En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
16/01/2019 - 16:56
Lutte contre la criminalité
Brésil : le président Jair Bolsonaro facilite l'accès aux armes à feu

Le président brésilien Jair Bolsonaro a modifié la réglementation liée aux armes à feu dans le pays selon des informations d'Euronews. Le dirigeant a signé un décret ce mardi permettant d'assouplir les règles de détention d'armes à feu d'après des précisions de Courrier International

Le président a pris cette initiative à la suite d'un référendum de 2005. A l'époque, 64% des Brésiliens avaient rejeté un projet de loi interdisant la commercialisation des armes à feu. 

"Comme le peuple l'a décidé souverainement à l'occasion du référendum de 2005, afin de lui garantir ce droit à la légitime défense, je vais, en tant que président, utiliser cette arme...." a indiqué le président Jair Bolsonaro au moment de se saisir d'un stylo pour signer le décret en question. 

"C'est avec une grande satisfaction que j'ai signé ce décret (...) pour que les gens bien puissent, dans un premier temps, être en paix chez eux".

Faciliter la détention d'armes à feu était l'une des promesses de sa campagne électorale. Ce dispositif assouplit les critères pour acquérir une arme. Ce texte porte exclusivement sur la détention d'armes à domicile. Le texte est entré en vigueur avec effet immédiat. Ce décret assouplit le "Statut du désarmement" de 2003, qui posait de nombreuses barrières administratives à la détention d'armes. Il ne sera plus nécessaire de justifier d'un besoin "subjectif" de se défendre pour détenir une arme à feu. 

Chaque citoyen aura la possibilité de détenir jusqu'à quatre armes. Il est nécessaire d'être âgé de 25 ans, d'avoir un casier judiciaire vierge, d'avoir une occupation légale et avoir passé également une évaluation psychologique et technique. 

Jair Bolsonaro est le nouvel homme fort du Brésil depuis son investiture au début du mois de janvier. Le président brésilien considère que faciliter l'accès aux armes à feu permettra de faire chuter la violence et la criminalité au Brésil. 

 

Publié le 16/01/2019 - 16:56
Vu sur : Euronews
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Yves Carfantan
- 17/03/2019 - 17:26
Un article qui manifeste l'ignorance de son rédacteur
Arrêtez de répéter des dépêches de presse française. Pour arriver à son objectif, au Brésil, le Président doit négocier avec un Congrès (cela prendra des mois) puis être sur de l'aval de l'important pouvoir judiciaire. Cela prendra des années et pourra être contesté. Dans un pays où le pouvoir est réparti entre de nombreuses institutions, l'annonce est très loin de la réalité. Si Bolsonaro parvient à son but, il faudra des années. En d'autres termes, la répétition de dépêches d'agences mal informées relève de la fake-news. Je ne suis pas partisan de Bolsonaro mais je considère que ceux qui prétendent informer doivent d'abord eux-mêmes acquérir un minimum de culture.