Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Impensable mais vrai : un détenu filmé en pleine relation avec une surveillante

L’affaire qui se serait passée dans un prison du Nord de la France a entrainé l’ouverture d’une enquête administrative.

Grillés

Publié le - Mis à jour le 18 Juillet 2018
Impensable mais vrai : un détenu filmé en pleine relation avec une surveillante

 Crédit SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP

C’est une vidéo diffusée sur Snapchat qui a déclenché toute l’affaire. On y voit une surveillante pratiquer une très courte fellation sur un détenu, torse nu. La scène se passe dans une cellule d’une maison d’arrêt de Lille-Sequedin et implique un détenu incarcéré pour des affaires de vol et de trafic de drogue. La jeune femme était quant à elle stagiaire à l’école administrative pénitentiaire. Lui a été transféré dans un nouveau centre, elle a vu sa formation être interrompue. Elle devrait probablement ne jamais devenir surveillante.

Le détenu s'est expliqué auprès d'une journaliste de France 3, sans paraître un instant embarassé : 

"La surveillante, c'est une stagiaire qui était dans mon bâtiment. Elle était là depuis une semaine. Mes co-détenus m'ont dit qu'elle était un peu "tchatcheuse" donc on parlait en rigolant et un jour, ça a été au bisou et voilà quoi... A ce moment-là, j'étais tout seul en cellule, mes co-détenus étaient chez le coiffeur. J'ai posé mon téléphone, j'ai tout enregistré. On a eu des petits mots jusqu'au moment où je lui propose de faire ça, elle n'a pas refusé. J'ai eu une relation avec une surveillante pénitentiaire, voilà... "

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 17/07/2018 - 11:00 - Signaler un abus Vous n'avez rien compris

    Elle apprenait à jouer de la clarinette. "A-t-elle avalé" ? demanda Schiapolata, la cochonne qui raffole les glands.

  • Par kidu - 17/07/2018 - 16:59 - Signaler un abus Elle ne fait qu'appliquer...

    Les préceptes de Taubira...sur le bien-être des taulards en prison ! En tant que stagiaire....elle a dû appliqier strictement ses cours sans discernement:-)

  • Par J'accuse - 17/07/2018 - 18:21 - Signaler un abus Transformons les prisons en bordels !

    Pour réduire le nombre d'évasions, il faut des surveillantes peu farouches qui sauront retenir les détenus par leurs charmes. Plus besoin de barreaux ! Pas de critères physiques requis: les détenus étant très frustrés, ils ne seront pas exigeants. Pour les prisons pour femmes, celles-ci pourront améliorer l'ordinaire bien difficile des fonctionnaires pénitentiaires: ils n'auront plus de raison de se plaindre. Sexiste, moi ? Pragmatique, c'est tout.

  • Par winnie - 17/07/2018 - 21:26 - Signaler un abus Decidement......

    la decadance s accelere! Mais rassurons nous, nous n avons pas encore toucher le fond.

  • Par vangog - 17/07/2018 - 22:09 - Signaler un abus La France gauchiste touche le fond!

    Oh pi non, finalement! Elle peut tomber encore plus bas, grâce aux gaucho-macronistes qui semblent assez doués...dans cet unique domaine!

  • Par moneo - 18/07/2018 - 09:22 - Signaler un abus une fille de la Madame?

    ne me dite spas qu'elle est née dans la capitale de la pipe..

  • Par jurgio - 18/07/2018 - 14:21 - Signaler un abus La taubiraphilie existe donc !

    Oui, elle existe et quand je l'ai rencontrée elle m'a taquiné.

  • Par vangog - 18/07/2018 - 19:21 - Signaler un abus Elle a confondu surveiller et suçoter...

    encore un méfait de la « mauvaise » éducation nationale socialiste!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€