En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 46 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 11 sec
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 19 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 3 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 16 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Revue d'analyses financières

Seule une forte baisse du prix du pétrole pourrait faire repartir l'économie mondiale

Publié le 02 novembre 2013
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

Deux fois par an, Charles Gave, président de GaveKal, invite ses clients pour leur faire part de sa vision de l’économie mondiale et des marchés financiers. C’est toujours un moment important, car il fait partie des rares stratégistes qui peuvent s’offrir le luxe de dire ce qu’il pense, car il est totalement indépendant et ne fait partie d’aucune chapelle subventionnée par les pouvoirs publics d’une façon ou d’une autre.

Voilà les principales idées qu’il a développées :  

Les banques centrales manipulent plus que jamais les taux d’intérêt et les parités de change. Aux Etats-Unis, en Europe, au Japon. Cela a pour conséquence que la volatilité des marchés est devenue artificielle. Le fait que les taux courts, au plus bas depuis 3 mois, soient maintenus trop bas depuis cinq ans et que le rendement du Bon du trésor à 10 ans soit à 2,50% a trois effets :

1/ Des taux artificiels trop bas ne poussent pas les gouvernements à diminuer rapidement le niveau de leurs dépenses publiques. Le gouvernement français aime à répéter que le fait que l’Agence France Trésor ait pu réaliser, depuis le début de l’année, tous ses refinancements au taux de 1,49% serait le signe de l’hommage rendu par les investisseurs internationaux à la grande sagesse de la politique économique française !

2/ Ils amènent une baisse structurelle de la croissance. Toutes les périodes de laxisme monétaire excessif entrainent une croissance de la sphère de l’Etat au détriment du secteur privé.

3/ Ils provoquent une très mauvaise allocation du capital. Quand la bulle keynésienne éclate, elle se produit sur des actifs improductifs comme l’immobilier. Les systèmes complexes dont on a supprimé artificiellement l’instabilité deviennent très fragiles. Ces systèmes artificiellement contraints sont enclins à ce que Nassim Taleb économiste appelle les « cygnes noirs »…

Les montants spectaculaires de liquidités mis par les banques centrales à la disposition des banques pour faire baisser les taux d’intérêts ont très peu servi à financer l’économie réelle et beaucoup à provoquer des bulles dans de nombreuses classes d’actif comme les actions, l’immobilier et les œuvres d’art. Il existe curieusement un consensus parmi les différentes cercles d’économistes (les économistes de Gauche, les économistes du Front de Gauche, les économistes progressistes, les économistes atterrés, les économistes déconomistes etc…) pour penser que les taux d’intérêts proches de zéro permettent de relancer la croissance. L’examen de la réalité montre que depuis cinq ans, ce n’est absolument pas le cas, comme on peut le constater.  

Une forte baisse du prix du pétrole de l’ordre de 50% serait une des routes qui pourrait permettre à l’économie mondiale de repartir. Le développement du gaz et du pétrole de schiste aux Etats Unis, en diminuant leur dépendance par rapport au Moyen Orient, fait partie de cette stratégie.

Quand le rendement des obligations américaines (notés BAA ) émises par les entreprises est supérieur de 250 points de base à celui de la croissance de l’économie, ce qui est presque le cas en ce moment, on a peu de temps après une récession. C’est ce qui s’est produit depuis 60 ans, chaque fois que l’événement s’est produit. Une récession peut se transformer en dépression si la Fed  baisse ses interventions trop rapidement. C’est tout le problème du fameux « tapering », l’ajustement auquel doit procéder la banque centrale américaine.

L’avalanche de liquidités procurées par la Federal Reserve américaine fait baisser le dollar qui est la monnaie de réserve du commerce mondial. La balance des paiements courants des Etats-Unis est excédentaire avec le monde entier sauf avec la Chine et les pays qui lui fournissent du pétrole. Plus cette balance va s’améliorer, avec le retour de la compétitivité de l’industrie américaine, plus cela constituera une mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale. En effet, les Etats-Unis sont le premier fournisseur de la liquidité internationale. Chaque fois que cet événement s’est produit dans le passé, il s’est produit des crises financières en dehors des Etats-Unis. Même si le Renminbi progresse, sa montée en puissance prendra de nombreuses années.

L’Euro est surévalué, surtout par rapport au dollar, après le remboursement des LTRO par les banques. Ces "Long Term Refinancing Operations” sont le dispositif qui avait permis à la BCE d’apporter des liquidités aux banques qui n’étaient plus en position d’emprunter sur les marchés. L’Euro reste un système bancal qui ne peut fonctionner dans la durée puisqu’il n’existe pas de mécanisme d’ajustement des différences de productivité des pays membres. Autrefois, ces différences étaient réglées par des dévaluations ponctuelles devenues impossibles. Ce qui ne peut s’ajuster a vocation à exploser dans un cadre où des pays qui ont des stratégies économiques et fiscales totalement différentes partagent la même monnaie.

Le marché américain n’est plus bon marché, surtout après sa surperformance des derniers mois. Son Price/Earning Ratio (rapport Cours de bourse/Bénéfices) se trouve autour de 16X, soit sa moyenne historique. Malgré ce niveau de valorisation, peu d’investisseurs ont le courage de ne plus être exposés aux valeurs américaines. Il faut faire attention, car les marges des entreprises sont proches de leur plus haut niveau et les bénéfices ne sont pas sur une trajectoire très dynamique, comme le démontrent les nombreux avertissements sur résultat.

En Asie, les marchés attractifs sont le Japon et la Chine

Pour Louis Gave de GaveKal à Hong Kong, la Chine enregistre en ce moment des chiffres économiques meilleurs que prévus. L’inflation est sous contrôle et on assiste à une montée régulière du Renminbi. C’est la seule devise asiatique à être en hausse. Près de 18% du commerce extérieur chinois est réalisé maintenant en Renminbi.

Sur les marchés financiers en Asie, l’acheteur final qui détermine les flux est soit le particulier, soit l’investisseur étranger. Cela donne des vagues de marché très puissantes.

Aujourd’hui, les marchés en Asie sont sous évalués.

Le Japon est probablement le marché le plus intéressant, à condition de se couvrir contre la baisse du Yen. L’épargne des ménages japonais représente 8000Md$  qui, pour le moment, ne leur rapporte pratiquement rien. Acheter les actifs que les épargnants japonais vont acheter semble être un des thèmes d’investissement forts pour les prochaines années, comme cela avait été le cas il y a dix ans avec la Chine. Il faut être prudent sur les pays qui sont très dépendants de la liquidité dollar comme l’Australie et la Nouvelle Zélande. La Corée, Taiwan et Singapour offrent aussi des opportunités.

Le Japon va concurrencer l’Allemagne. Ils en ont les moyens avec les 8000Md$ d’épargne des ménages japonais qui ne rapportent quasiment rien. Les investisseurs avisés essaieront d’acheter les classes d’actif qui seront attractives pour Madame Watanabe, l’épargnante japonaise type. Curieusement, depuis le début de l’année, elle a acheté pour 65Md$  d’obligations du Trésor émises par le gouvernement français, car elle apprécie beaucoup le rendement.

En Europe, le « keynésianisme thatchérien » est en marche partout sauf en France

L’Europe était une zone instable. Il fallait stopper son agonie politique.

Un armistice a été signé sur les plans budgétaire (moins d’austérité...) et monétaire (la BCE a mis en place l’OMT avec l’accord de l’Allemagne). L’Europe est donc devenue une zone moins restrictive que le reste du monde. Tous les pays qui se redressent pratiquent comme le décrit François-Xavier Chauchat de GaveKal un « keynésianisme thatchérien » qui consiste à piloter plus intelligemment l’économie. Après les élections allemandes, cet armistice a peu de chances d’être rompu. Les actifs européens sont historiquement encore sous évalués en absolu et en relatif. C’est le secteur considéré comme « value » qui devrait encore monter (banques, télécoms, énergie).

La France était au bord de la dépression. François Hollande n’a visiblement pas encore assimilé les parcours de Gerard Schröder et de Tony Blair. L’Allemagne avec son nouveau gouvernement devrait s’engager dans une relance budgétaire pour stimuler la consommation intérieure au moment où les exportations allemandes vont souffrir de la baisse du yen. La Grande Bretagne crée des emplois. L’Italie est sortie de la procédure de déficit excessive,

Le gouvernement français continue semaines après semaines à envoyer de très mauvais signes envoyés à l’économie française. Ils sont si nombreux cette semaine qu’il devient presque impossible de les commenter tous :

L’attaque sur les prélèvements sociaux, déclenchée par le gouvernement pour boucler son budget, se solde par un recul du gouvernement. Il a voulu augmenter la taxation des gains réalisés lors du rachat de produits de placement comme le PEA, le PEL et les contrats d’assurance vie. Il s’agissait d’appliquer un taux de prélèvement uniforme de 15,5% sur l’ensemble des gains réalisés depuis 1997, année qui correspond à l’entrée de ces produits dans l’assiette de la CSG…

Pour les contrats d’assurance vie, qui prévoit d’ajouter aux revenus de l’année la valorisation latente de l’épargne placée en assurance vie, André Lévy Lang, ancien président de Paribas, a montré dans un article des Echos que si le dispositif envisagé par le gouvernement était mis en place on arriverait, pour un contribuable qui a acheté un appartement à Paris et constitué un portefeuille d’actions avec de l’épargne qui a déjà payé l’impôt, à un taux effectif d’imposition de 98% (75%+15,5%+7,5%).

La super taxe sur le capital, soit une imposition automatique de 10% sur tous les ménages disposant d’une épargne positive, pourrait enfin être mise en place par les brillants esprits en charge de la fiscalité. Ce serait probablement l’apothéose de la période de répression financière que nous sommes en train de vivre…

 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yt75
- 30/10/2013 - 15:38
Titre amusant
Car étant donné que :
- il se pourrait très bien que le prix du pétrole baisse (comme en 2009)
- mais ce serait le résultat d'une récession mondiale (comme en 2009)
- en attendant les vannes sont ouvertes à fond
- et cet article (à moitié lu) encore le fait d'un ignare (ou petit rigolo si vous préférez).
Quant à la situation, c'est la suivante :
http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique
Ilmryn
- 30/10/2013 - 14:57
isgateux - la science youtube
T'es complètement bouché mon pauvre, les meilleures solutions de stockage de masse actuelle (STEP, CAES) ne descendent pas en dessous de 50 euro le kWh pour un stockage max de 24h et ont de plus un impact écologique fort. Faut sortir un peu de la science youtube pour les gamins.
.
A terme évidemment que la technologie va remplacer le fossile, des tas de solutions sont en train de murir. Le solaire en l'absence de stockage de masse peu couteux et totalement écologique (ce qui a très peu de chance d'arriver cf: thermodynamique et ordre de grandeur ) n'en sera jamais qu'une part marginale.
lsga
- 30/10/2013 - 10:53
@skipJ: c fou
Ivanpah == le 1/4 de la production d'un EPR.
 
Tu en mets 4 côte à côte, tu as la production électrique d'un EPR, pour un prix de construction ridicule, pour un coût d'entretien négligeable, pour un risque nul. Tous les pays disposant de zones désertiques ensoleillées (ex: la Chine), vont se battre pour en avoir.
 
Là où llmryn a raison, c'est que il s'agit en effet d'une technologie très simple qui aurait pu exister depuis des siècles. C'est un peu comme Internet, qui aurait pu exister dès le télégraphe.
 
Bref, renseignez vous sur l'utilisation du courant continu au Canada, et vous comprendrez que bientôt, 80% de l'électricité Européenne sera produite a très faible coût sur le pourtour de la méditerranée.
 
Grâce à ces centrales, la production et la consommation d'énergie de l'humanité va être décuplée d'ici la fin du siècle. On va enfin pouvoir tout automatiser. Les machines vont enfin devenir moins cher que des armées d'esclaves.