Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

1ère rencontre en 1000 ans entre le pape et le patriarche orthoxoxe : derrière le coup diplomatique de François, le long travail préparatoire de Benoît XVI

Le Saint Siège et le patriarcat de Moscou, instance suprême de l'Eglise orthodoxe, ont annoncé ce vendredi 5 février une rencontre historique, puisqu'il s'agira de la première rencontre entre un patriarche de l'Eglise russe et un pape depuis le schisme de 1054.

Du jamais vu

Publié le - Mis à jour le 29 Mars 2016
1ère rencontre en 1000 ans entre le pape et le patriarche orthoxoxe : derrière le coup diplomatique de François, le long travail préparatoire de Benoît XVI

 Le patriarche Kirill  et François se rencontreront à Cuba le 12 février, à l'occasion du voyage officiel du pape au Mexique. Un symbole fort pour l'Eglise orthodoxe, car elle célèbre ce jour-là, selon le calendrier Julien, la fête des Trois-Saints-Docteurs (Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome).

Comment expliquer qu'il s'agit de la première rencontre entre un patriarche de l'Eglise russe et un pape depuis près de 1000 ans ? Sur quoi sont fondés leurs divisions ?

Christophe Dickès : L’histoire de l’orthodoxie est extrêmement complexe.

Il faudrait remonter à la séparation de l’Empire romain d’Orient d’avec celui d’Occident au IVe siècle afin d’en saisir tous les aspects. On peut dire, pour résumer à gros traits, qu’il existe des différences théologiques entre catholiques et orthodoxes (La prière du Je crois en Dieu) mais aussi un conflit de pouvoir puisque Moscou refuse à Rome la primauté pontificale qu’elle exerce depuis des siècles. A ces deux considérations, se sont greffés d’autres conflits de toutes sortes, plus ou moins dogmatiques ou juridiques. Rome a ainsi été très proche du patriarcat de Constantinople ces dernières décennies alors que Moscou refusait la main tendue de l’un et même de l’autre!

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk soulignait, dans une interview en juillet 2015 au journal italien Corriere della Serra, qu'une rencontre entre le pape et le patriarche Kirill  « serait une étape importante vers la guérison du fossé millénaire entre les branches orientale et occidentale du christianisme ». Dans quelle mesure cette rencontre peut-elle permettre d'avancer sur le chemin d'une réconciliation ? Depuis quand cette volonté existe-t-elle ?

Cette rencontre finalise un long mouvement de réconciliation entamé déjà il y a plusieurs décennies. Que l’on songe par exemple à l’action du métropolite Nicodème de Saint-Pétersbourg qui, victime d’un infarctus, meurt dans les bras du pape Jean-Paul Ier le 5 septembre 1978. Que l’on songe aussi à Jean-Paul II et à son encyclique sur l’unité des Chrétiens, Ut unum sint (Qu’ils soient un) de 1995. La conception européenne du pape polonais reposait aussi sur la théorie des Deux poumons empruntée au philosophe russe orthodoxe Ivanovic : pour que l’Europe respire, il lui faut nécessairement le poumon occidental de saint Benoît et l’oriental des saints Cyrille et Méthode. Pour Jean-Paul II le cardinal Ratzinger, chargé de préserver la doctrine, il existait une véritable complémentarité entre les deux traditions spirituelles.

Mais c’est le pontificat de Benoît XVI qui va être déterminant dans les avancées. Plusieurs rencontres entre 2007 et 2010 à Ravenne, Chypre et Vienne vont tenter de dépasser le conflit de juridiction. Il y eut aussi parallèlement le rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Moscou qui fut un moment majeur dans l’affirmation d’une vision politique et sociétale commune (2009). Benoît XVI était très admiré en Russie. La traduction dans le pays de son livre Introduction au Christianisme fut un signe de cette influence et de la bonne disposition du patriarcat de Moscou qui, naturellement, fut consulté avant cette réconciliation diplomatique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pale rider - 06/02/2016 - 15:47 - Signaler un abus Tout à fait passionnant

    .

  • Par Le gorille - 07/02/2016 - 08:31 - Signaler un abus Ben oui ! passionnant !

    Vous me semblez en douter ? Il est évident qu'une politique des petits pas dont chacun dure plus de 10 ans, cela peut lasser... mais peut-être qu'à ce rythme le petit-fils de mon petit-fils pourra voir une réelle "union complémentaire" entre Rome et Byzance (j'unis sous ce terme tous les patriarcats...). Mais vous avez raison : à ce rythme, je serai mort ! Comme quoi la passion tue !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Dickès

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est également l'auteur de Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde (Tallandier), où il engage une réflexion sur la grandeur pontificale à travers les siècles, des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€