En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

03.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 1 heure 20 sec
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 2 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 2 heures 45 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 5 heures 12 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 7 heures 37 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 7 heures 55 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 2 heures 26 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 6 heures 16 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 7 heures 2 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 7 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

Nocif et ridicule : le jugement porté à l'étranger sur François Hollande est-il exagéré ?

Publié le 05 février 2014
De l'International Herald Tribune au Guardian, la presse étrangère se repaît de l'affaire Julie Gayet et n'est pas tendre avec le président de la République, dont la popularité chute bien au-delà des frontières de l'Hexagone.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De l'International Herald Tribune au Guardian, la presse étrangère se repaît de l'affaire Julie Gayet et n'est pas tendre avec le président de la République, dont la popularité chute bien au-delà des frontières de l'Hexagone.

1 - Nul n'est Flanby en son pays

C'est une cuisante leçon d'impertinence et d'indépendance que la presse anglaise a donné aux journalistes français à l'occasion de la visite mou-présidentielle à Londres.

"Monsieur le président, pensez-vous que votre vie privée a fait de la France un sujet de moquerie internationale ?" osa un persifleur à la conférence de presse donnée avec Cameron. Et c'est un Hollande essoufflé et poussif qui orna le même jour la une du Guardian, toujours en référence à l'affaire Gayerweiler. Rappelons que ce quotidien anglais de centre-gauche fut autrefois un chaud partisan du président socialiste. Il n’y a pas qu’en France que sa popularité est en chute libre.

A Londres, on ne donne pas dans l'autocensure et la complaisance sous prétexte de respecter vie privée et bienséance. Oui, les escapades présidentielles nocturnes, qui semblaient d'ailleurs se prolonger fréquemment jusqu'à onze heures du matin - laissant planer le doute sur l'ardeur au travail du scootard de la république -, sont effectivement du plus ridicule effet et dégradent l'image de la France à l'étranger. Que nul ne se risque à le dire à Paris, lorsque l'Elysée convoque le ban et l'arrière-ban de la presse, voilà qui témoigne de l'incapacité collective des Français à nommer ce qui ne va pas. Comme le résume plus près de nous l'International Herald Tribune : "Hollande teste les limites de la tolérance des Français." Elles sont élevées, ce qu’on avait déjà pu constater lors du scandale Cahuzac qui, dans toute démocratie digne de ce nom, aurait provoqué la chute du gHerald Tribuneouvernement.

Derrière cette omerta nationale, c'est le même refoulement qui conduit à ne pas dire que le régime des retraites est en faillite, que l'activité économique est au point mort, que la France est boudée par les investisseurs étrangers, que les atteintes à la liberté d'expression sont devenues insupportables et dignes d'un régime policier.

Est-il normal en effet qu'un activiste qui se borne à rouler dans un véhicule arborant le slogan de "Hollande démission" ou à gonfler un ballon soit amené au poste sous prétexte de publicité illicite ou de quenelle fantasmée ? Ces abus de pouvoir auraient conduit il y a quelques décennies les beaux esprits de la gauche à s'émouvoir des mauvais traitements faits à la démocratie. Avez-vous entendu une seule protestation ? Aucune. Et l'arrestation préventive de militants identitaires, quelle que soit l'opinion qu'on a d'eux, au motif qu'ils pourraient troubler l'ordre public avant une manifestation autorisée et alors qu'ils attendent le départ du cortège attablés dans un café est également un signe très inquiétant du mépris pour les libertés fondamentales de Valls et de ses sbires.

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire" : la vieille formule a définitivement déserté l'esprit des donneurs de leçons. Il n'y a pas qu'en italien que la gauche est sinistre.

Pourtant, rien n’y fera, le "galipettegate" présidentiel va distiller une hostilité à la personne même de François Hollande plus corrosive que ses échecs récurrents dans tous les domaines de la politique économique et de la vie institutionnelle. Ce sont les journalistes anglais qui ont raison.

A plusieurs reprises, des amies débonnaires et guère piquées de politique qui, il y a peu, ne prenaient que de légères distances avec le régime "hollandais", m'ont dit à quel point elles avaient été choquées par la muflerie de la déclaration élyséenne répudiant la première concubine. Autant les écrans de fumée vaporisés par Hollande lorsqu'il parle de fiscalité, d'emploi ou de réformes sociales rendent ses mensonges difficiles à figurer. Autant la goujaterie se voit facilement et l'identification avec Trierweiler s’opère aisément. Plus que ses subterfuges permanents, c'est par sa vie privée qu’Hollande fait comprendre aux indifférents qui il est vraiment.

De manière assez amusante, c'est au moment où un débat oiseux sur la théorie du genre encombre les esprits que, par son comportement, Mou-président provoque des réactions politiques sexuées, les femmes étant particulièrement sensibles à l'abus dont Trierweiler a été la victime.

Décidément, le président qui devait apaiser est l’homme de tous les clivages.

2 - Les permanents du clientélisme

Un sympathique entrepreneur du 10ème arrondissement m'a fait part de sa consternation à la lecture de courriers dont il ressort que les intermittents du spectacle vont sans doute échapper aux dispositions de la loi de finance pour 2014 qui prévoient l’intégration des dépenses engagées par l’employeur lors de la mise en place d’une complémentaire maladie dans l’impôt sur le revenu des salariés.

Cette mesure se traduit par une augmentation de la pression fiscale sur lesdits salariés, contrairement aux proclamations de pause du gouvernement. Et aussi par une énorme usine à gaz dans la correction rétroactive que les employeurs doivent apporter aux feuilles de paie.

Pour tenter de s’y soustraire, les intermittents du spectacle et leurs employeurs ont plaidé que le montant de la part patronale alimentant le Fonds collectif du spectacle pour la santé, mis en place dans leur accord interbranche de prévoyance, n'était pas concerné par cette réforme.

Ils ont déjà obtenu qu'Audiens Prévoyance, organisme paritaire de gestion de ces risques, déclare, au nom des employeurs, les contributions du Fonds pour les seuls salariés bénéficiaires. Les intermittents sont sauvés. Et il se dit que l'administration fiscale va se ranger à cette position.

Ouf ! Une profession qui creuse le déficit de l'assurance-chômage à raison d'un milliard d'euros annuellement ne doit décidément pas être traitée comme les autres.

3 - L’ «illibéralisme» français fait de la résistance

Alors que les taxis parisiens, recordmen de France de l'hostilité à la concurrence, tentent de juguler la montée en puissance des loueurs de véhicules avec chauffeurs en bénéficiant de la complicité du gouvernement, l'inénarrable Montebourg est à la manœuvre pour s'émouvoir de l'excès de compétition dans le domaine des télécommunications.

Quatre opérateurs c'est trop ! proclame-t-il en vomissant le principe même de l'émulation capitaliste, retrouvant les accents les plus démagogiques de sa campagne des primaires socialistes. Bien sûr, tout n'est que posture chez ce politicien professionnel qui a promis tout et son contraire à des milliers de salariés d'Arcelor-Mittal, Doux, Fralib, Sanofi, etc. Une seule constance dans son action : l'absence de résultats.

Au passage, Montebourg s’en est pris au Conseil de la concurrence et à l’Autorité de régulation des télécommunications, s’inspirant de Laignel qui conspuait en 1981 ceux qui selon lui avaient juridiquement tort car ils étaient politiquement minoritaires : « Vous êtes contre les ententes et moi je les organise. Vous, vous êtes nommé et moi, je suis élu. Donc, qui a raison ? Forcément, moi ! »

Montebourg est partisan de tout ce qui peut entraver la baisse des prix et le libre choix du consommateur au prétexte que les marchés réglementés et les usagers captifs seraient plus favorables à l'emploi. Ce malthusianisme, dont la France espère en vain qu'il la protègera de son désarroi, a beau être démenti par toute l'histoire du développement économique, il est encore des "socialistes" prompts à entretenir le vieux mythe.

C'est naturellement oublier que les rares cas où l'interventionnisme industriel a pu se révéler temporairement efficace, dans le développement phénoménal de l'Asie du Nord au vingtième siècle par exemple, sont justement ceux où l'Etat, en échange de sa protection, contraignait ses entreprises nationales à une compétition féroce entre elles.

L'illibéralisme français, dont Montebourg n'est qu'un piètre porte-voix, se trompe sur toute la ligne, comme à son habitude. Et si le ministre du sous-développement improductif nous annonçait clairement qu'il souhaite une taxe supplémentaire sur les communications téléphoniques pour venir en aide à Orange, Bouygues et SFR ? A quoi bon porter le masque, ce serait beaucoup plus simple.

A lire de l'auteur de cet article :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 10/02/2014 - 12:50
les erreurs du mou :
les réformes sociétales et les histoires d'alcôves publiques, spécialités socialistes, jettent le masque de ce parti au service du caniveau et du dessous de la ceinture.
Daisy.A
- 09/02/2014 - 06:07
Hollande a une mauvaise image à l'étranger
et les Français le savent!
D'ailleurs 73 % des Français considèrent que François Hollande ne représente pas bien la France à l'étranger, selon le baromètre Clai­-Metronews­-LCI réalisé par OpinionWay le vendredi dernier.
-
Il nous reste d'espérer que Hollande respectera son engagement, pris en
2006 et publié aux éditions Stock, dans son "Extrait de devoir de vérité" :

" Je préconise un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. (... )Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence. "
Daisy.A
- 09/02/2014 - 05:26
Hollande - the ‘village idiot’ photo
http://www.thetimes.co.uk/tto/multimedia/archive/00448/135965939__448327c.jpg
http://www.thetimes.co.uk/tto/news/world/europe/article3860487.ece
-
No comment