En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 12 heures 41 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 14 heures 13 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 16 heures 7 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 17 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 21 heures 24 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 14 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 13 heures 43 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 15 heures 41 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 18 heures 26 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 21 heures 11 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 21 heures 37 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 15 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

La France, bientôt une province allemande ?

Publié le 25 septembre 2013
Les décisions de la banque centrale européenne sont désormais prises sous couvert de Berlin et après avoir satisfait au contrôle préalable du Tribunal constitutionnel de Karlsruhe.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les décisions de la banque centrale européenne sont désormais prises sous couvert de Berlin et après avoir satisfait au contrôle préalable du Tribunal constitutionnel de Karlsruhe.

1 - Willkommen im Französische Zone

Das question qui fâche. Après une tentative couronnée d’un succès temporaire en 1871 et deux échecs retentissants en 1914/1918 et 1940/1944, se pourrait-il que, sans même le vouloir vraiment, l’Allemagne parvienne à satelliser la France ?

Dans les souvenirs qui émaillent son « Mal français » Alain Peyrefitte révèle que De Gaulle, encore à Colombey-les-deux-églises, craignait que la quatrième république, submergée par la crise algérienne, ne finisse par voir se détacher d’elle l’Alsace et la Lorraine, frustrées d’appartenir à un pays décidément ingérable. Il revint au pouvoir et son action déterminée rénova les institutions, régla la question coloniale et confirma l’adhésion de la France au marché commun. De velléités indépendantistes septentrionales, il ne fut jamais question.

Cette semaine, Frau Merkel s’est vue décerner à la une du Monde le titre de « chef de l’Europe ». Aucun homme politique français ne l’a relevé et nul ne fut choqué. Sans doute la chose est-elle désormais évidente pour tous. Plus de soixante pour cent des Français sondés souhaitaient la victoire de la chancelière sortante tout comme ils confessent leur admiration pour le modèle allemand. Serait-ce une forme de fascination masochiste ?

Arrivé à l’Elysée en mai 2012, François Hollande se vantait de renégocier les conditions du pacte dit de stabilité et de croissance en imposant à l’Allemagne et la Banque centrale européenne l’émission d’eurobonds, en clair la mutualisation partielle des dettes. En échange d’un pseudo-plan d’investissement au montant ridicule, il remisa ses proclamations. Tout ce que la France obtient depuis plusieurs années, c’est la possibilité de continuer à s’endetter dans une monnaie, l’euro, qui lui offre certes des taux d’intérêt bas, mais dont le taux de change surévalué pour nos entreprises sape toute possibilité de redressement industriel. Le mal s’entretient donc lui-même et la route de l’euro est celle de notre servitude.

Contrairement à une idée généralement répandue en effet, les parités fixées entre les devises européennes en 1998 - et qui furent figées dans la monnaie unique en 2002 - avantageaient l’Allemagne, alors convalescente de sa réunification. Le mark était sous-évalué. Schröder eut par ailleurs le courage de faire des réformes que la classe dirigeante française n’osa pas entreprendre. L’atout monétaire, les politiques d’ajustement structurel et l’utilisation de l’Europe de l’Est comme atelier de sous-traitance se conjuguèrent donc pour donner à l’économie allemande un dynamisme que nous n’avons jamais réussi à trouver. Les Allemands étaient parvenus à avoir la saucisse, la bière et le sourire du tavernier. Ils avaient concédé à Mitterrand l’abandon du mark contre la réunification ; ils obtenaient quelques années plus tard le retour du mark sous le nom d’euro. Une monnaie unique sans budget commun avec des taux d’intérêt sur la dette publique différents : cela n’a pas de sens et ne trouve d’équilibre qu’en se calant sur les volontés du partenaire le plus fort. On peut d’ailleurs douter qu’il s’agisse encore d’un partenariat.

Les décisions de notre banque centrale sont désormais prises sous couvert de Berlin et après avoir satisfait au contrôle préalable du Tribunal constitutionnel de Karlsruhe.

En politique étrangère aussi, nous pouvons commencer à voir un dindon se refléter dans le miroir européen où nous nous regardons. L’Allemagne se rapproche de plus en plus de la Russie, pourvoyeuse de gaz et de toutes sortes de matières premières mais aussi importatrice de nombreux produits germaniques. La pseudo résolution de la crise syrienne, qui n’est en réalité qu’une capitulation d’Obama et d’Hollande face à Poutine, a été modelée sous le regard d’une chancelière alignée de facto sur la position de son voisin oriental.

Et quelle légitimité avons-nous pour dénoncer cette situation ?

La gauche française est tout sauf convaincante lorsqu’elle prétend critiquer l’Allemagne avec comme seule ambition la survie de la bureaucratie pléthorique dont elle est l’émanation. La droite française est souvent victime d’une fascination trouble pour ce pays qui fonctionne si bien, si rationnel, si puissant. Elle en oublie d’analyser objectivement les raisons pour lesquelles l’Allemagne réussit mieux. Comme on vient de le dire, elles ne sont pas toutes à porter au crédit d’une discipline et d’efforts dont nous serions incapables. Elles ressortissent davantage de l’inefficacité et du manque de pragmatisme de notre classe dirigeante au regard de son équivalent germanique.

Aussi, Mou-Président, qui pensait goguenard, en 2012, jouer de la fragilité d’une Frau Merkel menacée de déconvenue électorale, se retrouve aujourd’hui dans un cul de basse-fosse sondagier dont il ne parvient plus à sortir. Incapable de mener la moindre réforme réelle, il ne peut qu’espérer en une reprise conjoncturelle sans pouvoir la stimuler. Il dépend désormais de Frau Merkel que notre chef de province puisse continuer à différer la restructuration du secteur public, dernier socle politique sur lequel il peut encore s’appuyer.

Si la chancelière veut lui imposer ces réformes, qu’il se cabre ou qu’il obtempère, il court le risque d’une crise politique le privant de majorité au parlement. Sera-t-il alors déposé comme un vulgaire Papandréou ou un Berlusconi ? Tentera-t-il le tout pour le tout en faisant au passage exploser l’Union européenne ? L’immobilisme est souvent le prélude aux plus profonds désordres. En attendant, notre capitale s’est déplacée vers l’est.

2 - Hollande lave plus vert

La presse socialisante et subventionnée, de plus en plus souvent sujette à des hoquets critiques, s’est ressaisie la semaine dernière à l’occasion de la conférence dite environnementale. Réfugié dans l’évocation du long terme, Sa Normalité a crânement fixé un objectif de réduction de la consommation des énergies fossiles pour ... 2030 ! Cela a suffit pour que ces médias considèrent qu’il s’agissait d’un acte de courage et d’un geste fondateur. Une taxe carbone re-visitée sous le nom de « contribution climat-énergie » sera compensée par un crédit d’impôt pour travaux d’isolation thermique ... enfin ... peut-être, les détails sont renvoyés à des dates ultérieures. Pendant ce temps, les entreprises de l’éolien et du photo-voltaïque, en perdition, sont nourries de belles paroles. Et l’on va même jusqu’à évoquer une prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires pour financer les énergies renouvelables ! Don Ayrault et Sancho Hollande sont partis, lance pointée, à l’assaut des moulins à vent ...

Qu’importe, l’essentiel est sauf : les Verts sont rentrés à la niche (non fiscale) et la possibilité d’accords de second tour aux municipales n’est pas exclue. Un œil sur l’horizon lointain, un autre sur mars prochain, le strabisme c’est maintenant !

3 - Méfiez-vous des inspecteurs des finances

C’est, paraît-il, sous l’influence d’un inspecteur des finances travaillant à l’Elysée que François Hollande a décidé de mettre fin au régime d’exonération des heures supplémentaires, choix qui lui coûte aujourd’hui très cher en termes de popularité. Pour un clientéliste de cet acabit, une telle perte politique pour si peu de gain financier, ce doit être à pleurer de rage ...

4 - Les 100 jours des Roms

Dans à peine plus de trois mois, les citoyens roumains pourront travailler librement en France, en tout cas y chercher un emploi. En Roumanie, on ne sait trop combien il y a de Roms, les chiffres variant de 600 000 à plus d’un million. En France, ils seraient 20 000 mais plus de 10 000 auraient été reconduits à la frontière l’an dernier. Pourtant, leur présence dans les rues des villes comme dans les campagnes est évidente et nombreuse, ce que ne nient même plus mesdames Cresson, Hidalgo et Aubry, dont les actes et déclarations sur le sujet auraient été vertement dénoncés par mesdames Cresson, Hidalgo et Aubry il y a encore deux ans. Les chiffres officiels ne valent pas un fifrelin, c’est la seule certitude.

Quoi qu’il en soit, il ne faut guère plus d’une journée de voiture pour se rendre de Bucarest à Paris. Ces pauvres hères seront-ils l’élément chimique qui viendra précipiter la crise sociale française, fruit du déni européiste mâtiné d’angélisme de gauche ? Ouvrir les frontières mais défendre un modèle social soi-disant protégé : l’incohérence va finir par se payer cher. Les Roms risquent d’en être les victimes plus que les bénéficiaires.

A lire du même auteur :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 26/09/2013 - 20:48
@prochain : que remets tu en cause ?
là-dedans :
http://www.numerama.com/f/127040-t-un-atlas-du-monde-en-2033.html?1618648
 
C'est le fait que le mot "Gaulois" était une insulte raciste utilisée par les Romains pour qualifier tous les peuples au-delà des Alpes ? Que c'est un terme que les romains ont repris aux Germains, qui s'en servait pour insulter les celtes ?
 
Ou bien est-ce la comparaison entre le terme "Gaulois" et les termes "Esquimaux" et "Bougnouls", qui sont eux aussi deux termes utilisés par un envahisseur pour définir des ensembles de tribus très divers, et qui eux aussi étaient des insultes utilisées par les tribus pour s'insulter entre elles ?
 
Ou bien ce que tu remets en question c'est le fait que jusqu'en 500 avant JC, toute l'Europe de l'Ouest était vide ? Qu'à partir de 500, elle est colonisée par des tribus très diverses venant des quatre coins du monde ?
 
Peut-être remets-tu en cause le fait que la civilisation Celtes s'étendait de la Turquie à la Bretagne en passant par la Tunisie ? Ou encore que Les alains s’étendaient du Caucase au Maroc et à la Tunisie en passant par la Bretagne ? Idem pour les Wisigoths ?
 
soit précis.
prochain
- 26/09/2013 - 19:23
Isga Brouillage Radio et KGB Desinformatsya
Comme au bon vieux temps de la patrie du
goulash-saucialisme.
prochain
- 26/09/2013 - 19:01
ON oublie presque que l'Union Européenne est 1 idée française
Et le père de l'euro dit qu'il n'est pas le père de cet euro-là...dis tonton François 2 pourquoi tes obligés isgas les
boblesclercs et laurensots veulent changer de sujet?