En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 1 min 58 sec
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 26 min 4 sec
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 37 min 13 sec
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 11 heures 5 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 17 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 21 heures 43 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 21 min 28 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 30 min 5 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 1 heure 22 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 11 heures 49 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 18 heures 51 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 21 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 21 heures 37 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Politico scanner avec Délits d’Opinion

Paradoxe : quelle explication à la baisse récente de Marine Le Pen dans les sondages alors que les idées du FN progressent chez les Français ?

Publié le 22 janvier 2014
Avec 29 % de Français portant à son encontre un jugement favorable, Marine Le Pen enregistre son score le plus faible depuis l’élection de François Hollande. Pourtant son discours sur l'Europe, l'immigration et la mondialisation rencontre un fort échos dans l'opinion publique.
Marion Desreumaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marion Desreumaux est contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec 29 % de Français portant à son encontre un jugement favorable, Marine Le Pen enregistre son score le plus faible depuis l’élection de François Hollande. Pourtant son discours sur l'Europe, l'immigration et la mondialisation rencontre un fort échos dans l'opinion publique.

De nombreux observateurs ont noté en ce début d’année une baisse de Marine Le Pen dans différents baromètres politiques : par rapport à il y a quelques mois, les Français seraient un peu moins nombreux à en avoir une bonne image, à lui accorder leur confiance ou à souhaiter la voir jouer un rôle important à l’avenir. Pourtant, la nouvelle vague du baromètre de la confiance politique réalisée par le CEVIPOF démontre que les idées du FN continuent de se diffuser dans la population française. Comment peut-on expliquer cet apparent paradoxe ? Faut-il imputer cette dégradation de la cote de confiance de Marine Le Pen, certes ténue mais significative, aux récents accrocs à la stratégie de dédiabolisation ou au contraire y voir les prémices d’une incapacité à incarner durablement une dynamique « anti-système » ? Le lien entre image du Front National, pénétration de ses idées et vote en faveur de ses candidats est-il évident ou ne s’établit-il pas nécessairement de manière linéaire ?

Une progression nette et continue des idées portées par le Front National dans l’Opinion

L’analyse de la dernière vague du baromètre de la confiance politique réalisée par l’institut Opinionway et le CEVIPOF à la fin de l’année 2013 laisse de nouveau entrevoir une progression des discours portés par le Front National, qu’il s’agisse des critiques à l’encontre d’une « classe politique » jugée corrompue et indifférenciée, du rejet de la présence d’immigrés sur le territoire national ou encore de la défense de la souveraineté française face aux menaces extérieures symbolisées, selon lui, par l’Union Européenne et la mondialisation.

87% des Français estiment en effet aujourd’hui que les responsables politiques se préoccupent peu, voire pas du tout, de ce que pensent les gens comme eux, cette proportion étant en hausse de 2 points par rapport à la vague de l’année dernière et de 6 points par rapport à la première vague du baromètre en 2009. 73% adhèrent à l’idée selon laquelle aujourd’hui, les notions de Gauche et de Droite ne veulent plus rien dire, ce qui correspond à une progression de 5 points en un an et de 10 points en 4 ans. Et 6 Français sur 10 déclarent n’avoir confiance ni en la Droite ni en la Gauche pour gouverner le pays, soit 8 points de plus que lors des deux dernières éditions de cette étude. Les discours du Front National sur la fracture grandissante entre les élites et le peuple et la volonté de ses représentants de renvoyer dos à dos dans une même impuissance « l’UMPS » semblent ainsi fortement entrer en résonance avec l’état d’esprit des Français à l’encontre de leurs responsables politiques. 31% d’entre eux vont même jusqu’à déclarer ressentir principalement du dégoût à l’encontre de la classe politique française, ce chiffre étant lui aussi en forte hausse par rapport à l’année dernière (+5 points). Sur ce terreau, le Front National cherche à capitaliser sur une proximité affichée avec les Français, la compréhension de leurs problèmes constituant d’ailleurs régulièrement l’une des premières qualités prêtées à ses responsables.

Le questionnement sur le rapport à « l’autre » semble traduire lui aussi une imprégnation des idées du Front National dans la population française. Ainsi, 67% des Français considèrent désormais qu’il y a trop d’immigrés en France, soit une hausse de 2 points en 12 mois mais surtout de 18 points en 4 ans. 66% des Français disent faire confiance de manière générale aux personnes qui ont une opinion religieuse différente de la leur et 60% à ceux qui ont une nationalité différente, ces deux proportions étant quant à elles en recul respectif de 2 et 5 points par rapport à décembre 2012. Plus globalement, les ¾ des Français estiment qu’on n’est jamais trop prudent quand on a affaire aux autres, alors que 2/3 étaient de cet avis en 2009.

Les souhaits concernant la position de la France dans l’Europe et dans le monde dessinent également une « frontisation » des opinions : ainsi, 47% des Français pensent que notre pays doit se protéger davantage du monde aujourd’hui (+1 point par rapport à 2012, +17 points par rapport à 2009) quand 32% considèrent que l’appartenance de la France à l’Union européenne est une mauvaise chose (+3 points et +9 points). Le parti de Marine Le Pen désire d’ailleurs surfer sur cet euro-scepticisme pour engranger un succès aux élections européennes en mai prochain et pourquoi pas devenir le « 1er parti de France ».

Enfin, sur les sujets sociétaux, certaines propositions défendues par le Front National progressent également : aujourd’hui 1 Français sur 2 se dit favorable au rétablissement de la peine de mort, soit 5 points de plus qu’en 2012 et 18 points de plus qu’en 2009, le Front National revendiquant le rétablissement de la peine capitale et souhaitant la tenue d’un référendum sur cette question. Lors des débats sur le mariage pour tous ou lors de la réforme pénale, les sondages d’opinion avaient également mis en lumière le « succès » des prises de position du FN auprès d’une frange importante de la population.

Mais un coup d’arrêt à la progression de Marine Le Pen dans les sondages, voire une légère inflexion

Cependant, dans le même temps, on observe dans les enquêtes d’opinion un léger recul de la Présidente du Front National :

- Dans le baromètre du changement dans l’action politique mené par Opinionway pour CLAI/Metronews et LCI, Marine Le Pen subit en effet une baisse de 5 points du nombre de Français se déclarant satisfaits de son action et s’établit donc à 27% ;

- Même tendance dans le baromètre politique de TNS Sofres / Sopra Group pour Le Figaro Magazine de janvier 2014 : 25% des Français indiquent souhaiter que Marine Le Pen joue un rôle important au cours des mois et des années à venir, soit une baisse marquée de 5 points, alors que la plupart des autres personnalités politiques testées progressent ;

- Marine Le Pen baisse également de 4 points dans le baromètre de l’action politique d’Ipsos  pour le Point et recule de la 19ème à la 29ème place du classement général. Avec 29% de Français portant à son encontre un jugement favorable, elle enregistre son score le plus faible depuis l’élection de François Hollande.

Notons que dans l’Observatoire CSA pour les Echos et Radio Classique, la « bonne image » de Marine Le Pen est stable au global à 29% mais enregistre néanmoins une baisse de 3 points parmi les sympathisants de Gauche et de 5 points parmi les sympathisants de Droite par rapport à décembre 2013. De plus, la Présidente du Front National avait reculé dans l’opinion les mois précédents, puisqu’elle recueillait 33% d’opinions positives en octobre 2013 et même 36% en mai de la même année. Idem dans le tableau de bord politique de l’IFOP pour Paris Match : la bonne opinion à l’égard de la Présidente du FN est stable à 36%. Mais rappelons qu’elle bénéficiait de 42% d’opinions positives en octobre dernier, la baisse ayant été mesurée un peu plus précocement que dans les autres instituts.

Difficile de savoir aujourd’hui si cette légère décrue de l’image de Marine Le Pen dans l’Opinion s’accompagnera d’un « tassement » des intentions de vote en faveur des candidats du Front National aux prochaines élections. Mais rappelons qu’en octobre dernier, dans un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur, 24% des Français se disaient prêts à voter pour une liste Front National lors des prochaines élections municipales. Et en novembre, 42% des électeurs indiquaient ne pas exclure de le faire selon un sondage Polling Vox pour l’UEJF (18% certainement et 24% peut-être). A la rentrée de septembre, 16% des personnes interrogées dans le pays par CSA déclaraient avoir l’intention de voter pour une liste soutenue par le Front National ou le Rassemblement Bleu Marine.  

Les prochaines enquêtes de ce type seront à scruter avec attention afin de déterminer si on observe au niveau national un repli de cette dynamique du Front National. Derniers sondages en date qui peuvent avoir figure d’indices : la semaine dernière, un sondage d’intention de vote donnait le candidat FN, Steeve Briois, en tête au premier tour dans le fief d’Hénin-Beaumont mais assez largement battu au second tour. Si cette enquête est à prendre, comme toutes les intentions de vote et particulièrement celles menées dans cette ville, avec précaution, elle peut apparaitre comme un signe d’un potentiel « essoufflement » du Front National. De même à Marseille, les listes du Front National récolteraient selon un sondage mené en début d’année 21% des voix, ce qui constitue un très bon score mais ne dépasse pas le score obtenu par Marine Le Pen à l’élection présidentielle dans cette ville. Selon l’institut BVA, 18% des personnes qui s’expriment aujourd’hui souhaitent une victoire du FN dans leur commune. Là encore, il s’agit d’un score important, mais en recul sensible par rapport à novembre dernier (-4 points). C’est l’abstention qui aujourd’hui semble le plus tenter les électeurs : selon une enquête IFOP commanditée par le JDD, plus d’un tiers des électeurs déclarent qu’ils pourraient ne pas se déplacer aux urnes dans quelques semaines.

Un échec de la dédiabolisation ou au contraire une banalisation trop efficace ?

Face à ces tendances contradictoires, plusieurs clefs de lecture sont possibles. L’explication la plus souvent exposée dans les médias en ce début d’année serait que la stratégie de dédiabolisation conduite par Marine Le Pen aurait été mise à mal par les propos de certains candidats FN aux élections municipales sur Christiane Taubira, par les propos polémiques tenus par la Présidente du FN lors de la libération des otages français de retour du Sahel, ou encore par l’affaire Dieudonné. Le parti aurait été rattrapé par ses vieux démons racistes et antisémites, ce qui aurait mis en lumière le caractère superficiel de la dédiabolisation. Cette thèse apparaît convaincante au regard des baisses enregistrées auprès des sympathisants des partis « traditionnels » de Droite. En effet, c’est parmi les sympathisants de la Droite, et notamment ceux de l’UMP, que Marine Le Pen connaît ses plus fortes baisses dans les enquêtes précédemment mentionnées, par exemple -8 points chez Opinionway ou -7 points chez TNS Sofres.  En outre à quelques mois des élections, Marine Le Pen et son parti sont peut-être pénalisés auprès de cette catégorie de population par le fait d’être perçus comme des adversaires des listes UMP. Et ils bénéficient sans doute d’une moindre présence sur le terrain auprès des électeurs. Rencontrant dans certaines villes des difficultés à constituer une liste, les candidats frontistes peinent peut-être à incarner la proximité aux Français qu’ils revendiquent, ce qui les rend moins audibles et laisse plus d’espace aux autres formations politiques. 

Toutefois, se contenter de cette seule explication serait méconnaître que les idées du Front National mais également les actes et opinions racistes continuent de se répandre en France (comme le montrent les chiffres du Ministère de l’Intérieur) et que « l’humour » de Dieudonné fait rire près d’un sympathisant frontiste sur deux selon un sondage Harris Interactive. Et ce serait ignorer que la Présidente du Front National perd également quelques points parmi les personnes les plus proches de sa formation politique. En effet, dans la dernière vague du baromètre d’Ipsos, la Présidente du Front National jouit d’un soutien moins franc des sympathisants FN : 48% d’entre eux portent désormais un jugement « très » favorable sur Marine Le Pen, contre 61% il y a seulement deux mois. L’hypothèse avancée par Federico Vacas, directeur adjoint du département Politique de l’institut apparaît dès lors également probante. Il indique que « La présidente du Front national peine actuellement à faire entendre sa différence vis-à-vis de ce qu’elle appelle « l’UMPS » sur les sujets qui font aujourd’hui l’actualité : tout comme l’ensemble de la classe politique, elle condamne les propos de Dieudonné (même si elle a critiqué l’interdiction du spectacle), elle souligne l’importance de préserver la vie privée des personnalités politiques, elle se démarque des dérapages de certains représentants locaux du FN. ». Ainsi, Marine Le Pen n’incarnerait plus l’anti-système et serait même débordée sur ce point par des acteurs issus de la société civile comme Dieudonné. Cette explication a en outre le mérite de contribuer à éclairer le paradoxe entre la progression des idées coutumières du FN et la baisse de la Présidente du parti dans l’Opinion.

N’étant alors plus suffisamment « diabolisé » et ne représentant plus le vote contestataire par excellence, le Front National susciterait moins l’intérêt de ses soutiens, voire pousserait moins d’électeurs à se rendre dans les urnes. L’identité du parti se diluerait sous une forme de respectabilité ne convenant pas nécessairement à son électorat caractérisé avant tout par sa colère. Si en 2012, certains imputaient l’échec de Nicolas Sarkozy à sa difficulté à capter les voix du FN en faisant « moins bien que l’original », ne pourrait-on pas penser qu’aujourd’hui, un certain nombre de sympathisants UMP attirés un temps par le FN retourneraient vers leur parti d’origine ou se réfugieraient dans l’abstention, déçus par une Marine Le Pen perçue comme trop proche des autres responsables politiques ? La sécurité, l’immigration, la nécessité de moraliser le monde politique et économique étant désormais des thèmes intégrés par toutes les forces politiques, même de Gauche, le Front National peinerait à conserver sa spécificité. Relevons qu’en octobre dernier, un quart des Français déclarait considérer le FN comme un parti de droite classique, cette opinion étant même particulièrement défendue par les ouvriers (38%) et les plus modestes (37%). Si expliquer le moindre soutien à Marine Le Pen par un sentiment croissant de banalisation du FN est également séduisant, soulignons toutefois que pour l’instant, les sympathisants frontistes demeurent parmi les plus mobilisés pour les futures élections municipales.

Les raisons de la légère inflexion de la cote de Marine Le Pen dans les sondages ne sont sans doute pas monolithiques et les deux explications présentées ci-dessus illustrent bien la ligne de crête à laquelle est obligée de s’astreindre la Présidente du FN pour ne pas froisser sa base tout en espérant élargir son socle électoral. La stratégie de dédiabolisation du Front National qu’elle a portée depuis son élection semble jusqu’à maintenant avoir porté ses fruits. Mais si la baisse se poursuit pour elle dans les enquêtes d’opinion et que le succès n’est pas aussi grand qu’escompté aux élections municipales et européennes, Marine Le Pen pourrait se retrouver en difficulté dans son propre camp et être amenée à revoir ou assouplir sa stratégie politique des dernières années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
thao
- 25/01/2014 - 17:45
écran de fumée............
Les sondages pipés importent peu.....les politiciens soumis à l'europe s'inquiètent....la premiére addition sera dans deux mois...la suivante aux municipales.....la gauche caviar engloutit ses derniéres tartines...qu'ils en profitent ils ne feront qu'un tour de manége !!!.....
pierre325
- 24/01/2014 - 11:27
a vivement les européenne tiens
C'est pas les discours moralisateur gochofacho qui empêcherons de voter fn.
mich2pains
- 24/01/2014 - 08:56
@ " dormezbonnesgens " (23:18) !
On peut tous confirmer et déplorer que : " Des communes ne présentent pas de candidat FN " (sic) !
Faut-il s'en étonner ou en déduire tout et son contraire ?
N'oublions pas que beaucoup de petites , très petites communes rurales peinent à trouver le moindre candidat , toute étiquette confondue . D'où leur appellation " Sans Etiquette " !
D'autres communes , pas forcément petites , devront se passer de candidat FN , faute de réunir tous les colistiers requis ( parité Homme/Femme oblige ) mais aussi , parce que les pressions et intimidations physiques et morales sur ces colistiers sont violentes !
Ces communes sans candidat FN , attendent juste leur heure : Cette dernière arrivera parce qu'on a jamais vu " un balancier lançé à l'extrême G000che sans qu'il ne revienne à l'extrême droite , tôt ou tard ." ...(comme disait ma grand-mère qui ne parlait pas seulement de sa pendule de cuisine ...)