Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La merveilleuse raison pour laquelle G.R.R. Martin tue tous ses personnages

Attention, amis lecteurs, ceci est un divulgâcheur ("spoiler" en français) !

Valar Morghulis

Publié le - Mis à jour le 20 Août 2018
La merveilleuse raison pour laquelle G.R.R. Martin tue tous ses personnages

Si vous avez pleuré devant la mort de Ned Stark, de Robb Stark, de Robert Baratheon, de Khal Drogo, de Renly Baratheon, de Catelyn Stark, de Joffrey Baratheon (vraiment ?), de Lysa Arryn, d'Ygritte, de Shae, de Tywin Lannister, de Mance Rayder, de Shirin Baratheon, de Stannis Baratheon, de Myrcella Baratheon, de Jon Snow, de Hodor, de Rickon Stark, de Ramsay Bolton (sérieusement ?), de Margaery Tyrell ou de Tommen Baratheon... 

C'est que d'une part vous êtes un grand sentimental et un vrai fanatique de la série ou des livres de "Games of Thrones"...

Et, d'autre part, que vous faites partie des nombreuses victimes de G.R.R.

Martin, le cerveau machiavélien qui a conçu l'univers le plus impitoyable de l'histoire de la fantasy. Et la question qui vous taraude, comme nous tous, est naturellement : pourquoi tant de haine, Mr Martin ? Pourquoi faire mourrir tant de personnages qui ne vous ont rien fait ? 

Et bien sachez que cela n'a rien d'un vice assouvi sur le papier ou de passion morbide pour les exécutions. George R.R. Martin est un homme (relativement) sain d'esprit, et probablement quelqu'un de totalement inoffensif.

La raison de cette passion pour les personnages qui disparaissent d'un coup, violemment, sans raison ? Et bien c'est un illustre prédécesseur qui en a la clé. Comme Martin, il a un triple prénom : J.R.R Tolkien, l'auteur du Seigneur des Anneaux. La lecture du passage où Gandalf meurt dans le premier tome de la grande saga a été décisif pour Martin : "Je ne peux pas expliquer l'impact que cela eu sur moi à cet âge. Tolkien venait de briser une règle et pour ça, je l'aimerais pour toujours". Et il s'explique : "Dès que vous tuez Gandalf, le suspense de tout ce qui suit est mille fois plus grand. Parce qu'à partir de là, n'importe qui peut mourir". On peut dire que l'élève a bel et bien honoré le maître. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€