En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 4 heures 40 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 6 heures 42 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 8 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 12 heures 11 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 12 heures 59 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 6 heures 20 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 9 heures 2 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 12 heures 21 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 13 heures 43 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 14 heures 48 min
© Reuters
© Reuters
La minute tech

Fiasco du lancement de l'Obamacare : tech et politique ne font pas toujours bon ménage

Publié le 28 octobre 2013
Le site healthCare.gov, supposé donner en quelques clics une assurance maladie aux Américains, a raté son lancement.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le site healthCare.gov, supposé donner en quelques clics une assurance maladie aux Américains, a raté son lancement.

Parodie de la première page d'accueil du site Obamacare (sur le compte Twitter AL Nelson)

Ce matin, le site healthcare.gov, le premier pilier de la réforme du système de santé américain Obamacare où les Américains qui n'en ont pas sont censés pouvoir acheter une couverture-santé, a été mis en marche. Ou tout au moins, sa page d'accueil s'affiche. Après, c'est une autre histoire, de technologie, de politique et de bureaucratie, qui ont fait du premier contact des Américains avec une solution politique durement gagnée à leur problème d'assurance un fiasco. 

Il est rare de trouver des dirigeants de sociétés informatiques ayant répondu à un appel d'offre fédérale soudain convoqués devant la chambre des représentants pour se justifier. L'exercice a permis au milieu de la tech de s’interroger sur les soutes du e-gouvernement. Tech et politique, jusque là, faisait très bon ménage : c'est Internet qui a joué le rôle décisif dans l'élection d'Obama, puis de nombreux autres présidentiables. C'est internet qui permet à tous les politiciens désormais de communiquer et de lever des fonds de campagne. Mais peut-on lui confier une réforme majeure et controversée en passant par les sociétés habituées à répondre aux appels d'offre du gouvernement ? 

Le wonk-blog du Washington Post a mis en ligne une vidéo résumant en deux minutes ce qui s'est passé techniquement : l'engorgement, les multitudes de couches de données et de procédures, qui ont paralysé le système. 

Politico s'est lancé dans une enquête pour déterminer qui aurait pu ou non empêcher ce désastre. Naturellement, le gouffre qui sépare les méthodes de travail de la tech californienne ou d'ailleurs et les méthodes de travail des gouvernements soumis aux appels d'offres est immédiatement pointé du doigt par des spécialistes des start-ups agiles qui n'ont pas ces problèmes. A la question "une task force de la Silicon Valley aurait-elle fait mieux ?" la réponse est "probablement pas".

"Les gouvernements dirigent des réseaux informatiques de systèmes qui ont été développés au cours des cinquante dernières années", se justifie Mike Hettinger de l'Association Software & Information Industry. "Dans certains cas, des milliers de petits réseaux locaux se connectent à un seul système de calcul des salaires ou financier. Alors qu'une petite start up de la Silicon Valley peut mettre à la poubelle un projet qui ne marche pas, une administration du gouvernement n'a pas ce luxe".

Comme en France ou ailleurs, le monde des start-ups et des maitres d'ouvrages informatiques pour des administrations se rencontrent rarement. Mais alors que des sites de ventes de voyages ou de e-commerce complexes mais commerciaux prospèrent et ne tombent rarement panne, pourquoi une place de marché pour des assurances-santé d'un gouvernement le ferait-elle ? Les débats politiques à la Chambre des représentants sur un souci de plus de l'administration Obama vont peut être réformer un jour aussi l'informatique gouvernementale.

 



Pourcentage des Américains non assurés par état, illustration @marketwatch sur Twitter


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 29/10/2013 - 17:42
Une assurance maladie pour 101 millions de jobless...
...Cela ne se crée pas d'un claquement de doigts!
Et en plus, le tea party a veillé à ce que tout se passe au plus mal possible, en fournissant des informaticiens corrompus...
Les remboursements médicaux iront probablement directement dans les poches des sénateurs républicains, au lieu d'aller rembourser les patients...
Jojojo
- 29/10/2013 - 11:46
@Zoedubato
Je ne vois pas le rapport de votre commentaire avec le sujet....

Vous auriez pu évoquer les ratés (risibles) de l'équipe Sarkozy en matière d'internet :
- Hadopi (12 millions d’euros, pour deux condamnations, sans aborder le fiasco de la carte jeune musique)
-Le site France.fr (1,5 millions d'euros, un plantage dés le lancement, et la risée des la presse étrangère pour un site censé représenter la France)
- Le site Carla Bruni (400.000 euros)

Les ratés à l'UMP :
- le réseau social façon Obama : "Les créateurs du possible" (1 million d'euro, 6 mois d'existence)
- Les techniques de spam avant la présidentielle de 2012. (Tellement bien ciblé que ce sont des militants de gauche qui recevaient les messages)....
- Le site de campagne de Sarkozy (600.000 euros, qui a été en partie responsable du rejet de ses comptes de campagne)

Sans compter les super projets de filtrage du web qui ont fait bondir aussi les bien les FAI, que les internautes, le secrétariat d’Etat de NKM a l'économique numérique qui n'a absolument rien sorti en 5 ans d’existence (notamment aucun projet placé parmi les 50 sélectionnés lors des concours annuel de l’e-gouvernement organisé par l'EU).
Léa
- 28/10/2013 - 21:49
Explication gentillette....
Cela fait déjà au moins dix jours que le site de l'Obamacare montre des dysfonctionnements graves.
Sur le site Techdirt.com, un article intitulé "Why Healthcare.gov Sucks? Because They Hired Political Cronies, Not Internet Native Companies To Build It" explique point par point les raisons du plantage géant.