En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 1 heure 15 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 45 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 3 heures 1 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 3 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 1 heure 10 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 42 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 50 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 42 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 6 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 21 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Les réformes sociétales sont-elles (au moins) une bonne affaire électorale pour la gauche ?

Publié le 18 décembre 2013
La gauche a aboli la peine de mort sous François Mitterand et a institué le mariage pour tous sous François Hollande. Dans les deux cas, ces réformes à forte teneur idéologique n'ont pas permis aux gouvernements de rester en place aux élections qui ont suivi.
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche a aboli la peine de mort sous François Mitterand et a institué le mariage pour tous sous François Hollande. Dans les deux cas, ces réformes à forte teneur idéologique n'ont pas permis aux gouvernements de rester en place aux élections qui ont suivi.

Les partis de gauche ne tirent pas profit de leur action en faveur de l’égalité des droits en matière de mariage et d’adoption :

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Source : Ifop

Atlantico : Le graphique ci-dessus montre que le passage de la loi sur le mariage homosexuel n’a pas permis au parti socialiste de gagner de nouveaux sympathisants, que ce soit chez les personnes hétérosexuelles ou non hétérosexuelles. Au sein de la population homosexuelle, cela n’a d’ailleurs eu aucune influence. Comment l’expliquer, alors que cette réforme s’adressait directement à eux ?

Frédéric Dabi : Avant d’être homosexuels ou hétérosexuels, les Français répondent à des déterminants socioculturels et socio-démographiques beaucoup plus importants que l’orientation sexuelle. Mais quand bien même, on a vu l’un des rares rebonds de la popularité de François Hollande (cf. le baromètre ifop du début du mois de mai) après le vote de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe. Mais cela est moins lié au vote en tant que marqueur symbolique de gauche qu’à une nouvelle grille de perception de François Hollande : il est le président qui tient son engagement, qui ne recule pas, malgré un mouvement d’opposition au mariage gay qui a été relativement fort, quantitativement.

Cette image s’est bien sûr estompée avec l’affaire Leonarda, l’écotaxe, etc. On peut donc tout de même dire qu’il y a eu un petit bénéfice à gauche. Une ministre notamment, a considérablement progressé dans l’opinion, non pas des Français en général, mais des sympathisants de gauche, c'est Christiane Taubira. J’ai déjà dit qu’elle était devenue une véritable icône pour eux, un peu comme l’avait été Robert Badinter en 1981 sur l’abolition de la peine de mort. On constate un vrai parallélisme entre les deux. Mais cela reste insuffisant et ne s’inscrit pas dans la grille majeure d’évaluation de l’action du gouvernement : la popularité d’estime pour Badinter n’a pas empêché la gauche de perdre les élections législatives de 1986 et n’a pas empêché des critiques très dures venant y compris de la gauche contre l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui, il y a un paradoxe qui n’est pas souvent souligné : le gouvernement est très impopulaire, mais en même temps, bon nombre de ministres tirent leur épingle du jeu : Christiane Taubira, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius… Mais ces bénéfices d’image ne rejaillissent pas sur l’exécutif, car ce dernier est comptable des attentes de résultats socio-économiques du pays. Ce sont donc Jean-Marc Ayrault et François Hollande qui prennent des plein fouet les attentes des Français en la matière.


Êtes- vous très favorable, assez favorable, assez opposé ou très opposé au droit de vote aux élections locales pour les étrangers non européens résidant depuis plus de 5 ans en France ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Source : Ifop

 

Êtes - vous très favorable, assez favorable, assez opposé ou très opposé au droit de vote aux élections locales pour les étrangers non européens résidant depuis plus de 5 ans en France ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Source : Ifop

Êtes - vous très favorable, assez favorable, assez opposé ou très opposé au droit de vote aux élections locales pour les étrangers non européens résidant depuis plus de 5 ans en France ?

Source : Ifop

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Sur la question du droit de vote des étrangers aux élections locales, qui était prônée par le gouvernement avant qu'il ne se rétracte, les sondages montrent qu’entre 2011 et septembre 2013 même les sympathisants de gauche y étaient de moins en moins favorables (76 % en décembre 2011, 72 en septembre 2012 et 69 en février 2013). Ces chiffres devraient-ils inciter le gouvernement à ne plus tenter de séduire son électorat traditionnel sur la base de réformes d’ordre sociétal ?

Ce projet de loi a été écarté assez vite au début du quinquennat. Autant le mariage pour tous a très fortement mobilisé la gauche, qui a formé un bloc plutôt uni (à l’exception de la question de l’adoption), autant le droit de vote des étrangers divise davantage les sympathisants de gauche : les catégories moyennes et supérieures y étaient favorables dans une logique d’intégration, quand une gauche populaire était vent debout contre cette réforme. Cependant cette question n’a pas été remise sur la table, et les élections municipales sont désormais trop proches pour qu’elle ressurgisse.

Les grandes réformes de société menées par la gauche par le passé avaient-elles pour effet de mobiliser davantage l’électorat socialiste ? Pourquoi ?

 Dans les années 1980, la peine de mort a été abolie, mais il y a aussi eu des réformes sociales : cinquième semaine de congé payés, retraite à 60 ans, 39 heures, etc. Sur le court terme, cela a permis un état de grâce que n’a jamais connu François Hollande, puis a permis de limiter un glissement vers l’impopularité. En fin de septennat pour Mitterrand, et de quinquennat pour Hollande, cela permet de présenter un bilan en disant que l’on a tenu ses engagements et que l’on a "changé la vie". Cela permet aussi de marquer l’opinion du peuple de gauche de mesures symboliques fortes : peine de mort d’un côté, mariage pour tous de l’autre.

Néanmoins ce n’est pas cela qui marquera les Français dans leur critique ou leur soutien à l’égard de François Hollande.

Qu’est-ce qui a changé entre ces deux époques ?

Le rapport à la crise a changé. En 81-82 la crise était conjoncturelle, on n’avait pas le sentiment qu’elle durerait. Aujourd’hui la crise est permanente, structurelle, d’une nature nouvelle. Tous les Français ont la conviction qu’on ne peut pas continuer ainsi, et doutent de la capacité des politiques à résoudre la crise. En 81, et même en 88, on croyait dans la capacité des politiques à peser sur la vie des Français. On est passé à une logique des "tous impuissants". D’ailleurs, pendant la campagne, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tout de même été prudents dans leurs promesses.

La gauche devrait-elle faire le deuil de sa vocation à réformer la société en profondeur, au risque de lasser une partie de ses électeurs qui serait davantage préoccupée par la sécurité de leur emploi et les questions de fiscalité ? Peut-on aller jusqu’à dire que cela joue même contre elle ?

Tout à fait, mais pas seulement auprès des électeurs de gauche : lorsqu’un gouvernement, de gauche comme de droite, avance des thématiques sociétales, le soupçon de tromperie et de diversion s’impose immédiatement. Les Français ont tout de suite le sentiment que l’on cherche ainsi à leur cacher les vrais problèmes : mariage gay, égalité hommes-femmes… Car ces questions ne sont pas au cœur des préoccupations, les Français veulent un emploi et que le pouvoir d’achat s’améliore. Mais cela ne concerne pas seulement la gauche, cette critique a également été adressée à Nicolas Sarkozy lorsqu’il a lancé le débat sur l’identité nationale : on a dit qu’il cherchait à faire oublier sa promesse du "travailler plus pour gagner plus" ou à cacher son incapacité à lutter contre le chômage né de la crise de 2008. Tout sujet sociétal, même s’il peut être intéressant, allume des "warnings" dans l’opinion. 

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Leboulonnais
- 18/12/2013 - 17:58
100% d'accord avec Blanche DEBASENHAUT
100% d'accord avec Blanche : c'est la trouille et la la lâcheté de cette "droite c(f)ourbe" qui est le plus insupportable. Donc, ne nous trompons plus à l'avenir au moment de mettre notre bulletin de vote si on garde encore un peu d'espoir. Ma voix ira au parti qui se revendique patriote. Il n'y en a qu'un.
smiti
- 18/12/2013 - 16:17
Un sacré clivage en fait
entre ce que donnent à penser les médias (presse+ sondeurs) sur ces questions et ce que pense réellement le peuple, qui lui ne peut s'exprimer pas de façon aussi audible.
Et quand bien même il décide de le faire (+ de 5 millions aux divers MPT) ces mêmes médias le censurent.
Je suis convaincu que lors des prochaines élections, un nombre certains de français sauront s'en souvenir.
Blanche Debasenhaut
- 18/12/2013 - 11:56
Le fonds du problème...
ça n'est pas que la Gôche nous enfonce de force dans la gorge ses fameuses réformes sociétales, c'est que la Droite parlementaire soit composée uniquement d'eunuques qui ne reviennent jamais dessus lorsqu'ils accèdent au pouvoir.