En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Chère Sophie de Menthon...

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 11 heures 53 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 13 heures 25 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 15 heures 19 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 17 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 20 heures 36 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 14 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 14 heures 53 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 17 heures 38 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 20 heures 23 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 20 heures 49 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 14 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

Baisse des impôts, baisse des dépenses publiques : bienheureux ceux qui y croiront car le royaume du socialisme leur appartient

Publié le 22 janvier 2014
"On va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première baisse d'impôts", a précisé l'Élysée. Essayer de se mettre en capacité ou se mettre en capacité d'essayer ? L'attente va être insupportable après une si mâle annonce.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première baisse d'impôts", a précisé l'Élysée. Essayer de se mettre en capacité ou se mettre en capacité d'essayer ? L'attente va être insupportable après une si mâle annonce.

1 - Cocorico ! Le théorème de Lincoln enfin démontré ... par un Français

Abraham Lincoln prononça un jour ces sages et fameuses paroles : "On peut tromper quelqu'un tout le temps, on peut tromper tout le monde une fois mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps."

Démonstration : François Hollande a trompé tous les Français en mai 2012, il a trompé Valérie tout le temps mais il ne trompe plus personne depuis quelque temps.

2 - L'aumône présidentielle aux Français

Est-ce par pure habitude ? L'enfumage continue néanmoins de plus belle et le brouillard qui flotte sur l'Elysée atteint une épaisseur record. L'a-présidence de la République (en deux parties, vous avez bien lu) envisage désormais que la baisse miraculeuse des prélèvements sur les entreprises s'accompagne d'une réduction de l'impôt sur les ménages dès 2015.

Bienheureux ceux qui y croiront car le royaume du socialisme leur appartient.

« On va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première baisse d'impôts », a précisé l'Élysée selon le Figaro. Essayer de se mettre en capacité ou se mettre en capacité d'essayer ? L'attente va être insupportable après une si mâle annonce.

En 2015, « si on fait un petit geste pour les entreprises, on fera vraisemblablement un petit geste pour les ménages », ajoutent ces éléments fumigènes, sans préciser toutefois si le premier « petit geste » à destination des entreprises inclut l'annonce d'une baisse de cotisations patronales de 30 milliards d'euros d'ici à 2017.  Si tel est le cas, on peut se demander à combien de centaines de milliards d'euros commence un gros geste. Pour celui à destination des particuliers, on hésite entre quenelle et bras d'honneur.

"Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup" disait Martine Aubry en faisant référence à son concurrent des primaires socialistes. On est désormais menacée par une meute ! Rappelons que les fameux 30 milliards aux entreprises, qui servent de point de comparaison pour le petit geste, sont eux-mêmes nébuleux puisqu'on ne sait pas s'ils intègrent ou non le Crédit compétitivité-emploi dont les entrepreneurs entrevoient désormais l'extrême complexité d'usage.

Tout ce barnum de promesses, digne des pires cirques politiques, sera dit-on financé par des économies budgétaires dont on ne sait toujours rien. Si ce n'est que les annonces précédentes, en ce domaine, n'ont pas enrayé la progression des dépenses publiques qui atteignent des sommets, tout comme la dette.

Suivez mon regard : ces promesses sont censées convaincre la Commission de Bruxelles de différer jusqu’en 2017 l’atteinte de l’objectif d’un déficit à 3 % du PIB. Les eurocrates seront-ils assez cyniques ou naïfs - à un degré extrême cela revient au même - pour croire à pareil boniment ?

La comparaison est rude mais une amie m'a récemment suggéré que le régime "hollandais", sur lequel flotte déjà un parfum de fin de règne, à un petit air de république de Salò, de sinistre et italienne mémoire. Le pouvoir, dans ses derniers réduits, convaincu de sa défaite, profite autant qu'il le peut des restes d'anciens festins. Il n'est plus préoccupé que de lui même, se moque totalement du sentiment du peuple à son endroit.

Dans ces conditions, à quoi riment encore le gouvernement, les ministres, notamment le Premier d'entre eux ? Pour les savoir, lisez le point suivant.

3 - C'est pas Moi-Président, c'est l'Autre !

Oyez, oyez, Français, la grande et redoutable annonce de votre chef. Le millefeuille administratif s'apprête à être dévoré tout cru, les économies seront gigantesques, vous allez voir ce que vous allez voir, d'ailleurs une grande concertation va être lancée. Au pain sec, les élus locaux !

Enfin ... pas dans les départements nous dit aussitôt le président de la République générale de Corrèze, du haut de la seule tribune où il sente à l'aise, à Tulle. Sauf pour le Grand Paris - et encore-, ces potentats resteront en place.

Ni en régions bretonnes, ajoute immédiatement son ministre premier, dit l'Autre. Pas question que Nantes et Rennes boivent le même lait ribot et tartinent les mêmes galettes. Qui pourra alors réclamer quoi que ce soit aux collectivités récalcitrantes ? Les deux principaux intéressés détricotent ainsi la fabuleuse réforme quelques heures à peine après avoir lancée.

Hélas, c'est pourtant grâce à cet allègement administratif que le gouvernement entend financer un grande part des économies qui permettront d'abonder les mirifiques réductions fiscales aux ménages et aux entreprises évoquées plus haut. Bref, on n'y voit plus goutte en Normalie, si ce n'est que le mur vers lequel on roule à vive allure commence à nous barrer l'horizon.

4 - Big Quenelle is watching You

C'est sous mes yeux que le pauvre David Van Hemelryck fut enchristé, dimanche dernier, place du Châtelet, à Paris, au prétexte que le ballon qu'il s'apprêtait à gonfler et sur lequel était inscrites ces fortes et nécessaires paroles : "Hollande démission" ressemblait à une... quenelle.

Ce ridicule motif à une atteinte grave à la liberté d'expression et de manifestation n'a provoqué aucune indignation parmi les défenseurs patentés des droits de l'homme qui, naturellement, hurleraient si nous étions en temps sarkozystes.

En réalité, il s'agit ni plus ni moins que du rétablissement de crime de lèse-majesté, dès lors que réclamer la démission du président de la république devient en soi répréhensible. Quant à l'indigeste quenelle, mise à toutes les sauces répressives, elle va bientôt être interdite au menu des bouchons lyonnais.

Préparez-vous à une nouvelle révolte régionale, après celle des Bretons, au motif de défense de la gastronomie française laquelle, ne l'oublions pas, est désormais inscrite au patrimoine de l'Humanité. Et n’oubliez pas que le signe avant-coureur de la révolution française n’apparut pas à Paris mais en province, à Grenoble, lors de la « journée des tuiles », le 7 juin 1788.

5 - Logique à la va-vite

Le nombre de morts sur les routes a baissé considérablement ces trois dernières années sans qu'on réduise la vitesse maximum de circulation. C'est donc la preuve, en logique socialo-bureaucratique, qu'il faut diminuer cette dernière, nous disent ministre de l'intérieur et maire de Paris. Voilà donc le Périphérique d'ores et déjà affublé d'une interdiction de dépasser les 70 kilomètres/heures et les routes nationales menacées d'une limitation à 80 kilomètres/heures. Dans la capitale, la dauphine-retraitée de Delanoë veut aller plus loin et serrer le pot d'échappement des automobiles place de la Bastille, à la Nation et sur l'avenue Foch.

Parfait. Toute personne qui fera le lien entre ces différentes annonces et, d'une part, la hausse du produit des amendes liées aux radars ou, d'autre part, la baisse continue du nombre de voitures vendues qui contraint l'Etat à voler au secours de PSA, sera un mauvais citoyen, une honte pour l'écologie.

A lire de l'auteur de cet article :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Papy Geon
- 23/01/2014 - 14:47
« Le pouvoir, dans ses derniers réduits,…
convaincu de sa défaite, profite autant qu'il le peut des restes d'anciens festins »
Oui, et méfions-nous du sinistre de l’économie, formaté par les « cercles rouges », caméléon estampillé « young leader » et récupéré par la voiture balai socialiste, ayant des compétences, parait-il, pour renifler l’argent (?), mais surtout évidentes pour tondre les moutons.
Il a très mauvaise haleine lorsqu’il prononce le mot « impôts », sa dialectique pue le mensonge.
Pour lui et sa bande, les Français sont à écraser sous la tutelle d’une nomenklatura née il y a 70 ans et arrivée au sommet de sa puissance (!), jusqu’à complète dissolution avec lobotomie des récalcitrants.
Lorsque ces escrocs en bande organisée seront aux abois, ils n’hésiteront pas à intimider, menacer, nous vendre, voire organiser la corruption ou pire, pour continuer à se servir.
Nous nous dirigeons vers une fin de règne avec du sang, des larmes, et d’énormes contraintes.
Gilles
- 23/01/2014 - 13:14
Tout simple
Et si on rétablissait le forfait pour les emplois à domicile. Depuis sa suppression le nombre d'heures déclarées s'est effondré. Cela rapporte moins qu'avant et en plus les personnes travaillant au noir touchent à nouveau des allocs indues.
Gilles
- 23/01/2014 - 13:11
Toujours d'actualité....
Paroles, paroles...la chanson de Mina et Celentano ou en France de Dalida et Delon.
http://www.youtube.com/watch?v=HweU-Nc__HE&list=RD39E6xJuemOt9c