En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Revue de presse people
Benoît Poelvoorde in love : et vous devinerez jamais avec qui..., Marc-Olivier Fogiel : le mariage, c'est fait, mort de Kate Barry : les photos obscènes de Charlotte Gainsbourg en larmes
Publié le 30 décembre 2013
Mais aussi Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh parents, le “ Noël mammaire ” de Halle Berry, Frédéric Beigbeder marié en avril et, et, et… la drôle d’histoire du “ vagin sans fond ”. Y’a toutes les nuances de l’amour dans la revue de presse people !
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh parents, le “ Noël mammaire ” de Halle Berry, Frédéric Beigbeder marié en avril et, et, et… la drôle d’histoire du “ vagin sans fond ”. Y’a toutes les nuances de l’amour dans la revue de presse people !

Vous le savez tous : Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh sont devenus parents mardi dernier, dans la matinée. D’après “ Voici ”, la jeune femme qui faisait encore la veille “ ses achats de Noël avec son homme ” a “ accouché sous l’oeil ému du papa. Caroline, sa maman, était présente au moment de l’accouchement, tout comme les parents ” du comédien. Bref, tout s’est bien passé, tout le monde est heureux, ravi, comblé, comme nous le répètent à l’envi et en chœur “ Closer ” et “ Public ”. Dans ce beau concert de louanges et de félicitations, “ Voici ”, comme toujours, se distingue et fait entendre sa petite musique à lui, dans laquelle on perçoit des notes, pas discordantes, mais quelque peu… dissonantes…

3 petites notes de musique…

L’air de rien, le people le glisse en effet : “ La nouvelle de cette naissance a été révélée dans la nuit du 17 au 18, par Laurent Nouvion, président du Conseil national, lors d’une séance tardive de la Haute assemblée. “ La famille princière a un nouveau membre ”, a-t-il confié, prenant de cours la communication officielle du Palais, qui a dévoilé, un peu plus tard, le prénom du bébé : Raphaël ”. Oops ! On dirait qu’on a un peu privé Albert d’annoncer l’heureux événement… Le journal nous le dit aussi, comme ça, en passant : “ Si Raphaël a peu de chances de régner un jour sur le Rocher, plusieurs questions se posent déjà sur son avenir très proche. Sera-t-il circoncis, comme le souhaitent les parents de l’humoriste ? La réponse ne semble pas encore arrêtée ”. Hou, on s’y attendait pas à celle-là… il est coquin, quand même, ce “ Voici ” ! Last, but not least, mais là, bon, on pouvait le prévoir : “ Charlotte appréhende un peu le 8 janvier, date à laquelle Gad reprendra sa tournée. Et si elle veut passer la Saint-Valentin avec son homme, elle devra le suivre jusqu’à Dubaï, où il jouera à guichets fermés. Raphaël va devoir s’y faire, conclut le mag : il a un drôle de papa ! ” C’est vrai qu’il est drôle, Gad, et assez craquant, aussi, hmmm…

Halle Berry : le Noël mammaire

D’une jeune maman, l’autre… “ Voici ” l’espiègle le remarque au détour d’un cliché montrant Halle Berry très “ en formes ” : “ Sherlock Holmes déduirait de cette photo que Maceo ne sait pas ce qu’est un biberon ”… Rôôô ! “ A West Hollywood, complète le mag, deux mois et demi après la naissance de Maceo, Catwoman sort enfin la tête des couches. Elle attendait sans doute d’avoir un peu retrouvé la ligne. En tongs (la Californie, en décembre, ce n’est pas l’Ukraine !), elle fait quelques courses dans une tenue assez informe qui laisse tout de même deviner que la maternité présente certains avantages (pour les amateurs, avec un peu d’avance, c’est le Noël mammaire) ”. Qu’en termes délicats, ces choses-là sont dites… L’a l’air d’apprécier, en tout cas, les seins plantureux de la belle, le petit coquinou…

Marc-Olivier Fogiel marié

Et puisqu’on parle heureux événements, “ Public ” nous informe que “ le papa le plus épanoui du PAF (est) désormais un homme marié ! Samedi dernier, raconte le people, à la mairie du quatrième arrondissement de Paris, c’est Bertrand Delanoë en personne qui a célébré à 9 h 30 l’union de (Marc-Olivier Fogiel) et de son compagnon de longue date, François Roelants, qui dirige une agence d’événementiel. A leurs côtés, les proches : Claire Chazal, Matthieu Delormeau — le témoin de marc-Olivier — et, bien sûr, les fillettes de l’animateur : Lily, 8 mois, et Mila, 2 ans et demi, chargée d’apporter les alliance. Trop mignon ! ” Trop mignon, oui. Félicitations, les jeunes mariés !

Frédéric Beigbeder : la corde au cou en avril

Encore une bonne nouvelle ! Comme “ Public ”, “ Voici ” nous apprend que Frédéric Beigbeder “ va épouser Lara Micheli, l’étudiante en histoire de l’art de 23 printemps, mannequin à ses heures, qui le fait fondre depuis — roulement de tambour — bientôt trois ans (rien ne lui fait peur à Frédo). La cérémonie devrait avoir lieu en avril aux Bahamas, rien que ça. Après un premier mariage de jeunesse, de 1991 à 1996, avec Diane de Mac Mahon (devenue par la suite l’épouse de Guillaume Durand), et une jolie Chloé de 14 ans aujourd’hui, née de ses amours avec Delphine Vallette (…), le barbu flamboyant va maintenant avoir à cœur de prouver au monde que l’amour dure 30 ans — au bas mot ”. Forza, Frédo !

 

11 décembre, 18 heures, Kate Barry disparaît

Mais la semaine n’a pas été que belle et gaie… Tous vos people, sans exception, reviennent cette semaine sur la disparition de Kate Barry, la fille de Jane Birkin et du compositeur John Barry, auteur, entre autres, des mythiques B.O. de “ James Bond ”. “ Closer ” nous le rappelle : “ mercredi 11 décembre, vers 18 heures ”, la jeune femme, âgée de 46 ans, “ a chuté du 4e étage de l’immeuble de la rue Claude-Chahu, dans le 16e arrondissement, où elle venait d’emménager cinq jours plus tôt. (…) Lorsque les secours, arrivés très vite sur place, ont découvert le corps de Kate dans la cour de l’immeuble, ils n’ont pu que constater le décès de la photographe (…). Peu après, c’est Oury, le compagnon de Kate, venu dîner avec elle, qui aperçoit devant l’immeuble un attroupement et des cordons de sécurité. On lui apprend alors le drame… Dans la foulée, la police parvient à joindre Charlotte par téléphone qui arrive de toute urgence. C’est à elle que l’équipe du Samu va demander un suprême effort : celui d’identifier le corps de sa grande sœur ”. 

 

Charlotte “ brisée ” photographiée par “ Closer ”

 “ Closer ” le précise encore : c’est Charlotte qui a dû prévenir sa mère, alors en concert à Besançon. Absente de Paris, Lou Doillon a rejoint dès le lendemain le clan familial, réuni au domicile de Jane Birkin. Les photos de Charlotte, en larmes, effondrée, que le magazine publie, sont assez insupportables à regarder. On aurait aimé qu’il s’abstienne, il n’y a pas résisté. A tout prendre, mieux vaut feuilleter l’album souvenir que “ Paris-Match ” consacre à Kate, où on la voit aux côtés de sa mère, de ses sœurs, de Serge Gainsbourg et de son père, mais aussi seule, très belle, le regard absorbé et lointain. 

 

Une demi-heure avant sa chute, Kate aidait une voisine à résoudre un problème de connexion Internet

Dans ce genre de drame — “ la thèse du suicide est privilégiée ”, indique “ Match ” — on a coutume de dire que “ rien ne laissait présager ce qui allait se passer ”. Dans le cas de Kate, cela semble, hélas, particulièrement vrai. D’après le magazine, une heure avant qu’on ne retrouve son corps, la photographe passait en effet “ un coup de fil concernant son travail, vers 16 h 30. Une demi-heure plus tard, elle (venait) en aide à sa voisine du dessus, aux prises avec un problème de connexion Internet. (…) Ce soir-là, Kate devait dîner chez elle avec son compagnon, Oury, et la fille cadette de celui-ci. (…) Oury, 56 ans, directeur de production dans le cinéma, et Kate vivaient ensemble depuis quelques années. Ils avaient décidé mutuellement de prendre de la distance, Kate louant seule, dans le XVIe, mais ils ne s’étaient pas séparés ”.

 

Quand Kate découvre à 13 ans que son vrai père n’est pas mort

Sur l’enfance de la photographe, “ Paris-Match ” indique : “ Jane a 20 ans quand Kate voit le jour, à Londres, le 8 avril 1967. Son époux, John Barry, 33 ans, se trouve à Los Angeles pour recevoir l’Oscar de la meilleure musique pour “ Vivre libre ”, de James Hill. Un titre qui leur colle parfaitement, puisque le couple se sépare peu après la naissance. (…) Kate grandit entre Jane et Serge ”. Quand ils se séparent, reprend le mag, “ c’est un déchirement pour Kate, qui a 13 ans. D’autant qu’elle découvre son vrai père, l’autre, John Barry, qu’elle croyait disparu, la femme de ménage ayant colporté qu’il était mort. Kate y reviendra du bout des lèvres : “ Mon père a pris contact avec moi dès qu’il a appris la séparation. J’ai accepté de le voir. Serge l’a vécu comme une trahison ”. Ils se pardonneront, plus tard ”.

 

“ Pour ne pas se montrer, elle montre ”

A l’adolescence, raconte encore le news, “ mère et fille traversent une période délicate. Jane se remet péniblement de sa rupture avec Serge. Et Kate boit un verre. Puis plusieurs. Elle avale des médicaments prescrits pour calmer ses crises d’angoisse, touche à la cocaïne. Jane ne comprend pas que sa fille aînée, qui quitte le foyer à 16 ans, est en train de sombrer. Elle lutte, replonge, arrête au moment de sa grossesse. Amoureuse de Pascal de Kermadec, elle accouche à 20 ans, comme sa mère, de leur fils, Roman, en 1987. Après une dispute avec le père du bébé, elle vide une vieille bouteille de cassis. Un déclic de dégoût survient. Kate, sur les conseils de la nouvelle femme de John Barry, part en cure dans un centre spécialisé (…). (…) Après le décès du père de Roman, elle “ ne s’écroule pas tout de suite ”. (…) A force d’acharnement, elle convainc les pouvoirs publics d’ouvrir l’Apte, un centre de traitement pour toxicomanes (…). Elle s’affirme photographe, à 28 ans. Pour ne pas se montrer, elle montre ”. Quitte à devenir impénétrable aux yeux de ses plus proches…

 

Benoît Poelvoorde in love : vous ne devinerez jamais avec qui…

Mais venons-en à la big info people de la semaine… et quand on dit “ big ”, on veut dire vraiment “ BIG ” — géante, même. Perso, on n’en a pas cru nos yeux quand on l’a découverte dans “ Voici ”, décidément très en forme, ce vendredi… “ Il aura fallu qu’ils tournent ensemble dans “ Trois cœurs ”, un film de Benoît Jacquot qui sortira en 2014, pour que le trouble naisse. Leur attirance faisait-elle partie du jeu ou était-elle réelle ? s’interroge le mag. Benoît Poelvoorde, 49 ans, et Chiara Mastroianni, 41 ans, ont eu la réponse à la fin du tournage, mi-novembre, à la faveur d’un week-end en Ardèche. Là, dans l’ambiance chaleureuse de l’Auberge de Banne, ils ont baissé la garde et laissé parler leur cœur ”… Non ? Ah, ben, ça, alors !

 

“ Chiara aime les artistes écorchés ”

“ Voici ” nous le glisse au creux de l’oreille : “ Chiara aime les artistes écorchés, ceux qui ne font pas semblant. N’a-t-elle pas été mariée durant sept ans à Benjamin Biolay ? Benoît est de la même trempe, borderline à sa manière. En novembre 2008, il avait lui-même demandé à être hospitalisé dans une unité psychiatrique de Namur parce qu’il perdait pied. Aujourd’hui, il a appris à vivre avec ses fêlures et à se ménager. (…) Depuis leur lune de miel en Ardèche, les amoureux se sont offert une semaine gourmande chez la chef Anne-Sophie Pic à Valence. Et l’acteur fait des allers-retours entre la Belgique, où vit sa maman, et Paris, où il se pose chez Chiara et ses enfants : Milo, 17 ans, né d’une précédente union, et Anna, 10 ans, qu’elle a eue avec Benjamin. Benoît, lui, n’en a pas : “ Heureusement qu’un gars comme moi n’a pas d’enfants ! Je ne sais même pas m’occuper de moi-même ” ”. Oh, ben, quand même un petit peu, Benoît, maintenant, non ?

 

Benoît chez belle-maman

“ Pour lui, poursuit le journal, le bonheur ressemble à ce 8 décembre, quand, après avoir flâné dans les librairies du quartier et dîné en tête-à-tête à La Société, un restaurant branché de Saint-Germain-des-Prés, le couple est passé boire un verre chez Catherine Deneuve. Si belle-maman le reçoit déjà, c’est que c’est sérieux, non ? ” Wahou ! In-cro-ya-ble, cette histoire ! Un vrai conte de Noël, dis donc ! Et puis, ce qui est bien, c’est que le conte est illustré : “ Voici ” a tout plein de photos des amoureux à nous montrer… Ah, on est gâté, quand même, pour Nowelll !

 

Le vagin sans fond

Après l’heure du conte, l’heure de la BD coquine… C’est bon, les enfants sont couchés ? Allez, hop, on y va ! Dans “ Grazia ”, où il officie toutes les semaines, l’illustrateur Bastien Vivès (auteur de “ L’amour ” chez Delcourt) met en scène ce vendredi une mère face au médecin qui vient d’opérer sa fille : “ Magalie va bien, son état de santé est bon, lui dit-il. Par contre, on a eu un souci durant l’opération… ” —“ Un souci, comment ça ? ” l’interroge, la mère. —“ Eh bien, nous avons perdu tous nos instruments… Votre fille a ce qu’on appelle un “ wingardium vaginoplasta ”, plus communément “ un vagin sans fond ” ”. —“ Attendez, vous voulez me dire que tous vos instruments… ” —“ … ont disparu dans le vagin de votre fille, c’est exact, rétorque le médecin (…) Il y a de grandes chances que nos instruments aient été projetés dans un monde parallèle ”. —“ Mais c’est de la science-fiction, ce que vous me racontez ”, réagit la mère. —“ “ Star Wars, c’est de la science-fiction. Là, c’est la réalité ” ”. Mouahaha ! L’est pas drôle, Bastien Vivès ? Sur ce, et sans transition : Joyeux Noël, les biquets ! Gâtez-vous, aimez-vous et n’oubliez pas de rigoler…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 28/12/2013 - 07:36
Vérité rétablie
Chewbacca : « ceux qui disaient que le
mariage homosexuel conduirait
nécessairement à une banalisation de la
GPA et donc à la création préméditée d'une
génération d'orphelins de mère avait
parfaitement raison. »
 
Ben… non.
Que je sache, la légalisation de la GPA n'est toujours pas à l'ordre du jour en France. Et n'est pas près de le devenir si vous voulez mon avis…
Quant à celles, obtenues par le couple Fogiel, aux USA, elles datent d'*avant la loi Taubira* ; si la loi Taubira avait été repoussée, ces deux petites filles existeraient quand même.
Chewbacca
- 25/12/2013 - 20:51
@ ヒナゲシ
Par contre, ceux qui disaient que le mariage homosexuel conduirait nécessairement à une banalisation de la GPA et donc à la création préméditée d'une génération d'orphelins de mère avait parfaitement raison.
ヒナゲシ
- 24/12/2013 - 04:58
On nous aurait menti ?
Chewbacca : « Deux petites filles sans mère
fabriquées par GPA aux USA et ramenées en France »
 
Alors, ceux qui nous épouvantaient en assénant que la reconnaissance des couples homos ce serait le début de la fin de l'espèce humaine par extinction, parce qu'*ils* ne se reproduisent pas (eh oui, logique !) — se seraient trompés ?