennat pour rien (marque déposée E. Zemmour)

  • Par ClauZ - 02/12/2016 - 19:54 - Signaler un abus @borissm

    Moi je dirais plutôt que le dernier politique honnête est mort avec Pompidou. Et ça remonte à 1974 .

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/12/2016 - 06:59 - Signaler un abus @Ganesha .....arrange l'histoire à sa sauce marxiste....

    (58/74) 17ans de réussite à droite, puis Giscard et 7 ans de sociale démagogie. viénnent ensuite 14 années de socialo-marxisme avec Tonton, ....12 ans avec Chirac premier, le fénéant de gauche.......retour de la droite avec speedy-Sarkozy pour 5 ans pour finir bientôt avec 5 ans du mou de gôche...alors si je compte bien ça fera : 17 années heureuses avec la droite, 5 années pour rien avec Sarko, 17 années merdiques avec les faux nez de la gôche (Giscard/Chirac), et 19 années putrides (Mitterand/ Hollande) .......Je totalise donc 22 années de vrai droite au pouvoir avec de bons résultats contre 36 années sombres de vrai fausse gôche...

  • Par winnie - 03/12/2016 - 07:25 - Signaler un abus Ne vous trompez pas Mme Hauser....

    ces reformettes ne marquerons jamais rien, de plus nombre d entre elles seront abrogees par la droite.

  • Par Ganesha - 03/12/2016 - 08:35 - Signaler un abus Paulquiroule,

    Vous avez la mémoire (et le reste ?) qui flanche ! Je vous le rappelais pourtant, sans expliciter le mot : COHABITATION. En France, c'est bien le premier ministre qui gouverne ! Chirac, Balladur, Jospin, vérifiez les dates sur Wikipédia... Si c'est l'ensemble de votre santé physique et mentale qui est à l'avenant, mes condoléances !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/12/2016 - 14:38 - Signaler un abus @ganesha

    Il n'a pu échapper à votre grande sagacité que dans un régime présidentiel le premier ministre expédiait les affaires courantes quand le président se réservait le beau rôle de la politique internationale. En outre les deux cohabitations (Chirac et Jospin) ont été de gôche (fausse et vraie) Alors faites vite une IRM du cerveau, vu vos remarques, il s'est probablement transformé en flan d'asperge.....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires "Femme députée, un homme comme les autres ?" (2014) et "Bruno Le Maire, l'Affranchi" (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€