En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 16 min 25 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 1 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 44 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 27 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 20 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 27 min 28 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 23 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 19 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 22 sec
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 35 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 22 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 6 min
© Peplum
© Peplum
Grand large

Safari véritable et intime, au plus profond du Kenya

Publié le 18 janvier 2014
Découvrir, à son rythme et en privé, la faune, la flore et les populations locales. C’est là le vrai luxe d’un safari, remis au gout du jour, au pied du Kilimandjaro, par un lodge kenyan.
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Découvrir, à son rythme et en privé, la faune, la flore et les populations locales. C’est là le vrai luxe d’un safari, remis au gout du jour, au pied du Kilimandjaro, par un lodge kenyan.

Pour en savoir plus sur le Kenya, rendez-vous sur le site de peplum.com

On emploie souvent le mot sans vraiment savoir ce qu'il signifie. Quand on pense « safari », on s'imagine contraint et forcé de suivre un troupeau de touristes prêts à fusiller les animaux de la savane en photos. Or, le terme kiswahili désigne tout simplement un voyage ou une expédition. C'est dans ce sens que l'interprète, en tout cas, le Campi Ya Kenzi. Situé au pied du Kilimanjaro, cet éco-lodge kenyan propose à ses visiteurs de s'immerger dans la culture maasaï, à leur rythme, indépendamment de toute pression sociale, horaire, ou climatique. Un libre arbitre d'une valeur inestimable. 

Noyé dans 1 200 km2 de verdure, le Campi Ya Kenzi passerait presque inaperçu s'il n'avait pas aussi bonne réputation. La vue imprenable qui se déploie sur le Kilimandjaro, associée au panorama des Chyulu Hills, l'une des plus jeunes chaînes de collines sur terre, fait forte impression. Des milliers d'espèces végétales cohabitent dans cet espace infini. Pas un bus, pas un bruit à l'horizon. On n'est pas dans un parc national, mais dans un cadre foncièrement sauvage. Au milieu des éléphants, des lions et des gazelles ; les rois de la savane, en somme. Pourtant, aucune formule de safari n'est ici prédéterminée. Hors de question de se lever à l'aube pour laisser libre-court à son propre instinct grégaire. On peut survoler la région en hélicoptère ; comme on peut se promener à l'affût d'oiseaux rares – quatre cents espèces sur les lieux - ; trotter à cheval le long d'un cours d'eau. Dans ce périmètre protégé, tout est permis à condition de le vouloir.


La vocation première de Luca et Samson, les fondateurs de ce lodge grand luxe, est de préserver la culture maasaï et d'y initier les étrangers. D'où la grande ouverture d'esprit de ce couple italien. À chacun son guide. Avec lui, on apprend à interpréter des empreintes, on sillonne la forêt des Chyulu Hills, on traque les bêtes sauvages cachées derrière les buissons. Le tout dans la plus grande exclusivité, pour ne pas dire intimité. Si l'on n'a pas forcément le temps de sympathiser avec son escorte maasaï, on partage pourtant avec lui des expériences hors du commun, quoique avant tout sur mesure. Il n'y a, a priori, rien que l'on ne puisse faire. Aucun risque de le perdre de vue avec sa robe rouge écarlate et sa lance plantée dans le sol comme un bâton de pèlerin. Son courage se lit sur son front ; un courage qu'admirait les troupes britanniques débarquées au XXe siècle ; un courage déterminé, jusqu'à ce jour, par la capacité chez un jeune garçon de tuer un lion à mains nues. 

Pour compléter son immersion dans la culture maasaï, on est invité à camper au pied du Kilimandjaro, à la manière des anciens chasseurs, mais surtout à l'endroit exact où Ernest Hemingway cherchait l'inspiration au Kenya. Tandis que chacun rêve d'aventures et d'écriture sous la maigre toiture en nylon qui lui sert d'abri, on ne peut détourner son attention des bruits perçant l'obscurité profonde. Là, à deux mètres du feu mourant, un zèbre lape la surface de la rivière troublée par les reflets de lune.

Autre apparition, encore plus spectaculaire : la traversée de millions de gnous traqués par un cortège de prédateurs. Une migration que justifie un fort besoin en eau et en herbes fraîches. En effet, passée la saison des pluies, certains animaux menés par la plus vieille femelle de leur meute, quittent le Kenya pour la Tanzanie en quête de verts pâturages. Cette épopée atteint son apogée au mois de juillet, lorsque les crocodiles de la rivière Mara guettent l'arrivée de la horde dans l'espoir de se remplir la panse. Même si dans la région ce phénomène reste naissant, on ne manque pas d'être impressionner par la masse et la puissance qu’il dégage. Un défilé de crinières et de cornes, qui a en plus quelque chose émouvant. Une émotion qui tient peut-être à l'affection que transmettent les mamans gnous à leurs petits, ou bien à la solidarité que manifestent certains à ceux qui traînent la patte, la peur de voir ce groupe solidaire divisé par l'assaut de prédateurs.

Pour se remettre de ces haut-le-cœur, rien de tel qu'un soin du corps au beau milieu de la végétation locale. Conjuguée au souffle du vent, l'essence des plantes alentour – composantes des huiles appliquées par la masseuse - donne vraiment l'impression d'être en fusion avec la nature. D'un soin divin en plein air, on passe à un dîner succulent  au creux d'un un espace clos. Une grotte refoulée à trois quarts d'heure du Campi Ya Kenzi. Entrée timide dans un tunnel de lave éclairé par la seule lumière de chandelles. Sans oublier la lueur des étoiles ; car il s'agit d'une caverne à toit ouvert.

Au plus près des animaux, au plus près des populations et au plus près de la nature. C’est ça, un véritable safari.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires