En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 54 min 42 sec
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 3 heures 18 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 19 heures 34 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 21 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 21 heures 37 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 23 heures 25 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 1 jour 45 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 50 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 21 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 23 heures 57 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 1 jour 59 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Percée des anti-euro en Allemagne : état des lieux de l'euroscepticisme en Europe

Publié le 25 septembre 2013
Défiance à l'égard des institutions européennes, de la monnaie unique, des deux ? Ce que révèle la montée des partis eurosceptiques.
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Défiance à l'égard des institutions européennes, de la monnaie unique, des deux ? Ce que révèle la montée des partis eurosceptiques.

Atlantico : Lors des élections législatives allemandes du 22 septembre, le tout nouveau parti eurosceptique AFD a réussi une percée relativement importante pour atteindre 4,8 % des suffrages. Cette poussée des partis eurosceptiques s'observe un peu partout en Europe. Comment l'expliquez-vous ? Ce phénomène est-il lié à la crise ?

Les résultats des élections législatives en Allemagne :

Source : Les Echos

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Guillaume BernardDepuis une vingtaine d’années, les forces politiques eurosceptiques apparaissaient régulièrement à l’occasion des élections européennes mais, dans la plupart des cas, elles disparaissaient quasiment de l’espace politique lors des autres élections. Ce qui semble désormais acquis, c’est que, désormais, elles sont susceptibles d’exister et même de progresser à toutes les élections, nationales et locales. Un cas récent et significatif est celui de l’UKIP outre-manche qui concurrence les Conservateurs britanniques pourtant peu enthousiastes de la construction européenne (ceci ayant été manifesté par leur départ du groupe PPE au Parlement européen).

La crise économique qui frappe l’Europe explique sans doute la progression de l’euroscepticisme. N’avait-on pas expliqué aux citoyens des Etats qu’il fallait accepter des abandons de souveraineté pour obtenir la prospérité ? Celle-ci n’étant pas au rendez-vous, il est logique qu’il y ait une déception. Cela dit, l’euroscepticisme se développe dans tous les Etats européens, y compris ceux qui apparaissent comme étant les « gagnants » de la construction européenne (c’est le cas de l’Allemagne avec l’apparition de l’AfD). Il progresse aussi dans des Etats qui, sur certains points non négligeables, sont en marge de l’Union : alors que le Royaume-Uni n’est pas membre de la zone euro et a négocié des clauses particulières dans le cadre de Schengen, l’UKIP progresse. Il serait donc réducteur de n’attribuer l’euroscepticisme qu’à la crise économique. Il serait illusoire de croire (comme sur d’autres sujets d’ailleurs, comme l’insécurité) que le facteur économique puisse résorber tous les problèmes.

La crise qui frappe l’Union européenne est aussi institutionnelle et identitaire. Sur le premier point, il faut notamment noter l’incompréhension quasi générale de la nature juridique de l’UE et du processus interne de décision. L’UE est une organisation internationale mais dont le fonctionnement interne se rapproche de celui d’un Etat fédéral (d’un certain type d’ailleurs). Le pouvoir législatif est certes de plus en plus co-exercé par le Parlement européen, mais le principal décideur en la matière est le Conseil de l’Union, c’est-à-dire les ministres des Etats membres. Le fonctionnement démocratique de l’UE est donc difficilement palpable. A l’inverse, l’aspect technocratique de la Commission (l’exécutif de l’UE), bien réel, n’est un mystère pour personne. Tout cela ne contribue pas à donner confiance.

Sur le second point, l’identité de l’UE apparaît comme extrêmement floue. Elle est à géographie plus que variable. Tous les Etats membres de l’UE ne font pas partie de la zone euro. Des Etats participant à Schengen (la Suisse, la Norvège) ne sont pas membres de l’UE. En outre, celle-ci envisage d’intégrer un Etat, la Turquie, qui a occupé militairement, pendant plusieurs siècles, toute une partie de l’Europe historique en ne laissant pas, c’est moins que l’on puisse dire, un souvenir radieux ! Enfin, il ne faut négliger le fait que la diversité linguistique est, à l’évidence, un obstacle à la cristallisation d’une conscience politique commune.

Le scénario consistant à rendre les économies des Etats européens tellement interdépendantes que l’union politique serait inéluctable ne semble pas totalement fonctionner. Et ceci d’autant plus que les peuples ne comprennent pas que l’Union puisse être, à la fois, extrêmement contraignante (harmonisation des droits que, pourtant, le fédéralisme ne nécessite nullement comme en témoignent les Etats-Unis) et sans aucune puissance diplomatique et militaire d’envergure (ne serait-ce que pour assurer la défense de son propre territoire). Il y a, là, une incohérence que les peuples pourraient ne plus supporter. L’euroscepticisme ne traduit pas une opposition à l’idée européenne, une négation de l’Europe en tant que civilisation, mais une contestation de plus en plus hostile de l’Union européenne.

Les électeurs qui votent pour ces partis sont-ils nécessairement tous favorables à une sortie de l'euro ou s'agit-il plutôt d'un vote de défiance à l'égard des institutions européennes ?

La monnaie unique et les institutions de l’Union européenne (succédant à celles des Communautés) sont symboliquement et juridiquement intrinsèquement liées : elles sont issues du traité de Maastricht (1992). Par conséquent, la défiance (et pas seulement une baisse de la confiance) vis-à-vis des institutions européennes (qui apparaissent comme coupées ou méprisant la réalité des peuples) rejaillit naturellement sur l’euro. Dans l’opinion publique, l’hostilité à l’euro est le plus souvent liée à un sentiment (pouvant être tout à fait réel) de paupérisation. Il est assez logique que les partis eurosceptiques (tant du point de vue de l’élargissement géographique que de l’approfondissement institutionnel) aient intégré cette question (pouvant être à coloration populiste) dans leur programme.

En outre, l’opposition à l’euro ne signifie pas nécessairement de l’inconscience politique ou une volonté de provoquer un séisme juridico-diplomatique : d’aucuns pensent que la sortie de certains Etats de la zone euro est inéluctable pour, justement, éviter un éclatement du reste des institutions. Cela paraît d’autant plus envisageable que tous les Etats membres de l’Union européenne n’appartiennent effectivement pas à la zone euro.

Doit-on obligatoirement amalgamer partis anti-euro et partis populistes ? Quels sont les principales différences entre ces types de formations ?

Les scores des partis eurosceptiques aux dernières élections :

PaysPartiPourcentageElectionAnnéeNotes
AllemagneAfD (Alternative für Deutschland)4,8Législatives2013 
 Die Linke (gauche)8Législatives2013 
AutricheTeam Stronach (post-Haider)Entre 8 et 12Locales2012A culminé avec Jorg Haider ; le Stronach vient de naître
BelgiqueVlaams Belang12,6Fédérales2010A culminé à 24% en 2004
DanemarkParti populaire danois12,3Législatives2011 
FinlandeVrais Finlandais12,3Municipales2012 
FranceFront national18Présidentielle2012 
 Extrême-gauche (LO, NPA…)4Présidentielle2012 
GrèceLAOS3Législatives2012 
 Aube Dorée7Législatives2012 
HongrieJobbik16,7Législatives2010Le Fidesz d'Orban, au pouvoir, est également eurosceptique
ItalieLigue du Nord4Générales2013A eu des poussées à 10%
Pays-BasParti pour la Liberté10Législatives2012A culminé à 17%
PologneDroit et Justice30Législatives2011A été au pouvoir (frères Kaczynski)
République TchèqueParti démocratique civique20Législatives2010A culminé à 35% il y a quelques années et été au pouvoir
Royaume-UniParti pour l'indépendance du R-U17Locales2015Parti de pas grand-chose, il progresse à vitesse grand V


L’euroscepticisme ne se limite pas à une opposition à la monnaie unique ; d’autres aspects de la construction européenne sont critiqués (question des frontières intérieures et extérieures, politique d’élargissement, fonctionnement des institutions). Il existe des mouvements eurosceptiques dans des pays qui n’appartiennent pas à la zone euro (au Danemark, par exemple). Par ailleurs, tous les mouvements eurosceptiques ne sont pas nécessairement populistes (doctrinalement et socialement) : ils ne peuvent pas être véritablement qualifiés de populistes s’ils n’ont pas un profond enracinement dans les catégories sociales moyennes et surtout populaires.

Il existe donc différentes raisons de s’opposer à l’euro, certaines peuvent être de type populiste mais d’autres ne le sont pas nécessairement. Dans le premier cas, l’opposition à l’euro s’appuie notamment sur la dénonciation de l’augmentation du coût de la vie et sur la distorsion entre les flux économiques réels et ceux financiers. Dans le second, il s’agit plutôt d’une défense de la souveraineté nationale : que la politique monétaire de l’Etat soit pilotée par une banque centrale nationale, et non par la BCE supranationale, afin notamment qu’elle puisse être adaptée à la situation économique du pays (certains Etats peuvent avoir intérêt, par exemple, à une monnaie forte tandis que d’autres non). Il va de soi que ces deux types de motivation peuvent coexister parallèlement (et être défendus par des partis différents) mais aussi converger (au sein d’un même programme politique). Dans ce cas, le mouvement populiste s’enracine dans un substrat souveraino-nationaliste. C’est le cas en France avec le Front national. Au final, on peut être hostile à l’euro sans être populiste mais, en l’état actuel des choses, il paraît délicat d’être populiste sans être opposé à la monnaie unique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Festeringboil
- 26/09/2013 - 00:39
Cher Isga
Plusieurs Français de confession juive participent de ce patriotisme
que vous dénonçez en utilisant l'étiquette assassine d'anti-sémite.
un_lecteur
- 25/09/2013 - 20:12
Populiste, qu'est aco ?
C'est quoi "populiste" ?
La meilleure définition que j'ai trouvée c'est :
- populaire
- politiquement incorrect.
Comme il est politiquement incorrect d'être contre l'euro, tous les opposants sont des populistes.
Ce qui ne veut rien dire.
Sinon, il y a une grande raison a ce rejet de l'euro et de l'Europe, c'est l'absence totale de démocratie du machin.
Absence de démocratie magistralement illustrée par le déni de référendum fait en France par Sarkozy.
rmgl
- 25/09/2013 - 18:53
je me reconnais totalement
je me reconnais totalement dans les propos de vangog