Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une faute d'orthographe évite au Bangladesh un piratage de près d'un milliard de dollars

En écrivant "Shalika Fandation" au lieu de "Shalika Foundation", les hackers ont provoqué un contrôle de routine.

Pour plusieurs poignées de dollars

Publié le
Une faute d'orthographe évite au Bangladesh un piratage de près d'un milliard de dollars

Cela s'est joué à quelques lettres. En février dernier, des cybers pirates ont pénétré dans le système informatique de la banque centrale du Bangladesh, volant des données confidentielles sur les transferts de paiement. Ils ont ensuite envoyé plusieurs dizaines de demandes à la banque de Réserve fédérale de New York, des domaines de virements de la banque centrale du Bangladesh vers des entités aux Philippines et au Sri Lanka.

Mais un grain de sable va perturber la belle machine.

Une demande vers le Sri Lanka, pour une organisation non gouvernementale appelée Shalika Foundation, va en effet poser problème… à cause d'une faute d'orthographe dans le nom du destinataire un.  Le nom mal écrit "Shalika Fandation" va susciter une vérification de routine d'une des banques de routage, la Deutsche Bank. Cette dernière demande alors une clarification à la Banque du Bangladesh, qui découvre la fraude et annule la transaction.

La Deutsche Bank a refusé de commenter l'affaire, mais au total, les transactions annulées portaient sur une somme de 850 à 870 millions de dollars que le pays détient sur un compte de la Fed. Les pirates ont tout de même raflé 80 millions de dollars, ce qui en fait un des plus gros braquages de l'histoire.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€