Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

1916-2016 : la carte du Moyen-Orient dessinée par les accords Sykes-Picot est morte et enterrée

En investissant ses forces dans une expansion territoriale, l'Etat islamique bouscule les frontières tracées par la France et le Royaume-Uni un siècle plus tôt. A terme, trois nouveaux ensembles pourraient bien se dessiner selon des lignes confessionnelles : un "Sunnistan", un "Kurdistan", et des "Chiistan".

Ciao Irak, bye bye Syrie

Publié le
1916-2016 : la carte du Moyen-Orient dessinée par les accords Sykes-Picot est morte et enterrée

Les accords de Sikes-Picot sont remises en cause par l'Etat islamique.  Crédit Reuters

Atlantico : Les accords de Sikes-Picot en 1918 ont établi pour près d'un siècle les frontières du Moyen-Orient à partir des territoires perdus de l'ancien empire Ottoman par le Royaume-Uni et la France. Dans quelle mesure l'arrivée de l'Etat islamique dans le paysage géopolitique régional bouscule-t-il actuellement ces frontières ? 

Alain Rodier : Il ne "bouscule" pas les frontières, il les change. L’État Islamique (EI) a désormais son noyau dur qui couvre globalement l'Est de la Syrie et l'Ouest de l'Irak. Sa "capitale politique" est Raqqa (Syrie) et son pôle économique est Mossoul (Irak). Nous assistons donc à un éclatement de ces deux pays à la "yougoslave".

Personne n'est capable aujourd'hui de rependre ces territoires. Fort intelligemment, ceux que l'on qualifie de "barbares" en raison des exactions qu'ils ont volontairement médiatisées à des fins de propagande, gèrent les 8/10 millions de personnes qui sont tombées sous leur coupe. Les salafistes-djihadistes de Daech ont installé tous les ministères nécessaires à la vie d'un Etat, à l'exception de celui des Affaires étrangères. Il ne faut pas se faire d'illusion, on ne pourra pas revenir en arrière.


(Pour agrandir, cliquez sur l'image)
 - Source : wikimedia commons/Haghal Jagul
En gris, l'avancée de l'Etat islamique en Irak et en Syrie en mai 2015/ 
En rouge, les territoires contrôlés par le gouvernement syrien. 
En vert, zones contrôlées par l'armée syrienne libre
En rouge foncée, contrôle du gouvernement irakien
En jaune, les territoires contrôlés par les Kiurdes syriens et irakiens. 

Myriam Benraad : Depuis 2014, l’avancée spectaculaire de l’État islamique est venue faire voler en éclats l’architecture géopolitique régionale à travers une remise en cause idéologique et politique profonde des frontières postcoloniales, notamment celle située entre l’Irak et la Syrie. Cette remise en cause n’est toutefois ni nouvelle, ni systémique. Si le phénomène est manifeste entre l’Irak et la Syrie, les autres frontières résistent encore plus ou moins par l’entremisedes États voisins (Arabie saoudite, Jordanie, Liban)qui redoutent une contagion jihadiste. L’État islamique peut, de son côté, compter sur l’influence exercée par son projet califalsur l’imaginaire collectif, et qui éclaire dans une large mesure l’adhésion à ses conquêtes territoriales. De fait, le califat en tant que notion spirituelle et politique fait référence à un âge d’or de l’islam, qui porte la promesse d’une unité musulmane retrouvée contre les divisions que le partage du Moyen-Orient et les nationalismes ont entraînées.

Fondamentalement, l’État islamique est perçu par une partie des populations sunnites de la région comme un projet révolutionnaire qui annihile les frontières héritées de la colonisation entre les XIX et XXème siècles, et doit servir de garde-fou contre les ingérences de l’Occident. Le califat fait aussi sens pour ces populations qui, depuis de longues années, ne perçoivent plus rien de positif dans les États établis, lesquels se sont retirés de leurs fonctions régaliennes, sont devenus de simples agents de répression, synonymes de régimes autoritaires, captateurs et corrompus.

Quels étaient les objectifs des accords Sykes-Picot ? Quels étaient les avantages et inconvénients de ce découpage ?

Myriam Benraad : Conclus le 16 mai 1916 par les diplomates britannique Mark Sykes et français François Georges-Picot, ces accords secrets prévoyaient un morcellement régional à la fin de la guerre en zones d’influence à partir des provinces fragilisées de l’Empire ottoman, et ce malgré la promesse d’indépendance qui avait été faite aux Arabes. Ces frontières ont plus tard été fixées lors de la conférence de San Remo en avril 1920, attribuant des mandats à la France sur la Syrie et à la Grande-Bretagne sur l’Irak, la Transjordanie et la Palestine. Depuis la deuxième moitié du XIXème siècle, l’Empire ottoman avait vu son autorité contestée,confrontée notamment par des mouvements nationalistes. L’administration ottomane avait bien tenté de reconquérir ces territoires par une série de tanzimat (réformes mises en œuvre entre 1839 et 1876 pour lutter contre le déclin de l’Empire, ndlr), en vain. C’est dans ce contexte que Paris et Londres, en anticipant l’inéluctable effondrement des Ottomans, ont négocié le partage du Moyen-Orient contemporain.

Les frontières qui en ont résulté répondaient aussi de la répartition des ressources énergétiques dans la région, aspect fondamental pour les Britanniques. C'est d'ailleurs pour cette raison que Londres a insisté pour que l’ancienne province ottomane de Mossoul, riche en hydrocarbures, soit rattachée au nouvel État irakien placé sous sa tutelle.Un certain facteur de proximité historique entre Européens et populations locales a également joué : la Couronne était familière de l’ancienne Mésopotamie, là où la France s’était traditionnellement préoccupée du sort des minorités chrétiennes au Levant.

Pour autant, il est évident que ces nouvelles frontières ne correspondaient guère aux aspirations des peuples : les Britanniques, par ces accords, ont rompu leur serment de 1915 d’accorder aux Arabes le grand royaume dont ils rêvaient, et ont par ailleurs trahi la promesse d’indépendance nationale faite aux Kurdes. La région a dès lors été secouée par une succession de soulèvements internes, comme en Irak en 1920, opposés à ces tracés arbitraires et étrangers aux territorialités démographiques et socioculturelles existantes. De nombreuses tribus arabes, notamment dans la zone syro-irakienne,se sont retrouvées disséminées entre différents États et ont rejeté les pouvoirs centraux. Ce rejet s’est exprimé chez les chiites également : la grande ville portuaire de Bassora au sud de l’Irak a ainsi été le théâtre d’un soulèvement antibritannique en 1927, dont les instigateurs souhaitaient constituer une République marchande indépendante sur les rives de l’estuaire du Chatt al-Arab.

 

Si les frontières sont profondément déstabilisées depuis un an environ, pour autant, étaient-elles toujours adaptées si l'on prend en compte les paramètres socio-démographiques de la région ?

Alain Rodier : C'est comme en Afrique. Les tracés des frontières n'ont tenu aucun compte des réalités ethniques et religieuses. Ce n'était alors pas d'actualité. Aujourd'hui même, ces faits sont contestés par certains décideurs qui ne veulent pas regarder l'évidence en face en raison de leur idéologie (le marxisme-léninisme a du mal à mourir, particulièrement en France ce qui explique à quel point les "élites" intellectuelles étaient imbibées et ont su transmettre la "bonne parole"). Les diagnostics étant donc faussés à la base, il est difficile d'entrevoir des solutions dans un avenir proche. Les responsables ne veulent tout simplement pas voir la réalité des choses en face. C'est sans soute trop dérangeant.

Myriam Benraad : Plusieurs remises en question de ces frontières se sont exprimées au cours des dernières décennies, à travers le panarabisme par exemple, qui a longtemps représenté une idéologie puissante parmi les peuples du Moyen-Orient et reposait sur la réfutation des frontières coloniales en vue de réaliser l’unité arabe. Le baasisme se réclamait de cette "renaissance". N’oublions pas aussi qu’aux vieilles revendications territoriales s’ajoute à présent une communautarisation violente des sociétés, comme en Irak et en Syrie où les Arabes sunnites s’opposent à la mainmise des régimes chiitesde Bagdad et Damas, appuyés par leur parrain iranien.

Bien que toutes les frontières régionales n’aient pas été effacées, il sera difficile pour des pays tels l’Irak et la Syrie de revenir à des formules politiques nationales. Les sunnites, par exemple, qui ont fait le choix de l’État islamique en 2014, sont durablement engagés dans une guerre de sécession, avec ou sans les jihadistes d’ailleurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 11/06/2015 - 18:37 - Signaler un abus Sans surprise..!

    T.H.Lawrence ( Lawrence d' Arabie ) l' avait déjà un peu prédit dans les " Sept Piliers de la Sagesse " .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Grand angle sur l'espionnage russe chez Uppr et de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS. 

 

Voir la bio en entier

Myriam Benraad

Myriam Benraad est chercheuse associée sur le Moyen-Orient et le monde arabe à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) et à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Elle est l’auteur, entre autres publications, de L’Irak (Paris, Le Cavalier Bleu, 2010) et de Irak, la revanche de l’histoire. De l’occupation étrangère à l’État islamique (Paris, Vendémiaire, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€