En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Atlantico Lettres

Comment faire hurler les bobos

Publié le 18 septembre 2013
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur "La Nuit étoilée" de Denis Tillinac.
Bernard Leconte est écrivain, universitaire et journaliste pour le journal mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Qu’allons-nous faire de grand-mère” chez l’Éditeur.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Leconte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Leconte est écrivain, universitaire et journaliste pour le journal mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Qu’allons-nous faire de grand-mère” chez l’Éditeur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur "La Nuit étoilée" de Denis Tillinac.

Nous sommes tous d’accord, je crois : il n’y a d’intéressant que les livres qui font enrager les bien-pensants. “La nuit étoilée” de Denis y réussit parfaitement. Les dévots de l’humanisme progressiste et « républicain » ne vont pas aimer du tout les trois personnages principaux de ce roman : Marcile Kalf, écrivain, Victor, son éditeur et Claire, son esclave, tous trois réunis par la détestation de la nuit moderne privée d’étoiles, d’absolu, de transcendance et qui se sentent de plus en plus exilés de ce « meilleur des mondes (qui) se rapproche » à toute vitesse.

À une époque où les abrutis proclament à tout bout de champ le mythe de la transparence, disent qu’il faut tout dire, ne rien cacher, ces trois-là cultivent le secret, la pudeur. Et ils respectent la parole donnée ! Scandale suprême : Claire, qui a tout pour plaire, belle, sportive, aristocrate, fortunée, intelligente, cultivée, professeur d’histoire de l’art à Cambridge et à Aix, belle, très belle, refuse de porter le maillot deux-pièces, reste vierge jusqu’à trente-cinq ans et trouve tout son bonheur et sa liberté, eh oui sa liberté ! à n’être pas une femme « libérée », à devenir l’esclave totale, inconditionnelle, totalement soumise – tête et corps – de Marcile.

L’histoire est racontée deux fois : une première par Victor, qui est un être un peu sombre et tourmenté, et une deuxième par Claire. Cette technique, si j’ose l’expression qui va venir, éclaire Claire, la dévoile, la rend lumineuse, mais n’ôte pas tous ses mystères à Marcile et donne de la poésie et du tragique. Les vingt dernières pages des deux récits sont particulièrement magnifiques. Ah, que j’aime le hurlement du bobo, le soir, au fond des villes !   

A lire : La Nuit étoilée, Denis Tillinac, Plon, 265 p., 17 €.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Eric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc. Pour vous abonner, cliquez sur ce lien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kulashaker
- 19/09/2013 - 11:36
@ Isga
Merci pour ce point de vue. Je n'assumais pas ma détestation du petit, minable et mal écrit roman contemporain et vous me décomplexez d'un coup. Cependant, je pense que le roman a encore un avenir surtout, le roman d'analyse, le roman-essai (comme Moravia l'entendait) surtout.
Kulashaker
- 19/09/2013 - 11:35
@ Isga
Merci pour ce point de vue. Je n'assumais pas ma détestation du petit, minable et mal écrit roman contemporain et vous me décomplexez d'un coup. Cependant, je pense que le roman a encore un avenir surtout, le roman d'analyse, le roman-essai (comme Moravia l'entendait) surtout.
MauvaiseFoi
- 19/09/2013 - 08:14
Amen
Les 2 rigolos de service ont encore frappé avec des arguments massue.
Qu'ils reposent en paix.