En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 46 min 23 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 7 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 32 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 31 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 50 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 51 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Rendez-nous Reagan ! Et si les baisses d'impôts drastiques étaient une solution pour l'Europe

Publié le 22 novembre 2013
L'idée de Reagan était de couper massivement les impôts pour relancer l'économie américaine (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme). Et ça a marché.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'idée de Reagan était de couper massivement les impôts pour relancer l'économie américaine (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme). Et ça a marché.

S'il y a une politique économique qui n'est plus au goût du jour aujourd'hui, c'est l'idée qu'il faut baisser très fortement et brutalement les impôts, connue des économistes sous le nom de "politique d'offre".

C'était la marque de fabrique de Reagan. Même aux Etats-Unis, les républicains ne proposent plus de baisses d'impôts à l'échelle de celles qu'a connues le pays dans les années 80. En Europe, la gauche promeut la sortie de crise par la hausse de la dépense dans le cadre d'une “politique de demande” et la droite promeut plutôt les “réformes structurelles” et l'austérité budgétaire. Si la droite veut baisser les impôts, elle veut le faire de manière mesurée et progressive, coordonnée avec une baisse de la dépense afin de maintenir les déficits faibles.

L'idée de Reagan est de couper massivement les impôts pour relancer l'économie (et de profiter de ce climat plus favorable pour entreprendre les réformes de structures et de dépenses sur le plus long terme).

Si cette politique de l'offre est souvent opposée au "keynésianisme", d'un point de vue macroéconomique, c'est faux. Qu'on augmente la dépense ou qu'on baisse les impôts, dans les deux cas l'Etat, en augmentant son déficit, contribue à augmenter la dépense totale, et donc le PIB. Une relance fiscale qui propulse l'économie à une “vitesse supérieure” est une des bases du keynésianisme.

Cette absence de politique d'offre de notre débat économique est surprenante pour une raison qui devrait faire réfléchir tout le monde : ça a marché. Après la terrible crise des années 1970, l'économie américaine sous Reagan a connu une propulsion vertigineuse et une période, connue sous le nom de “Grande Modération” de 30 ans de prospérité unique au monde. Il est illusoire de penser que la politique d'offre de Reagan a été le seul critère, mais il est aussi illusoire de penser qu'elle n'a pas eu d'impact. L'économie est un mécanisme décentralisé de transmission de l'information et de co-création, et les baisses d'impôts décentralisent les décisions de dépense en les mettant en les mains d'individus, et ainsi contribuent à plus de création économique. Les baisses d'impôts de Reagan ont non seulement eu un effet salutaire “keynésien” d'augmentation de la dépense totale, mais aussi un effet “hayékien” de libération de l'économie, créant une dynamique auto-renforçante de croissance.

La meilleure critique que j'aie vue de la politique de l'offre est offerte par l'économiste Mark Dow. Écrivant au sujet des Etats-Unis, Dow dit que, oui, la politique de l'offre a marché dans les années 1980, mais qu'elle ne pourrait plus marcher aujourd'hui. A la fin des années 1970, les Etats-Unis sortaient d'une période de crise énergétique et d'inflation galopante. Des tendances séculières - l'arrivée des baby boomers à leur période de consommation la plus importante, l'entrée massive des femmes sur le marché du travail, le début de la révolution informatique - avaient créé une énorme demande de consommation et de création de la part du secteur privé, frustrée par l'appareillage fiscal et réglementaire datant du New Deal et de l'après-guerre. Les baisses d'impôts subites et drastiques ont, pour ainsi dire, brisé le barrage et permis à toute cette demande latente de créer un tsunami économique. La politique de l'offre était bonne pour les Etats-Unis dans les années 80, écrit Dow, mais à cause de circonstances particulières qui ne s'appliquent plus à l'Amérique d'aujourd'hui.

Que Dow ait raison ou tort à propos des Etats-Unis aujourd'hui, il me semble que, fondamentalement, la situation qu'il décrit - une frustration énorme des énergies créatrices du secteur privé - s'applique parfaitement à l'Europe aujourd'hui.

Aujourd'hui, l'Europe est dans une impasse. L'austérité budgétaire produit ses effets prévisibles : chômage de masse et récession. Les réformes structurelles difficiles sont vues à la fois par leurs promoteurs et par leurs détracteurs comme une punition céleste douloureuse à infliger. Et surtout, l'austérité monétaire est un démon qui nous tient par la gorge.

Etant donné le niveau des charges sociales en France - par exemple - il est vraiment difficile de penser qu'une baisse - pas une baisse partielle, pas un crédit d'impôt, pas une mesurette, pas une TVA sociale, mais une baisse drastique, globale, assumée- ne mènerait pas à de nouvelles créations d'emploi et, de là, à une relance. Pendant ce temps, l'impossibilité politique de passer des réformes structurelles au fouet est avérée, mettant en jeu la structure même de l'Europe et notre démocratie.

Nous avons à tout prix besoin d'une porte de sortie, et de sortie par le haut. Le Japon nous en offre une. Mais, depuis la tombe, Reagan aussi nous en offre une belle et grande.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
asterix42
- 23/11/2013 - 21:24
Ce qui faut supprimer
Les conseils genéraux, les 80 millards de dotations aux associations, la halde, la caf, hadopi, etc.

Ne garder que la secu et les retraites. Cad l'essentiel quand on est en faillite.

jean fume
- 23/11/2013 - 17:59
Au sujet de l'article,
voir dans Reagan du "keynésianisme" est à se tordre de rire.
"couper massivement les impôts pour relancer l'économie" n'a pas pour but de faire plus de déficit, pour relancer la consommation. Mais la réduction massive des impôts (et plus largement des prélèvements) doit s'accompagner d'une baisse équivalente des dépenses de fonctionnement de la sphère publique pour libérer l'économie de l'étau qui l'enserre.
Ce qui équivaut à ôter un boulet accroché à la cheville d'un coureur, pour qu'il aille plus vite.
Ensuite, le coureur en question peut se mesurer sans complexe, dans une compétition internationale !
Le fait de lui enlever un boulet, ne doit pas être interprété comme l'autorisation implicite qu'il aurait, de se gaver d'avantage.
L'économie ne se résume pas à la seule vue de la consommation intérieure, sinon elle ne va pas bien loin.
jean fume
- 23/11/2013 - 17:23
@ Imragen, tout à fait.
Mais, ""incapables de suivre une cure de désintox que d'ailleurs aucun politique n'ose prescrire"",... comment les politiques le pourraient ou le voudraient, puisque la dette est leur source de revenu ?
Comme le dit Vangog, le système est pourri de l'intérieur. Ce n'est pas lui qui va se suicider, en appuyant lui-même sur la gâchette. Il va falloir de l'assistance extérieure.