En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
21/03/2019 - 09:42
Réponses de l'opposition

"La crise et après ?" : retrouvez l'intégralité du débat des chefs des partis politiques sur BFMTV

La journaliste Ruth Elkrief a animé un débat sur BFMTV avec les six chefs des principaux partis politiques dans la soiée de mercredi. La chaîne d'info a réuni Laurent Wauquiez (LR), Marine Le Pen (RN), Jean-Luc Mélenchon (LFI), François Bayrou (MoDem), Olivier Faure (PS) et Stanislas Guerini (LREM) dans de cadre de ce débat de deux heures intitulé "La crise, et après ?".  Les différents dirigeants ont débattu des mesures à prendre afin de sortir de la crise des Gilets jaunes. 

Trois thèmes ont été abordés au cours de cette soirée : une France plus juste avec les questions de la justice sociale et fiscale, comment répondre aux oubliés et au sentiment d’abandon et enfin la question des violences et de la défiance par rapport aux élus, aux partis et au débat traditionnel démocratique dans le cadre républicain.

Chacun des chefs de partis a dévoilé ses mesures pour davantage de justice fiscale. 

François Bayrou souhaite davantage de lutte contre l'optimisation fiscale. Stanislas Guerini a indiqué qu'il fallait continuer à baisser les impôts. Olivier Faure a annoncé son intention de mettre en place un ISF "vert" pour l'écologie.  

Les questions du chômage et de l'emploi étaient également au cœur des discussions.  

Sur la question des violences en marge des manifestations des Gilets jaunes, Jean-Luc Mélenchon a appelé les citoyens à ne pas s'engager "dans une escalade de l'affrontement" et à privilégier "la voie politique du débat" pour sortir de la crise des Gilets jaunes :

"moi ça va me coûter de devoir convaincre des jeunes gens que la bonne voie, c'est la voie politique, du débat et du dialogue, parce que certains me disent maintenant "C'est quand on casse tout qu'ils nous écoutent et qu'ils nous donnent 10 milliards d'euros" (…) Je crois à un changement révolutionnaire du pays, avec le bulletin de vote".

Le débat a été marqué par un échange houleux entre entre François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon sur le déploiement des militaires de l'opération Sentinelle ce samedi. Le leader du MoDem a défendu les redéploiements des militaires autour des bâtiments publics lors des manifestations des Gilets jaunes : 

"On est en train de présenter comme une idée scandaleusement révolutionnaire ce qui est déjà en place dans toutes les gares, tous les aéroports".

Jean-Luc Mélenchon a condamné cette mesure : 

"Je ne vous reconnais plus François Bayrou ! Vous êtes pour que les militaires soient pour le maintien de l’ordre ? C'est un autre métier".

Olivier Faure a également critiqué ce choix : 

"Dresser l’armée face au peuple… Quel symbole épouvantable ! Vous voulez augmenter la colère des Français ? Il faut retrouver le dialogue. Faites une grande conférence sociale dans ce pays".

Marine Le Pen a estimé qu'on ne mettait "pas l'armée contre le peuple français". 

Laurent Wauquiez a exigé "l'interdiction pure et simple de manifester dans une ville" :

"Nous n'avons jamais eu dans le pays une telle période de chaos".

Ce débat constructif a donc permis aux différents chefs des partis politiques de dévoiler des mesures concrètes afin d'apporter des solutions à la crise des Gilets jaunes. Les leaders politiques ont fortement critiqué la politique du gouvernement et la gestion de la crise par Emmanuel Macron et par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. 

Publié le 21/03/2019 - 09:42
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires