En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

04.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

05.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 18 min 44 sec
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 18 heures 24 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 20 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 2 heures 6 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 3 heures 44 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 18 heures 52 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 19 heures 27 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 21 heures 6 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 22 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Rendez-nous Reagan ! Et si les baisses d'impôts drastiques étaient une solution pour l'Europe

Publié le 22 novembre 2013
L'idée de Reagan était de couper massivement les impôts pour relancer l'économie américaine (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme). Et ça a marché.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'idée de Reagan était de couper massivement les impôts pour relancer l'économie américaine (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme). Et ça a marché.

S'il y a une politique économique qui n'est plus au goût du jour aujourd'hui, c'est l'idée qu'il faut baisser très fortement et brutalement les impôts, connue des économistes sous le nom de "politique d'offre".

C'était la marque de fabrique de Reagan. Même aux Etats-Unis, les républicains ne proposent plus de baisses d'impôts à l'échelle de celles qu'a connues le pays dans les années 80. En Europe, la gauche promeut la sortie de crise par la hausse de la dépense dans le cadre d'une “politique de demande” et la droite promeut plutôt les “réformes structurelles” et l'austérité budgétaire. Si la droite veut baisser les impôts, elle veut le faire de manière mesurée et progressive, coordonnée avec une baisse de la dépense afin de maintenir les déficits faibles.

L'idée de Reagan est de couper massivement les impôts pour relancer l'économie (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme).

Si cette politique de l'offre est souvent opposée au "keynésianisme", d'un point de vue macroéconomique, c'est faux. Qu'on augmente la dépense ou qu'on baisse les impôts, dans les deux cas l'Etat, en augmentant son déficit, contribue à augmenter la dépense totale, et donc le PIB. Une relance fiscale qui propulse l'économie à une “vitesse supérieure” est une des bases du keynésianisme.

Cette absence de politique d'offre de notre débat économique est surprenante pour une raison qui devrait faire réfléchir tout le monde : ça a marché. Après la terrible crise des années 1970, l'économie américaine sous Reagan a connu une propulsion vertigineuse et une période, connue sous le nom de “Grande Modération” de 30 ans de prospérité unique au monde. Il est illusoire de penser que la politique d'offre de Reagan a été le seul critère, mais il est aussi illusoire de penser qu'elle n'a pas eu d'impact. L'économie est un mécanisme décentralisé de transmission de l'information et de co-création, et les baisses d'impôts décentralisent les décisions de dépense en les mettant en les mains d'individus, et ainsi contribuent à plus de création économique. Les baisses d'impôts de Reagan ont non seulement eu un effet salutaire “keynésien” d'augmentation de la dépense totale, mais aussi un effet “hayékien” de libération de l'économie, créant une dynamique auto-renforçante de croissance.

La meilleure critique que j'aie vue de la politique de l'offre est offerte par l'économiste Mark Dow. Écrivant au sujet des Etats-Unis, Dow dit que, oui, la politique de l'offre a marché dans les années 1980, mais qu'elle ne pourrait plus marcher aujourd'hui. A la fin des années 1970, les Etats-Unis sortaient d'une période de crise énergétique et d'inflation galopante. Des tendances séculières - l'arrivée des baby boomers à leur période de consommation la plus importante, l'entrée massive des femmes sur le marché du travail, le début de la révolution informatique - avaient créé une énorme demande de consommation et de création de la part du secteur privé, frustrée par l'appareillage fiscal et réglementaire datant du New Deal et de l'après-guerre. Les baisses d'impôts subites et drastiques ont, pour ainsi dire, brisé le barrage et permis à toute cette demande latente de créer un tsunami économique. La politique de l'offre était bonne pour les Etats-Unis dans les années 80, écrit Dow, mais à cause de circonstances particulières qui ne s'appliquent plus à l'Amérique d'aujourd'hui.

Que Dow ait raison ou tort à propos des Etats-Unis aujourd'hui, il me semble que, fondamentalement, la situation qu'il décrit - une frustration énorme des énergies créatrices du secteur privé - s'applique parfaitement à l'Europe aujourd'hui.

Aujourd'hui, l'Europe est dans une impasse. L'austérité budgétaire produit ses effets prévisibles : chômage de masse et récession. Les réformes structurelles difficiles sont vues à la fois par leurs promoteurs et par leurs détracteurs comme une punition céleste douloureuse à infliger. Et surtout, l'austérité monétaire est un démon qui nous tient par la gorge.

Etant donné le niveau des charges sociales en France - par exemple - il est vraiment difficile de penser qu'une baisse - pas une baisse partielle, pas un crédit d'impôt, pas une mesurette, pas une TVA sociale, mais une baisse drastique, globale, assumée- ne mènerait pas à de nouvelles créations d'emploi et, de là, à une relance. Pendant ce temps, l'impossibilité politique de passer des réformes structurelles au fouet est avérée, mettant en jeu la structure même de l'Europe et notre démocratie.

Nous avons à tout prix besoin d'une porte de sortie, et de sortie par le haut. Le Japon nous en offre une. Mais, depuis la tombe, Reagan aussi nous en offre une belle et grande.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

04.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

05.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
asterix42
- 23/11/2013 - 21:24
Ce qui faut supprimer
Les conseils genéraux, les 80 millards de dotations aux associations, la halde, la caf, hadopi, etc.

Ne garder que la secu et les retraites. Cad l'essentiel quand on est en faillite.

jean fume
- 23/11/2013 - 17:59
Au sujet de l'article,
voir dans Reagan du "keynésianisme" est à se tordre de rire.
"couper massivement les impôts pour relancer l'économie" n'a pas pour but de faire plus de déficit, pour relancer la consommation. Mais la réduction massive des impôts (et plus largement des prélèvements) doit s'accompagner d'une baisse équivalente des dépenses de fonctionnement de la sphère publique pour libérer l'économie de l'étau qui l'enserre.
Ce qui équivaut à ôter un boulet accroché à la cheville d'un coureur, pour qu'il aille plus vite.
Ensuite, le coureur en question peut se mesurer sans complexe, dans une compétition internationale !
Le fait de lui enlever un boulet, ne doit pas être interprété comme l'autorisation implicite qu'il aurait, de se gaver d'avantage.
L'économie ne se résume pas à la seule vue de la consommation intérieure, sinon elle ne va pas bien loin.
jean fume
- 23/11/2013 - 17:23
@ Imragen, tout à fait.
Mais, ""incapables de suivre une cure de désintox que d'ailleurs aucun politique n'ose prescrire"",... comment les politiques le pourraient ou le voudraient, puisque la dette est leur source de revenu ?
Comme le dit Vangog, le système est pourri de l'intérieur. Ce n'est pas lui qui va se suicider, en appuyant lui-même sur la gâchette. Il va falloir de l'assistance extérieure.