En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Le Nettoyeur

Aides à la presse : l'Etat français rackette 60 millions pour les incinérer dans un secteur sans avenir

Publié le 20 septembre 2013
Google et l'Association de la presse d'information politique et générale (AIPG) ont lancé hier le fonds pour l'innovation numérique de la presse, doté de 60 millions d'euros.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Google et l'Association de la presse d'information politique et générale (AIPG) ont lancé hier le fonds pour l'innovation numérique de la presse, doté de 60 millions d'euros.

Cette semaine a été lancé le fonds Google "pour l'innovation numérique dans la presse." Google va donner 60 millions d'euros à la presse pour... pourquoi au fait ?

Pour comprendre, il faudrait plutôt se plonger dans Le Parrain ou Les Sopranos... Ce type à la mine patibulaire, peut-être accompagné d'un gros bras, qui vient vous expliquer que vous êtes sur son territoire - Ah bon ? - et que donc vous devez lui payer quelque chose chaque mois et que sinon il vous fracassera les rotules. Plutôt que de vous faire fracasser les rotules, vous payez.

Il y a quelques mois, Google a fait l'objet d'une campagne dans la presse. Pas très difficile à faire, vu que cette campagne était organisée par la presse. En effet, la presse n'aime pas Google, parce que la presse croit que Google prend trop de valeur dans l'écosystème internet, et ce même si Google permet à des millions d'internautes de lire la presse et envoie ces visiteurs sur les sites de presse, ce qui permet à la presse de gagner de l'argent.

Cette campagne de presse a été relayée par l'Etat, à moins que la presse n'ait relayé la campagne de l'Etat, qui n'aime pas non plus Google. L'Etat n'aime pas Google parce que l'Etat trouve que Google ne paie pas assez d'impôt. Et de toute manière, Google, c'est une entreprise. Une grosse entreprise. Une grosse entreprise étrangère. Une grosse entreprise étrangère américaine. Rien de bon là-dedans.

Donc Google a préféré cracher au bassinet pour acheter la paix, victime d'une opération de harcèlement organisée de conserve par la presse (qui n'aime pas Google parce que Google lui envoie des visiteurs ce qui lui fait gagner de l'argent) et par l'Etat (qui n'aime pas Google parce que Google produit un service qui facilite la vie de ses citoyens).

Google a donc lâché 60 millions pour avoir la paix. Ces 60 millions iront dans un fonds “pour l'innovation numérique dans la presse” afin de cacher qu'il s'agit tout simplement d'un produit d'extorsion à verser dans le seau percé la presse papier française, qui est un secteur mourant et condamné à moyen terme.

(On dira que c'est très bien que l'Etat fasse payer Google parce que Google ne paye pas d'impôts. Mais si Google ne paye pas d'impôts, c'est parce que la loi l'autorise,  et qui écrit la loi?)

L'Etat s'est gargarisé des 60 millions qu'il a extorqué à Google, montrant ça comme une grande victoire de la France, alors que ces 60 millions sont précisément la raison pour laquelle Google a investi des centaines de millions en Grande-Bretagne et en Irlande plutôt qu'en France.

Quelle triste histoire que celle-là, et si française.

On a tout : la démonisation de l'étranger et du novateur, qui sont forcément le mal.

L'Etat qui se présente comme garant de l'intérêt général mais n'est en fait que l'instrument d'intérêts particuliers.

La violence politique, au mépris de l'état de droit.

La collusion incestueuse entre la presse et l'Etat.

La ponction du secteur d'avenir pour subventionner celui du passé.

Et le tout en criant Cocorico.

Pendant ce temps-là, en France, des entrepreneurs travaillent à créer de vraies innovations, comme Criteo, qui prépare son introduction en Bourse, startup française devenue un géant mondial de la publicité en ligne. Plutôt que d'aider les Google de demain, le gouvernement rackette ceux d'hier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bo2703
- 22/09/2013 - 07:27
Ni racket ni logique
Posons la question autrement. Pourquoi Google ferait des millions avec la production journalistique sans rien payer? Certes Google ne fait qu'utiliser la bêtise des groupes de presse, c'est à dire leur méconnaissance d'Internet. La presse à loupé le virage des radios libres et des télévision locales, elle essaye de ne pas le faire avec internet. Si demain toute la presse refuse d'informer Google en mettant en ligne sa matière première. Gratuitement... Google. Sera obligé de payer. Google a donc donné 60 millions, une goute d'eau, pour gruger les groupes de presse et l'Etat, qu'on ont rien vu venir...
Hermodore
- 21/09/2013 - 10:13
@ laurentso
Presse libre?
Vous savez combien les contribuables doivent verser chaque année à des feuilles de chous délabrées comme l'Humanité (5 M€), le Monde (17 M€), etc. des dizaines de millions. On appelle ça des "subventions"...
Benvoyons
- 21/09/2013 - 10:02
laurentso - 20/09/2013 - 23:15 Alors tu n'utilises pas QWANT?
Tu es un mauvais Français.