Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 19 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Saad Hariri, Mohammed VI et Mohammed ben Salmane : le selfie aux trois dirigeants met le web en émoi

Les trois hommes d'État libanais, marocain et saoudien ont immortalisé leur rencontre à Paris ce week-end en faisant un selfie. La photo, forte en symboles, a fait le tour du net et interroge sur les relations entretenues entre les pays qu'ils représentent.

Ouistiti !

Publié le
Saad Hariri, Mohammed VI et Mohammed ben Salmane : le selfie aux trois dirigeants met le web en émoi

 Crédit Twitter / @saadhariri

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, le roi du Maroc Mohammed VI et le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, tout sourire, l'air décontractés, installés sur un canapé : la photo a de quoi surprendre. Le selfie des trois dirigeants arabes, qui se sont rencontrés à Paris ce week-end, posté lundi soir sur Twitter par Saad Hariri, a fait le tour du web en quelques heures, relate RT France. "Sans commentaire", est-il écrit en légende.

Et pour cause : leurs mines réjouies tranche net avec l'état des relations diplomatiques entre leurs pays respectifs.

 "Un dîner relax à Paris ? Ça va mieux semble-t-il entre Hariri et la maison Saoud...", commente sur Twitter un journaliste d'Afrique magazine. En effet, la visite du Premier ministre libanais en Arabie saoudite, en novembre dernier, est encore dans tous les esprits. Saad Hariri y avait alors enregistré une vidéo, diffusée à la télévision saoudienne, dans laquelle il avait annoncé sa démission de son poste de Premier ministre. L'air crispé et épuisé, le Libanais avait assuré avoir fui son pays d'origine pour échapper à un complot iranien visant à le tuer. Beaucoup avaient soupçonné Riyad de l'y avoir contraint sous la menace. Pas le meilleur exemple de relations internationales.

Un épisode peu appréciable, mais qui semble désormais révolu. "Cette période d'ambiguïté et de flou est désormais derrière nous", a réagi le député Mouin Merhebi, membre du Courant du futur présidé par Saad Hariri, cité par l'AFP le 10 avril. Mohammed VI, au milieu des deux dirigeants, aurait pu selon certains observateurs jouer un rôle de tampon. Si les relations entre l'Arabie saoudite et le Maroc sont historiquement fortes, il est à noter qu'elles se sont dégradées, Riyad n'ayant pas apprécié la neutralité de Rabat dans la crise qui l'oppose au Qatar. Alors, quels enjeux ce selfie incarne-t-il ? Entre sourire et montrer les dents, il n'y a qu'un pas. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€